Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mercredi 24 novembre 2021 à 22h45min
Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

La « Coalition du 27 novembre » a invité ses « troupes » à une forte mobilisation pour la marche du 27 novembre prochain à Bobo-Dioulasso. L’annonce a été faite ce mercredi 24 novembre 2021, au cours d’une conférence de presse. Cette coalition regroupe en son sein trois mouvements à savoir le mouvement patriotique burkinabè, le mouvement G33 et le mouvement populaire sauvons le Burkina Faso.

Selon les conférenciers du jour, cette rencontre avec les professionnels de médias avait pour objectif d’inviter les populations de la ville de Bobo-Dioulasso, à prendre conscience de la situation « chaotique » dont sont victimes les Burkinabè depuis plusieurs années déjà. Car, ils estiment que depuis l’avènement du pouvoir de Roch Kaboré, le pays vit ses périodes les plus sombres de son histoire.

« La situation très chaotique du pays est marquée par une sécurité en lambeau, une remise en cause des acquis des travailleurs, une insuffisance alimentaire, un pillage des ressources, etc. L’avenir s’avère sombre si rien de conséquent n’est proposé. Le Burkina n’a aucun avenir avec ces aventuristes politiques. Au plan sécuritaire c’est la catastrophe avec les nombreuses attaques terroristes qui endeuillent le pays », a déploré le porte-parole de la coalition, Moussa Konaté.

Le porte-parole de la coalition, Moussa Konaté

Face à cette dégradation de la situation sécuritaire du pays, les conférenciers restent toujours convaincus que des solutions peuvent encore être trouvées pour bouter le terrorisme loin de nos frontières. C’est pourquoi, refusent-ils de croiser les bras. Ainsi, ils appellent l’ensemble des Burkinabè à sortir massivement le 27 novembre prochain, dans une ambiance pacifique, pour, disent-ils, dénoncer l’insécurité grandissante qui endeuille les forces de défense et de sécurité. A travers cette marche du 27 novembre, la coalition entend demander la démission du président Roch Kaboré. A Bobo-Dioulasso, la coalition donne rendez-vous à ses militants le 27 novembre prochain à la place Tiéfo Amoro pour le rassemblement.

« Le peuple a besoin d’actions concrètes »

Pour les membres de cette coalition, la chose politique n’est pas une question d’amitié ni de copinage. « C’est pourquoi, il faudra mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Si Roch Kaboré n’est pas la solution tant chantée par ses amis, le peuple burkinabè doit prendre ainsi ses responsabilités parce qu’avec ce régime, l’avenir du pays est incertain. Nous pensons que le président Roch la solution est notre problème actuellement. Si la libération de notre cher Faso doit passer par sa démission, disons-le haut et fort », ont-ils scandé.

Les conférenciers se disent être très préoccupés de la situation sécuritaire du pays. Au cours de cette rencontre avec les journalistes, ils n’ont pas manqué de faire des propositions dans le sens de lutter contre l’insécurité au Burkina Faso. Selon la coalition, il est plus que nécessaire d’installer des bases militaires au niveau des frontières du pays et de doter conséquemment les FDS de moyens matériels et logistiques, mais surtout en vivre.

Les participants à la conférence de presse de la « coalition du 27 novembre »

Sur le plan social, le porte-parole de la coalition, Moussa Konaté, n’est pas allé du dos de la cuillère pour dénoncer certains manquements, dont l’augmentation du prix des produits de premières nécessités qui sont hors de la portée du consommateur. Selon lui, la question foncière depuis l’avènement du pouvoir de Roch Kaboré et des sociétés immobilières est en passe de devenir un problème majeur après celui de la sécurité. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 24 novembre à 16:37, par TANGA En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Vous n’avez pas dit combien de francs chacun de vous a reçu pour mobiliser les gens. Combien de litres d’essence vous allez mettre aux jeunes pour se balader fermer les écoles, chose qui n’a rien à voir avec votre marche et qui ne fait que contribuer au chaos du pays.
    Voyez, les terroristes ferment nos marchés, nos écoles etc. dans les campagnes et vous vous les fermez dans les villes.
    Allons seulement !
    Si vous travaillez avec les terroristes on va se voir le 27 en ville.
    Il Y EN A MARRE !

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 17:46, par s En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    On soutient l’État Burkinabè dans la lutte contre les forces du mal et leurs servants locaux.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 18:35, par Sabaabo En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    60 ans d’indépendance, 9 (?) chefs de l’Etat, toujours pas un seul qui soit arrivé au pouvoir et parti du pouvoir selon les règles de la démocratie. Décidément, ce pays s’illustre dans l’art de se décapiter. Et il il y en a qui s’offusquent quand on le traite de "pays de merde". Ça fait mal. Ça fait honte.
    Quand la fierté d’un peuple se résume à savoir se décapiter sans être capable de se doter de la tête qui lui convienne, c’est un peuple suicidaire qui finira certainement par mourir.
    Je n’ai pas voté Rock. Et j’ai été le plus malheureux du monde quand il a été élu Président du Faso. Car je savais qu’il n’a pas la poigne pour diriger convenablement ce pays. Mais quand je pense qu’avec son éventuel départ anticonstitutionnel il faudra attendre au moins une décennie pour que ce pays puisse exhiber un Président du Faso démocratiquement élu et démocratiquement déchu, je dis NON, NON et NON.
    Une chose est sûr : il n’y aura jamais un Président bon aux yeux de tous. Même Sankara que l’on encense aujourd’hui a été la peste pour beaucoup. Raison pour laquelle d’ailleurs il a été tué. Faut-il que toujours et toujours les mécontents décapitent le pays ? Le renversement de chacun des présidents a fait suite à une situation dite insoutenable. Mais sous son successeur, on est tombé dans des situations davantage insoutenables. Et alors, on l’a chassé avec l’excuse que d’ailleurs, on ne l’avait pas choisit démocratiquement. Pourquoi n’aurions-nous pas la sagesse et l’intelligence de supporter celui-là, le seul démocratiquement élu jusqu’à sa fin naturelle ? Certains me diront que le pouvoir de Rock ne vaut pas mieux que la vie de Burkinabè qui sont ent en train d’être fauchées. Soit. Mais absolument rien ne garantit non plus que son remplaçant que nous ne connaissons même pas encore mettre immédiatement aux attaques. Pire, personne ne songe à la grande difficulté qu’il y aura a lui trouver un successeur en cas de départ irrégulier et les graves risque du vide....
    Soyons sages.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 23:54, par Mkouka En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Tout a fait d’accord internaut Sabaabo. Beaucoup d’inconscience et ou d’irresponsabilite òu d’ immaturité dans ces revendications du depart du president. Ont ils la reponse de et on fait quoi, avec qui, comment, quels risques dans le contexte actuel, etc ? L’heure n’est plus à des démonstrations de force ou de grandes gueules mais plutot a la reflexion concertée avec sagesse.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 04:17, par Nabiiga En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Regardez-les, bien battis, gaillards, bien coiffés, propre, et devant un micro pour appeler à la mobilisation pour manifester contre l’insécurité au Burkina. N’est-ce pas déjà une aberration offensive qu’on ne peut pas accepter ? Ah bon, mobilisation à Bobo et non pas au front ou bien dans un champ de bataille ? Pour commencer, je propose que vous nous fassiez savoir ce que votre marche va accomplir. Clamer la démission du Président, c’est votre droit le plus absolu ; seulement, il faut que la jouissance de ce droit républicain de libre expression, soit accompagné inlassablement par ce que votre remplaçant à la Présidence va pouvoir faire de plus, que le Président et le gouvernement actuel n’ont pas fait. Personne n’a baissé le bras, le gouvernement lutte par tous les moyens, jour et nuit, pour que le pays se renoue avec la sécurité mais nous faisons face à des individus qui sont lambda burkinabè de surcroit, qui se permettent de semer la désolation et se fondent rapidement comme burkinabè innocent dans la même foule que nos forces se forcent de protéger. Bref, ils nous tuent et on est obligé de déployer des moyens conséquents pour les protéger. Une fois les forces partis sécuriser ailleurs, ils s’évadent de la masse sécurisée, pour aller commettre d’autres tueries ailleurs pour ensuite se fondre dans les populations d’à côté pour bénéficier de la même protection destinée à leurs victimes. Voilà en gros la situation réelle au front. Vivement que ces chercheurs de noms, ceux qui ne cherchent qu’à se faire voir, se taisent car nous aussi, on n’en a marre.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 08:57, par Omar Dao En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Rien à ajouter au post de Sabaabo qui a exprimé toute la pensée que je n’arrivais pas à formuler. Notre seule intelligence collective semble de savoir décapiter notre Etat. C’est un constat. On chassera Rock et on recommencera quelques mois ou quelques années avec son successeur. Pauvres de nous.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 09:15, par Ka En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Mes enfants : Manipuler pour détruire est plus facile que de trouver des solutions pour construire. Arrêter votre enfantillage : Car, vous ne pouviez pas comparer l’insurrection du 31 Octobre 2014 pour le tripatouillage de l’article 37, l’avocat d’un peuple, a la situation actuel avec l’insécurité qui touche tous les pays du Sahel. La seule chance pour un changement radicale, c’est de compter sur l’armée et non sur votre ignorance. Malheureusement pour vous, l’armée Burkinabé sait que le peuple Burkinabé ne suivra aucun coup d’état de leur part, vu leur déraillement.

    Nos jeunes officiers embusqués peuvent dire qu’ils ont une chance, ou ont une occasion de vous offrir le pouvoir, mais vous, comme eux, n’ont aucune culture politique pour redresser la situation de notre pays. "Prendre le pouvoir n’est pas difficile, mais c’est le gérer qui n’est pas facile."

    Si le peuple Burkinabé a pu chasser Blaise Compaoré du pouvoir, c’est grâce au concoure de l’armée. Ayant circulé tout le couloir de l’histoire de la politique d’autruche Burkinabé, que ça soit les syndicats, ou la société civile, ou les manipulés comme vous, aucun n’a jamais fait ou défait les régimes de ce pays. Et ce n’est pas vous les manipulés alimentaires qui pourront faire démissionner un président élu démocratiquement à cause de nos frères dégrisés en terroristes vivants dans nos foyers et nous tuent comme des mouches.

    Ces appels a manifester sont erronés et perte de temps pour trouver la vraie solution a nos problèmes. Pour vous dire que le 31 Octobre 2014 a été la vase qui été débordé par les crimes gratuits, la corruption a ciel ouvert, le tripatouillage de l’article 37, dont une fraction de l’armée était d’accord pour l’alternance politique. Sinon, depuis notre indépendance, aucun mouvement des manipulés comme vous n’a jamais fait démissionné un président, ce n’est pas votre rôle.

    Conclusion : le peuple Burkinabé est très mur en 2021, et n’hésitera pas de pousser leur président élu démocratiquement à trouver une solution radicale même a sacrifier son entourage des mauvais conseillers. Car, laisser les militaires prendre le pouvoir, la première chose que font les faiseurs de coups d’état, c’est de suspendre la Constitution. Pour ces gens-là, le texte est donc nul et de nul effet. Et vous laisser à vous les manipulés le pouvoir, vous n’aviez aucune culture politique pour faire sortir le pays de l’enfer.

    Répondre à ce message

    • Le 25 novembre à 11:25, par Michelinine En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

      Ce Mr qui s’appelle ka est payé par mpp depuis 2014 pour polluer les esprits ,il n’a rien dans la tête il est obsédé par l’argent facile le départ de Rock l’amènera à se trouver un job.Courage à vous patriotes tous ensemble pour donner une nouvelle direction à notre pays martyrisé.

      Répondre à ce message

      • Le 25 novembre à 16:33, par Ka En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

        Madame ‘’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’Michelinine’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’ allias Djemila ou Fatou, ou Marie : Si tu savais écrire correctement ton prénom ’’’’’Micheline,’’’’ je prendrai mon temps pour t’expliquer que personne, je dis personne au Burkina ne me paye pour commenter ce que je pense pour avancer mon pays.

        S’il y a une personne au Burkina, qu’il soit président du Faso, opposition, ou responsable d’un parti qui paye Ka pour écrire ce qu’il pense, qu’il se manifeste avec les reçus de ce qu’il m’a payer, je prendre cet argent mettre dans la caisse de nos FDS devenus de la chaire a canot pour une guerre invisible.

        Madame ignorante, le libéralisme conduit inexorablement à la dérive morale. L’homme ne peut pas être libre de faire tout ce qu’il veut, sinon, ça devient de l’anarchie totale.

        Nous avons une constitution avec des lois. Et nous ne pouvons pas demander la démission du président sans passé par ces lois, surtout qu’il est élu démocratiquement par plus de 50% de la population.

        Demandez la démission du président a cause du terrorisme est d’être borné. Aucune personne en ce moment dans la région du Sahel n’a une solution pour éradiquer le fléau : Car, Le terrorisme est une hydre dont la tête repousse, chaque fois qu’un leader tombe. Et pour moi, la seule possibilité et que le monde se soude et d’utiliser une arme de destruction massive contre ces malades sans foi ni loi qui se prennent pour l’alpha et l’oméga ici-bas, et qu’une certaine opinion appelle abusivement des djihadistes, mais pour moi qui ne sont que des mécréants.

        Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 11:00, par KingBaabu En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    C’est triste ce qui arrive à cette jeunesse désoeuvrée et sans repères historiques. J’ai des griefs contre Roch et son régime, mais franchement là vous exagérez. Vous faites le jeu des ennemis du Burkina Faso, à commencer par les terroristes. Ressaisissez-vous.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre à 19:40, par ALKABOR En réponse à : Marche contre l’insécurité au Burkina : La « Coalition du 27 novembre » appelle ses « troupes » à la mobilisation à Bobo-Dioulasso

    Je pense que le départ du président du Faso n’est la solution. La meilleur chose à faire ,est de mettre la pression sur lui et son équipe afin que les lignes puissent bouger. Nous allons regretter amèrement ,si nous poussons le bouchon au fond. Du courage à tous ceux qui se battent pour la paix au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Pratique de l’excision au Burkina : Les leaders religieux lancent l’offensive
Burkina/Centre-est : Deux personnes assassinées, pour avoir été soupçonnées de collaborer avec les Forces de défense et de sécurité
Burkina : Des nominations au sein des Forces armées nationales
Burkina Faso : Le REN-LAC organise un atelier pour renforcer la lutte anti-corruption
Energies renouvelables : Les pays de l’UEMOA penchent pour une politique énergétique commune
Réouverture des frontières au Burkina : Le ministre de la santé énonce les conditions pour les voyageurs
Éducation au Burkina : Scolariser les filles dans des régions touchées par l’insécurité
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Deuxième édition du « Programme Sentoo » : La première résidence se tient à Bobo-Dioulasso, du 29 novembre au 5 décembre 2021
Projet biodigesteur : La Croix-rouge burkinabè vole au secours de la commune de Ténado
Burkina : La maladie ulcéreuse au cœur du 2e congrès des hépato-gastro-entérologues
Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : Les producteurs burkinabè veulent apporter leur contribution
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés