Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On a beau n’être pas envieux, on rage toujours quand les autres chaussent vos souliers et vous écrasent.»  Emile Zola

Procès Thomas Sankara et douze autres : « J’ai pris pour argent comptant ce que feu Salif Diallo m’a dit », Gabriel Tamini

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mercredi 1er décembre 2021 à 16h07min
Procès Thomas Sankara et douze autres : « J’ai pris pour argent comptant ce que feu Salif Diallo m’a dit », Gabriel Tamini

Gabriel Tamini était journaliste à la radio nationale, membre du l’Union communiste burkinabè (UCB) qui était elle aussi membre du Conseil national de la révolution (CNR), au moment des faits. Il était à la barre en tant que témoin pour livrer sa version du drame du 15 octobre 1987, ce mercredi 1er décembre 2021.

"Le 15 octobre 1987, j’étais à mon domicile quand les tirs ont commencé. Je tergiversais entre fuir pour survivre ou rester et prendre le risque d’être pris et tué. Quelques instants après, pendant que j’étais devant ma porte en train de chercher une solution, j’ai vu un véhicule qui venait en trombe et garer devant ma porte. C’était feu Salif Diallo qui était avec un chauffeur", narre-t-il.

Selon lui, c’était une opportunité de prendre la poudre d’escampette avec l’aide de Salif Diallo, qui, précise-t-il, était un ami. Installé à bord du véhicule, sans savoir où on le conduisait, il demande à Salif Diallo ce qui s’est passé ? Ce dernier lui répondit qu’il y a eu des tirs au conseil de l’Entente et que Thomas Sankara est mort.

Feu Salif Diallo le conduisit, poursuit-il, directement chez Blaise Compaoré. Son domicile ressemblait à un camp militaire à leur arrivée, dit-il. Tous les trois chefs de révolution y étaient. (Blaise Compaoré, Henri Zongo et Boukari Jean Baptiste Lingani), ainsi que plusieurs autres militaires.

Après une brève escale chez Blaise Compaoré, ils prirent la direction de la radio nationale où Gabriel Tamini devait aider pour les déclarations parcequ’il connaissait la maison. Il serait resté à la radio jusqu’au lendemain.

J’ai été formellement du Front populaire que plus tard

La parquet militaire est revenu sur ses rapports avec le père de la révolution d’août 1983. Ces rapports n’étaient apparemment pas au beau fixe, selon le procureur militaire. Le témoin ne reconnaît pas avoir eu des embrouilles avec Thomas Sankara en dehors du 4 juillet 1987, confie-t-il, où il (Thomas Sankara) aurait refusé de le saluer après une réunion. Réunion au cours de laquelle, des contradictions sur plusieurs points, auraient été évoquées par son organisation (UCB).

A la question de savoir qui aurait rédigé la déclaration du 15 octobre 1987, le témoin déclare qu’il n’en savait rien. Des témoins ont affirmé l’avoir aperçu à la radio, "kalach" en main. Ça aussi, il le nie. "Votre petit Sankara là, il est mort couché là-bas comme un chien". Ces propos seraient de Gabriel Tamini, indique le procureur militaire en se référant à un témoignage inclus dans le dossier. "Non, je n’ai jamais dit cela", réplique le témoin. "C’est invraisemblable", ajoute-t-il, avant de regretter avoir été le porte-voix du message véhiculé le 15 octobre à la radio nationale. "J’ai pris pour argent comptant ce que Salif Diallo m’a dit. J’ai été formellement membre du Front populaire que bien plus tard et au titre toujours de mon organisation qui est l’UCB", se dédouane-t-il.

Me Ambroise Farama de la partie civile, fait constater que c’est dommage que Gabriel Tamini soit retenu pour être témoin à la barre.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le procès Thomas Sankara va reprendre le lundi 31 janvier 2022
Procès Thomas Sankara et compagnons : L’audience de ce 24 janvier 2022 n’a pas eu lieu
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Les restes de Sankara retrouvés à 45 centimètres de profondeur
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ousmane Ouédraogo, le frère d’une victime que le chauffeur de Blaise Compaoré a manqué de renverser
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Ma mère est partie malheureuse », témoigne la fille du journaliste Paulin Bamouni
Témoignage des victimes des évènements du 15 octobre : « La défunte mère de Sawadogo Amadou aurait voulu connaître la vérité et faire son deuil », Sawadogo Issa
Assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : Trois types de munitions utilisées, selon les experts en balistique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La vidéo de la reconstitution des faits projetée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : La première pièce à conviction présentée
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Stephen Smith, le journaliste américain déclaré persona non grata pendant six ans en 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Vincent Sigué, Blaise Compaoré projetait de prendre le pouvoir le 4 août 1983
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés