Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui épouse facilement la foule connaît des jouissances fiévreuses.» Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

Présidentielle 2005 : Des responsables réagissent

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 • • lundi 14 novembre 2005 à 08h25min

Dans notre quête de l’information, nous avons pu mettre la main sur certaines personnalités et responsables politiques de Koudougou. Ils nous livrent leur réaction à chaud, juste après avoir accompli leur devoir civique.

Comme nous le disions plus haut, nous avons croisé Juliette Bonkoungou dans son secteur dorigine, le secteur 10. Elle s’est dit satisfaite que la campagne se soit déroulée sans anicroche. Ce qui l’a amenée à féliciter tous les candidats qui ont eu un fair-play, ce qui grandit notre démocratie. La mobilisation matinale de la population pour voter est, à son avis, un signe de maturité de notre peuple.

« Je suis matinale et cela va me permettre de tourner dans la journée à Koudougou et dans quelques départements », a-t-elle confessé. Mais n’étant pas une adepte des jeux de hasard, la « Julie nationale » s’est refusé à tout pronostic. Alexis Ouédraogo, le délégué de l’UNIR/MS, a voté avant 8 h, après le constat que tout se déroule normalement. Il n’a relevé ni irrégularité ni couac, jusqu’à 8 h 39, heure à laquelle nous l’avons rencontré. Il s’est dit optimiste quant aux résultats de son candidat.

Seul face à sa conscience et à Dieu

Satisfaction aussi chez le député Salvador Yaméogo du MDS, qui a décidé de soutenir la candidature de Blaise Compaoré. « Le vote est le couronnement de tout un processus, d’une campagne nationale qu’on a menée », a-t-il fait remarquer, avant d’inviter tous les citoyens à sortir pour accomplir leur devoir civique, si possible en votant pour son candidat, c’est-à-dire Blaise Compaoré.

Il a dit souhaiter que les candidats malheureux acceptent le verdict des urnes, qui est la décision du peuple. Votre choix aurait-il pu changer dans le secret de l’isoloir si Me Hermann Yaméogo s’était présenté ?" avons-nous voulu savoir. « Je ne le pense pas. Dans le secret de l’isoloir, on est face à sa propre conscience et à Dieu ». Ce qu’il sait, c’est qu’il allait, le cas échéant, assumer la position qu’il a prise et qu’il entend défendre.

Jean Hubert Yaméogo est le coordonnateur régional du CDP du Centre-Ouest pour cette campagne pour la présidentielle 2005. A l’issue de son vote, il s’est dit soulagé et fier, en tant que citoyen burkinabé, car ils ont préparé ce moment avec beaucoup de soins. Il a constaté que les gens sont sortis très tôt pour accomplir leur devoir civique et vaquer ensuite à leurs occupations.

Notre candidat est le meilleur

Avez-vous l’impression d’avoir dit le mot juste, d’avoir fait le geste ou la chose juste durant ces 22 jours de campagne ? Sa réponse : « Pour ce qui me concerne, je suis convaincu d’avoir posé le bon acte. Maintenant, pour ce qui est des résultats et des électeurs en général, nous avons des appréhensions par rapport au bulletin unique, parce que les veilles personnes continuent d’éprouver des difficultés réelles quant à son utilisation. Il y a toujours des confusions entre les candidats et malgré nos efforts d’explication, ce n’est pas sûr que les gens qui auraient voulu choisir notre candidat, à savoir Blaise Compaoré, l’aient fait convenablement ».

Pour lui, si le bulletin unique facilite pas mal de choses, il en complique aussi d’autres. Très sportif, son pronostic tourne autour de 70 à 75%, histoire d’en laisser aux autres, car il n’y a pas de doute que son candidat est le meilleur._ Olivier Sawadogo est le directeur régional de la campagne du candidat Norbert Tiendrébéogo du FFS et de la Convergence de l’espoir.

Il a relevé quelques difficultés quant à la représentation de leur candidat dans les bureaux de vote et a posé un problème de mandat au niveau de la CEPI, qui a été résolu. Il a regretté les erreurs décelées dans le fichier électoral et qui n’ont pas pu être corrigées jusqu’à la tenue effective de ce scrutin. Olivier garde l’optimisme qui a caractérisé la campagne de Norbert Michel Tiendrébéogo, surtout qu’ils ont tenu un langage de vérité qui a été apprécié par beaucoup de personnes, selon lui._Quoi qu’il en soit, les dés sont jetés, et peut-être qu’en nous lisant ce lundi, les premières tendances vous permettront déjà de vous faire une idée de l’heureux élu du peuple burkinabé.

Cyrille Zoma

Observateur Paalga

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Election présidentielle : Le satisfecit de la JUNA, du RAJS et de CERVO d’Afrique
Groupe des cinq : Savoir raison gardée
La gueule de bois des lendemains électoraux !
Les leçons d’un scrutin
Présidentielle 2005 : Ce qui devait arriver arriva
L’opposition burkinabè : Les causes d’une défaite
L’après élection du 13 novembre : Tentatives maladroites d’atténuer une défaite cuisante
Analyse des résultats : On récolte ce qu’on a semé
Analyse des votes : Pourquoi certains ont voté blanc ou nul ?
Burkina : "Une démocratie chancelante, balbutiante, frileuse"
Présidentielle au Nahouri : Le PAI analyse sa défaite
Election présidentielle : L’AJCBC dit merci à la jeunesse
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés