Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

Accueil > Actualités > Opinions • Lefaso.net • vendredi 12 novembre 2021 à 11h30min
Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

L’ultimatum d’un mois lancé par l’opposition au gouvernement pour trouver un remède efficace contre le terrorisme n’est pas du goût de l’ancien ministre de la culture et actuel conseiller spécial du chef de l’Etat, Abdoul Karim Sango, qui est convaincu que « le Burkinabè qui ose affirmer que lui a des réponses de court, et moyen terme » à ce fléau « est le plus grand menteur de ce pays. » Dans les lignes qui suivent, il tente de démontrer que, sans patriotisme à tous les niveaux, les Burkinabè ne pourront pas gagner la guerre contre le terrorisme. Il préconise un changement radical des mentalités et une lutte sans concession contre la corruption.

A la sortie du dialogue politique de fin septembre dernier, il est apparu très nettement de nombreux points de convergence entre la Majorité et le Cfop sur les modalités de gestion de la crise sécuritaire. Un consensus entre les deux parties s’est fait sur le principe d’apporter un soutien national à l’engagement des forces de défense et de sécurité sur le front de la lutte contre l’insécurité.

Quoi de plus normal ! Le Cfop avait même accueilli très favorablement les changements opérés à la tête des ministères de la défense et de la sécurité. Il convient de rappeler que le même Cfop avait exigé avec beaucoup d’insistance le départ des ministres de la défense, de la sécurité et de certains chefs militaires.

Le président du Faso y a répondu favorablement parce que, cette revendication, semblait aussi largement partagée au sein de l’opinion. Toutefois, il fallait être naïf de croire que le simple changement de personnes puisse miraculeusement résoudre le problème sécuritaire dont les tentacules internationaux et sous régionales sont avérées.

Dans une de mes interventions sur une télévision de la place (Surface de vérité de BF1), j’avais dit à l’époque, qu’il fallait certainement opérer des changements pour être en phase avec une partie de l’opinion mais que cela ne suffirait pas si on n’identifiait pas les véritables causes du mal de notre système de défense et de sécurité.

Evidemment, cette sale guerre qui nous est imposée depuis l’accession du président Roch au pouvoir, le Burkinabè qui ose affirmer que lui a des réponses de court, et moyen terme à cela, est le plus grand menteur de ce pays.

N’étant pas un spécialiste de la lutte contre le terrorisme, toutes mes lectures de penseurs sérieux qui ont réfléchi et écrit sur le sujet permettent simplement d’affirmer que le projet terroriste n’a pas d’avenir et ne pourrait donc prospérer au Burkina. Un des plus brillants penseurs de notre siècle, Yuval Noah Hariri aborde la question de façon documentée dans un de ses célèbres ouvrages 21 leçons pour le XXIème siècle.

Plus de 2000 morts, 1 500 000 personnes déplacées internes, 2244 écoles fermées, 304 564 élèves incapables de se rendre à l’école. Ces chiffres traduisent l’ampleur des défis auxquels nous sommes confrontés par-delà les chapelles politiques.

Face à l’hydre terroriste, les victimes ne sont d’aucune chapelle politique. Ils sont tous nos frères et sœurs quel que soit notre bord politique. C’est pourquoi, il faut se garder de vouloir exploiter de manière détournée la détresse des populations vivant dans les zones d’insécurité. Il est complètement irresponsable de lancer un ultimatum à un gouvernement dans une situation aussi complexe et confuse. Confronté à des contradictions internes dans son parti politique, le président Eddy cherche-t-il une bouée de sauvetage ?

Nous avons besoin d’une intelligence collective pour vaincre ensemble l’hydre terroriste. Et cela est d’autant plus indispensable que sans la paix, il n’y a point de développement.

Au niveau gouvernemental, des mesures ont été prises en allouant plus du 1/3 du budget national à la défense et à la sécurité. Des efforts importants ont été accomplis pour doter les FDS de matériels de guerre. Notre pays figure aujourd’hui parmi l’un des plus gros acheteurs d’armes en Afrique. Le Cfop exige un audit sur la gestion du matériel, cela me paraît juste et légitime. Peut-être qu’il faut étendre cela à d’autres questions connexes de l’armée même si le secret semble être la règle qui régit ce corps.

Les questions de primes en vue de motiver les hommes sur le terrain sont en voie d’être définitivement réglées. Des responsabilités doivent être situées et des sanctions prises contre les personnes qui ont été à la base du retard dans le paiement de primes au profit de ceux qui combattent pour la patrie. Il n’est pas tolérable qu’en temps de crise, des individus tapis dans l’administration militaire ou d’autres administrations se prêtent à ce jeu immoral et amoral.

Je partage l’idée que les grands officiers doivent être sur le champ de guerre pour mieux conduire la stratégie. On doit les voir de moins en moins à Ouagadougou. Ne serait-ce que pour doper le moral des troupes, ils doivent être sur le terrain. Une telle mesure doit être envisagée pour les six prochains mois avec des objectifs de résultats sur le terrain. Par exemple, il faut impérativement rétablir l’autorité de l’Etat sur certaines routes nationales.

Avouons-le ! C’est humiliant ce qui se passe sur les axes Fada-Kantchari- frontière du Niger et Fada-Pama-frontière du Bénin pour ne citer que ces deux exemples. Et le sentiment de frustration des populations de la région de l’Est est tout aussi légitime. Il faut être un monstre pour ne pas le comprendre.
Nous devons garder toujours à l’esprit que sans patriotisme, on ne pourra pas gagner la guerre. Et ce patriotisme exige de tous un changement radical de mentalité, il n’est pas un vain mot.

Au-delà du tout armée, la lutte contre le terrorisme doit être menée de façon holistique. La toute nouvelle stratégie de défense et de sécurité semble en avoir tenu compte. Il convient d’accélérer sa mise en œuvre.

Ministre en charge de la culture, j’avais beaucoup insisté sur la réponse culturelle qui doit être apportée à la lutte contre l’extrémisme violent. Sous le leadership du président du Faso, alors Président du G5 Sahel, nous avions réuni les ministres en charge de la culture du G5 Sahel pour réfléchir à la manière dont la culture peut contribuer à éradiquer l’extrémisme violent. Seule la culture nous débarrassera de ce fléau à long terme. Les nations culturellement fortes, résistent mieux à la montée de l’extrémisme violent.

Par solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent du terrorisme, il faut être sans pitié avec tous les agents publics corrompus. La justice doit aider à débarrasser la société de toutes ces catégories de personnes. Il faut plus de célérité dans le traitement des dossiers de corruption. Quel que soit la longueur de la nuit, le jour finit par éclore enseigne la sagesse populaire. C’est la leçon que je tire personnellement du déroulement des procès sur les évènements du 15 octobre 1987.

De la même manière, au-delà de ces crimes de sang les plus inhumains de notre histoire, un autre chapitre de jugement doit s’ouvrir pour le jugement des crimes économiques. Car celui qui détourne impunément est aussi pire que celui vous tue physiquement. En définitive, j’ai le sentiment que la corruption est la plus grande menace à la paix sociale dans notre pays.

Notre pays souffre d’un mal si profond qu’on en vient souvent à désespérer. Si tu veux tuer un peuple, inutile de lui faire la guerre. Il suffit de tuer le sens des valeurs en lui au point où le mensonge devient le principal mode de pensée des gens. Sous le règne du Président Compaoré, un haut responsable du Cdp avait eu le courage de dire que la morale agonisait au Burkina.

A sa suite, c’est feu le Kamsonghin naaba qui avait eu l’heureuse formule de dire qu’au Burkina, nous avions déjà célébré les funérailles de la morale. Un individu, plus globalement un peuple chez lequel la morale est une vertu à géométrie variable a perdu le sens de la dignité. En 27 ans de gouvernance politique, tout observateur politique sincère et averti sait, que l’on a passé le temps à ruser avec la vérité contribuant ainsi à déliter moralement notre peuple, naguère intègre et fier.

Il y en a qui garde toujours le secret espoir de nous y ramener. Ils reprennent du poil de la bête en voulant tromper les jeunes générations, impatientes de voir les fruits du changement tant rêvé. Ces pêcheurs en eau trouble se reconnaîtront eux-mêmes. Mais le peuple Burkinabè qui a fait l’insurrection n’a pas la mémoire courte. Il sait d’où il vient, et sait où il veut aller.

La consolidation des institutions démocratiques est la plus belle aspiration des peuples libres. Ce travail nous devons le poursuivre patiemment et courageusement avec plus de génie créateur burkinabè.
Que Dieu bénisse le Burkina Faso

Abdoul Karim SANGO

Vos commentaires

  • Le 12 novembre à 02:54, par KAM En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    L’on se demande souvent qu’attendent les insurgés pour s’insurger contre les terroristes et les chasser comme ce qu’ils disent avoir fait au régime de Compaoré et surtout de les désarmer comme ce qu’ils disent avoir fait avec le RSP afin de libérer le peuple de la souffrance

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 03:19, par Truth En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Mon cher frere et ami Abdoul Karim dont j’apprecie le franc parlé.

    Et la France dans tout ca ?
    Celui qui vous aide a chercher l’aiguille a son pied dessus. par consequent vous ne trouverez jamais l’aiguille. Cette manigance a drop durée et il faut appeler un chat un chat. Faite comme au Mali, en centrafrique. Cette approche soft du gouvernement equivaut a mettre un cataplasme sur une jambe de bois. Franchement Karim, soyons realiste sans faux fuyant sans pointer du doigt qui que ce soit. Au rythme ou avance le gouvernement nous y seront encore dans 10 ans apres le mandat de Roch tant que la France mène la dance aux 3 frontieres. Il faut dire la verité au peuple concernant nos destabilisateurs. Qui les arme et qui tire profit. Une rupture totale avec l’ancienne puissance coloniale est necessaire. S’attacher les service des Russes est indispensable car la Turquie c’est toujour l’OTAN et par consequence pas fiable comme partenaire. Ne dit-on pas que la folie c’est de faire toujours la meme chose et esperer un resultat different ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 03:37, par Amassé En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Nous savons tous la verité mais le gouvernement ne veut pas prendre ses responsabilités. La France est à la manouevre et meme 1000 Generaux au front sans un changement radical de la politque du gouvernemtent n’y pourront rien. Detourner l’attention sur les Generaux comme si a eux seule, ils pouvait resoudre le probleme est mensonger et demoblisateur. Vous aviez la chance de vous faire propulser par les populations qui voulaient marcher pour vous donner une voie royale de vous repositioner par rapport a la France mais vous les avez matraqué et gazé. Si etre au front suffisait pourquoi l’ONU avec tous les moyens n’a rien resolu en 10 ans de presence en Afrique occidentale ?
    Ils mangent tous (ONU et les vendus) et le probleme ne sera jamais resolu tant qu’ils peuvent piller ou diviser. Nos vies ne valent rien a leurs yeux. Ils veulent nos ressource et vous devez vous resoudre a dire la verité aux populations afin de contrer l’ennemi avec l’aide de cette meme population sinon nous n’arriverons jamais. COMMENCER PAR DIRE LA VERITE AUX POPULATIONS meme si vous avez peur des sanctions ciblés et des OPERATIONS HOMOs de la France. Au Burkina Faso, Quelqu’un devra prende les devants tot ou tards sinon nous courrons a notre perte.
    A ceux qui continuent de faire des affaire comme en temps de paix et comme si de rien n’etait seront tous des refugié , des depalcé au mieux ou tout simplement reduit à l’esclavage. Au pire mort !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 08:17, par kwiliga En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    "Il préconise un changement radical des mentalités et une lutte sans concession contre la corruption."
    "La consolidation des institutions démocratiques est la plus belle aspiration des peuples libres"
    Deux formidables citations, bravo Monsieur Sango.
    Sinon, dans l’article précédent, on peut lire : " Le MPP, à lui seul, a été impliqué dans 60,9% des actes de corruption électorale, suivi du CDP (11,6%) et de l’UPC (9,2%). Selon eux, l’analyse des actions de lutte anti-corruption des acteurs étatiques fait ressortir une inertie de l’exécutif face au développement du phénomène."
    Une inertie, comme ce terme qualifie bien votre gouvernance de manière générale.
    Je tiens à préciser, avant de subir les attaques partisanes des ardents défenseur du pouvoir en place, que je ne suis d’aucun parti politique (surtout pas du CDP), que je considère que la seule lutte valable en ce monde, est celle qui oppose les nantis et les miséreux, et qu’aujourd’hui, la seule fracture à prendre en considération, est celle qui sépare le Burkinistan, où la mort violente endeuille quotidiennement ; et le Ouagaland, où de festival en festivité, on ne sait plus où donner de la tête.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 10:13, par Wendmi En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Conseiller spécial du Président, à quoi ressemble votre journée de travail à la présidence ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 11:23, par MOREBALLA En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Trois petits mois suffisent pour régler le problème du terrorisme. L’armée ne peut pas défendre le territoire et assurer la sécurité des personnes et des biens pour la simple raison que notre armée et notre dispositif sécuritaire n’ont ni la logistique adéquate, ni les hommes en nombre. L’option de l’auto défense est l’unique et la seule voie de salut pour les paisibles citoyens qui, ne demandent qu’à vivre dans la dignité. la configuration du village avec très souvent une population de moins de 500 habitants, il est aussi difficile pour une auto défense adaptée face à l’ennemi qui utilise l’étouffement par le nombre des combattants. Aujourd’hui le problème sécuritaire doit être une aubaine pour les décideurs d’avoir le courage politique de reconfigurer les bases vies par village et surtout un schéma de la communalisation intégrale. Est village tout regroupement de population de plus de 3.000 habitants et dont la base vie n’excède pas 2 km de rayon. avec ce disposition tout village pourra disposer de 100 VDP (tous armés avec un minimum de quatre chargeurs). Le Burkina Faso compte aujourd’hui près 10.000 villages (campements et hameaux de cultures), l est utopique de penser qu’un état pourra fournir à tous ces 10.000 mille villages toutes les commodités de développements adéquates et adaptés suivant les référentiels de développement. Tout village de plus de 3.000 habitants doit érigé en commune rurale, les chefs lieux des présentes communes rurales en communes semi urbaines et les communes urbaines. La commune n’est point le bâtiment, elle d’abord avant tout une organisation avec tout ce que cela implique ; alors, nous parlerons d’une décentralisation intégrale. DOTER LES POPULATIONS EN ARMES OU LE POUVOIR DU MPP SERA EN TRÈS MAUVAISE POSTURE ET QUI SAIT.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 14:06, par boinga En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    L’intelligence collective doit être mise en place et organisée par quelqu’un. Elle ne peut exister toute seule.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 14:24, par Chasseur d’insurrescrocs En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Chers insurrescrocs ; où sont passés les "BOYS" de M’Ba Missellé qui ont bandé des muscles contre leur frères d’armes en septembre 2015, contribuant ainsi au délitement de l’armée ? Ils devraient faire preuve de la même témérité en nous débarrassant de ces enfants en "lèkè" qui sèment la mort tous les jours. En agissant de la façon dont ils l’ont fait, les militaires se sont faits démystifiés et ils mettront longtemps à ramener le respect dont ils jouissaient. Ils ont agit sous le coup de l’émotion au lieu de garder leur sérénité comme le montre aujourd’hui le Général Golf. Il se sont laissés avoir par des mégalomanes comme les Zida, Chérif SY et consorts.
    Honte aux insurrescrocs en faso dan fani !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 16:39, par BackToMyRoot En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Le problème de l’Afrique ce sont ses intellectuels de mauvaise foi. M Sango reconnait ne pas être un expert des questions séculaires ni en stratégies de défense, mais d’où vient le fait qu’il ose traiter de grand menteur celui qui a une solution à court ou moyen terme pour arrêter le massacre des populations innocentes. Les solutions ils en existent bien, mais il vous manque de l’audace. Vous brodez autour des vraies questions mais vous ne les touchez pas du doigt. Nul besoin d’un analyste pour expliquer la corrélation forte entre corruption, l’injustice social et le terrorisme. Les faits sont là, de 2016 à 2020 la corruption a augmenté de 400% selon nouveau rapport du RENLAC.
    Vous osez parler de patriotisme quand vous voyez ces rapports du RENLAC et de L’ASCE sur les bureaux de la présidence, vous qui y êtes en tant que le conseillé spécial de Roch ?
    Le terrorisme n’aura pas d’avenir certes, mais quand nous aurons des dirigeants audacieux prêts à mettre l’intérêt du pays avant toute considération, des dirigeants capable d’opérer des choix assumés avec leur peuple dans tous les domaines de coopération avec des partenaires fiables, sérieux et sincères.
    En attendant, nous sommes face à de l’amateurisme doublé de non-dits au plus haut sommet de l’Etat. La question essentielle aujourd’hui est de savoir jusqu’ à quand le peuple pourra encore sceller son destin à celui d’une bande d’incapables et de jouisseurs. wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 16:40, par Passakziri En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Dans la forme l’écrit de Mr Zongo est correcte , mais à qui la faute ?
    1) Dans la demarche du président RMCK , nous avons mis la charrue avant les boeufs, parce que le régime alors comme surpris par sa victoire s’était plongé dans un sommeil ayant retardé la mise en place d’un gouvernement , alors que les terroristes adorent le vide au sommet. Ensuite , reveillé brutalement par les premières attaques, le président RMCK et son camp , comme étourdis ont commencé par accuser le régime de Blaise Compaoré d’être derrière les attaques , sans jamais livver la moindre preuve. ce mauvais diagnostic a peut-être conduit au mauvais traitement, puisque jusqu’à nos jours, nous semblons ne pas savoir quelle est la cause de ces attaques, et les spéculations vont bon train ( la France, un régime précédent , etc). Pensez vous que le médecin qui administrera des medicaments du cancer à un malade alors qu’il est atteint de tuberculose le guérira ? NON ! il risque d’accompagner ce malade plus rapidement vers le cimétière !

    2) Mr Sango dit :"Nous devons garder toujours à l’esprit que sans patriotisme, on ne pourra pas gagner la guerre. Et ce patriotisme exige de tous un changement radical de mentalité, il n’est pas un vain mot.".
    C’est une vérité , mais là aussi , à qui la faute ? Le président Kaboré a à maintes reprises annoncé des éléphants , mais le colosse à chaque fois qu’il sort de la forêt, nous nous rendons compte que nous sommes juste devant une souris, pas même un rat ( remise à plat des salaires, mesures fortes annoncées après Solhan, annonces de campagne rejettant une négociation avec les terroristes ). Et pourtant, ce changement de comportement doit être indroduit par le chef de famille. Si le chef de famille inculque ces valeurs à son entourage que je vois comme son "fils ainé", alors il facilitera l’éducation des cadets dans ce sens. Mais Mr Sango, constatez vous-mêmes ce que le "premier fils " fait ! Des scandales à ne pas finir ( affaire du directeur de cabinet, dilapidation des deniers pour satisfaire le luxe de votre remplacante et j’en passe). Bref, ce sont là quelques malheureuses réalités qui empêchent la réalisation de ce patriotisme dans sa pleinitude.
    Mr Sango, nous n’avons pas accés au président du Faso, mais comme vous êtes son conseillé, dites lui que la famille n’attend que lui pour emprunter le chemin du changement de mentalité qu’il lui faut, et qu’il lui faudra faire vite sinon l’histoire de son homologue IBK risque fort de se repeter avec lui .

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 17:22, par zemosse En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Je suis abasourdi quand j’apprends que Zida a favorisé la fuite du tueur de Sankara : kafando. Je tire la conclusion suivante : le ver est dans le fruit, c’est foutu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 novembre à 18:13, par Adakalan En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Vraiment, ce que je retient c’est que nous tatonnons frebrilement a trouvé la solution contre le terrorisme. Rien que des discours et mots. Mais le mal est la, les gens meurent, se déplace ça c’est du concret.

    Répondre à ce message

  • Le 13 novembre à 08:28, par Pat Le Démocrate En réponse à : Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)

    Écoutez ! Faites une réconciliation sincères en libérant nos libérateurs. Ils sont burkinabè au même titre que nous.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Relations internationales : La politique d’intelligence économique de la Chine face aux pays en développement
2e Guerre mondiale : Sidiki Boubakari, un Burkinabè compagnon de la libération mort pour la France le 23 octobre 1942
Coupures récurrentes d’internet au Burkina : AfricTivistes s’interroge et interpelle le gouvernement burkinabé !
Lutte contre le terrorisme : Un doctorant de la Carter School for Peace & Conflict Resolution fait des propositions
Burkina Faso : Inata ou de la nécessité d’une révolte patriotique
Burkina Faso : La mémoire courte de l’incompétence qui tue
Tribune : Depuis quand des Noirs ont gagné une guerre ?
Lutte contre le terrorisme : « Je m’accuse, je suis coupable »
Présence de la Chine populaire en Afrique : Menace ou opportunité ?
Crise sécuritaire au Burkina : Un citoyen propose la mise en place d’une transition politique, avec une Assemblée nationale et un gouvernement de cohésion sociale
Burkina : Vaincre l’hydre terroriste grâce à une intelligence collective ! (Abdoul Karim Sango)
Burkina Faso : Face à la guerre, le tout régalien de l’Etat est-il encore tenable ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés