Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • LEFASO.NET • mercredi 22 septembre 2021 à 23h15min
Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

Le conseil des ministres de ce mercredi 22 septembre 2021 a adopté un rapport relatif au décret portant fixation des conditions de la fourniture locale dans le secteur minier. Ce décret fait désormais obligation aux entreprises minières et à leurs sous traitants d’accorder aux personnes physiques ou morales burkinabè tout contrat de prestation de service, tout en définissant la listes des biens et services assortis de quotas à respecter.

« L’adoption de ce décret permet de promouvoir la fourniture locale de biens et services miniers et faciliter le transfert des compétences et de technologies au profit des nationaux », a déclaré le ministre de la communication, Ousséni Tamboura, au sortir du conseil des ministres.

Ousséni Tamboura, porte-parole du gouvernement

« Ce décret est attendu depuis pratiquement 2003. C’est un grand jour pour notre secteur parce qu’avec ce décret, les sociétés minières ont obligation dans la chaîne d’achats de réserver un certain pourcentage pour les entreprises locales », s’est réjoui le ministre en charges des mines et carrières, Dr. Bachir Ismaël Ouédraogo.

« Nous avons mis en place, poursuit-il, un mécanisme tripartite qui regroupe les entreprises minières, l’administration et les fournisseurs pour suivre pas à pas ce qui est fait. Les mines ont obligation de nous donner leur programme d’achats pour l’année n+1. À partir du mois de décembre, nous devons avoir cette liste qui va être publiée ; ce qui permettra d’avoir une bonne compétitivité et de créer des champions locaux comme l’ont fait beaucoup de pays, à l’image du Ghana, du Botswana, de l’Afrique du Sud ».

Pour Bachir Ismaël Ouédraogo, la volonté du gouvernement est de voir des entrepreneurs burkinabè devenir des propriétaires de mines qui vont travailler à ce que, sur toute la chaîne, il y ait des Burkinabè qui produisent. « Pour la première fois, avec la mine de Orzone Bomboré, c’est un Burkinabè qui va construire la mine de A à Z ».

Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières

Le ministre en charge des mines et carrières a lancé un appel aux opérateurs économiques. « Nous vous demandons de vous donner la main, de mettre en place des coalitions pour lever suffisamment d’argent et répondre aux standards des miniers. Nous allons faire la réglementation pour les accompagner, mais la balle aussi est dans leur camp », a-t-il conclu.

Rappelons que le décret vise l’application de la loi 036/2015 du 26 juin 2015 portant code minier du Burkina. Il dispose en son article 101 que les titulaires de titres miniers ou d’autorisation ainsi que leurs sous traitants accordent la préférence aux entreprises burkinabè pour tout contrat de prestation de services ou de fournitures de biens à des conditions équivalentes de prix, de qualité et de délai.

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 septembre à 06:48, par ancien En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

    Je dis chapeau !
    C’est maintenant que le Burkina devient un pays minier car, c’est dans ce secteur que le pays perdait beaucoup d’argent. La part de l’état dans une mine (royalties) est insignifiante comparée a la mânes que génère la fourniture. Maintenant il faut que nos fournisseurs locaux soient a la hauteur en terme de qualité et de délai. Je suis du secteur, je connais les exigences. Aujourd’hui je vais bien dormir.
    Pour une fois j’applaudis ce régime. Bechir Ismaël s’est encore démarqué du lot.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 07:58, par Beonere En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

    J’ai vraiment mal quand on se réjoui devant des miettes accordées à une frange de la population Burkinabé (fournisseurs notamment). Nous sommes dans une situation où les propriétaires des ressources (minerais) sont des mendiants et cela ne choque personne. Le gouvernement doit travailler à faire en sorte que les ressources naturelles soient exploitées par les Burkinabé. Ce n’est pas une question d’argent, ni de compétences (car la plupart des travailleurs miniers sont des burkinabés ou des africains) mais de politique. Si on met en place une politique pour faciliter l’investissement national dans le secteur , vous verrez. Dites-nous combien coûte l’installation d’une mine industrielle ou semi-industrielle et vous verrez que ce n’est hors de porté des burkinabé.
    Au stade actuel, les mines n’ont pas changé la vie des burkinabé. Il faut donc arrêter le bradage et mettre place une bonne politique. Il n’est jamais tard pour mieux faire. Par exemple, nous pouvons limiter la création de nouvelles mines , jusqu’à ce que le gouvernement ou les burkinabé maitrisent la gestion des mines. Prenez l’exemple du Ghana qui vient de refuser le renouvellement du permis d’une mine de bauxite exploitée par les chinois au motif que le minerai doit être transformé sur place au Ghana. Pourquoi, le Burkina n’exige pas cela pour ses mines ? C’est ce qui se fait dans les pays dont le ministre à cité. Lorsqu’on veut copier , il faut aussi aller jusqu’au bout.
    Espérons que nos autorités auront le courage pour amorcer rapidement le changement attendu,

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre à 15:30, par kamjon En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

      @ Beonere,
      Vous voulez vraiment savoir combien coûte la construction d’une mine ? Pour cela, il faut d’abord connaitre les risques dans l’investissement pour les recherches qui sont "supposées" aboutir à une mine industrielle "exploitable", je dis bien "exploitable" ! Pour aboutir à une mine industrielle, il faut prendre de gros risques car, sur 13 ou 14 permis de recherches accordés par le Gouvernement à une société ou à un individu, seul "1" aboutit réellement à une mine exploitable et profitable ! Là, il faut savoir que vous pouvez facilement déposer une dizaine de milliards de francs avec tout les risquent qui vont avec.
      Maintenant, vous voulez savoir combien coûte la construction d’une mine : alors, il faut vous préparer à débourser au bas mot, entre 30 et 70 milliards de francs ! Si vous avez une telle somme d’argent par devers vous, je suis prêt à vous accompagner. Maintenant, dites-moi sincèrement : Combien de Burkinabè sont capables de mobiliser de telles sommes, non seulement pour la recherche minière, mais aussi pour la construction d’une "éventuelle mine" ?

      Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 10:59, par lewang En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

    Belle initiative qui n’a que trop tardé. Mais je ne sais pas pourquoi on parle de pourcentage ? ou bien c’est un début ? sinon ca devait etre fait à 100, pr 100 pr les chaines dont les Burkinabé peuvent produire ;

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 11:08, par Obliviator ! En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

    C’est une très bonne chose, c’est un pas dans la bonne direction. Il n’y a pas d’autres possibilités, si nous aspirons à promouvoir le développement consistant et durable d’une solide industrie locale, qui en effet devra établir la transformation sur place des matières premières au minimum en des produits semi-finis, en générant toujours de la valeur ajoutée pour les locaux et en augmentant toujours le savoir-faire local.
    Rien n’est impossible si nous le voulons, il faut savoir ôser, car partout dans le monde, on ne cuisine qu’avec de l’eau. Alors, comptons plus sur nous-même et fonçons sans aucun complexe !

    Répondre à ce message

  • Le 24 septembre à 18:30, par Beonere En réponse à : Fourniture de biens et services miniers : Les entreprises burkinabè auront leur part du « gâteau »

    @kamjon
    Mr kamjon, Avec tout mon respect, je reste convaincu que les chiffres que vous évoquez ne sont pas hors de portés des burkinabé. Nous sommes plus de 20 millions d’habitants et parmi nous il y ’a au bas mot plus d’une centaine de milliardaires (je ne ’ai pas de stat précis). Juste pour vous dire qu’a l’échelle national avec un système d’actionnariat les burkinabés peuvent contrôler facilement une dizaines de mines. Savez-vous combien nos commerçants déversent en chine pour nous alimenter en produits contrefaits avec tous les risques possibles ? S’ils ont la garanti qu’ils peuvent avoir mieux en investissant à la maison, ils le feront sans hésiter car on est toujours mieux chez soi. Savez-vous également combien ces investisseurs gagnent sur notre dos ? Selon les déclarations de Dr Ra-Sablga OUEDRAOGO, une entreprise minière aurait remboursé son emprunt seulement 2 ans après le début de son exploitation. Si cela s’avère vrai, c’est dire qu’il n’ ya pas de risque à investir dans une mine au Burkina.

    Pour terminer, nos ressources sont à nous et nous devons les préserver pour les futurs générations.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 1er décembre 2021
Burkina : Le 11 Décembre à Ziniaré reporté pour 2022
Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester
Compte rendu du conseil des ministres du jeudi 25 novembre 2021
Burkina : Le conseil des ministres reporté au jeudi 25 novembre 2021
Burkina Faso : Deux hauts gradés de l’armée relevés de leurs fonctions après l’attaque d’Inata
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 17 novembre 2021
Mort violente d’un gendarme à Ouagadougou : La maréchaussée annonce l’ouverture d’une enquête
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 03 novembre 2021
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 27 octobre 2021
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 13 octobre 2021
Lutte contre le terrorisme : « Nous ne devons pas douter », exhorte le ministre délégué à la Défense
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés