Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

La Haute autorité des médias congolaise (RDC) à Sidwaya

Accueil > Actualités > Multimédia • • vendredi 16 janvier 2004 à 06h41min

Née il y a à peine six mois, la Haute autorité des médias (HAM) de la République démocratique du Congo veut grandir sur des bases solides. Trois de ses membres, accompagnés d’un expert de l’Institut PANOS de Paris viennent s’inspirer de l’expérience du Burkina. Ils ont rendu hier jeudi visite aux Editions Sidwaya.

Messieurs Jean-Pierre Lola Kisanga 3e vice-président de la HAM, Imana Ingulu rapporteur général, Banza Ilunga Tiefolo, conseiller en communication et presse au cabinet du président de la HAM, et Renaud de la Brosse expert de l’Institut PANOS Paris composent la délégation de la Haute autorité des médias de la RDC, homologue du Conseil supérieur de l’Information du Burkina.

L’objet de cette venue à Sidwaya s’inscrit d’une part dans le cadre d’une quête d’expérience pour le fonctionnement de l’instance de régulation et d’autre part, dans la volonté de s’acquérir des réalités et des conditions de fonctionnement d’un organe de presse étatique.

Selon le 3e vice-président de la HAM, M. Jean-Pierre Lola Kisanga, l’instance de régulation des médias congolaise, jeune de six mois environ, a besoin de l’expérience des autres instances africaines pour jouer pleinement son rôle. Dans un pays comme la RDC où il y a plus de deux cents titres de journaux, plus de quatre cents partis politiques et quatre cent cinquante langues, relever le défi de la régulation est une lourde tâche pour la HAM. 

Le Burkina comme sources d’inspiration

L’idée de venir partager l’expérience burkinabè en matière de régulation des médias ne relève point d’une affaire politique ni d’un subjectivisme quelconque. Elle a été l’œuvre de l’institut PANOS de Paris qui a pu à travers une étude réalisée avec le CSI par M. Renaud de la Brosse pour l’institut et la Commission européenne, relever les compétences louables du CSI.

M. Renaud de la Brosse dit avoir, dans le cadre d’une étude sur l’évaluation du réseau des instances africaines de régulation de la communication, visité une dizaine de pays, et a pu constater que le CSI était une instance très active et peut le plus apporter sa contribution dans le fonctionnement des hautes autorités de médias en voie de lancement. L’expérience du CSI dans la gestion des campagnes électorales a également contribué dans le choix du Burkina comme patrimoine d’informations.

Le directeur des Editions Sidwaya, M. Michel Ouédraogo a traduit la disponibilité de l’ensemble des acteurs de la communication à accompagner l’initiative congolaise. Il a rappelé à ses visiteurs que toute œuvre humaine n’est jamais facile, il a raconté le parcours du quotidien national qui a vu le jour un 05 avril 1984. Sidwaya un journal de mobilisation des masses s’est mué aujourd’hui à un journal d’état d’informations générales de large ouverture. Il est passé d’une gestion étatique en une gestion autonome. L’information est également passée de l’unicité de voix à l’information plurielle.

Avec ses invités, Michel Ouédraogo a parlé aussi des grands chantiers de Sidwaya, le passage à la couleur et le travail d’enracinement du professionnalisme dans l’entreprise.

Mission accomplie

M. Renaud de la Brosse espère que s’il devrait avoir un quotidien national de la RDC, qu’il soit à l’image de Sidwaya : un média de service public. Le 3e vice-président, M. Jean-Pierre Lola Kisanga a tout simplement conclu : "Nous sommes très flattés par le degré d’organisation de cette unité de production de la presse officielle burkinabè. Nous pensons que c’est un modèle pour lequel nous avons de l’admiration. C’est à juste titre que j’apprécie le travail abattu. Je pense qu’avec les échanges que nous avons eus avec la direction générale, il est nécessaire de développer ensemble un partenariat pour essayer de renforcer et de transposer cette expérience au niveau de la République démocratique du Congo. Nous allons initier des démarches auprès de notre ministère de l’Information et presse et auprès du gouvernement d’union nationale de notre pays pour que nous puissions disposer d’un groupe de presse officiel qui publie un quotidien surtout que nous cheminons vers la période électorale. C’est cela l’innovation que nous avons pu tirer de cette expérience.

Nous espérons que nous pourrions développer tôt au tard une espèce de jumelage entre les deux pays à travers le CSI".

Avant de prendre congé de Sidwaya, nos invités ont visité l’imprimerie. Ils ont pu voir les conditions de travail de cette unité qui, malgré la vétusté de ses machines permet le tirage du journal à plus de 3 000 exemplaires.

A. Verlaine KABORE
Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Universités africaines de la communication : La responsabilité des acteurs de l’information et de la communication dans un contexte sécuritaire et sanitaire au cœur de la 12e édition
Suspension de l’internet mobile : Une violation des droits à la liberté d’expression et d’information, selon la CNDH
Suspension de l’Internet mobile au Burkina : Une perte économique de plus de 20 milliards de francs CFA selon l’index netblocks
Internet mobile au Burkina : La suspension prorogée de 96h à compter du mercredi 24 novembre 2021
Cybersécurite au Burkina : Des acteurs nationaux renforcent leurs capacités
Suspension de l’internet mobile au Burkina : Les professionnelles des médias dénoncent une atteinte grave à la liberté d’expression
Coupure d’Internet sur mobile au Burkina : Le CFOP s’offusque
Internet au Burkina : Le Gouvernement admet officiellement avoir fait suspendre la connexion sur mobile
Rupture d’internet mobile au Burkina : Des citoyens racontent leur "galère"
Rupture de l’internet mobile : Le Collectif pour un peuple uni compte déposer une plainte contre les fournisseurs mobile
Votre journal Courrier confidentiel N° 253 est disponible chez les revendeurs de journaux
Rupture d’Internet mobile au Burkina : « Situation inédite », la Ligue des consommateurs monte au créneau avec un huissier et des avocats
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés