Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Marche-meeting contre le néocolonialisme : Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • dimanche 31 octobre 2021 à 23h20min
Marche-meeting contre le néocolonialisme : Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène à Bobo-Dioulasso

C’était le sauve-qui-peut dans la matinée du samedi 30 octobre 2021 en plein centre-ville de Bobo-Dioulasso. Des acteurs de la société civile, qui voulaient tenir une conférence de presse en lieu et place de la marche dont l’autorisation leur a été refusée, ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène à la Place Tiéfo-Amoro de la ville de Sya.

Acteurs de la société civile, hommes de médias, usagers de la route, commerçants, travailleurs et passants ; personne n’a échappé à l’irrespirable gaz lacrymogène lancé par les forces de l’ordre ce 30 octobre à la Place Tiéfo-Amoro. Cette réaction de la police n’a pas été du goût de Habib Ouattara du Mouvement panafricain de rejet du Franc CFA. « Nous avons été violemment dispersés sur la place. Nous déplorons cette répression des forces de l’ordre », a-t-il lancé.

Habib Ouattara du Mouvement panafricain du rejet du Franc CFA.

Ce dernier a expliqué qu’en lieu et place de la marche dont l’autorisation leur a été refusée, il était prévu une conférence de presse afin de s’entretenir avec les professionnels des médias. « Au départ, nous avons voulu organiser une marche-meeting. Mais à la suite des démarches auprès des autorités pour avoir une autorisation, nous nous sommes vu refuser les différentes autorisations demandées. Nous avons pris langue avec les autorités pour échanger avec elles afin de comprendre les difficultés qu’elles ont à leur niveau. Elles avaient parlé des problèmes sécuritaires et nous avons pris acte (…). A la dernière minute, nous avons appris que Kemi Séba a été arrêté alors qu’il était l’un de nos invités. Nous avons voulu cette conférence pour demander sa libération ainsi que celle de ses camarades. Malheureusement, nous avons été victimes des exactions des forces de l’ordre sur la Place Tiéfo-Amoro, alors que nous n’avons pas voulu marcher, mais nous voulions nous entretenir avec les journalistes », a déploré Habib Ouattara.

Les manifestants exigent le départ des troupes étrangères du Burkina Faso.

Exiger le départ des troupes étrangères du Burkina Faso

La marche contre la présence des forces françaises au Burkina est l’initiative de la Coalition des patriotes du Burkina Faso (COPA/BF). Les militants de cette coalition estiment que le partenariat entre la France et le Burkina Faso ne sert à rien, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Selon eux, le terrorisme est un instrument de l’impérialisme contre les peuples des pays néocoloniaux. C’est pourquoi, ils affirment que la lutte contre le terrorisme ne peut être séparée de la lutte contre « l’impérialisme français ».

Les forces de l’ordre déterminées à disperser les manifestants.

Les manifestants estiment que malgré l’aide de la France, le problème sécuritaire va de mal en pis au Burkina. « Derrière le terrorisme se cachent les grandes puissances occidentales, et nous demandons à nos autorités de comprendre cela et de chercher à rompre les relations avec notre ennemi qui est la France », a lancé Kossougro Aka, coordinateur national de l’ONG Urgences panafricanistes de Côte d’Ivoire.

Kossougro Aka, coordinateur national de l’ONG Urgences panafricanistes de Côte d’Ivoire.

C’est ainsi que sur initiative de la COPA, l’activiste Kemi Séba a été convié à Bobo-Dioulasso pour prendre part à la manifestation, dans le but « d’éveiller les consciences de la jeunesse africaine et burkinabè en particulier, sur l’attitude à adopter vis-à-vis de la France ». En effet, il s’agissait pour Kemi Séba de rééditer au Burkina Faso, ce qui s’est déjà passé au Mali et en Guinée. Le président de l’ONG Urgences panafricanistes s’est rendu dans ces deux pays où il a bénéficié d’un accueil chaleureux.

Cependant, Kemi Séba sera interpelé le vendredi 29 octobre, alors qu’il faisait route vers la ville de Sya. L’information a été relayée sur sa page Facebook. Le communiqué indiquait qu’il a été arrêté avec une partie de son staff, puis ils ont été tous conduits à la Direction de la gendarmerie et de la police du Boulkiemdé, à environ 100 km de Ouagadougou.

Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre.

Kemi Séba expulsé du Burkina Faso

Après son arrestation dans le département de Sabou, Kemi Séba sera expulsé du Burkina, le samedi 30 octobre 2021. Pour les acteurs de la société civile, cette situation est déplorable. « C’est dommage que le pays de Thomas Sankara puisse expulser un fils du continent, un Africain. Nous interpellons les autorités de bien vouloir revoir leur démarche panafricaine. Parce que le Burkina Faso est un pays qui nous a toujours inspiré, et cette situation est déplorable. La jeunesse ne va pas se laisser faire et nous allons combattre tous ceux qui auront pour ami l’impérialisme, ceux qui nous pillent et qui nous détruisent », a indiqué Kossougro Aka, coordinateur national de l’ONG Urgences panafricanistes de Côte d’Ivoire.

Les passagers de la SOTRACO n’ont pas été épargnés par le gaz lacrymogène.

Ces acteurs de la société civile affirment ne pas être contre un gouvernement quelconque, mais plutôt pour la souveraineté des peuples. C’est pourquoi, ils disent « non à la Françafrique ou à son contraire, l’Afrique-France », et ils demandent le départ de la France du territoire burkinabè. Pour Kossougro Aka, c’est la France qui est à l’origine de l’arrestation et de l’expulsion de l’activiste Kemi Séba.
[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er novembre 2021 à 09:28, par Koffi En réponse à : Marche-meeting contre le néocolonialisme : Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène à Bobo-Dioulasso

    Thomas Sankara souffre dans sa tombe de voir son territoire laissé aux oiseaux pillards et aux vautours.Permettez moi de poser juste une question parmi tant d’autres ; nous savons tous que le président a laissé entendre que des chefs terroristes sont venus le voir et lui parler de leur contract avec l’ex-pouvoir (Blaise COMPAORÉ).on sait aussi que dans un mouvement contre la pudeur d’un pays il y a des grands à la tête du mouvement qu’on peut détruire pour affaiblir le mouvement.Ces grands terroristes qui sont venus le voir à huis-clos pourquoi il les a laissé repartir ?? y a-t-il des hommes plus puissants que la garde présidentielle ?? pourquoi il n’a pas fait arrêter ceux-là ?? il n’a pas honte de sortir dire ça à la télé ?? celui qui va jusqu’au président pour lui parler n’est pas n’importe qui.Ces pour dire que c’est sûrement les grands patrons du terrorisme que Rock devait arrêter pour affaiblir leur mouvement. Ça veut dire qu’au pays des hommes intègres tout le monde est devenu terroriste jusqu’au président. Je souffre !!
    "vive Thomas Sankara" et "vive la révolution".

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2021 à 12:22, par MONICA OUEDRAOGO En réponse à : Marche-meeting contre le néocolonialisme : Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène à Bobo-Dioulasso

    Je trouve que vous vous trompez de lutte. Je vous aurai soutenu si vous marchiez pour que nos autorités demandent le soutien des russes (en mentionnant ou pas Wagner) pour nous débarrasser de ces terroristes de notre pays. Que Dieu nous assiste dans cette lutte.

    Répondre à ce message

  • Le 2 novembre 2021 à 17:02, par v En réponse à : Marche-meeting contre le néocolonialisme : Les manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogène à Bobo-Dioulasso

    Je me demande si nous pouvons accepter que des gens d’un autre pays brulent notre drapeau pour des suppositions. Les soi-disants anti-impérialistes doivent changer leur lutte et demander leurs besoins à leurs dirigeants respectifs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Manifestation des orpailleurs à Houndé : Le gouverneur de la région des Hauts-Bassins prône le dialogue
Education : Les syndicats de l’éducation demandent aux autorités de prendre des dispositions afin de protéger leurs collègues dans les zones à forts défis sécuritaires
Burkina Faso : Le comité de revue du PN/GIRE se penche sur les activités menées en 2021 et celles à mettre en œuvre en 2022
Burkina : L’Organisation des personnes handicapées plaide pour la cause des élèves vivant avec un handicap
Burkina Faso : Les étudiants de "Aube nouvelle" à l’école de la protection des données à caractère personnel
Sécurité routière au Burkina : Billa TV offre le permis de conduire à 66 999 FCFA
Burkina : L’Unité d’Action Syndicale (UAS) s’exprime Sur la situation sécuritaire, la vie chère et la revalorisation des salaires des membres du gouvernement
Internet haut débit au Burkina : CANALBOX offre une connexion à grande vitesse au prix de 15 000 et 30 000 FCFA via la fibre
Burkina : Le Syndicat National des Travailleurs de l’Agriculture ( SYNATRAG) dénonce le pillage des terres agricoles par les promoteurs immobiliers et les politiciens reconvertis en agrobusinessmen
Les dirigeants africains et les partenaires de développement appelés à combiner l’intensification d’une réponse humanitaire avec la prévention, alors que la situation s’aggrave pour des millions d’enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère - UNICEF
Houndé : Les manifestants bloquent encore l’axe Bobo-Ouaga
Augmentation du prix du pain : Une mesure diversement appliquée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés