Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Que chacun apprenne à porter son fardeau tête nue, car dans certains lieux, il n’y a pas de chiffons» Proverbe burkinabè

Eau-assainissement : Le Salon international des toilettes, de l’assainissement et de l’hygiène de Ouagadougou est ouvert

Accueil > Actualités > Environnement • Lefaso.net • vendredi 19 novembre 2021 à 17h00min
Eau-assainissement : Le Salon international des toilettes, de l’assainissement et de l’hygiène de Ouagadougou est ouvert

Le Salon international des toilettes, de l’assainissement et de l’hygiène de Ouagadougou (SITAHO) se tient du 18 au 20 novembre 2021 à l’université 2iE. C’est à la faveur de la cérémonie inaugurale présidée par Idrissa Nian, directeur de cabinet du ministère de l’Eau et de l’assainissement, que les activités ont été lancées ce jeudi 18 novembre 2021.

Dans le cadre de l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), les acteurs de l’eau et de l’assainissement se sont retrouvés le jeudi 18 novembre 2021 afin de passer en revue, pendant 72 heures, les travaux au niveau de chaque acteur de la chaîne de valeur. Si l’invention est un facteur indéniable du secteur, l’innovation est encore la mieux espérée. Devant les acteurs et partenaires de l’eau et de l’assainissement, le tapis de la 1e édition du SITAHO a été déroulé pour un salon qui va durer trois jours.

L’assistance (acteurs, partenaires et étudiants)

Placé sous le thème « la valeur des toilettes, solution, innovation et valorisation des sous-produits de l’assainissement et de l’hygiène », il est parrainé par le ministre de l’eau et de l’assainissement.
Dans son mot introductif, le directeur général de l’institut 2iE, responsable des lieux, Pr El Hadj Bamba Diaw, a souhaité la bienvenue à tous et surtout une fructueuse collaboration aux participants.

Dédié à la promotion de la recherche et de l’innovation, le SITAHO a pour objectifs de permettre aux participants de découvrir et d’apprécier les avancées et les innovations en matière de toilettes, d’assainissement et d’hygiène ; d’effectuer des échanges et ou des ventes ; d’établir des relations d’affaires entre les acteurs ; de créer et de renforcer les relations de partenariats entre les entreprises, les chercheurs, les services techniques et les projets et programmes de développement ; de développer un réseau d’affaire ; de développer son réseau professionnel ; de rencontrer des prospects, partenaires techniques et financiers et d’évaluer l’offre par rapport aux besoins du marché.

L’assistance (acteurs, partenaires et étudiants)

Dans son allocution, le président du comité d’organisation, Dr Cheick Oumar Zouré, a déclaré que « les tabous et autres conceptions qui entourent les toilettes au Burkina Faso doivent être dépassés. Pour rompre les tabous et mettre en lumière les problématiques relatives aux toilettes auprès du grand public, l’idée d’organiser un salon y dédiée est née ».

Il dira ensuite qu’« en réalité, il suffit que quelques membres d’une communauté n’aient pas accès à des systèmes d’assainissements adéquats pour que la santé de tous soit menacée. Faute d’assainissement des sources d’eaux potables, des cours d’eaux, les cultures vivrières sont menacées et les maladies mortelles se propagent dans la population. Il importe donc de vulgariser l’utilisation des toilettes à travers le pays ».

Président du comité d’organisation (Dr Cheick Oumar Zouré)

C’est fort de cette réalité qu’il a exhorté les acteurs, partenaires et participants à partager de belles opportunités durant ce salon. « Je profite de l’opportunité pour lancer un vibrant appel à tous les acteurs de l’eau et de l’assainissement à plus d’engagement politique, technique et financier afin qu’ensemble, nous puissions relever le défi lié à l’assainissement », a-t-il conclu.
Le salon a un canevas décliné en quatre points. Il s’agit des conférences (communications), des expositions au niveau des stands, des échanges B2B et des jeux concours.

Dg de l’institut 2iE (Pr El Hadj Bamba Diaw)

Pour Dr Moustapha Sène du Sénégal, représentant les participants au dit salon, ils (les participants) travaillent sur beaucoup de produits et il faut accélérer l’industrie pour l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD). « Si je dis l’industrie, certains vont penser à beaucoup d’industries. Non, c’est la chaîne de valeur. Avoir des préfabriqués, produire massivement et déployer. Je pense que c’est l’unique solution qui peut permettre à l’Afrique d’avoir un assainissement géré en toute sécurité ». Ce qui, selon lui, favorise l’économie circulaire.

Directeur de cabinet du ministère de l’Eau et de l’assainissement (Idrissa Nian, représentant le ministre)

Aujourd’hui, grâce aux prouesses de leurs œuvres, il y a des toilettes qui prennent 0.25l d’eau. « Des toilettes très pratiques pour les milieux péri-urbains », ajoute-t-il. Il ajoutera que « l’Afrique a juste un manque d’infrastructures mais qu’elle a toutes les matières premières. Il est donc souhaité d’amener des lignes de production afin de créer et produire sur place en Afrique ».

Directeur de cabinet du ministère de l’Eau et de l’assainissement (Idrissa Nian, représentant le ministre)

Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’assainissement, représentant le ministre, a salué l’initiative de ce salon et s’est dit honoré qu’elle émane d’une volonté des acteurs du secteur privé. « Le plaisir est d’autant plus grand que l’initiative de ce salon soit venue du secteur privé avec la contribution des acteurs de la recherche. Cela augure de bonnes perspectives pour l’assainissement dans notre pays », clame-t-il.

Visite de stands

Il a aussi ajouté que selon une étude du programme eau et assainissement de la Banque mondiale sur l’impact économique d’un mauvais assainissement en Afrique, le Burkina Faso perd 86 milliards de francs CFA chaque année en raison du manque d’assainissement. Pour le bien-être des populations et en vue de faciliter l’accès des toilettes à des couches aux revenus modestes, il exhorte les acteurs, inventeurs et innovateurs à « travailler à mettre à disposition des gammes variées de toilettes et à moindre coût aux populations avec un renforcement du partenariat public privé ». C’est sur cette exhortation qu’il a déclaré ouvert le SITAHO qui durera 72 heures.

Inocent H. Alloukoutoui (Stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Programme budgétaire « Gouvernance environnementale et développement durable » : Le comité de revue examine les prévisions pour 2022
Agroécologie : Vers la validation d’une charte de fonctionnement et de plan d’actions des acteurs
Environnement : La coordination de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara, à l’heure du bilan
Conservation de la biodiversité au Burkina : Le projet Biodev2030 restitue les résultats d’une étude
Protection de l’environnement : Signature de protocole de partenariat entre le Secrétariat permanant des ONG (SPONG)/ Benkadi et quatre partenaires
Environnement : Le Comité de suivi du programme PAPBIO tient sa deuxième session
Environnement : La stratégie nationale pour encadrer la gestion des zones humides en validation
Lutte contre les changements climatiques : WASCAL dévoile les résultats du projet ClimSec
Environnement : Engager la population contre la prolifération des sachets plastiques
Changements climatiques : Les initiateurs du projet AMMA-2050 dévoilent les résultats de leurs recherches
Burkina Faso : Une journée des sols pour promouvoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle
Environnement au Burkina : Validation d’un plan stratégique 2021-2025 pour révolutionner le secteur agro-sylvo-pastoral
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés