Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Que chacun apprenne à porter son fardeau tête nue, car dans certains lieux, il n’y a pas de chiffons» Proverbe burkinabè

Des experts de l’ONU invitent les États à enquêter et engager des poursuites sur les cas de violences contre les journalistes

Accueil > Actualités > Multimédia • Communiqué • mercredi 3 novembre 2021 à 10h00min
Des experts de l’ONU invitent les États à enquêter et engager des poursuites sur les cas de violences contre les journalistes

GENÈVE (2 novembre 2021) – A l’occasion de la Journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes commis contre les journalistes, la Rapporteure spéciale sur la liberté d’opinion et d’expression, Irene Khan, la Rapporteure spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Morris Tidball-Binz et le Rapporteur spécial sur la violence faite aux femmes, ses causes et ses conséquences, Reem Alsalem, ont effectué la déclaration suivante :

« La sécurité des journalistes demeure aussi précaire que jamais, l’impunité pour les crimes commis contre eux est aussi élevée et persistante qu’auparavant.

Au cours de la dernière année, des journalistes du monde entier ont été menacés, harcelés, agressés physiquement, enlevés, détenus arbitrairement, disparus de force, torturés et tués – simplement pour avoir fait leur travail.

Les menaces à la sécurité des journalistes, loin de s’atténuer, ont pris de nouvelles formes à l’ère numérique, notamment pour les femmes journalistes. Alors que les journalistes sont menacés dans le cadre de leur travail, les femmes, y compris celles des groupes minoritaires, sont beaucoup plus exposées aux agressions sexuelles et aux violences basées en ligne, y compris le harcèlement en ligne, la trolling, le doxing, le viol et les menaces de mort.

Le fait de ne pas enquêter et de ne pas répondre aux attaques en ligne a des conséquences réelles pour les femmes journalistes, affectant leur santé mentale et physique, sapant leur confiance et leur autonomie, les stigmatisant et générant la peur, la honte et les dommages à leur réputation et à leur profession. Dans les cas extrêmes, les menaces en ligne peuvent dégénérer en violences physiques et même en meurtres, comme l’a montré le meurtre de Daphne Caruana Galizia.

Qu’ils ciblent des femmes ou des hommes presse, en ligne ou hors ligne, les crimes contre les journalistes cherchent à intimider et à faire taire ceux qui osent chercher et révéler la vérité. Les attaques contre les journalistes constituent une atteinte au droit à l’information de la société, au droit à la liberté d’expression ainsi qu’à de nombreux autres droits de l’homme, y compris le droit à la vie et à la liberté des personnes concernées.

L’impunité encourage les auteurs. Les recherches de l’UNESCO montrent que là où l’impunité des crimes contre les journalistes est élevée, le nombre de journalistes tués l’est tout autant.

Les États ont l’obligation de mener des enquêtes rapides, impartiales, approfondies, indépendantes et efficaces sur tous les crimes commis contre des journalistes, en ligne ou hors ligne. Lorsqu’ils n’enquêtent pas et ne poursuivent pas les crimes, ils censurent effectivement la parole, musellent ceux qui osent dénoncer et font taire les autres. En outre, le défaut de mener une enquête appropriée sur une mort potentiellement illégale est considéré, en soi, comme une violation du droit à la vie.

Neuf meurtres de journalistes sur dix restent impunis. Le fait que la situation n’ait pas changé au cours de la dernière décennie est une indication claire de l’échec des mesures nationales et internationales visant à protéger la sécurité des journalistes. Il reste encore beaucoup à faire.

Nous réitérons l’appel lancé par les Nations Unies à la mise en place d’un mécanisme permanent d’enquête, faisant appel à des experts internationaux indépendants, y compris des Procédures spéciales et des Organes des traités, pour faciliter les enquêtes, identifier les voies de justice au niveau national, aux niveaux régional et international, et soutenir les mesures visant à mettre fin à l’impunité et à prévenir la violence contre les journalistes.

Nous réitérons la nécessité pour les États d’envisager des sanctions individualisées à l’encontre des personnes responsables d’ordonner, de commettre ou de menacer des actes de violence contre des journalistes, ou de prévenir ou d’entraver des enquêtes efficaces.

Nous appelons les États à interdire, enquêter et poursuivre en ligne et hors ligne la violence sexiste à l’encontre des femmes journalistes. Les enquêteurs doivent présumer que ces crimes sont liés au travail du journaliste, sauf preuve contraire. Les États ainsi que les entreprises doivent inclure une perspective de genre dans toutes les initiatives visant à créer un environnement sûr et favorable pour les médias indépendants, diversifiés et pluralistes.

Dans un monde de plus en plus numérisé, les États doivent veiller à ce que tous les journalistes, femmes et hommes, soient libres de mener à bien leur travail vital sans menaces, intimidation ou toute forme de représailles en ligne ou hors ligne. »

FINS

*Les experts : Mme Irene Khan, Rapporteure spéciale sur le droit à la liberté d’opinion et d’expression ; Mme Reem Alsalem, Rapporteure spéciale sur la violence faite aux femmes, ses causes et ses conséquences ; et M. Morris Tidball-Binz, Rapporteur spéciale sur l’extrajudiciaire, des exécutions sommaires ou arbitraires.

Les rapporteurs spéciaux font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Procédures spéciales, le plus grand groupe d’experts indépendants dans le système des droits de l’homme des Nations Unies, est le nom général des mécanismes indépendants d’établissement des faits et de suivi du Conseil qui traitent soit des situations spécifiques des pays ou des questions thématiques dans toutes les parties du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent sur une base volontaire ; ils ne sont pas membres du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisation et servent à titre individuel.

Pour de plus amples renseignements et les demandes des médias, veuillez communiquer avec : Thibaut Guillet (+41 22 917 9158 /thibaut.guillet@un.org) ou ohchr-freedex@un.org.

Pour toute demande de renseignements des médias concernant d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez communiquer avec : M. Jeremy Laurence, Unité des médias des droits de l’homme des Nations Unies (+41 22 917 9383 / jeremy.laurence@un.org)

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme de l’ONU sur Twitter @UN_SPExperts.
Préoccupé par le monde dans lequel nous vivons ?
Alors LEVEZ-VOUS pour les droits de quelqu’un aujourd’hui.
#Standup4humanrights
et visitez la page Web http://www.standup4humanrights.org

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 258 vient de paraître
Promotion des droits des femmes : L’Association des femmes journalistes et communicatrices pour la citoyenneté (AFJ2C) est née
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication exhorte les médias à informer sainement les populations
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Médias : Burkina 24 souffle ses dix bougies
Georges Damien, informaticien : « Il faut qu’on insère l’informatique dans les écoles, même depuis le primaire »
Soutenance/université Aube Nouvelle : Pascal Lonkou Yé se penche sur l’« Influence du community management dans le fonctionnement de Lefaso.net »
Burkina : Un guide du journaliste pour aider au traitement de l’information sur l’éducation, la santé et les infrastructures
TNT/Burkina : Les 8 chaînes ayant fait l’objet de suspension désormais rétablies
Exploitation de fréquences au Burkina : « Vous êtes entièrement responsables de tout ce qui sera diffusé », Abdoulazize Bamogo, vice-président du CSC
Ministère de la transition digitale : Les comités de revue des programmes budgétaires tiennent leur 2e session annuelle
Education au Burkina : "Repère magazine", pour l’orientation académique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés