Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • Lefaso.net • jeudi 18 novembre 2021 à 23h30min
Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

La journée d’audience de ce jeudi 18 novembre 2021 a vu le passage devant le tribunal, du Professeur Étienne Traoré, enseignant d’universités à la retraite.

Après avoir, lui aussi, prêté serment, le témoin Étienne Traoré a livré ce qu’il sait des évènements ayant conduit à l’assassinat du président Thomas Sankara et ses douze compagnons. Sa déposition dure environ dix minutes. Ce qui fait place aux questions des parties, précédées de celles du président du tribunal.

Etienne Traoré déclare que les coups de feu l’ont trouvé en ville, à une station d’essence où il se disposait à prendre du carburant. Il était convoyé par son ami journaliste, un certain Coulibaly. De là, il ne dormira pas chez lui, il continue chez un autre ami où il va passer la nuit.

Le 16 octobre au matin, il se rend chez Blaise Compaoré (à la demande de ce dernier) au Conseil de l’Entente.
Ils entrent dans une salle, à deux. "Blaise Compaoré était en sous-vêtement.
En tout cas, il n’était pas malheureux", décrit-il.
Blaise Compaoré lui fit savoir qu’hier (15 octobre, ndlr), il y a eu des évènements et qu’ils se sont tirés dessus". Il lui annonce la mort de Thomas Sankara et de son ami enseignant, Patrice Zagré.

Pr Traoré rapporte que Blaise Compaoré a, en commentaire, déclaré que ce sont des évènements qui arrivent dans tout processus de révolution. Blaise Compaoré va ensuite demander après Kilimité Hien, Madou Traoré et Pierre Ouédraogo. "Je lui ai dit qu’ils devaient mourir aussi, car étant proches de Thomas Sankara", confie Étienne Traoré, marquant son désaccord avec Blaise Compaoré.

Par la suite, et sur insistance de certaines personnes, Étienne Traoré va occuper le poste d’inspecteur général d’État. De par sa rigueur, les mêmes personnes qui l’ont poussé à prendre le poste vont le torpiller auprès de Blaise Compaoré.
C’est ainsi qu’il va, un soir, recevoir la visite de feu Salifou Diallo. Ce dernier lui explique qu’il va être proposé à un autre poste. "Quand j’ai refusé certaines choses avec Blaise Compaoré, ils ont voulu me chasser de l’université (où il enseignait), mais ils n’ont pas pu. (...). J’ai été avec ces gens-là, mais très vite, on s’est séparés et depuis lors, j’ai critiqué le pouvoir jusqu’à sa chute", explique l’ancien leader syndical et membre de l’UCB (l’Union des communistes burkinabè).

Professeur Étienne Traoré dit qu’il a connu Thomas Sankara dans les derniers moments. Il dit avoir été reçu chez lui (Sankara). Puis deux à trois fois dans son bureau, où Sankara lui avait demandé de l’aider en psychologie du droit (psychologie juridique, ndlr). Une autre fois, Sankara a débarqué à la Bourse du travail pendant qu’ils étaient en rencontre.
Il en est de même pour Blaise Compaoré, qui l’a reçu deux ou trois fois, dans le cadre de l’UCB (dont il disait être également membre).

Etienne Traoré a déclaré qu’il croyait vraiment que Thomas Sankara était mort par accident. "Et j’ai effectué des missions pour ça (missions d’explications aux partenaires, ndlr) parce que j’y croyais vraiment", confie-t-il. Il dit également que Blaise Compaoré ne lui avait jamais parlé de difficultés entre lui et Thomas Sankara. "Je croyais que Blaise Compaoré était vraiment un révolutionnaire, je ne savais pas qu’il fréquentait les milieux droitiers", regrette-t-il.

"Ce dont je suis persuadé, c’est que Blaise Compaoré avait son idée en tête, il attendait le moment pour l’exécuter", affirme M. Traoré. Il dit aussi que Blaise Compaoré voulait le pouvoir depuis 1983. Seulement, il savait que s’il le prenait, les autres n’allaient pas le suivre. Il précise que certains de son entourage lui (Blaise Compaoré) demandaient pourquoi faire un coup d’État et laisser le pouvoir à un "non-Mossi".

Dans son élan, et toujours en réponse aux questions, Pr Traoré a indiqué que l’arrivée de Chantal Compaoré a détérioré les relations entre les deux personnalités, Thomas Sankara et Blaise Compaoré.

Selon lui, Félix Houphouët-Boigny (premier président de la Côte d’Ivoire, 1960-1993) qui avait un problème avec la révolution burkinabè avait mis Chantal Compaoré en mission. L’enseignant à la retraite révèle que Blaise Compaoré avait déjà une fiancée. "Ils se sont mariés, Chantal et Blaise, sans enquête de moralité, ce qui n’était pas accepté. Et depuis lors, les relations personnelles entre les deux, Thomas Sankara et Blaise Compaoré, se sont détériorées. Chantal ne s’entendait pas avec Madame Sankara", déballe Pr Étienne Traoré, qui apprend que Sankara a même échappé à un attentat à Abidjan. "Une bombe a sauté dans sa chambre. Heureusement qu’il était sorti", dit-il détenir de sources sûres.

Le témoin a en outre informé qu’un avion était pré-positionné à l’aéroport pour envoyer les auteurs du coup d’État du 15 octobre au Togo, si ça échouait.
Il émet donc l’hypothèse de l’implication de Eyadéma (Gnassingbé Eyadema, président du Togo, 1967-2005) et de Félix Houphouët-Boigny dans le dénouement du 15 octobre 87.

Sur les "tracts orduriers qui insultaient", le témoin affirme que l’auteur était Salifou Diallo. "Il n’est pas là, malheureusement", dit le témoin.

Sur certains aspects, le Procureur miliaire a révélé des incohérences dans la déposition de Pr Étienne Traoré par rapport à ce qu’il a dit devant le juge d’instruction.
Tout en indexant des trous de mémoire, l’enseignant à la retraite dit maintenir, sans enlever une virgule, ce qu’il a dit devant le juge d’instruction.

O.L.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 novembre à 00:01, par Le Vigilent En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    C’est vraiment triste. Des histoires de fesses qui empoisonnent des affaires d’état. Face à Chantal, Blaise n’a pas eu le sens de la raison d’état comme Rodrigue a eu le sens de l’honneur familiale face à Chimene, dans le Cid de Corneille.
    Comme on dit, qui a but boira. Blaise a sacrifié l’idéal de la RDP sur l’hôtel de sa vie sentimentale. C’est suivant la même logique qu’il a sacrifié les intérêts de son pays sur l’hôtel de sa longévité au pouvoir et des intérêts économiques de sa famille. C’est vraiment déplorable !

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 14:12, par jan jan En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      Chantal Compaoré était une "escort girl", elle travaillait à Afrik Voyage en Abj, c’était bien le pion d’Houphet, il s’était renseigne sur les goûts de Blaise en matière de femmes, lui qui n’était pas encore marié. L’agent de renseignement à dit que Blaise aimait les femmes corpulentes au teint clair, effectivement sa fiancée de l’époque avait ces caractéristiques là et le tour était joué.

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 01:05, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Fameuse épidémie de trous de mémoire qui frappe tout le monde ! Toi Étienne Traoré, tu oses prétendre ne pas savoir ! Je ne pensais que que tu pouvais tomber aussi bas. Mais au moins tu as bien alimenté ce procès. On pourra faire d autres développements et élargir le débat. On y reviendra
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 08:20, par chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Ah oui ! Et qui tenait les conférences sur l’opportunisme à l’UO entre 1986 et 1987 ?
    Si on devait donner un autre nom à la lâcheté, comment allait-on l’appeler ?
    Tous les grands théoriciens de la révolution, adeptes des règlements des différends par la violence se débinent aujourd’hui. Vraiment pathétique !!!
    Et les adeptes de la RNDP (les anarcho-syndicalistes comme les appelaient les CDR à l’époque), seront-ils entendus dans ce procès, ne serait-ce qu’à titre de témoins ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:29, par Medio En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    <>
    Cela résume ce que certains Burkinabè sont .Il faut que cette mentalité change.Les Mossis sont majoritaires mais ne sont pas les fils/filles uniques du BF.Toute personne qui parlera ainsi doit être jetée en prison.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 09:31, par Stalinsky En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Les juges doivent être très vigilants. Ils devraient demander à Etienne pourquoi Blaise l’a t-il appelé ?
    C’est parce que il était un membre important des comploteurs du 15 Octobre 1987. Il était un des idéologues de l’UCB dont SANKARA en était le Président. Pour organiser un coup d’Etat il faut provoquer une crise politique entre autres. Et c’est lui Etienne qui s’est chargé d’attaquer Thomas au cours d’une réunion pour certaines prises de position dans ses discours qui engageaient tout le pays. Thomas n’a pas apprécié ces critiques qu’il considéraient comme une attaque à sa personne. Aussi par réaction, il donna sa démission du poste de Président de l’UCB et ordonna à tous les militaires de se retirer de cette organisation et de réintégrer son organisation des militaires révolutionnaires, OMR. Aussi Clément, Etienne et les autres prirent peur et s’abritèrent derrière Blaise qui exploita la situation et ils créèrent des commissions du coup d’Etat. Etienne était le Président d’une de ces commissions. C’est pourquoi Blaise l’appela pas pour se justifier mais pour les donner des tâches à accomplir dont la mission au Togo avec Gabriel Tamini qui était lui aussi président d’une des commissions. Ils pensaient qu’ils travaillaient pour un "approfondissement" de la Révolution. C’est moi qui est proposé le remplacement de la "Commission du Peuple chargée de la Lutte contre la Corruption" une appellation que je jugeais folklorique par l’ Inspection d’Etat selon un texte de Lénine "De l’inspection d’Etat" sur la question que je possédais. J’ai suggéré que Etienne soit le Directeur. C’est à ce poste que Etienne se rendi compte qu’en fait Blaise travaillait avec les réactionnaires du pays comme les Herman Yaméogo et autres et commença à faire des critiques. D’où ses problèmes avec Salif Diallo et autres dont les préoccupations étaient la recherche de postes juteux que Thomas ne leur accordait pas préférant souvent donner des postes ministériels aux camarades de l’ ULC. L’UCB à fait un mémorandum sur les évènements du 15 Octobre et ont fait venir le Belge Ludo Martens (paix à son âme) pour justifier le coup d’Etat d’où les mensonges de Gilbert et autres. C’est pourquoi Etienne a été relevé de son poste et de crainte pour sa vie il allait à l’université en taxi. Les tracts orduriers contre Sankara à Ouaga étaient rédigés par ce groupe. Il faut que les membres de la Direction de l’UCB disent la vérité pour avoir la conscience tranquille. Certains membres du Bureau de l’UCB ont été tués par Blaise.

    Répondre à ce message

    • Le 19 novembre à 14:05, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      mon frere merci pour dire la verite a ces generations qui n’ont pas vecu les choses : aujourd’hui c’est le jeu national que de venir mentir et pretendre souffrir de trous de memoire tout en se defaussant sur les morts et les absents. On sait le role tres negatif joué par le GCB/UCB dans cette affaire et les acteurs ont ete bien recompensés apres. Ludo Martens du PTB, en mercenaire de la plume, a joué un role fondamental pour rendre Blaise acceptable. Et pourtant il se dit de gauche ! Tous ces gens ont eu le temps de se concerter pour recevoir les directives de... pour savoir dans quel sens aller et quoi dire et quoi ne pas dire. Ils ont eu 34ans pour ca
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:04, par arsène bamogo En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Je ne sais pas à qui s’adresser pour ces fameux trous de mémoire, mais il commence à y en avoir trop dans ce procès. Le tribunal ne peut-il pas recourir à une expertise pour déceler le faux du vrai dans ces défaillances de mémoire ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 10:53, par Debu En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Beaucoup d’incohérences, déposition d’un lecteur de plusieurs documents pas celui de quelqu’un qui vécu les évènements.
    Surtout bcp de naïveté, je dirais de complicité..

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 11:36, par Sacré Burkinabè En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    L’organisation des Comités de Défense de la Révolution n’était pas parfaite sinon comment comprendre qu’un groupuscule d’ivrognes et d’aigris puissent pénétrés au Conseil de l’entente,assassiné le leader Sankara et mettre fin à la marche révolutionnaire de notre peuple.
    Or les masses populaires(BAPIR,CDR des secteurs etc) possédaient des armes,les fameuses "kalachs",PMC...et avaient tous reçus une formation militaire élémentaire pour défendre la révolution démocratique et populaire.
    Lamentablement,le pouvoir a changé de main facilement,la RDP c’est écroulée comme un chateau de sable,aucune résistance des masses populaires les jours d’après.

    Répondre à ce message

    • Le 19 novembre à 14:10, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      Oui cela pose la question du vrai role de ce que a fait Pierre ouedraogo responsable des CDR et 3e personnnage de la revolution, lui qui vient aujourd’hui se faire le defenseur de thomaas sankara. Et comme par hasard il est le seul a rester vivant dans cette affaire ! Pourquoi les CDR n’ont pas joué leur role ? Je ne comprends pas pourquoi ne pas lui avoir posé cette question. Peut etre que ca viendra !
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 12:06, par chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Internaute "Sacré Burkinabè", c’est qu’en réalité, ce qui s’est passé le 04 août 1983 n’est qu’un vulgaire coup d’état orchestré par des illuminés qui se prenaient pour des révolutionnaires.
    Voilà la vérité, le reste n’est qu’une construction savamment organisée pour masquer le mensonge et faire naître le "mythe Sankara" dans les esprits faibles comme cela se fait dans les villages avec des gens à qui on prête des superpuissances.
    Hontes aux insurrescrocs en faso dan fani !!!

    Répondre à ce message

    • Le 23 novembre à 14:01, par jan jan En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      @chasseurs d’i’nssurrescros, vraiment, bien parlez, c’est la vrai vérité, des illuminés qui pensaient qu’ils pouvaient changer le monde. Après avoir bénéficié de toutes sortes de bourses pour des études supérieures de qualité, grâce aux aînés d’alors, eux qui étaient majoritairement des enfants de "pauvres", ils avaient cru qu’ils pouvaient refaire le monde, surtout que beaucoup de ces révolutionnaires avaient intégré des sectes en Europe lors de leurs études supérieures.

      Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 13:02, par Ka En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Très, très, déchu de Traoré et YE dont on attendait que la vérité soit dite pour ce procès historique. Malheureusement tout le monde veut jouer le trou du mensonge. Mais comme on le dit : ‘’’’’’Le mensonge court vite et prend l’ascenseur, mais la vérité qui va beaucoup plus lentement, et qui prend les escaliers fini toujours par rattraper et même dépasser le mensonge.’’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 15:03, par A qui la faute ? En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Sur les "tracts orduriers qui insultaient", le témoin affirme que l’auteur était Salifou Diallo

    NO COMMENT

    Répondre à ce message

    • Le 1er décembre à 12:14, par Carba En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      Vrai no comment.
      Si toi Etienne tu connait les auteurs des tracts orduriers qui insultaient Sankara, tu dois connaitre aussi les auteurs des tracts qui insultaient Blaise. Mais là, tu es muet comme une carpe ou bien s’agit-il de tous de mémoire. Si c’est le cas, ces trous semblent se refermer seulement devant certaines personnes inamicale.

      Vieux père, on sens l’esprit revanchard dans ton témoignage. Heureusement pour toi que Gorba n’est plus là pour te répondre, si non tes trous de mémoire allaient devenir des caniveaux de mémoire.

      Répondre à ce message

  • Le 20 novembre à 15:25, par Ka En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

    Mon ami SOME Si je suis déchu par ces deux qui devaient s’assumer devant les juges sans trous de mémoire, c’est que l’un a parcouru le monde entier pour défendre pourquoi ils ont tué Thomas Sankara, et l’autre s’est battu pour l’intégrité croyant que Thomas Sankara a été tué par accident. Mais j’espère qu’à la barre d’autres témoins de bonne foi peuvent encore rectifier les choses.

    Tout donc je regrette pour ce procès historique c’est que Salif Diallo n’est pas là pour boucher les trous des mémoires des menteurs, lui qui disait a un ancien ministre du CNR a sa sortie ici sur Lefaso.net qu’ils étaient trompé par Blaise Compaoré. Ce même ministre nous apprenait qu’en 2016, lors d’une session à l’Assemblée nationale, le feu Salifou Diallo avait déclaré qu’en dehors du CNR qui a su proposer une politique de développement original conformément aux aspirations du peuple, aucun autre régime n’a pu vraiment s’inscrire dans une telle dynamique depuis l’indépendance. Salif Diallo qui s’est approché a cet ancien ministre du CNR pour qu’il soit son conseiller à l’AN, lui a dit que eux tous avaient été trompés par Blaise Compaoré et qu’ils s’en étaient rendu compte après. Mais il disait aussi qu’un jour, il souhaitait vivement qu’à cette occasion chacun ait à se prononcer. Et lui, il avait sa part de responsabilité, il savait aussi qu’ils ont été induits en erreur par l’introverti Blaise Compaoré.

    Mon ami SOME, c’est dommage que Salif Diallo n’est plus là, s’il passait à la barre devant les juges militaires comme témoins, toutes les mensonges de tous ceux qui ont les trous de mémoire et mentent à gogo seront déchus.

    Conclusion les juges militaires doivent entendre des personnes de bonne foi comme tous les anciens ministre du CNR toujours vivants pour dire le droit a ces assassins qui mentent comme ils respirent. Se pressé pour finir vite avec ce procès et faire venir Blaise Compaoré avec honneur n’est pas la solution. Blaise Compaoré ni Zida ne peuvent rien pour réconcilier les Burkinabé sans la justice. Si Blaise Compaoré veut revenir au Burkina, personne ne l’empêche, mais il doit passer par la justice comme tout le monde. Car, la réconciliation est l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte.

    Répondre à ce message

    • Le 22 novembre à 17:29, par SOME En réponse à : Assassinat de Thomas Sankara : Pr Étienne Traoré sur les pistes d’Abidjan et Lomé

      Mon ami ka, tu connais mieux que moi la mare politique du burkina infestés de crocodiles aux dents plus acerées les unes que les autres. Oui c’est dommage qu’un salif diallo ne soit plus là. Et on comprend pourquoi il est parti de cette facon là... Il est dommage surtout qu’un Valere some ne soit pas là aussi. Et on comprend aussi comment il a pu mourir de cette facon là. Toutes ces morts arrangent bien les affaires de certains, surtout aujourd’hui.
      Quant a salif diallo, je ne suis pas d’accord avec toi quant a sa sincerité : qu’un salif vienne dire, la main sur le coeur, qu’il a ete trompé par blaise compaore, c’est un peu trop gros la tactique ! Je rigolais jaune quand on dit de salif un baobab politque. de la pure flagornerie ! Tous on sait qui etait ce personnage et comment il fonctionnait, meme lorsqu’il etait etudiant a ouaga. Et on sait ce qu’il faisait sur le campus, meme avant l’avenement du CNR. Qu’un salif ose ait le culot de venir dire que le CNR avait le seul programme qui convienne au peuple ! C’est indecent (mais ca c’est de la morale !) Ce n’est qu’une tactique pour recuperer l’aura de sankara dont il a ete le cerveau actif pour eliminer. Tout salif : toujours dans les basses manoeuvres. Oui ca me fait mal qu’il n’y ait pas eu de confrontation valere some / salif diallo/ etienne traore/jean pierre palm/pierre ouedraogo et bien d’autres. Mais ceci n’est qu’un debut si ces terroistes laissent faire. Et on sait pourquoi ca redouble d’attaques
      comme dit le proverbe dagara : le to tarde a cuire, mais on finira par manger, peut etre pas a satiete mais ce qui est sur on ne dormira pas a jeun
      SOME

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le général Diendéré a-t-il envoyé son chauffeur chez un témoin ?
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : L’accès au conseil interdit après le passage du cortège de Sankara, selon le témoin Abderrahmane Zétiyenga
Attaque du BIA à Koudougou : Selon un témoin, c’est Gilbert Diendéré qui coordonnait la mission
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Gilbert Diendéré remet en cause les déclarations de Léonard Gambo
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le 35e témoin, Lankoandé Arzouma, à la barre
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Un témoin donne l’identité des deux soldats qui ont abattu Sankara
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moumouni Koïba, le soldat chargé d’apporter du café noir aux soldats du conseil de l’Entente
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le chef de détachement du BIA Sawadogo Wendyelé livre sa version des faits
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le chef des engins blindés à la barre
Procès Thomas Sankara et douze autres : Venu rencontrer Thomas Sankara, Bamouni Boubié assiste à son assassinat
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Hien Sansan dit avoir été envoyé en mission dans les garnisons par Gilbert Diendéré
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le témoin Bationo Jean Bapio livre son témoignage
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés