Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Éducation en situation d’urgence au Burkina : 2 682 établissements fermés à la rentrée d’octobre 2021

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • lundi 25 octobre 2021 à 22h10min
Éducation en situation d’urgence au Burkina : 2 682 établissements fermés à la rentrée d’octobre 2021

Le lundi 25 octobre 2021, s’est tenu à Ouagadougou une rencontre de concertation consacrée à l’éducation en situation d’urgence. Cette rencontre impulsée depuis l’adoption de la Stratégie nationale d’éducation en situation d’urgence (2019-2024) et la création du secrétariat technique de l’éducation en situation d’urgence, a été présidée par le ministre de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro.

La présente rencontre réunit les chefs de circonscription que sont les gouverneurs, des haut-commissaires et préfets ; des maires de communes concernées par le phénomène d’insécurité et qui occasionne des fermetures d’écoles ; des présidents de conseils régionaux. Ils doivent faire le point des actions mises en œuvre l’année dernière en lien avec l’insécurité ; apprécier les difficultés et dégager de nouvelles perspectives pour cette année 2021-2022.

Tous les enfants ont droits à l’éducation peut importe où ils se trouvent, rappelle le ministre de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro

En attendant le point exhaustif qui sera fait ultérieurement, le ministre note avec un "pincement au cœur", la fermeture de 2 682 établissements en début d’année 2021. « L’an passé, on avait à la fin de l’année scolaire 2020-2021, 2 244 établissements fermés. Nous avons environ 400 établissements qui se sont fermés en plus. Quoi que certains aient rouvert », a expliqué Pr Stanislas Ouaro. Au regard du nombre important d’établissements fermés cette année, il a invité les uns et les autres à redoubler d’efforts face à cette situation extrêmement difficile qu’est l’insécurité. Toutefois, en dépit du difficile contexte l’année dernière, le bilan fait ressortir des résultats forts encourageants.

En effet, grâce à l’accompagnement des forces de défense et de sécurité et des supplétifs de l’armée que sont les volontaires pour la défense de la patrie, le département de l’éducation nationale a réussi à rouvrir 404 établissements scolaires. Ce qui a permis à 87 000 élèves de reprendre le chemin de l’école. En plus de cela, 107 000 élèves déplacés internes (EDI) ont été réinscrits dans des zones plus sécurisées. « Nous leur avons apporté des kits scolaires. Nous sommes en train de réaliser des infrastructures complémentaires dans les zones d’accueil des déplacés internes pour pouvoir en accueillir au fur et à mesure », a confié le ministre Ouaro.

La cérémonie a refusé du monde

Dans le souci de mettre les EDI dans de bonnes conditions d’apprentissage, des fonds sont allouées aux collectivités pour l’acquisition de vivres pour les cantines scolaires ; de kits scolaires communément appelés le cartable minimum pour les élèves du primaire, mais aussi pour le fonctionnement des établissements. Dans ce cadre, il a été demandé aux responsables des communes de mettre ces ressources acquises à la disposition du gouverneur de la région dont la commune est issue. C’était, l’année dernière.

« Un comité doit être mis en place par le gouverneur de la région. Ce comité travaille à une répartition de ces ressources auprès des EDI. Il y a des régions qui ont réussi à le faire. Il y en a qui ne l’ont pas fait. Il y en a aussi qui ont posé des difficultés liées au fait que les responsables de contrôle financier des régions refusent de signer l’arrêté portant mise en place de la commission parce que n’ayant pas été informés. On va examiner toutes ces questions. Et je ferai un rapport en conseil des ministres pour que des instructions soient données afin que tous les goulots d’étranglements soient réglés », a laissé entendre le ministre.

Au regard de la qualité des particiants, les conclusions des travaux seront à la hauteur des attentes

Rien n’est également perdu pour les élèves dont les établissements scolaires sont fermés, car le département de l’éducation nationale a développé des curricula d’éducation en situation d’urgence. Ces curricula minima sont déployés sur quatre mois pour des élèves qui ne peuvent pas faire les neuf mois de scolarité. Ce travail se poursuivra pour permettre à l’essentiel des élèves de pouvoir reprendre les chemins des écoles. Toutefois, un travail de sensibilisation doit accompagner cet engagement du ministère de l’Éducation nationale, parce qu’il y a des EDI qui refusent d’aller à l’école dans certaines zones.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Droits de l’homme : Le Haut-commissariat des nations unies réitère son soutien au Burkina
Bassin du fleuve Niger : Fin de la 40e session ordinaire du conseil des ministres
Sakina Sawadogo visite LeFaso.net : « Nous sommes passés saluer et remercier le personnel et nos bienfaiteurs »
Séminaire syndical des douaniers : Un cadre d’échanges entre acteurs pour redynamiser l’administration douanière
Traités internationaux : Le ministère des Affaires étrangères renforce les capacités de ses agents
MENAPLN : le Plan d’action triennal sur la question enseignante actualisé
Journée de l’entrepreneuriat féminin : La 4e édition lancée dans la cité du cavalier rouge
Manifestation du 27 novembre : Échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre
Marche contre l’insécurité : Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogènes à Bobo-Dioulasso
Dori : Le mouvement "Sauvons le Burkina" proteste contre la "mauvaise gestion" de la sécurité et demande la démission du président du Faso
Demande de démission de Roch Kaboré : « On est en train d’ajouter un problème à un autre », voit El Hadj Harouna Gouem (Coalition nationale des acteurs économiques pour un commerce équitable)
Marche du 27 novembre : Le gouvernement va saisir le procureur (Sécurité)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés