Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition s’accordent sur l’essentiel

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • mercredi 29 septembre 2021 à 23h00min
Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition s’accordent sur l’essentiel

Les rideaux sont retombés, mardi, 28 septembre 2021 à Ouagadougou, sur le dialogue politique entre l’opposition et la majorité qui ont, pendant deux jours, échangé sur la situation sécuritaire, la réconciliation nationale et la révision à minima du code électoral.

Cette rencontre, ouverte la veille, est une suite de celle de juin 2021. L’opposition avait suspendu sa participation pour, dit-elle, exiger la prise en compte d’un certain nombre d’aspects liés à la situation sécuritaire. Le 30 juin, le gouvernement a subi un remaniement avec le départ des ministres de la sécurité et de défense. Mais, l’insécurité reste récurrente. C’est dans ce contexte que s’est tenu ce dialogue politique, d’où il ressort de la synthèse que le cadre a « abouti à des positions consensuelles, non-consensuelles et des points à approfondir ».

Ainsi, au titre des réformes électorales, c’est-à-dire la révision à minima du code électoral, l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) et le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) conviennent qu’il faut opter pour le suffrage universel direct en ce qui concerne la désignation des maires et maintenir le statu quo pour ce qui est du vote des présidents des conseils régionaux. Cependant, le CFOP-BF souhaite que la première disposition entre en vigueur à partir des élections de mai 2027, « aux fins de prendre le temps pour mieux expliquer cette nouvelle donne aux populations », alors que la majorité est favorable à son application dès les élections de mai 2022.

Le président Roch Kaboré encourage à resserer les rangs pour faire face aux défis communs.

Toujours sur le volet lié aux élections, les participants ont convenu de modalités du vote des personnes déplacées internes et dans les zones à fort défi sécuritaire. « La possibilité sera donnée aux personnes déplacées de pouvoir exercer leur droit de vote dans leur milieu d’accueil. Dans les zones à fort déficit sécuritaire, il a été retenu de faire le constat, de façon consensuelle, avec l’armée, la Primature, la Commission électorale nationale indépendante, le Conseil d’État, trois mois avant, des zones où les élections pourront se dérouler », commente le porte-parole du CFOP-BF, Gilbert Noël Ouédraogo, précisant que le critère qui a été pris en compte est qu’il y ait au moins 50% des villages.

Les parties conviennent également de la prorogation des cartes d’électeur, jusqu’à décembre 2022 et de mettre en place une commission bipartite pour faire des propositions sur le financement des partis politiques.

En outre, sur la question du quota-genre, opposition et majorité se sont engagées à accompagner les femmes dans leur lutte pour un meilleur positionnement.

Les co-présidents, Eddie Komboïgo à gauche (CFOP-BF) et Vincent Dabilgou (APMP).

Sur le point relatif à la réconciliation nationale, opposition et majorité ont souhaité un « dialogue constructif » afin de faciliter le retour des anciens présidents Blaise Compaoré, Yacouba Isaac Zida ainsi que de tous les autres exilés politiques. Ici, l’opposition souhaite que le traitement judiciaire de certains dossiers soit suspendu pour être traité dans le cadre du processus de réconciliation nationale pour un apaisement du climat social. Une proposition qui n’a pas rencontré l’assentiment de la majorité qui reste campée sur la démarche de « vérité, justice et réconciliation ».

Sur le sujet lié à la préoccupation sécuritaire, les parties ont pris la résolution de soutenir les forces de défense et de sécurité ainsi que les volontaires pour la défense de la patrie dans la lutte contre le terrorisme. Elles ont également exhorté les ministres de la défense et de la sécurité à poursuivre le travail de réforme et de réorganisation des forces de défense et de sécurité sur le terrain.

Un « engagement réciproque et un sens de l’écoute » de l’APMP et du CFOP-BF, selon le président Roch Kaboré. « Nous ne pourrons apporter des réponses pertinentes sans un consensus national, une mobilisation patriotique et un sens élevé du devoir et de l’intérêt national », souligne Roch Kaboré, initiateur du cadre, se félicitant des résultats atteints par Majorité et Opposition

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 septembre à 18:33, par Le Vigilent En réponse à : Burkina/Dialogue politique : majorité et opposition s’accordent sur de l’essentiel

    On demande de suspendre le traitement de certains dossiers de justice pour les traiter dans le cadre du processus de réconciliation. On ne comprend plus les politiciens. Tout le monde crie « INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE, INDÉPENDANCE DE LA JUSTICE » et en même temps on veut interférer dans des dossiers de la justice. Soyons cohérents dans nos discours.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 05:39, par HUG En réponse à : Burkina/Dialogue politique : majorité et opposition s’accordent sur de l’essentiel

    Hum allons seulement.Hum allons seulement.Hum allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 06:55, par Sabaabo En réponse à : Burkina/Dialogue politique : majorité et opposition s’accordent sur de l’essentiel

    "l’opposition souhaite que le traitement judiciaire de certains dossiers soit suspendu pour être traité dans le cadre du processus de réconciliation nationale".
    Enfin, enfin, enfin ! Les masques commencent à tomber. On l’imaginait bien mais là les choses s’affiche clairement : Cette fameuse réconciliation nationale n’a autre but que de garantir le flou, le mensonge, le manque de vérité et l’impunité sur certains dossiers et au profit de quelques individus.
    Il es vrai qu’il ne s’agit que d’une proposition de l’opposition dans le cadre d’un dialogue avec la majorité, mais j’estime que c’est tellement grave comme proposition que toutes les OSC et autres structures oeuvrant pour vérifier justice et réconciliation devraient sortir de leur réserve pour la condamner fermement. Bien plus, les marchés devraient être organisées sur toute l’étendue du territoire national pour étouffer une fois pour toutes des velléités de ce genre.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 10:56, par La Sagesse Africaine En réponse à : Burkina/Dialogue politique : majorité et opposition s’accordent sur l’essentiel

    ... Il faut qu’on évite de croire que nos populations sont si ignorantes que ça : (l’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP) et le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) conviennent qu’il faut opter pour le suffrage universel direct en ce qui concerne la désignation des maires et maintenir le statu quo pour ce qui est du vote des présidents des conseils régionaux. Cependant, le CFOP-BF souhaite que la première disposition entre en vigueur à partir des élections de mai 2027, « aux fins de prendre le temps pour mieux expliquer cette nouvelle donne aux populations ») ; Nos populations et donc le Burkina Faso ont soif d’une véritable démocratie qui garantit les mêmes chances à toutes ses filles et fils. Je ne vois pas pourquoi la seule désignation des maires au suffrage universel direct doit attendre... vous avez peur de quoi car c’est le plus à même de travailler pour l’intérêt de la collectivité communale qui sera retenu à travers cette option, cette disposition fait la part belle à tous les candidats potentiels et convient plus à l’aspiration des populations. Le plus tôt on commence à l’expérimenter, le mieux ça vaudra. N’oubliez pas que c’est à force de remettre à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui qui nous met en retard à tous les niveaux...car "tout ce qui n’avance pas recule". A force de ne pas répondre aux aspirations du moment, on accumule plus de problèmes qui finissent par nous revenir en pleine figure.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 12:06, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition s’accordent sur l’essentiel

    Pourquoi voulez vous offrir à Blaise Compaoré ce qu’il n’a pas offert aux militaires du BIA de Koudougou, à Henri Zongo et Boukari Lengani, à Oumarou Clément Ouédraogo ? Même les individus qui ont conduit le PAS dans les années 1990 ainsi que les ceux qui ont spolué le PDDEB doivent être poursuivis. Je supplie le Procureur du Faso d’ouvrir une enquête sur le dossier PDDEB car ces milliards devaient aider à rendre l’Ecole Burkinabè plus moderne. Que nenni ! Si ce dossier est ouvert des députés fussent-ils Vice-Président de l’Assemblée Nationale seront entendus.

    Répondre à ce message

  • Le 30 septembre à 13:16, par Lom-Lom En réponse à : Burkina/Dialogue politique : Majorité et opposition s’accordent sur l’essentiel

    Les masques sont effectivement tombés ! Que les politiciens ne se trompent pas trop, le peuple veille. Les dossiers en justice seront traités par la Justice et sans délai. C’est cela l’indépendance de la Justice tant réclamée par tout le monde. Le suffrage universel direct sera appliqué en 2022 et non en 2027. On est fatigué par vos manoeuvres sordides. Laissez les populations choisir leurs Maires et assumer leurs choix. !!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo prend officiellement les rênes
Mise en place des démembrements de la CENI : Bien préparer le terrain pour éviter les violences électorales de 2016 !
Démissions au CDP : « Le MPP et ses partis satellites deviendront bientôt un albatros avec ses colonnes d’opportunistes, d’affairistes … » (Boubacar Sannou)
Fusion de partis sankaristes : "Avec le MPP, notre vision était de faire en sorte que tous ceux qui se réclament de la gauche puissent se mettre ensemble (député Halidou Sanfo)
Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer les dessous de la crise qui déchire le parti
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de suspension pour trois membres du bureau exécutif national
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent leur démission, la gestion du parti décriée
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste unie invite les "patriotes sincères" à s’y rendre en "Faso danfani" ou en blanc
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le développe avec des idées »
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au processus se concertent
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les nouveaux chefs ?
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement pris service à la tête du MPP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés