Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

Accueil > Actualités > Opinions • Lefaso.net • mardi 16 novembre 2021 à 22h30min
Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

Dans cette "lettre ouverte aux Burkinabè", Cyprien Ouédraogo estime que la crise sécuritaire met en péril l’existence du Burkina. D’après lui, il manque l’unité nationale nécessaire à la résolution du problème sécuritaire. Pour créer cette unité nationale, il suggère au Président du Faso et à tout le peuple burkinabè de créer une situation de transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale. Lisez plutôt.

"Ouagadougou, le 15 novembre 2021

Excellence Monsieur le président du Faso
Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée nationale
Chers Burkinabè

Puisqu’il est du devoir de tout citoyen de contribuer à l’édification de son pays, permettez-nous, d’apporter ici la nôtre, au bon fonctionnement, à la gestion et au bien-être de notre pays, surtout en ce moment où il se trouve dans un imbroglio sans précédent. Puisque notre pays se trouve dans une situation critique de crise, et qu’une proposition concrète serait attendue, nous proposons une transition politique pour essayer de résoudre le problème. Car la situation de notre pays mérite une attention particulière de la part de chaque Burkinabè pris individuellement et tous les Burkinabè pris ensemble.

1. La situation actuelle de notre pays est critique

Notre pays le Burkina Faso est encerclé, il est sérieusement menacé d’être pris. Au risque de nous faire traiter de prophète de malheur ou d’oiseau de mauvais augure annonçant l’apocalypse, nous voyons, poindre à l’horizon au Burkina Faso, une situation similaire à celle du Haut-Karabagh en 2020. Il y a que ceux qui ont été aveuglés par le pouvoir qui ne peuvent apprécier lucidement la situation. La crise sécuritaire va conduire à une prise de notre pays.

Le peuple Burkinabè a pris conscience de la situation, mais nous trouvons qu’il ne mesure peut-être pas encore assez les conséquences de ce qui va arriver (si rien n’est fait). De deux choses l’une : soit l’Etat burkinabè finira par consentir un « autre deal » à l’envahisseur en lui cédant une partie du territoire national, soit les Burkinabè se réveilleront un jour et trouveront que tout leur pays est pris. Donc, évitons les déclarations politiques de nature à envenimer la situation en voulant utiliser l’armée pour intimider le peuple lors de certaines sorties.

2. Elle est déplorable et malheureuse la sortie du président du MPP.

Le régime en place n’a pas besoin d’intimider ceux qui pensent à un éventuel coup d’Etat. Il ne doit pas non plus attendre que plane l’ombre d’une insurrection pour résoudre un quelconque problème touchant le pays si vraiment il œuvre pour l’intérêt général de tous les Burkinabè. C’est dans ce sens que nous trouvons déplorable, malheureuse et scandaleuse la sortie du Président du MPP en réponse au CFOP à la date du 13 novembre 2021. Nous n’osons même pas répéter ses propos ici parce qu’ils contiennent une en soi une poisse. Comme quoi, « quand les dieux veulent vous punir, ils exaucent vos vœux ».

Nous dirons simplement ceci : Si une armée républicaine est une armée qui est juste capable de protéger un régime en place mais incapable de défendre son pays en danger, quelle armée avons-nous au Burkina Faso ! Quelle insulte à notre armée nationale ! Nous n’osons pas encore croire aux rumeurs qui circulent selon lesquels des éléments de notre armée seraient en train de faire « un deal » avec le régime en place par rapport à la situation sécuritaire. Nous craignons seulement, qu’un jour, si jamais il y avait une nouvelle insurrection, pendant que l’armée sera en train de protéger le régime en place, la population ne trouve l’ingénieuse idée de s’attaquer systématiquement aux familles des « corps habillés »…

En attendant, tout dépend toujours du régime en place. Il faut que le président du MPP se rappelle qu’il est le président de l’Assemblée nationale, une institution dont les assises dépassent les limites et le pouvoir du MPP. En tout cas, avec cette sortie du 13 novembre 2021, c’est le président du MPP lui-même qui semble remettre en cause l’unité nationale et nous fait douter gravement de la bonne foi du président du Faso (qui se rappelle certainement qu’il a la légalité du pouvoir mais pas la légitimité du peuple), qui a lancé un appel à l’unité nationale dans cette situation de crise sécuritaire.

3. L’appel du président du Faso

En effet, dans cette crise, le Président du Faso n’a cessé d’inviter les Burkinabè à l’unité nationale. Dans sa conférence de presse du 27 octobre 2021, en prélude au 61ème anniversaire de l’armée nationale burkinabè, le ministre de la Défense de notre pays a déclaré que « l’action militaire seule ne viendra pas à bout du terrorisme si la nation ne participe pas. » Et le 1er novembre 2021, lors de la cérémonie marquant le 61ème anniversaire de l’armée nationale, le chef de l’Etat a relancé son appel à cette unité nationale. En écoutant l’appel répété et relancé à l’unité nationale, nous nous sommes dit qu’enfin, la vérité a été dite clairement au peuple.

Et nous entendions résonner en nous (comme si c’était le Président du Faso qui le disait) ce que le Président Abraham Lincoln avait dit : « j’ai une grande confiance dans le peuple. Si on lui dit la vérité, on peut compter sur lui pour faire face à n’importe quelle crise nationale. L’important est de lui présenter la réalité des faits. » Et encore : « on peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps ».

Oui, il était temps de dire clairement la vérité au peuple burkinabè pour ne pas continuer à lui mentir. L’armée seule, c’est-à-dire l’Etat Burkinabè (entendez par ici, le Gouvernement de la partie majoritaire présidentielle) ne viendra pas seul à bout du terrorisme. Il faut la participation de la nation burkinabè tout entière. Voici une manière de dire : le Burkina Faso avec ses valeurs humaines africaines, est notre bien commun et c’est la seule chose qui nous restera en commun lorsque nous aurons tout perdu. Mais pourquoi, jusque-là, cet appel ou ce vœu n’a-t-il pas été suivi par une décision, un engagement qui soit à la hauteur de l’attente ? Parce qu’il y a quelque part un blocage.

4. Ce qui bloque

D’abord ce qui retarde la réponse à cet appel, ce sont la position et la situation crispées de la classe politique politicienne burkinabè qui est en train de faire ses calculs par tous les moyens. Le chef de l’Etat appartient à un bord politique, ce bord politique le chante haut et fort ; il n’est donc pas des autres bords politiques et ces autres bords politiques le renient haut et fort. Le pauvre peuple lui il est abusé. La sortie du Président du MPP est venue tout gâcher.

Les terroristes nous battent et nos politiciens se battent en plus. Encore faut-il qu’il nous reste un territoire où s’établir et un peuple à gouverner ? Ensuite, les vraies Organisations de la Société Civile (OSC), de plus en plus gardent le silence et n’osent plus entreprendre une action pour un quelconque changement. Pourquoi ?

Parce que simplement les faits montrent qu’il n’y a pas eu le changement qualitatif espéré (en tout cas pas à la hauteur des attentes) depuis l’insurrection de 2014. Ce dont on est sûr, c’est que le crime jusque-là n’a profité et ne profite qu’à quelques-uns et non à tout le peuple burkinabè. Conséquence : personne n’est prêt à se sacrifier encore une fois juste pour que les autres en profitent.

Enfin, pour ne pas être lâche ni téméraire, mais pour être courageux, il faut oser dire ceci : dans la situation actuelle, tant que le Président du Faso continuera à porter la casquette MPP pour lancer son appel à l’unité nationale, il ne pourrait avoir un écho favorable. Le peuple burkinabè refuse désormais d’être au service d’un parti politique, et nous le sentiment que beaucoup de politiciens burkinabè sont vomis par le peuple, parce que la plupart a montré ses limites et sa mauvaise foi au peuple.

Par conséquent, le Président du Faso doit prendre la décision historique qui s’impose ou bien tout le peuple périra. En tout cas, il manque nous l’unité nationale, pour que le problème sécuritaire soit résolu. Mais nous pouvons encore créer cette unité nationale en débloquant ce qui bloque, en détruisant ce qui nous désunit. Tout n’est pas encore perdu.

5. Comment débloquer la situation et créer l’unité nationale ?

Pour débloquer la situation et créer l’unité nationale, nous proposons au Président du Faso et à tout le peuple burkinabè de mettre en place une forme de gouvernance qui implique la nation burkinabè tout entière : une gouvernance participative qui ne s’appuie pas sur les partis politiques, mais qui fait appel à tous les Burkinabè, dans leurs diversités, sans distinction.

Car, dans l’état actuel où nous sommes, il semble urgent et impérieux de changer de paradigmes au niveau de la gouvernance politique. Il faut rebattre les cartes pour une nouvelle partie dans le jeu politique. C’est en cela, en partie, que nous pouvons espérer œuvrer ensemble à sortir notre pays le Burkina Faso de l’imbroglio dans lequel il se trouve actuellement. C’est le travail de fond à faire.

Concrètement, puisqu’il faut, au pire, créer une situation de transition politique, il y a deux options à faire. La première consisterait à ce le Président du Faso procède à la dissolution de l’Assemblée nationale et du Gouvernement. La deuxième, il s’agirait pour le Président du Faso de démissionner afin que le Président de l’Assemblée nationale (de droit) devienne Président du Faso (sans la casquette MPP).

Dans les deux cas, le but visé serait de former une Assemblée nationale et un Gouvernement de cohésion sociale, c’est-à-dire, une Assemblée nationale et un Gouvernement inclusifs avec tous les Burkinabé, dans leurs diversités culturelles, intellectuelles, professionnelles, religieuses et traditionnelles, en faisant fi des partis politiques.

Car sans l’existence des partis politiques, il n’y a plus de divisions qui tiennent lieu dans le contexte actuel où nous nous trouvons. La nation Burkina retrouve son unité et pourrait se sauver de la situation. Le peuple Burkinabè semble divisé à causes des partis politiques ; ce qui fait que la nation se trouve désunie. Pour aller à l’unité nationale tout en évitant une nouvelle insurrection, il faudrait aller vers la formation d’une Assemblée nationale et un Gouvernement de cohésion sociale.
L’Assemblée nationale pourrait être composée :

- De représentants des organisations de la société civile et des organisations syndicales
- De représentants des autorités et communautés coutumières et religieuses
- De représentants du secteur privé, des entrepreneurs, des employés et employeurs et des opérateurs économiques
- De représentants de chaque ministère
- Du président national de l’Enfance burkinabè
- Du président national de la Jeunesse burkinabè
- De la présidente nationale des Femmes

- De deux experts dans chacun de ces différents domaines [Diplomatie, Défense, Sécurité, Droit juridique, Droit constitutionnel, Droit public, Politique, Éducation, Santé publique, Économie, Finances, Enseignement supérieur, Développement, Communication, Agriculture, Aménagements hydro-agricoles, Eau et de l’Assainissement, Infrastructures, Énergie, Mines et carrières, Transports, Commerce, Industrie , Ressources animales et halieutiques, Urbanisme et Habitat, Environnement et économie verte, Culture, Arts et Tourisme, Sports et Loisirs, Sociologie, Anthropologie, Philosophie, Théologie(islamique, catholique, protestante et de la religion traditionnelle)].

Quant au Gouvernement, l’Assemblée nationale proposera au Président du Faso, des personnes ressources compétentes pour sa formation.

Si une telle Assemblée nationale et un tel Gouvernement sont mis en place, le digne et vaillant peuple burkinabè répondra illico presto, dans un sursaut patriotique, à tout appel pour le bien de tous. Sinon…

NB : Pendant que la nouvelle Assemblée nationale et le nouveau Gouvernement seront concentrés à réfléchir et à travailler à répondre aux questions posées par les crises sociopolitique, économique, identitaire, religieuse et culturelle (ce sont ces crises qui engendrent à n’en pas douter la crise sécuritaire,) on laissera les mains libres et on donnera l’ordre à nos braves et vaillantes Forces de défenses et de sécurité pour qu’elles s’occupent proprement de la situation sécuritaire : elles en sont capables. C’est leur travail. Elles savent que les régimes passent, mais l’armée reste.

Quant à la nouvelle Assemblée nationale et du nouveau Gouvernement nous attendons que de leurs réflexions et du travail soit accouché un modèle de Gouvernance adapté à la réalité socio-politique, économique, culturelle et religieuse de notre pays.

Faut-il conclure ?

La vraie conclusion se trouve dans l’engagement ferme et solidaire de tous les Burkinabè afin de prendre leur destin en main en œuvrant pour un changement significatif car l’essentiel n’est pas ce qu’on a fait de nous mais ce que nous faisons de ce qu’on a fait de nous.

C’est maintenant que notre pays, le Burkina Faso se trouve véritablement à la croisée des chemins au plan sociopolitique, économique, culturel et religieux. Pour choisir la bonne direction, cela nécessite un travail de fond (sans fonds à exploiter) : changer de paradigmes dans la Gouvernance politique.

Ce travail de fond se fera sur fond d’une bataille militaire engagée à fond. Si chacun fait sa part de travail qui lui revient, tout rentrera dans l’ordre et tout ira bien. Nous osons espérer que cette lettre ouverte ne nous donnera pas l’occasion de confirmer cette vérité sortie de la bouche de Georges Bernanos : être informé de tout et condamné ainsi à ne rien comprendre (et à ne rien faire), tel est le sort des imbéciles… !

En tout cas si nous sommes toujours là, à nous « amuser dans des fêtes », c’est parce que nous n’avons pas encore perdu la totalité du territoire national… Nous écrivons cette lettre au Président du Faso et à tous les Burkinabè pour que cela n’arrive pas. Et pour notre pays, nous nous engageons !

Veuillez agréer, Monsieur le Président du Faso, et chers Burkinabè, l’expression de notre respectueuse considération.

P.S : Nous n’avons pas écouté nos prophètes Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, Joseph KI-ZERBO…. Et nous voilà entre les mains de charlatans et de vendeurs d’illusions... Mais tout n’est pas finit. N’oubliez pas de prendre un de nos prophètes qui nous reste le Pr Laurent BADO comme président de l’Assemblée Nationale ou si la situation tourne autrement comme président de la transition. Ce ne serait pas un conseil de trop !

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Cyprien OUEDRAOGO

Ampliation :
Large diffusion

Vos commentaires

  • Le 16 novembre à 18:45, par Jean Paul En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Allez-vous nous foutre la paix avec vos histoires de transition ? L’inclusion de quelqu’un dans un gouvernement ou son exclusion n’est pas une solution aux problèmes qui assaillent le pays. À la moindre difficulté dans le pays il y en a qui rêvent déjà de transition.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 19:02, par L’autre Citoyen En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Des pays avant nous on subit très violemment,très durement mais aussi très longuement le terrorisme sans mettre en cause les institutions de leurs pays.
    Après lecture de cette lettre ouverte,au vu des marches organisées ici et là pour exiger les démissions du pouvoir exécutif et législatif, l’on peut dire que les terroristes ont atteint leur objectif principal.
    Oui,les terroristes ont atteint leur objectif principal.
    Je ne parle pas de l’objectif militaire mais l’objectif recherché par les terroristes :
    *Parvenir à destabiliser les institutions de notre pays en poussant des populations (pas le peuple) à se révolter contre les pouvoirs qui sont les socles et les piliers de notre démocratie,de notre vivre ensemble :
    *le pouvoir exécutif
    *le pouvoir législatif
    *le pouvoir judiciaire.
    Prenons garde à ne pas franchir cette ligne rouge.
    L’heure est à l’unité de tous pour vaincre le terrorisme et non à la division, à la dispersion...
    Uni pour la patrie, nous vaincrons !!!
    C’est l’avis aussi du citoyen que je suis.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 19:04, par Kenichi En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Evitez de publier des chiffons sur votre site.. Ceux qui disent ces âneries sont des terroristes de premier bord.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 20:22, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Jamais ! A tigui tehi !!!

    Les gens qui se sont réjouis de la mort de nos civils et militaires, soit disant que ça allait leur rapporter un "vote-sanction" là, qui ont opté pour négocier et nous soumettre tous à une charia médiévale là, qu’on a sanctionnés dans les urnes là, ils n’ont qu’à revenir nous commander sous prétexte que le pays est attaqué ???

    En d’autres termes, si les voleurs entrent dans ta maison plusieurs fois, découragé, tu va appeler ton rival, celui qui courtisait ta femme et que tu as coiffé là, pour lui remettre les clés de ta maison, avec ta femme et tes enfants en prime, ou lui proposer de"partager" femme et maison, sous prétexte de lutter contre les voleurs ? Sachant bien que son premier souci sera de t’expulser et garder tout, quitte à se débrouiller avec les voleurs !

    Mais vraiment hein, c’est quel genre de raisonnement absurde il nous a servi comme ça là lui ?

    Ne vous faites pas d’illusions hein : La première décision d’un pouvoir non élu qu’on accepterait au Faso serait de suspendre toute élection jusqu’à nouvel ordre au nom de la "situation sécuritaire". On sera parti pour 30 ans d’état d’exception minimum, peut-être même avec succession dynastique !
    Notre seul salut, c’est de rester dans la constitution.

    On se demande même finalement si toutes ces tueries n’ont pas pour seul but de provoquer cela ?

    L’unité nationale, c’est que les opposants qui ont perdu dans les urnes arrêtent de lorgner sur le pouvoir avant 2025 et fassent bloc derrière ceux qui ont été élus pour vaincre l’ennemi, ne serait-ce que pour avoir quelque chose à gouverner s’ils gagnent un jour ! Ça leur fera même des points pour gagner justement.
    Point barre !!

    Répondre à ce message

    • Le 16 novembre à 23:19, par Gwandba En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

      Voila ce que ça donne lorsque l’on quitte les copier coller pour s’exprimer par soi-même. On comprend que ça ne casse une patte à un serpent.
      Et tout le problème face auquel le Burkina se retrouve aujourd’hui, des personnes se prenant pour ce qu’elles ne sont pas mais à force de distribution de billets de banque en partie et la fraude électorale de l’autre, finissent par arriver à la tête de nos pays pour nous servir malheur et déshonneur couronnés par des assassinants quotidiennes de nos populations.
      Comme la solution ne se trouve pas sur internet où elle peuvent faire ce qu’elles savent faire de mieux, du copier coller sans comprendre les fonds de sujets et se répètent comme des horloges réglées à une heure précise peu importe le sujet, même quand il s’agit de la mort donnée lâchement par l’incompétence de ceux qu’elles soutiennent aveuglement pour des raisons qu’elles sont les seules à savoir.
      Il ne faut surtout pas qu’un panafricaniste, soucieux de la véritable indépendance du continent pense élever les consciences pour l’africain se prenne en mains car, cette vérité discrédite la fausse posture de ces béké et affilés.
      Elles procéderons par des tentatives de dénigrements, accusations vides de sens, calomnies diverses, malsaines et malhonnêtes les unes que les autres dans le seul but d’occulter la vérité qui ne les arrangent pas.
      Comment chauffer la marmite autrement ? En travaillant honnêtement peut être.
      Les périodes électorales sont une aubaine pour certains mais pas pour tous les burkinabé. Surtout pas ceux qui luttent et perdre la vie parce que des incompétents gèrent le pays à la manière mouta mouta.

      Répondre à ce message

    • Le 17 novembre à 14:12, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

      Y a des gens dont tout l’horizon se limite à "pro-ceci" ou "anti-cela" et qui prétendent entrainer le monde entier dans leur "Absurdistan".

      Pas le temps pour ces trolls... Nous pleurons nos morts, et tant pis pour ceux qui espèrent marcher sur leurs corps pour atteindre leurs objectifs égoïstes.

      Un certain Blaise Compaoré a appris que ce n’était pas si facile de changer la constitution. Aujourd’hui, un certain Cyprien Ouedraogo propose de jeter cette constitution défendue au prix du sang pour la remplacer par un "machin" de sa fabrication, sauf que lui n’a pas une assemblée à sa botte ni un RSP. Difficile de le comprendre...

      Bonne continuation hein, le troll. Écris autant que tu veux, mais n’espère pas de réponse, les autres ne vivent pas d’activisme...

      Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 20:51, par TANGA En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    C’est bien mais ce n’est pas arrivé.
    Le problème du Burkina, ce sont les politiciens vendus qui veulent jouer le jeu de l’occident, faire tomber le président pour octroyer plus de faveurs à leurs entreprises. Donc ils ne proposent pas de solutions alors que eux mêmes vivent dans le pays mais proposent de recommencer à zéro.
    A cela s’ajoute le comportement de tout un chacun ses Burkinabè qui veut vite et maintenant, donc est prêt à vendre n’importe quoi aux terroristes.
    Il faut noter que le perdant dans tout ça c’est les fds qui meurent.
    Pourquoi e pas surseoir aux manifestations et faire des propositions, pourquoi personne des opposants ne propose de faire une quête. Bois avez l’argent pour faire sortir les gens mais jamais pour les fds. Oui il y a de meneurs qui ont reçu de fortes sommes.
    C’est toujours les mêmes. Ils ne sortent jamais sans avoir empocher.
    Bref, c’est le Burkina de nous tous, sachons raison garder.
    J’aimerais que le capitaine Pierre prenne des jeunes et les forme pour la guerre. On verra où les terroristes vont rentrer eux et leurs mentors.

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 21:23, par Yako En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Merci mon frère pour cette publication. En effet, au sortir de l’insurrection le pays a été pris en otage par le couple Zida/Kafando d’une part, le mmp et alliés dautre part.Ce qui explique en partie les difficultés que nous connaissons aujourd’hui.C’est pourquoi la mise en place d’une assemblée constituante reste tjrs d’actualité pour dessiner la nouvelle direction que nous voulions donner à notre pays pour les prochaines 50 années à venir en nous inspirant de notre histoire politique et les vécus sociaux.Le moment idéal était le lendemain de l’insurrection car la période était propice mais hélas le CNT, une sorte de mafia urbaine s’est emparé de l’état 13 mois de prise d’otage (peuple) dont le dénouement est encore pire que la prise elle même à savoir l’organisation sélective des élections présidentielle et législatives de 2015 qui ont donné au pays le pire des régimes de son histoire ! Yako

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre à 22:13, par Ed51 En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Les mots sont faciles à trouver, un peu longs quand même. Les actes sont plus utiles mais moins faciles à mettre en œuvre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 00:58, par Leberger En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Nous devons savoir raison gardée en ces moments difficiles de notre pays pour ne pas faire le jeu des terroristes. L’exemple du Mail doit nous interpeller.Est ce pour autant que la situation sécuritaire a évolué positivement avec les différents changements à la tête de l’ État

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 08:48, par zhens En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    J’apprécie fort bien cette contribution de Monsieur Cyprien Ouédraogo. C’est bien ce qu’un citoyen peut faire comme apport quand il n’a pas le pouvoir de décider.
    Je trouve dommage que de nombreuses personnes ne fassent que défendre les intérêts soit d’un individu soit de partis politiques en ces temps difficiles pour tout le pays. Quand allons-nous dépasser nos intérêts égoïstes et penser à stabiliser ce pays que nous partageons tous. J’ai du respect pour le Président Rock, mais à un certain moment, il ne faut pas se voiler la face, il faut "dire la vérité au peuple" pour emprunter les termes utilisés plus haut. Avoir le courage de dépasser ses principes d’angélisme béat, quand le peuple paie fatalement le prix de cette guerre asymétrique. Diriger de façon dynamique, adapter sa vision et ses moyens de lutte aux situations sont déterminants quand on doit faire face à un ennemi qui est sans foi ni loi. C’est cela ou périr. Je ne donne pas 2 mois à ce gouvernement, si nous enregistrons encore une autre raclée comme celle d’Inata témoignant de l’incapacité à réunir l’armée pour défendre les intérêts de la nation toute entière.
    Restons debout pour l’intérêt suprême de la Nation Burkinabe.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 10:43, par leprospère En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Avant tout propos, je me permets de vous remercier pour votre contribution au retour à la cohésion sociale. Toutefois , permettez moi de vous dire que les modèles de gouvernances tel que vous suggérez a ses limites
    Le premier modèle a déjà été observé pendant la transition où les députés au lieu de travailler dans l’intérêt général, ont préféré à des moments donnés votés des lois bidons pleines des erreurs qui ne sont pas sans conséquence pour le régime actuel. A titre d’exemples la loi 081-2015 au lieu de supprimer tous les statuts particuliers pour régir tous les fonctionnaires sous un même régime s’est contenté de satisfaire les fonctionnaires qui avaient un ministre fort dans la transition ou une pression forte ;
    En outre, le temps pour mettre en place tes modèles de gouvernance nous manquent énormément. A ce propos, quels critères objectifs doit -on définir pour désigner les personnes que tu as énuméré et trouvez des personnes si intègres pour éviter les gabegies d’autrefois ?
    Par ailleurs, la population préfère un tien que deux tu auras en ce sens que son espérance déçue par rapport à ses attentes de "plus rien ne sera comme avant" reste indélébile dans la mémoire de tous ceux qui se sentent trahis ou qui ont perdu des proches depuis l’avènement de la transition.
    Pour terminer, je marque mon entière adhésion à tes critiques constructives face au propos du Président de l’Assemblée nationale qui doit faire preuve de rassemblement et non tenir des propos qui incitent à la haine ou qui frisent le mépris total des souffrances de la population. Pourquoi depuis le coronathon, on ne suscite pas une mobilisation similaire pour soutenir les FDS, qui sont en proie au terrorisme qui emporte plus de vies que le Covid-19.
    Ma proposition repose sur une adresse sincère sans langue de bois à la population par le Président du Faso en prenant le soin de proposer des mesures fortes au delà de tout discours politicien et prend l’engagement de situer la responsabilité de chacun par rapport à tout ce qui nous arrive. Depuis son premier mandat nous attendons de la fermeté et non l’indécision face à ses positions. Qu’Il se rappelle que c’est Lui qui doit rendre compte à la population et non les égoïstes qui pillent le pays et oubliant qu’il y a un Dieu pour les pauvres. Je le répète le BURKINA FASO est un pays particulier voulu par Dieu lui-même. Ceux qui pensent sèment indéfiniment le chaos et pillant le pays l’apprendront à leurs dépens !

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre à 21:07, par Jonassan En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    Surenchère sur nos morts. Je me rappelle en 2015, les morts de sont les nôtres. Le burkinabé n’a pas de coeur, ça on le sait depuis longtemps mais le burkinabé n’’a que ses intérêts à défendre, ça c’est nouveau. Sankara, les milliers de Sankara naîtront ailleurs qu’au Burkina faso : la Haute:Volta est plus intègre que le Burkina faso, viens le constater.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre à 16:07, par Bibêega En réponse à : Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale

    La SOLUTION pour le Burkina Faso actuel est unique : UN COUP D’ETAT digne de ce nom dirigé par un GOITA burkinabè. Je vous assure qu’en trois mois, nous serons tranquilles. Wallay !!!!
    On navigue en vain seulement. Ca ne peut pas marcher autrement. Impossible.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Relations internationales : La politique d’intelligence économique de la Chine face aux pays en développement
2e Guerre mondiale : Sidiki Boubakari, un Burkinabè compagnon de la libération mort pour la France le 23 octobre 1942
Coupures récurrentes d’internet au Burkina : AfricTivistes s’interroge et interpelle le gouvernement burkinabé !
Lutte contre le terrorisme : Un doctorant de la Carter School for Peace & Conflict Resolution fait des propositions
Burkina Faso : Inata ou de la nécessité d’une révolte patriotique
Burkina Faso : La mémoire courte de l’incompétence qui tue
Tribune : Depuis quand des Noirs ont gagné une guerre ?
Lutte contre le terrorisme : « Je m’accuse, je suis coupable »
Présence de la Chine populaire en Afrique : Menace ou opportunité ?
Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale
Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)
Burkina Faso : Face à la guerre, le tout régalien de l’Etat est-il encore tenable ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés