Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • Lefaso.net • mardi 23 novembre 2021 à 22h56min
Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

Dans la matinée du mardi 23 novembre 2021, 37 gendarmes décédés lors de l’attaque du poste de gendarmerie d’Inata, le 14 novembre 2021 ont été inhumés à Ouagadougou. La levée de corps s’est déroulée dans la matinée aux alentours de 10h00 au camp Sangoulé Lamizana et l’enterrement, au cimetière municipal du 6e arrondissement.

Le 14 novembre 2021, aux alentours de 5h du matin, le poste de gendarmerie d’Inata était attaqué. Menée selon des sources sécuritaires, par les combattants d’Ansaroul Islam, cette attaque a fait 53 morts dont 49 gendarmes et quatre civils.

Une vue des familles des défunts

Parmi ces victimes, ce sont 37 gendarmes qui ont été inhumés ce jeudi 23 novembre 2021. Les 37 militaires ont été décorés à titre posthume. Les familles des défunts présentes et les autorités administratives, (notamment le président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, des membres du gouvernement) leur ont rendu un dernier hommage. Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, est allé saluer la mémoire de ces soldats tombés sur le champ d’honneur en défendant la patrie et traduire la compassion et la solidarité du gouvernement aux familles et aux frères d’armes des victimes.

Après les oraisons funèbres, les prières des aumôniers et le cérémonial militaire sous les pleurs et des murmures, les 37 cercueils ont été acheminés jusqu’au cimetière où ils séjourneront pour toujours.

Une vue des trous creusés pour les tombes

Alors que la levée de corps avait lieu au camp, le cimetière du secteur 6 était le théâtre de petites polémiques portant notamment sur la taille des tombes jugées trop petites et la responsabilité de l’État dans ce drame, quand on sait que les gendarmes manquaient de vivres au front.

Dans cette atmosphère de recueillement, un parent de victime manifeste sa frustration : « Nous sommes vraiment indignés de la façon dont seront inhumés les gendarmes tombés à Inata. La façon dont les tombes ont été creusées, c’est un manque de respect pour les familles des victimes, c’est un manque de respect pour ces soldats tombés dignement pour la patrie, c’est un manque de respect pour les veuves, c’est un manque de respect pour les orphelins qui pleurent aujourd’hui. »

Une mère, fustigeant la taille des tombes

Quand vous regardez ces tombes, ajoute-t-il, « ce ne sont pas des tombes. Nous n’avons jamais vu des tombes comme cela. C’est de la foutaise. S’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas gérer ces tombes, s’ils savaient qu’ils ne pouvaient pas enterrer dignement nos soldats tombés au front, ils pouvaient nous le dire. Nous, nous sommes capables de creuser ces tombes-là et d’enterrer dignement nos frères. Nous n’allons pas accepter des choses comme cela ».

Une femme venue faire ses adieux à son fils adoptif, tient le même discours. « Si vous regardez ces tombes, est ce que ce sont réellement des tombes ? Ce ne sont pas des tombes. Des gens ont mis au monde leur enfant, il meurt et vous les prenez pour les mettre dans ce genre de tombe. Même si Roch (Kaboré) vient voir ces tombes, il vous dira que vous n’avez pas raison. Vous pensez que le cercueil est comment et il va rentrer dans ce trou ? Ça ne se fait pas. Ce sont les enfants des gens. Son père et sa mère sont décédés. On est venu au cimetière et on nous dit que ce sont les tombes comme cela. Quand même ça ne se fait pas », proteste-t-elle

Une vue des familles des défunts

Après négociations, les 37 cercueils ont pu être enterrés dans leurs tombes respectives mettant ainsi fin à l’inhumation des gendarmes tombés au front.

Notons que cette attaque est la plus meurtrière depuis 2015 pour les forces de défenses et de sécurité. Encore 17 gendarmes disparus lors de l’attaque d’Inata manquent à l’appel. Les autorités assurent que les recherches se poursuivent afin de retrouver toutes les personnes manquantes.

Nado Ariane Paré (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 novembre à 20:48, par Gwandba En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    Tout ce qui est révoltant finit toujours par des conséquences.

    Plus de mots pour qualifier cette attitude de Rock. Il ne prend même pas la peine de dire au revoir à ceux que sa gestion catastrophique à mené à la mort.

    La colère, la tristesse , la désolation et l’incompréhension de telles attitudes.

    Même s’il veut se dédouaner en laissant penser que lui est bon mais son entourage est mauvais, personne n’est dupe. Une équipe de médiocre irréversibles est mise en place par le médiocre en chef.

    A toutes et tous.

    Vous voyez quand on empoche 2000 cfa, quand on va au stade pour écouter de pseudos artiste tristes et bêtes, quand on vote sans penser à demain c’est ce qui arrive immanquablement.

    Sauf le respect des victimes et leurs familles, l’envi de crier tout haut que ce qui arrive aux burkinabé, c’est la tempête qu’ils ont semés en votant Rock. Donc, qu’ils assument.

    A maître Sankara longtemps intègre et combattant jusqu’à la fuite du vampire en chef, je vous suggère de faire attention pour ne pas tomber entièrement dans la soupe de viande pourries que le MPP vous sert.

    Vous avez tenté de justifier l’achat de la voiture pour la maîtresse ménopausée s’élevant à 96 millions. comment pouvez vous vous voir dans la glace sachant que ces victimes ont été affamés d’abord avant d’être abattu comme des bêtes attachés ???

    A tous les vieux qui dépensent les maigres sous pour faire de la propagande en faveur de Rock le naze en chef et ses spires, nous vous demandons de revoir votre copies car ce n’est plus de votre âges.

    A Bala Sakandé le suivant sur la liste du MPP pour remplacer Rock.

    Je ne t’aime pas et te trouve pas à la hauteur de ce qui se prépare mais comme nous sommes au Burkina, votre Burkina qui n’a rien à voir avec les vraies burkinabé, je demande d’ôter toute hypocrisie et peur car c’est ce qui caractérise votre foutu équipe de nazes, et de faire tout pour qu’enfin, l’enfant gâté par papa et maman ouvre les yeux et se rende compte que ce n’est plus du jeux.

    Vous risquez gros malgré l’envoi de certains membres de vos familles à l’extérieure du Burkina depuis que sa grogne.

    comment pouvons nous être autant lâches et bêtes quand ton dirige un pays ???

    Répondre à ce message

  • Le 23 novembre à 22:46, par caca En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    C’est vraiment triste de voir cela dans notre pays. Que Dieu console les cœurs. ça fait tellement que le silence serait une solution.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 00:36, par MyMy En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    - REPOS ÉTERNEL DANS LA MAISON DE DIEU, A TOUS NOS MARTYRS. Amen.

    - M. ROCH KABORE N’A JAMAIS EU PLUS DE 49,99% DES SUFFRAGES, NI EN 2015, NI EN 2020. IL N’A JAMAIS ÉTÉ ÉLU. C’EST L’OPPOSITION (ou supposée) QUI A TRAHI LE PEUPLE EN LAISSANT PASSER TOUT CA. ET NOUS RÉCOLTONS LES CONSEQUENCES.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 01:05, par Marie En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    C’est choquant, révoltant que Mr. le Président n’aie pas daigne se déplacer pour honorer la mémoire des victimes avant leur mise en terre. Pourquoi ? Pour des raisons de sécurité ? Donc ce vieillard a peur de la mort quand il n’hésite pas à abandonner de petits jeunes dans la fleur de l’âge se faire massacrer ? On en reste abasourdi ! Des dizaines de morts ! Il en faudrait combien pour qu’il daigne sortir de son bunker ? il faut qu’il en tombe combien pour qu’il juge sa présence nécessaire ? Une telle attitude est une insulte de la mémoire des victimes, un mépris des parents endeuillés. C’est atterrant.
    Or lorsqu’il s’agit de cérémonies festives, fissa, il se fait voir.

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 08:27, par Le pionnier de la revolution En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    Thomas Sankara nous a appris en tant que burkinabè, en tant que pionnier que nous devons oser lutter et savoir vaincre. Que nous devons vivre en révolutionnaires, et mourir en révolutionnaires les armes à la main. Nos soldats qui sont tombés sur le champs d’honneur à INATA sont morts en révolutionnaires les armes à la main. Ils ont fait face à l’ennemi, malgré la faim et l’abandon, ils ont livré bataille jusqu’à leurs dernières cartouches au nom de leurs engagements à défendre leur patrie au péril de leur vie, au nom de leur uniforme, au nom de leur partie. Que leur patriotisme, et leur bravoure soient reconnus à la hauteur de leur sacrifice.
    Notre premier devoir était au moins de les enterrer dignement ;
    C’est pourquoi je dis que notre plus grande honte, n’est pas notre incapacité à défendre notre patrie, mais notre incapacité à enterrer dignement nos soldats tombés pour défendre la patrie, nos martyrs.
    Je vous invite à cet effet, à méditer sur un extrait de l’hymne du wassoulou
    « Si tu ne peux organiser, diriger et défendre le pays de tes pères, fais appel aux hommes plus valeureux.
    Si tu ne peux dire la vérité, en tout lieu et en tout temps, fais appel aux hommes plus courageux.
    Si tu ne peux exprimer courageusement tes pensées, donne la parole aux griots.
    Si tu ne peux être impartial, cède le trône aux hommes justes.
    Si tu ne peux protéger le peuple et braver l’ennemi, donne ton sabre de guerre aux femmes, qui t’indiqueront le chemin de l’honneur.
    je m’arrête la, et je dis que nous avons changé la devise de notre pays, mais voila que l’histoire nous a rattrapé.
    Aujourd’hui, la lutte contre le terrorisme c’est la patrie ou la mort, nous vaincrons !
    Nous devons honorer nos martyrs afin que leurs sacrifices suprêmes fertilisent notre lutte héroïque contre le terrorisme, et cela commence par un enterrement digne de ces héros, de ces martyrs.
    LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !

    Répondre à ce message

  • Le 24 novembre à 10:00, par luther En réponse à : Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère

    Je pense que le Président Roch est le premier responsable de ce qui nous arrive. Il a été très mal inspiré au tout début de sa mandature. Il a été très mal entouré et conseillé par des soit disant amis hypocrites. Et comme le mal est consommé, passons aux solutions avant le 27 novembre :
    1. Dissoudre ce gouvernement et décréter un Etat de siège et nommer le GL DIENDERE comme Vice-président chargé de la guerre,
    2. Libérer tous les prisonniers politiques et militaires,
    3. Inviter les anciens Présidents, Premiers Ministres, Ministres de la défense et sécurité de l’actuel et l’ancien régime autour d’une table
    4. Mettre en place un Comité Populaire de défense de la Patrie
    5. Suspendre tous les projets de constructions de voiries, infrastructures, etc
    6. Ordonner la suspension des primes, bonus, fonds communs et autres des fonctionnaires civils pour soutenir l’effort de guerre
    7. Inviter les opérateurs économiques, les banques, assurances, mines et industriels à investir dans la guerre pour la libération du pays.
    Si cela n’est pas fait des les 48h, ce qui arrivera, sera du gâchis.
    Luther

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Insécurité au Burkina : Le gouvernement s’explique devant l’Assemblée nationale
Burkina : Trois soldats tombés et une dizaine de terroristes neutralisés à Thiou dans le Nord
Situation sécuritaire au Burkina : L’Union des Forces Progressistes (UFP) appelle à doter conséquemment les forces de défense et de sécurité
Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère
Situation sécuritaire au Burkina : Le MBDHP se démarque des appels incessants au coup d’état militaire
Crise sécuritaire au Burkina : L’APP/Burkindi exhorte le président du Faso à la prise de « décisions radicales et courageuses »
Situation sécuritaire au Burkina : Le Balai citoyen dénonce l’irresponsabilité des autorités
Situation sécuritaire : Les Evêques du Burkina invitent le gouvernement à communiquer avec courage
Attaque du détachement d’Inata : Le processus d’identification des disparus se poursuit
Vie des déplacées internes de Sakoula : De l’enfer au purgatoire
Attaque d’Inata : La CEDEAO exprime sa compassion et sa solidarité au peuple burkinabè
Zondoma (Nord du Burkina) : Des hommes armés ordonnent la fermeture des écoles à Touba Ramba et Lago
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés