Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne priez pas pour une vie facile, priez pour avoir la force d’endurer la difficulté.» Bruce Lee, Acteur, Artiste, Cinéaste, Pratiquant d’art martial, Sportif (1940 - 1973)

Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 2 novembre 2021 à 22h43min
Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

Les partis politiques restent confrontés au défi de la mobilisation pendant leurs événements majeurs. Il s’agit non seulement de mobiliser, mais également de pouvoir maintenir les "militants" sur place durant toute l’activité pour ainsi montrer aux adversaires sa capacité de frappe. Et la clôture, ce lundi 1er novembre 2021 à Ouagadougou, du congrès unitaire des partis progressistes n’a pas dérogé à cette réalité.

Les leaders politiques sont friands des grandes mobilisations. Ils en raffolent même parfois, si fait que certains perdent des pédales dans leurs interventions. Pour cela, tous les moyens sont bons pour faire le plein des activités. C’est pourquoi d’ailleurs, lorsque la mobilisation n’est pas à la hauteur, les arguments ne manquent pas pour dissuader ceux qui pourraient penser à un fiasco. En politique, il n’est pas possible que l’on manque de "justifications pertinentes" à une situation.

A ce congrès unitaire des partis et organisations de la société civile sankariste, la mobilisation était au rendez-vous. A 11h, heure prévue pour le démarrage de la cérémonie de clôture (clou du congrès), la cour de la Maison du peuple était dans une ambiance de marché ; les cars de convoyage, véhicules personnels et participants s’entremêlent. Me Bénéwendé Stanislas Sankara qui a fait son entrée dans la cour autour de 11h30 se voit obligé d’interpeller les responsables des convois pour mettre de l’ordre et aux fins de décongestionner la circulation sur la bretelle de l’avenue de l’indépendance devant la Maison du peuple.

Il était un peu moins de 12h, lorsque les responsables ont fait leur entrée dans cette cuvette de la Maison du peuple qui a refusé du monde. Dehors, sous le hall, deux écrans géants relaient les images de l’intérieur. Ils semblent d’ailleurs attirer moins l’attention des "militants", constitués en quasi-totalité de femmes, assises à même le sol.

Aux entrées de la salle, ça se bouscule. Les éléments de la police ont du boulot ! Ils sont d’ailleurs obligés de bloquer à un moment donné les accès, l’intérieur étant plein à craquer. Mais tout de suite, ils se heurtent aux responsables chargés de la mobilisation qui interviennent pour faire entrer leurs groupes de "militants". La chaleur grimpe davantage dans une salle de plus en plus surchargée. Et comme dans de telles circonstances, des mouvements de sorties se font voir en pleine cérémonie. Des femmes, en majorité, dont certaines avec des enfants en main, prennent l’escalier des sorties.

Face à un tel spectacle en pleine cérémonie, des responsables à la mobilisation et autres demandent à la police de ne laisser sortir personne avant la fin de la cérémonie. "Si elles veulent sortir, laissez-les sortir. Ce n’est pas notre travail de les retenir. Si vous n’avez pas trouvé de mots justes pour les convaincre de rester, ce n’est pas à nous de les retenir", lance un élément de la police à ses camarades.

Humaniser davantage la pratique politique !

Un des militants de l’élite qui a assisté à la scène acquiesce les propos : "C’est vrai ! Elles ont soif, certaines ont faim et d’autres ont des enfants à allaiter".

Dehors, des plaintes se lisent sur des visages et des participantes, visiblement désemparées, se renseignent par rapport à la prise en charge. Certaines finissent par se lâcher. " Moi, j’ai quitté...(nous taisons le village) autour de 23h pour rejoindre Toma où un convoi nous attendait. On a démarré là-bas au petit matin pour continuer directement à la Maison du peuple ici. Jusqu’à l’heure où je vous parle (il était 13h53), on n’a même pas mis quelque chose dans la bouche, même pas l’eau. En plus, je suis arrivée et je n’ai pas eu accès à la salle", se confie cette femme, arborée de tee-shirt aux effigies du congrès. Ses voisines, qui se présentent comme des habitantes du quartier Marcoussis (Ouagadougou), entrent dans la danse. " Moi, j’en veux à nos délégués. Chez nous à Marcoussis, les femmes sont sorties nombreuses, mais n’ont pas pu embarquer parce qu’au lieu d’un car comme ils nous l’avaient promis, c’est un dyna qu’ils ont envoyé. Alors que nous étions plus de 80 femmes. Vous n’êtes pas obligés de mobiliser tant ! A partir du moment où vous connaissez la capacité de la salle, il fallait simplement faire des délégations. Mais avec cette situation, les femmes ont fait la bagarre, elles se sont injuriées, celles qui sont restées sont frustrées. Avec ça, comment voulez-vous qu’on vous fasse confiance demain ? On verra comment ils vont régler ça à leur retour au quartier, parce qu’on avait promis à chaque femme, une prise en charge plus un tee-shirt", relatent-elles sous le hall de la Maison du peuple.

Une situation interpellatrice du nouveau-né, l’UNIR/MPS, qui se réclame héritière des idées de Thomas Sankara, à davantage travailler pour minimiser ce genre de réalités désagréables pour tout être humain. Surtout que, dit-on, Thomas Sankara s’est battu pour l’épanouissement et la dignité humaine, notamment ceux de la Femme.

Au-delà de ce parti, c’est l’ensemble même de la classe politique, surtout les partis politiques dits grands, qu’il faut inviter à être regardants sur ce plan (car c’est une pratique qui est partagée). Démonstrations de capacité de mobilisation certes, mais dans le respect des conditions humaines, car il n’y a pas de gloire à profiter de la misère de ses prochains.

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 2 novembre 2021 à 14:07, par Maria de Ziniaré En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Je suis étonné qu’une qu’un juriste et politique de la trempe de Bénéwende SANKARA qui a surfé sur le SANKARISME pour se faire visible au Burkina, s’acoquine avec Yacouba Isaac ZIDA qui a à son actif les faits répréhensibles ci-après :

    1) il s’est appuyé sur son Corp le RSP pour faire un coup d’état en brûlant la politesse au Général TRAORĖ qui tentait de réunir l’armée pour sauver ce qui peut l’être du Burkina qui s’est retrouvé sans PF et sans Assemblée Nationale.
    Ce coup d’état, Il l’a fait avec l’onction du Général DIENDERE le parrain moral du RSP et également parrain de DIENDERE ( ZIDA et DIENDERE sont du Passoré et la carrière de ZIDA au RSP est l’œuvre de DIENDERE). J’espère que le jugement de ce coup d’état se fera un jour parce que un coup d’état est un coup d’état.

    2) mégalomane assoiffé de pouvoir comme son jumeau civil Chérif SY, ZIDA a été à la base de l’avenant secret de la charte de la transition évoqué par le Président Jean Batiste OUĖDRAOGO lors du procès et qui stipulait que les militaires devraient être dans l’exécutif de la transition. C’est cet avenant qui lui a permis d’être PM en tant que militaire

    3) il a trahit son corp d’origine le RSP qui habritait les unités spéciales de lutte antiterroriste, il était convenu que le sort du RSP relèverait du nouveau PF démocratiquent élu. Mais ZIDA dans le cadre de son règlement de compte avec son parrain DIENDERE qui faisait ombrage à ses ambitions personnelles, ZIDA a manœuvré à la dissolution anticipée du RSP et le démantèlement du sytème de renseignement piloté par DIENDERE. C’est dans cette œuvre diabolique qu’il a fait acquérir un nouveau système d’écoute qui lui a permis de capter les communications de BASSOLE de DIENDERE.... ,pensant naïvement que celà pouvait remplacer l’ancien système de renseignement géré par DIENDERE et bâtit pendant des décennies. Conséquence quand le PF RMCK prêtait serment pour son premier mandant le Burkina n’avait plus de système de renseignement ni d’unité de lutte antiterroriste qui relevait du RSP et ce qui devait arriver .......
    4) artisant de la courte échelle, ZIDA est à la base du tripatouillage des règles d’avancement au grade de GÉNÉRAL qui lui ont permi d’accéder à ce grade à partir de son grade lieutenant-colonel ( saut de 13 ans de carrière) avec la complicité du vieux KAFANDO qui l’a décoré de la Grande croix de l’ordre national , heureusement l’ancien texte d’avancement au grade de GÉNÉRAL a été rétablit pour enlever la honte à notre armée devant les armées du monde.

    5) ZIDA a usé de sa posture de PM pour extorquer à la SONATUR 7.848 m2 à Ouaga 2000 qu’il s’est fait vendre ( les siens et sa fondation) à vil prix : quand les médias se sont accaparés de l’affaire il a été obligé de retourner les terrains à la SONATUR.

    - 6) toujours dans son élan diabolique, à la fin de la transition il a tenté un hold-up qui consistait à se faire nommé ambassadeur au USA par KAFANDO sans l’accord de RMCK qui était élu et n’avait pas encore prêté serment, ce qui était inadmissible pour le nouveau PF

    7) pour terminer, ce general gradé dans des conditions calamiteuses, demande une permission pour rendre visite à sa famille au Canada et à l’échéance de la permission refuse de rejoindre son armée : Il veut que le PF ( Ministre de La Défense dans son 1ér Gouvernement ) trouve un arrangement administratif genre « évacué sanitaire » pour qu’il demeure au Canada ( dixit le PF lui même dans une de nos ambassades ( Dakar si ma mémoire est bonne ) quand il recevait ses compatriotes ). Ce qui devait arriver arriva ....la radiation.

    C’est ce brigand au treillis militaire, radié de l’armée pour desertion en temps de paix, qui a fuit sa patrie après avoir déstructuré l’armée et l’a transformé en proie facile pour les djiadistes, qui au lieu de demander pardon au peuple burkinabé, a le culot de se faire adouber président honoraire d’un parti qui porte le nom de Thomas SANKARA.

    Maître Bénéwende SANKARA en acceptant un tel personnage dans son parti salit la mémoire de notre illustre révolutionnaire parce que Thomas SANKARA qui avait l’intégrité dans son ADN ne se serait j’aimais acoquiné avec un tel personnage opportuniste qui n’a œuvré que pour ses propres intérêts pendant la transition.

    J’ai le sentiment que la morale n’existe plus au Burkina.

    Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2021 à 16:48, par Major En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

      Maria de Ziniaré, tu as décidement un sérieux problème avec ZIDA pour oser débiter de tels mensonges sur lui.
      Que cela vous plaise ou pas, ZIDA a été un homme trés courageux pour oser affronter des caïdes comme DIENDERE. Si toi tu n’a pas honte de citer Honoré TRAORE, lui meme sait qu’il est une honte pour notre Armée ; sinon comment est-ce qu’un Lieutenant Colonel peut contredire les ordres d’un General ?
      A vous lire, on a comme l’impression que vous etes nostalgique du temps COMPAORE ; mais helas, c’est vraiment irrevocable et ils ne reviendrons plus jamais. ZIDA merite mille fois son grade de General que tous ses felons de genereaux sous l’ère COMPAORE ; lui au moins a choisi le camp du peuple pour empecher DIENDERE de reprendre le pouvoir afin de faire revenir ton lache de champion, qui n’a meme pas eu honte d’emprunter une nationalite etrangere pour echaper a une justice que lui meme a mise en place.
      Maria de Ziniare, il serait plus sage pour toi d’accepter de facon definitive, que plus rien ne sera comme avant !

      Répondre à ce message

    • Le 3 novembre 2021 à 19:15, par Pifo En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

      Infiniment merci Maria, Me SANKARA est en perte de vitesse et s’accroche à tout : même des délinquants notoires comme BAKOUAN Dieudonné, président du PJD qui vient de fusionner avec l’UNIR-PS.
      Quant à ZIDA, Maria tu as oublié sa complicité dans la fuite de Hyacinthe KAFANDO

      Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2021 à 17:40, par DU BON En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Honorable Maitre vous avez parlé de leader. Le Bon.
    Soyez en UN en confiant la direction à un autre .
    Les résultats des élections précédentes osez les voir et les lire.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2021 à 19:34, par Romi En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Très bonne veille médiatique, merci au journaliste pour cette interpellation. Je suis un des participants à ce congrès, mais ce n’est pas pour cela que je vais fermer les yeux sur ce qui a été dit et bien dit d’ailleurs dans l’article. Avec l’UNIR-MPS, nous avons pris l’engagement d’être autrement, différents des autres. Alors, si nous voulons vraiment répondre à notre idéal sankariste, il faille vraiment abandonné certaines pratiques qui ne nous honorent pas. Je souhaite que le changement commence par là. Bon vent à nous !

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2021 à 06:52, par Tengoss En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Nos partis politiques doivent arrêter d’utiliser les femmes comme bétail électoral et comme faire-valoir. Quand je vois comment les partis mobilisent pour leur assemblée générale et leur congrès on se demande si on va s’en sortir avec ça. Il est pourtant dit que les partis politiques contribuent à l’éducation des citoyens, mais au Burkina on peut dire que les partis politiques cultivent l’incivisme.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2021 à 12:35, par Nyfou En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Je suis tout à fait d’accord avec les analysent de Maria de Ziniaré. Au faite, il faut que nos politiciens soient sérieux et prennent aux sérieux l’électorat au Burkina Faso. Le Burkina est un pays de paix, de joie, d’amour et de bon vivre jusqu’au jour ou ces mêmes gens ont mis du feu pour juste leur propre intérêt. La fusion des partis progressistes est une bonne chose que je salue mais que cette fusion prennent en compte les partis qui ont cru en cette fusion et qui se sont sacrifiés pour y adhérer.
    En regardant le Logo, le nouveau nom du parti, je ne vois pas un changement réel et objectif. Ce parti ne prend en compte que les 2gros
    partis leaders (UNIR/PS et MPS) et qui ont les moyens financiers. A mon avis, je ne vois pas une issues favorables pour cette fusion et j’espère que ce n’est pas une façon d’avoir beaucoup de gens pour les élections et après les lâcher !!! Quand je vois la constitution du bureau, je l’ai vu quelque part sur une page, je trouve que l’attribution des postes au sein des petits partis, je peux le dire ainsi, n’est pas du tout équilibrée. Cela me donne l’idée de dire qu’au sein des 2 partis "visibles" dans cette fusion ( Benewendé et Zida), ces petites formations politiques ont été misent en place par des éléments de ces leaders.

    Répondre à ce message

  • Le 3 novembre 2021 à 23:22, par Sacksida En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    Dans le fond il clair que Maria de Ziniare n’a toujours pas digere la Perte de Pouvoir de Blaise et de son clan qui ont mis des bouches double afin que la famille Compaore Blaise et ses affides regnent sur le Burkina Faso a vie. Des questions : Est ce que Zida est a la base de l’insurrection Populaire ayant mis fin au regime de patrimonialisation de l’Etat par Blaise et son clan ? Est ce que c’est Zida qui hebergeait des terroristes de la sous region a Ouaga 2000, lesquels se sont retournes contre le Burkina Faso du fait de la Perte de pouvoir de leur Protecteur et Criminel Blaise compaore ? Vous pouvez detester Yacouba Isaac Zida et Michel Kafando mais ayez l’humilite de reconnaitre que c’est quand meme eux et la Transition Democratique et Politique qui ont fait rouvrir des dossiers de crimes de sang dans les affaires du President Thomas Sankara
    et ses compagnons ; puis celui de Norbert Zongo et les autres restes bloques plus 20 ans durant le regne de l’enfant terrible de Ziniare..Salut

    Répondre à ce message

  • Le 4 novembre 2021 à 00:01, par Karim En réponse à : Vie politique : Le congrès constitutif de l’UNIR-MPS et l’éternelle équation de la mobilisation !

    J’ai l’impression que la misère des populations fait l’affaire des hommes politiques, ils ne gênent même pas à l’exploiter à fond. Comment vous pouvez envoyer quelqu’un du Toma profond à Ouagadougou sans avoir un minimum d’égard pour lui ? Franchement c’est inhumain, il faut revoir vos copies. Seriez-vous contents que quelqu’un fasse ça à votre femme, à votre mère, soeur ou à vos enfants ? Je crois que non. Mais pourquoi faites-vous ça aux autres ? C’est vraiment méchant et décevant.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le président Damiba s’oppose à un quelconque dédommagement des victimes de l’insurrection et celles de Yirgou
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo DAMIBA échange avec les forces vives des Hauts-Bassins
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer », clame le président Damiba
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin Diabré ?
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, à l’écoute des forces vives des Hauts-Bassins
Rémunération des ministres au Burkina : Quand la mauvaise foi, la crise de confiance et l’égocentrisme s’en mêlent !
Immersion au sein des forces de défense et de sécurité : Une délégation gouvernementale à l’Etat-major général des armées
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri Damiba, en visite de travail
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le morceau
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à ce qu’on entend dans l’opinion, que ce soit fondé ou pas », a confié Zéphirin Diabré au sortir d’une visite au MPP
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" le gouvernement sur la sécurisation des régions
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps de paix pour adopter une attitude de temps de guerre », propose Dissan Boureima Gnoumou du PPS
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés