Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il y a des temps où l’on ne peut plus soulever un brin d’herbе sаns еn fаirе sοrtir un sеrреnt.» Marceline Desbordes-Valmore

Fada N’Gourma : 5 bureaux de vote sans urnes

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 14 novembre 2005 à 08h26min

Avec environ 80 171 inscrits sur la liste électorale, la ville de Fada était dans l’euphorie du vote le 13 novembre dernier. Le taux de participation entre 6 h et 15h 30 mn a été estimé entre 35 et 40 %. Les problèmes rencontrés dans la zone étaient surtout liés au déficit de moyens logistiques et aux erreurs sur les cartes d’électeur. On ne saurait occulter les 5 bureaux de vote qui se sont retrouvés sans urnes.

La plupart des 31 bureaux de vote de la commune de Fada N’Gourma ont ouvert leur porte vers 6h15 minutes. Les électeurs ont accompli leur devoir citoyen en file indienne, en toute quiétude et dans la discipline. Il n’ y a pas eu de bousculade et aucun cas d’incident majeur n’a été remarqué. L’affluence dans la majorité des différents lieux de vote a été notée entre 6 h et 8 h et le vote s’est déroulé sous le regard attentif des forces de l’ordre.

Au niveau du secteur 4, les membres du bureau de vote N°1 ont pris place dans une enceinte faite de seccos. Ce bureau a ouvert ses portes vers 6 h comme beaucoup d’autres lieux de vote de la place. Mais il a reçu les électeurs au compte-gouttes. Une situation que son président, Martin Béogo, a justifié par le fait que le dimanche est jour de marché à Fada. A cela il a ajouté le fait que les populations préfèrent aller à la messe avant d’aller voter.

Pour ce qui concerne les difficultés, il a déploré le fait que son bureau ait été contraint d’avoir recours à des sociétés de la place pour bénéficier de chaises et de tables afin de mener à bien sa mission. Dans la plupart des bureaux de la place, les votes se sont passés dans de bonnes conditions.

Les difficultés rencontrées par les présidents de bureaux de vote se sont situées au niveau des cartes d’électeur. "Nombreux sont les électeurs qui ne pourront pas voter, soit parce qu’il y a eu des erreurs sur leur carte, soit parce qu’ils n’ont pas leurs noms sur la liste", nous a fait savoir le président du bureau de vote N°1 du secteur 4. Dans le bureau de vote N° 3 du secteur 1, le président, DIamoadi Lompo, lui, a décidé de faire voter ces personnes : " Nous les laissons voter et nous en rendront compte dans le procès-verbal".

La participation n’est pas fameuse

C’est surtout au niveau de la Commission électorale départementale indépendante (CEDI) que sont rencontrées les véritables difficultés. Des difficultés liées au déploiement du matériel dans les 74 départements relevant de cette entité." Nous avons un réel problème de moyens logistiques et de déplacement. Nous n’avons que 3 vieux véhicules à notre disposition pour 74 bureaux de vote.

Et jusqu’au moment où je vous parle (9h du matin), certains départements et bureaux de vote n’ont pas encore reçu leurs urnes. Un de nos camions qui doit desservir 5 bureaux de vote vient de s’embourber", a déclaré Kévin Zongo, membre de la CEDI. Et d’ajouter que l’Etat burkinabè devra penser à la décentralisation de la Commission électorale nationale indépendante pour éviter de telles erreurs dans le futur.

Selon des membres de la Commission électorale provinciale indépendante (CEPI), en lieu et place des 20 véhicules demandés par la province, elle n’a reçu que 10 véhicules. La CECI ne dispose que de 45 agents de sécurité pour les 74 bureaux de vote qu’elle couvre.

Des bisbilles à la CEPI

Il y a des bisbilles au niveau de la CEPI de Fada. Une affaire liée au fait que jusqu’à 17 h, deux villages et 5 bureaux de vote n’ont pas encore voté, car n’ayant pas reçu leurs urnes. Un problème qui incomberait selon Irène Sangli, présidente de la CEPI, à la réception du matériel. Pour les responsables de la CEDI, le camion chargé de convoyer les urnes s’est embourbé sur la route.

Sur les 74 urnes destinées à la CEDI de Fada, seulement 34 étaient munies de couvercles au départ. Un problème qui serait lié selon les responsable de la CEPI à un manque de rigueur au niveau de la CEDI. Les membres de cette structure auraient confié la distribution du matériel de vote à des membres de bureaux de vote.

Il y a eu un incident au niveau du secteur 8 de la ville : un représentant du CDP dans un bureau de vote s’est vu refusé l’accès à la salle du fait qu’il avait effectué de multiples sorties pour s’entretenir avec les votants. Ayant remarqué ce comportement, l’agent de sécurité lui avait refusé l’accès à la salle.
Au niveau de la participation des partis politiques, dans l’ensemble, seulement 5 partis sont représentés dans la majorité des bureaux de vote, dont la CPS, le PDP/PS, le CDP et le MPS.

Le candidat Ali Lankoandé a accompli son devoir de citoyen dans le bureau de vote du secteur 5 de la commune de Fada. C’est vers 8 h que le professeur a voté. Il a profité de cela pour dénoncer le comportement des personnes qui, après avoir fini de voter, restent sur les lieux. Pour lui, cela est une stratégie utilisée pour perturber le vote. Il s’est dit confiant pour ce qui concerne les résultats de cette élection.

Au moment où nous tracions ces lignes, la CECI n’était pas entrée en possession de toutes les urnes, mais ses membres ont relevé que le taux de participation n’était pas fameux.

Par Alain DABILOUGOU
Le Pays

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés