Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le plus grand secret pour le bonheur, c’est d’être biеn аvес sοi.» Bernard Le Bovier de Fontenelle

Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • mardi 15 novembre 2005 à 09h36min

Salif Diallo, directeur de la campagne de Blaise Compaoré

C’est une ambiance paisible de lendemains de vote qui régnait dans la matinée d’hier au siège de la Direction nationale de la campagne présidentielle du candidat Blaise Compaoré, sis à la Zone du Bois.

En effet, dans la nuit du 13 au 14 novembre 2005, c’était la veillée d’arme dans une salle sur l’étage, dénommée salle des machines ou se trouve un important dispositif informatique. Les directions régionales de campagne y envoient les résultats du vote. Grâce à un logiciel qui a été installé, une synthèse est faite et on avait sur le coup la tendance générale. Pour faire un point global de ce vote, on nous dira que tous les directeurs régionaux de campagne étaient attendus dans la soirée d’hier. Durant cette même nuit qui a suivi le vote, le siège a reçu aux environs de 23 heures, une visite inattendue : celle du candidat Blaise Compaoré.

Au rez-de-chaussée du bâtiment, la salle réservée à la rédaction du journal de campagne « l’Espérance » grouille de monde. On y prépare activement la sortie du 25e numéro de ce « journal du candidat ». Joviale comme à ses habitudes, la rédactrice en chef Mafarma Sanogho, par ailleurs chef, de département communication de la campagne qui vient de se terminer, était au four et au moulin. Tantôt, elle gravissait les escaliers pour rejoindre le niveau supérieur du bâtiment où se trouve d’autres bureaux, tantôt elle en redescend pour accueillir des visiteurs d’une matinée, qui se bousculent au portillon pour rencontrer le maître des lieux, Salif Diallo, au premier étage.

Votre candidat est venu vous rendre visite dans la nuit du vote. Que s’est-il passé ?

• Notre candidat est venu voir ses troupes. Il est venu s’imprégner de ce que nous faisons dans l’attente des résultats. Mais il est surtout venu encourager ceux qui travaillent d’arrache-pied. Il a suivi et mené la campagne lui-même. Donc, il n’a pas peur de l’issue du suffrage, car il connaît les rapports de force sur le terrain.

Maintenant que des chiffres assez représentatifs commencent à tomber, pensez-vous pouvoir éviter son ballottage ?

• S’il y avait ballottage, cela dénoterait d’une situation extraordinaire et incroyable. Au vu de la mobilisation sur le terrain et des premiers résultats provisoires que nous avons, c’est non seulement une victoire, mais un véritable raz-de-marée autour de Blaise Compaoré à travers les chiffres que nous continuons de recevoir. Je ne suis pas autorisé à vous les donner, mais ils sont là et parlants. Dans la région de Bobo, notre candidat gravite autour de 75 et 76% des voix. C’est d’ailleurs l’un des scores le plus faible. Dans le Yatenga, il a entre 80 et 83%. Dans le Sahel, c’est pareil.

Mais quelque part, pendant cette élection, vous vous êtes rendu compte qu’il y a tout de même des candidats qui commencent à émerger notamment...

• Non ! Aucun des candidats n’est de taille. C’est plutôt du misérabilisme politique. Presque tous ont obtenu des voix, parce que des électeurs se sont trompés d’effigie sur le bulletin de vote. D’ailleurs, on se rend compte que ce sont nos militants à nous qui se sont trompés. Je prend le cas de Dano : Nayabtigoungou Congo Kaboré a eu deux voix parce que tout simplement, il portait un habit en cotonnade. Les paysans dagaris ont cru que c’était Blaise Compaoré. De même à Bobo, en voyant Norbert Tiendrébéogo, certains ont cru que c’était notre candidat.

Convenez avec nous qu’il y avait quand même des candidats qui possédaient un programme politique. Allez-vous prendre en compte le contenu de ces programmes si toutefois votre candidat doit occuper le Palais de Kosyam ?

• Ils n’ont pas de programme...

Celui de Bado par exemple...

• Bado n’a pas de programme. Le « Badoïsme » n’est pas un programme politique !

Voulez-vous dire qu’il n’y a pas une idéologie derrière tous ces programmes ?

• Quelle idéologie ? S’ils en avaient une, ils auraient réalisé un meilleur score. Ils ont plutôt aligné une kyrielle d’injures et de calomnies. Voilà ce qu’ils ont fait. C’est d’ailleurs pourquoi il y en a qui ont voté Blaise Compaoré pour les punir, pour leur apprendre comment se comporter en politique.

Des cas de fraude auraient pourtant été signalés à Koudougou, notamment dans le bureaux de vote sis à l’Université de Koudougou où des gens auraient été payés pour aller aux urnes !

• C’est une minablerie. On vous a donné les preuves ? Tant que l’opposition ne cessera pas de mentir éhontement, ça n’ira pas dans ce pays. Ils inventent toujours des choses sans en apporter les preuves. Il y a douze candidats. De toutes les façons, nous n’avions pas besoin de frauder. Ce n’était pas une élection à risque pour nous. Nous avons battu l’opposition avant même les votes.

De quelle manière !

• Eh oui ! comme le disait les sages chinois, en guerre comme pendant une élection, il faut vaincre l’ennemi par son dispositif. L’opposition est allée en rangs dispersés. Ils évoquent souvent le problème de moyens. Ce n’est pas une question de moyens. Ils n’avaient même de représentants dans les bureaux de vote. Quand on va à une présidentielle, on ne va pas comme pour une chefferie de quartier. Je pense que l’opposition doit commencer par faire des états généraux pour faire son propre bilan. Ils sont inexistants sur le plan organisationnel.

Issa K. Barry

L’Observateur

P.-S.

A lire aussi :
Présidentielle 2005

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2005 à 14:11, par Lénine En réponse à : > Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

    Tant que vous n’allez pas arrêtez de voler et de piller ce pays, vous créez de graves dangers et tôt ou tard les gens se passeront autrement.Tant que vous allez rendre les gens misérables pour mieux faire d’eux du bétail électoral, ce sera toujours de telles mascarades électorales.A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

    • Le 15 novembre 2005 à 14:59, par Lefaso.net En réponse à : > Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

      Monsieur Lénine,

      Si vous voulez commenter les articles, faites-le simplement, poliment.
      Sinon, je vais non seulement continuer à effacer certains de vos messages mais aussi carrément bannir votre IP des forums.

      Vous êtes libre de dire ce que vous voulez, dans le respect des autres et des animateurs du site.

      C. Paré

      Répondre à ce message

    • Le 16 novembre 2005 à 06:09, par Albertine En réponse à : > Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

      Monsieur Lénine, comme vous l’a fait si justement remarquer Mr paré, le respect est de rigueur envers tout le monde à commencer par vos propres concitoyens, mais passons.Vous portez des accusations bien lourdes, et ce, sans preuves.Les accusations que vous portez sur les hommes publiques sont des propos de maquis ni plus ni moins, et je ne m’abaisserais pas à les commenter.Nos hommes d’état sont assez forts,assez clairvoyants et assez déterminés pour passer outres ces calomnies de bas étages et continuer à oeuvrer ardement et quotidiennement pour notre bien-être malgré la paresse, l’opposition vide et la mauvaise foi carctérisée d’une minorité qui à l’instar des tonneaux vides est très bruyante.Cependant, les insultes ques vous proférez à l’endroit de mon peuple et de mes frères et soeurs m’indignent.En effet, dites moi par quel tour de magie on peut transformer des hommes et des femmes intègres et intelligents en "bétail élecetoral" .Nous ne sommes pas des animaux monsieur, respectez notre liberté de choisir le candidat qui nous convient, qui nous ressemble et qui nous rassemble pour avancer vers des lendemains aussi brillants que l’étoile qui scintille au milieu de notre drapeau, ne vous en déplaise.Je terminerais en vous disant que bien que le français ne soit pas notre langue maternelle, il me semblait assez évident que la phrase de Mr Diallo concernant le fait qu’ils n’aient pas besoin de frauder pour gagner était assez simple à comprendre,je vous rappelle que ces messieurs, le candidat Blaise Compaoré, son directeur de campagne, et leur équipe au complet, sont des gens, formés, et compétents,et que ces discours expriment en fait leur déception face à la quasi-inutilité de se battre et de se démener pour convaincre les électeurs de voter CDP.Et pour cause, je les comprend, ce n’est pas très sympa de la part de l’opposition de promettre une vraie campagne, et de qui se retirer, qui décourager les indécis au point de les encourager à voter pour Blaise Compaoré, ce n’est pas du jeu.Monsieur Lénine,s’il vous plait, que vous n’aimiez pas pour des raisons qui vous sont personnelles,le lièvre, est une chose que nous pouvons accepter, mais de grâce, reconnaissez au moins son indiscutable célérité.Nous en tous cas, le vert est notre couleur, celle de l’espoir, et Blaise Compaoré notre président, celui des hommes et femmes fiers, libres et intègres du Burkina Faso, un vrai Burkindi.

      Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2005 à 19:29, par Fils du Faso En réponse à : > Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

    "De toutes les façons, nous n’avions pas besoin de frauder. Ce n’était pas une élection à risque pour nous".
    Monsieur Diallo devrait réviser son propos car il prouve que le CDP peut frauder. Donc qu’il a pu avoir fraudé comme le dit l’opposition. Si vous pouviez frauder à ce scrutin, rien ne prouve que vous ne le faisiez pas jadis ou que vous ne le ferez pas. Les municipales et les législatives arrivent. Le CDP peut frauder s’il se sent en danger. Avis aux opposants et au peuple. En tant que directeur de campagne vos propos sont tout simplement honteux.

    Un Burkinabé de France.

    Répondre à ce message

  • Le 15 novembre 2005 à 22:24, par Theo En réponse à : > Salif Diallo : « Tant que l’opposition ne cessera de mentir éhontement... »

    Je suis conscient que Blaise Compaoré va gagner, fraude ou pas. Je respecte ceux et celles qui vont le voter pour des raisons diverses. C’est cela la démocratie. Que les perdants se cherchent leurs propres défauts et inaptitudes arrêtent de dire des inepties.
    Néanmoins, je ne crois pas que Salif Diallo, même s’il dirige la propagande, ne devrait ridiculiser pas les opposants. Nier l’émergence des candidats, leurs programmes politiques, leur débat socio-politique et leur maturité avérée (on est loin de la première campagne), c’est éxagérer un peu. Monsieur Diallo, tout le monde voit que les choses ont beaucoup changé. Auparavant, le CDP n’aurait pas autant misé sur une campagne pour s’assurer la victoire et les ébruitements de corruption de candidats ne seraient pas si médiatisé. On sait que Blaise gagnera mais on sent que les raz-de-marrées toucheront à leur fin au plus tard dans deux décennies. C’est le processus de tout un peuple qui est en marche. Nous devrions remercier tous les acteurs, qu’ils soient gagnants ou perdants à cette élection.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés