Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • jeudi 18 novembre 2021 à 12h40min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

En l’absence de l’accusé Tibo Ouédraogo, qui a vu son repos médical prolongé, c’est le Pr Domba Jean Marc Palm, qui a ouvert le bal des interrogatoires, en tant que témoin, ce jeudi 18 novembre 2021.

Le Pr Domba Jean Marc Palm est chercheur à la retraite, Président du Haut conseil du dialogue social (HCDS). Au moment des faits, il était membre du Comité central du Conseil national de la révolution (CNR). Il a également été ministre des Relations extérieures après les évènements du 15 octobre 1987, sous le Front populaire.

Il déclare qu’il ne pouvait rien dire des évènements du 15 octobre 1987, parce qu’il était domicilié dans la capitale économique du Burkina Faso (Bobo Dioulasso).

A la barre, il confie tout de même qu’il n’a pas été d’accord avec la déclaration qui a été lue à la radio et l’a fait savoir. "On y traitait Thomas Sankara de misogyne et autres...je ne sais pas qui l’a rédigée mais je n’étais pas d’accord", lance-t-il.

Me Anta Kissé, de la partie civile, a demandé au témoin s’il avait un commentaire particulier sur la déclaration de Boukari Kaboré dit le Lion, disant que c’est lui (Domba Jean Marc Palm) qui était à l’origine des tracts à Bobo Dioulasso.

"C’est faux. Boukari Kaboré est un piteux menteur. Il a inventé cette histoire de toutes pièces. Je rejette totalement cette accusation. Boukari Kaboré est un esprit faible et je trouve écœurante cette attitude", profère-t-il.

L’intervention du président du Tribunal, était à la hauteur du manque de maîtrise du septuagénaire, Domba Jean Marc Palm. Il n’a pas hésité à le ramener à l’ordre.

Lefaso.net
Photo : B24

Vos commentaires

  • Le 18 novembre à 11:42, par TINTIN En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Tu étais membre du comité central du CNR et apres le 15 octobre tu as été ministre du front populaire.On deduit que tu etais du camp de Blaise et que tu as profité du crime.Tu as eu les dividendes du crime.Tout le reste se comprend à partir de là.C’est aussi simple que cela.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 11:55, par Juste En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Il a été mon prof d’histoire-géo mais dans ce procès je trouve qu’il ne peut pas être objectif ; Jean Pierre Palm le tortionnaire en chef étant son parent direct. Il y a bien d’autres témoins qui peuvent éditifier l’assistance et les juges dans les débats. Si aujourd’hui la famille PALM sent le marteau plané faites venir par exemple l’ex ambassadeur du Burkina en Libye pendant la révolution pour qu’il vous montre les oeuvres de Jean Pierre dans le domaine de la torture. Il a toujours les traces de ces années de plomb et ce, à vie. Demandez pardon aux victimes au lieu de chercher des faux fuyants, c’est vous les mauvais civils qui avez melangé les militaires pour provoquer le 15 Octobre 1987. Qui étaient les vrais idéologues du Front Populaires ? Vous aviez toujours eu une dent contre SANKARA et on le sait ; il ne voulait pas encourager la courte échelle et l’ascension fulgurante de vous et de vos parents. C’est pas plus compliqué, aujourd’hui les choses vous rattrapent ; assumez donc.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 12:07, par Wendmi En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Comment on peut être "mêlé" à une histoire de coup d’Etat ayant occasionné la mort de plus d’une dizaine de personnes et être Président d’une structure de dialogue sociale. Dès l’instant qu’il a été cité comme témoin dans une histoire aussi emblématique comme l’assassinat de Thomas Sankara et ses 12 compagnons, il n’était plus question qu’on lui mettre à la tête du HCDS. Quel crédibilité peut-on avoir vis à vis d’une telle structure ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 12:24, par yat En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Effectivement BOUKAREY a déçu les Burkinabè. On s’attendait de sa part des pistes mais pour savoir qui a réellement tué notre mentor. Mais il est venu légitimer les déclarations du Gal et raconter sa vie. Un soutient déguisé au Gal. il est vraiment d’esprit faible et fuyard. On l’a vu à KOUDOUGOU et à MAKOGNADOUGOU ; prrrrrrrr !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 12:25, par chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Hallelujah, tout va se savoir. Tous ceux qui beurrent leurs épinards sur le cadavre (jamais retrouvé) de Thomas Sankara en auront pour leurs comptes.
    En avant pour le grand déballage !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 13:07, par Sacksida En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Rapellons a Jean Marc Palm un des hommes de main de Blaise compaore des menaces a certains militants de la Revolution Democratique et Populaire qui defendaient Thomas Sankara a Bobo Dioulasso une semaine avant le 15 octobre 1987 : Vos chefs seront chaties a Ouaga et vous vous retrouverez orphelins sans aucune protection, en ce moment, l’on vera bien qui rita le dernier. Quand apres le 15 octobre 1987, Jean Marc Palm est nomme Ministre des Relations Exterieurs de Blaise compaore et que celui-ci l’a envoye en mission dans le Sud de l’Afrique pour justifier l’assassinat du President du Faso Thomas Sankara, les autorites l’on recu ; et l’ont demande de quitter leurs pays car ils sont bien informees des responsables et des executants de la mort de Thomas Sankara. En tout etat de cause, Jean Marc Palm et petit Frere Jean Pierre Palm etaient des serviteurs zeles de Blaise compaore et du Front "Populaire " et des hommes honnetes proches de Sankara ont subit des reglements de comptes gratuitement. Juste apres le 15 octobre certains jubilaient parce qu’ils ont pris la chose la c’est a dire le Pouvoir. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 13:51, par l’Intègre En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    c’est plutôt toi qui est un éternel et salle menteur. Oui tu l’étais et tu l’est actuellement sous les boubous de Roch sans qu’il ne le sache.
    Tu as défendu ce communiqué après à l’étranger non ?
    Tu as la chance de ne pas être parmi les accusés et tu veux t’y ramener n’est ce pas. on sait tout hein

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 14:44, par Dire En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    On connait moins Boukari Kaboré Le Lion à Bobo ; cependant y est bien connu Palm Domba Jean Marc prof au Lycée Ouezzin Coulibali, tout comme son frère Palm J. Pierre officier de Gendarmerie.
    Dans ce procès, tous deux nient les faits. Mais pour qui connait le Landerneau politique de Bobo à l’époque, sait que J. Marc y animait et agitait en toute impunité, toute une coterie de scolaires et de professeurs du LOC acquis à ces idées matinées d’un dogmatisme simplicitaire agité contre les régimes Lamizana et Saye Zerbo ; une agitation qui le situait idéologiquement par défaut et à tort dans le camp de la révolution ; ce qui était une erreur monumentale pour des élèves manipulés, mais relevait d’un opportunisme calculé pour tous ces enseignants du LOC et dont nombre comme Palm lui-même deviendront, à la suite de la décapitation criminelle de la RDP de Thomas Sankara et ses camarades, soient Ministres, soient ambassadeurs ou grands commis de l’Etat au service de la Rectification et de Blaise Compaoré.
    De ce parcours, jusqu’à nos jours, les frères Palm sont loin d’être atteints d’amnésie ; et c’est au Tribunal d’être naïf ou non face aux dénégations de tels Gros poissons nageant en eaux troubles que charrie notre histoire.
    Jean-Marc est et reste un opportuniste de haut vol, comme toutes ces raclures politiques qui peuplent la classe politique burkinabè. Leur capacité à sentir la direction des vents tournants est phénoménale.
    Hier par opportunisme et dogmatisme en bande organisée, ils ont fait capoter la RDP, démoraliser des consciences honnêtes ; et aujourd’hui encore, portés par les mensonges et les dénégations, ils obscurcissent l’Histoire de la décapitation criminelle de la RDP.
    Il est le type de personnage qui n’est jamais à la retraite. Il est toujours en embuscade ou en service commando au compte de l’endocolonat réactionnaire, mafieux, corrompu et d’orientation politico-ethnique ou régionaliste avérée. Il n’est donc pas étonnant de le retrouver, au compte de la Présidence de la République, à la tête du HCDS (Ht conseil du dialogue social - 250 millions de cfa de dotation allouée par La Présidence du Faso). Un machin vide de sens, hormis le service social et criminel mafieux qu’il rend au régime, au patronat compradore et aux bureaucraties syndicales couchées à la soupe et tous missionnés à l’éviscération et à la dévitalisation du syndicalisme de luttes au Burkina-Faso ; ce syndicalisme démocratique et populaire qui a accompagné l’avénément de la RDP.
    Avec J. Marc, tout est affaire de coterie opportuniste, d’agitation de chapelle dogmatique, d’arrogance feinte, de faux airs de probité honnête, avenante et fêtarde. L’homme est passé de la RDP à la contre-révolution endocoloniale au service de Blaise et ses héritiers politiques aux affaires ou dans l’opposition réactionnaire néolibérale ; et aujourd’hui, J. Marc travaille honnêtement et cyniquement à désarmer la classe ouvrière burkinabè par son fameux dialogue social. Dans ses capacités à mentir, il est à son affaire et ne dort pas ! Et c’est au Tribunal devant l’Histoire de ne pas l’oublier ou le perdre de vue !
    Na an lara, an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 14:54, par Éric de de KOURIA En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Monsieur Domba Jean Marc Palm a été un des piliers du Front Populaire. Il ne peut pas le nier ! Tous ceux qui ont connu cette époque, se souviennent encore de sa joie et de ses sourires hypocrites. Qu´il dise aujourd´hui « qu´il n’a pas été d’accord avec la déclaration qui a été lue à la radio et qu´il l’a fait savoir », nous sommes en droit de douter de sa bonne foi. Tout puissant ministre des relations extérieures du Front Populaire, nul doute qu´il ne pouvait qu´être au parfum des choses. Pourquoi a-t-il eu ce poste, tandis que d´autres étaient tués, torturés ou emprisonnés. !? Pourquoi attendre le procès pour dire qu´il n´était pas d´accord !? Il a fait savoir à qui à l´époque qu´il n´était pas d´accord !?
    Ceux qui ont exprimé à Blaise COMPAORÉ leur opposition aux faits et aux mesures des nouvelles autorités suite au 15 octobre 1987, ont été tués ou emprisonnés ! Quels sont ceux qui parcouraient les capitales des pays Africains pour expliquer ou justifier les événements du 15 octobre !? Ce sont eux qui ont fait Blaise COMPAORÉ ! Ce sont eux qui l´ont maintenu au pouvoir ! Ils ont tous profité des largesses de Blaise COMPAORÉ. Je suis d´ailleurs surpris qu´il n´ait pas été convoqué par le juge ! Après les événements du 15 octobre, les premiers visages que les Burkinabès ont vu sur les écrans de télévisons sont bien sûr eux : Gabriel TAMINI, Jean Marc PALM, Jean Pierre PALM, feu Salif DIALLO…et compagnies !
    Lui et son petit frère se sont retrouvés au premier plan après le 15 octobre 1987. Est-ce un hasard !? Personnellement je ne pense pas, car le nouveau ne pouvait que faire appel à ses partisans inconditionnels !
    Il peut regretter son passé, c´est à dire son passage au Front Populaire, au CDP, et au MPP, mais nous lui permettrons pas qu´il insulte les honnêtes citoyens. Entre le colonel Boukari KABORÉ alias le lion, et ce Jean Marc PALM, le choix est vite fait !

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 15:30, par Mechtilde Guirma En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Monsieur le Ministre,

    Vous avez été mon ministre, un bon ministre également. Je vous dois respect et amour. Cependant quand vous refusez de croire que Thomas Sankara n’était pas misogyne, alors là, je ne vous suis pas. Thomas Sankara utilisait les femmes pour atteindre ses ennemis c’est à dire leurs maris, notamment dans cette histoire de recrutement des prostituées à la présidence. Un exemple, son ami de « Jeune Afrique », Sennen Andréamirado, avait fait publier sur la couverture de son journal en gros titre que Sankara avait engagé des prostituées à la présidence suivi en gros plan de la photo d’une de ses meilleures ministres, une femme très compétente rangée, vrai intellectuelle et femme de foyer en plus. N’eût été les parents de la femme amis et amies et ses parents sponsaux qui l’ont soutenue et lui faire violence de se taire devant ce sanguinaire maniaque, on aurait connu beaucoup de drame même jusqu’à nos jours. Et pour cause c’est que Sankara ayant débauché de leur poste administratif des femmes de hauts fonctionnaires pour les mettre dans son cabinet, était une façon de montrer à leurs maris qu’il était seul maître de décider de leur état matrimonial. Et croyez-moi, aucune de ces femmes ne m’ont jamais rencontré ni même parlé. Elles ont subit leur martyr au même titre que leurs maris, et tenu fièrement tête à Sankara, pour lui montrer qu’il n’était pas un dieu auquel elle doivent soumission. Leur rôle s’arrêtait au travail administratif demandé point-barre. Si elles ont accepté d’être à la présidence, c’était pour éviter à leurs maris la peine de mort quelque soit les humiliations qu’ils auront à subir.
    Il vaut mieux que ce procès s’arrête et qu’on avance vers la réconciliation. Car si on veut la vérité, tout le monde dans ce cas devrait s’assumer au lieu de trier sur le volet.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 16:40, par billy billy En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Tu as mangé tu continu à manger il faudra dire la vérité.
    Pour vous le pouvoir de Blaise s’étais la famille. maintenant dite la vérité avec le frangin.
    Les tous puissants de l’époque. Tout ce sait à Ouagadougou.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 17:15, par Kouda En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Mechtilde Guirma,
    Votre haine de Sankara et votre obscurantisme religieux vous rongent profondément et malheureusement, nul ne peut vous secourir. On parle de misogynie et vous divaguer complètement.
    Vraiment triste pour vous.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre à 08:47, par Pindare En réponse à : Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « Boukari Kaboré est un piteux menteur », dixit Domba Jean Marc Palm

    Un sage m’a dit un jour : connais-tu le plus grand défaut des méchants ? Je dis :non. Il me dit : le mensonge. Les méchants sont comme des demonts ils ne projettent pas ni ne calculent pas demain leur passé les rattrape. Les accusés et les complices du 15 Octobre 1987 et des jours lendemain sont face à leur destin. On voit aujourd’hui s’il peuvent décider du destin des autres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le général Diendéré a-t-il envoyé son chauffeur chez un témoin ?
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : L’accès au conseil interdit après le passage du cortège de Sankara, selon le témoin Abderrahmane Zétiyenga
Attaque du BIA à Koudougou : Selon un témoin, c’est Gilbert Diendéré qui coordonnait la mission
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Gilbert Diendéré remet en cause les déclarations de Léonard Gambo
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le 35e témoin, Lankoandé Arzouma, à la barre
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Un témoin donne l’identité des deux soldats qui ont abattu Sankara
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moumouni Koïba, le soldat chargé d’apporter du café noir aux soldats du conseil de l’Entente
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le chef de détachement du BIA Sawadogo Wendyelé livre sa version des faits
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le chef des engins blindés à la barre
Procès Thomas Sankara et douze autres : Venu rencontrer Thomas Sankara, Bamouni Boubié assiste à son assassinat
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Hien Sansan dit avoir été envoyé en mission dans les garnisons par Gilbert Diendéré
Procès "Thomas Sankara et douze autres" : Le témoin Bationo Jean Bapio livre son témoignage
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés