Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Coup d’État du 15 octobre 1987 : Il y avait deux commandos, selon le témoin Michel Toé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • mercredi 1er décembre 2021 à 23h06min
Coup d’État du 15 octobre 1987 : Il y avait deux commandos,  selon le témoin Michel Toé

La journée d’audience de ce mercredi 1er décembre 2021 a enregistré la déposition de Michel Toé, petit frère de Fidèle Toé, ministre de la fonction publique sous le CNR..

Avant de retracer ce qu’il sait des évènements, le témoin a tenu à relever un fait en lien avec sa citation à témoin. En effet, explique-t-il, alors qu’il venait de rentrer de la Brigade de gendarmerie de Baskuy où il a pris sa citation, le 30 août 2021, il reçoit le coup de fil d’un certain Abel Palenfo, souhaitant le voir. Il lui fit savoir qu’il venait de rentrer et qu’il ne souhaitait plus ressortir. Il lui propose, soit de venir chez lui soit de ramener le rendez-vous au lendemain. La deuxième option est retenue, et l’avenue Kwamé N’krumah est le lieu donné par son interlocuteur pour se rencontrer, à 9h, ce 31 août 2021. Le témoin affirme qu’il n’avait fait de lien avec sa citation, qu’à quelques pas du lieu de rendez-vous où il trouve effectivement Abel Palenfo.

Après les salamalecs, l’interlocuteur entre dans le vif du sujet, en lui apprenant que Jean-Pierre Palm (accusé, ancien patron de la gendarmerie) n’est pas content de lui pour ce qu’il a dit devant le juge d’instruction. Le témoin confie avoir marqué son étonnement qu’à peine entré en possession de sa citation, l’on en soit ainsi informé. " C’est là qu’il m’a dit : qu’est-ce que tu crois, il (Jean-Pierre Palm) a toujours ses éléments dans le circuit là !", a révélé le témoin Michel Toé, rendant grâce d’être là ce jour pour sa déposition.

Abordant sa déposition à proprement parler, le témoin, 52 ans, a confié au tribunal qu’il n’a pas vécu les évènements du 15 octobre 87. Son témoignage concerne deux confidences que lui a faites Jean-Pierre Palm.

Par la première, il informe que Jean-Pierre Palm lui a dit un jour que leur coup a échoué, car ils n’ont pas eu Fidèle Toé (le frère du témoin), qu’ils devaient amener à confesser qu’il y avait un coup à 20 h (ce jeudi 15 octobre 87).

La deuxième confidence est relative à l’exécution du coup d’État. « Il m’a dit qu’il y avait deux commandos ; un commando dirigé par Hyacinthe Kafando et un deuxième commando dirigé par lui-même et que c’est son commando qui devait venir en soutien, si le premier échouait », rapporte Michel Toé.

Une déclaration qui a impliqué une confrontation entre l’accusé Jean-Pierre Palm et le témoin. "C’est faux", rejette l’accusé, qui dit cependant connaître le nommé Abel Palenfo. "Je n’ai pas envoyé Abel", précise-t-il sur l’appel sus-évoqué par le témoin.

Selon l’ancien commandant de la gendarmerie, Abel Palenfo a dû voir la déposition de Michel Toé dans la presse et a pris l’initiative de le contacter.

Le Parquet militaire fit savoir à l’accusé que les propos de Michel Toé concordent avec ceux livrés la veille par Fidèle Toé. Sur cette observation, Jean-Pierre Palm déclare que "les Toé-là" lui en veulent parce qu’ils pensent que c’est lui qui a mis aux arrêts un de leur parent, oncle.

Sur ce choc de propos, la partie civile a demandé au tribunal à ce qu’Abel Palenfo comparaisse pour donner sa version des faits. Au besoin, les réseaux de téléphonie-mobile pourraient être sollicités pour aider à trancher. Le tribunal a accédé à la requête. Abel Palenfo sera donc entendu sur cet appel préalablement soulevé par Michel Toé.

O.L.
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Être commando, c’est savoir observer l’ennemi pendant très longtemps », l’anecdote sur Blaise Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés