Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 21 septembre 2021 à 23h05min
Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats

Le deuxième congrès des avocats de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) s’est ouvert, ce mardi 21 septembre 2021 à Ouagadougou, sous le thème « Justice et corruption ». Placée sous les auspices du président du Faso, président en exercice de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA, cette rencontre réunit durant 72 heures, les avocats des barreaux des huit pays membres de l’Union.

Précédemment prévu en 2020 et reporté à cause du covid-19, ce deuxième congrès sera l’occasion pour les participants d’échanger sur des sujets d’intérêt commun. Cette année, les débats portent sur le thème « Justice et corruption ». « C’est un thème transversal ; cela veut dire qu’il y a beaucoup de dispositions à prendre. Mais la première base reste le comportement de l’homme à dire non à la corruption et pouvoir avancer. Le reste sert à encadrer les brebis galeuses », a déclaré le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, qui a patronné la cérémonie d’ouverture.

Les bâtonniers et anciens bâtonniers de l’espace UEMOA étaient présents

La corruption, un défi pour le monde des affaires

Pour le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Burkina, Me Paulin Salembéré, par ailleurs président du comité d’organisation du congrès, la seule évocation de la corruption fait tourner les regards, à tort ou à raison, vers la justice, « non pas forcément qu’elle soit le milieu où elle prospère le plus, mais compte tenu du rôle qu’elle tient dans la traque des acteurs de la corruption et la place qu’elle occupe dans l’amélioration de la gouvernance démocratique ».

Selon le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Burkina, Me Paulin Salembéré, la corruption est un défi pour l’environnement des affaires

Pour le bâtonnier, la corruption est un défi pour l’environnement des affaires au sein de l’espace UEMOA. « Pourtant, regrette-t-il, il existe peu d’études qui ont documenté les effets de cette pratique quant au rendu d’une justice équitable ».

Une plaie qui alimente « les réseaux mafieux et terroristes »

Selon le président de la Conférence des barreaux de l’UEMOA, Me Serge Koffi Dogbéavou, l’avocat de l’Union doit être un modèle de probité, d’éthique et de rigueur car « il a pour mission de participer à la croissance des pays de l’espace et d’œuvrer à l’émergence du continent tout en le sortant de la corruption ». A l’en croire, la corruption est une plaie qui fragilise « les structures économiques, creuse des inégalités sociales, mine le fonctionnement des institutions et alimente les réseaux mafieux et terroristes ».

Apporter des valises au juge…

Le thème de ce deuxième congrès est également une sorte d’autocritique du secteur de la justice qui se laisse pourrir par la corruption au lieu de la combattre. « Certains d’entre nous apportent des valises au juge… Certains d’entre nous couvrent des actes de blanchiment d’argent, conseillent à leur clients d’ajouter à leurs honoraires des moyens de corruption. Nous le dénonçons, nous le crions et pourtant nous sommes nombreux à être de ceux qui ont fait de la corruption un moyen de défense par lequel nous gagnons souvent des dossiers dits juteux. Il est temps d’écouter notre conscience et faire preuve de discernement. On peut tout fuir mais jamais sa conscience », a déclaré Me Serge Koffi Dogbéavou.

Me Serge Koffi Dogbéavou, président de la Conférence des barreaux de l’UEMOA

Pour rappel, c’est en août 2018 que la Conférence des barreaux de l’espace UEMOA, réunie à Ouagadougou, a institué le congrès des avocats. Ainsi, Lomé, la capitale togolaise accueillait la première édition du Congrès en 2019.

HFB
Lefaso.net

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 14:57, par Substance Grise En réponse à : Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats

    Thème très pertinent
    Et pour y arriver il faut de la volonté politique
    Malheureusement nombreux sont nos chefs d’états qui sont passés par la corruption s’enrichir avant
    Donc une fois aux commandes ils passent à la vitesse supérieure avec leur entourage et bonjour le silence et l’hypocrisie
    Alors que c’est cette corruption qui bloque le développement de nos pays pire détruit le capital humain compromettant ainsi tout avenir radieu

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 17:41, par BEBAVI Benkadi En réponse à : Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats

    La corruption existe bel et bien il y a longtemps. La justice et la corruption sont les deux piliers de l’instabilité politique et sociale en Afrique. Il faudra donc du courage aux décideurs pour les pensées s’ils veulent le développement de nos pays et la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 21 septembre à 18:13, par Sacksida En réponse à : Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats

    Des Themes ressasses tout le temps mais sans reelle volonte de combattre la corruption qui gangrene de facon permanente nos societe dite Democratique ; peut on parler de veritable democratie sans une justice operationnelle qui defend les interets du Peuple ?.Notre justice est de nature Bourgeoise et tres lente, couteuse avec des procedures a n’en pas finir. Si nos Etats de l’UEMOA sont veritablement au services des populations, nos institutions judiciaires doivent etre reformer afin qu’elles soient plus operationnelles et assez rapides dans le traitement diligent des dossiers sans corruption. Or des realites indiquent que la corruption se trouve egalement dans palais de justice ; et Elle fait beaucoup de mal a notre societe sur tous les plans. Cessons de copier la justice napoleoniene et trouvons une forme de justice proche de nos populations, donc une Justice Populaire car dans tout dossier la verite est seule et unique. Salut

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès assassinat Thomas Sankara : Un collectif d’avocats se dit déterminé à faire jaillir la vérité
Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble
Lutte contre le diabète : Un nouveau siège pour l’ACDB
Coopération : Le président Mohamed Bazoum attendu ce 17 octobre à Ouagadougou
Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté : Déclaration de Achim Steiner, Administrateur du PNUD
Boucle du Mouhoun : Des organisations paysannes et des OSC renforcent leurs capacités en politiques agricoles
Lutte contre les violences basées sur le genre : Enabel sensibilise à travers la musique
Salon de la publicité et de l’édition (SAPE) : La première édition se tiendra du 11 au 13 novembre 2021
Journée mondiale de l’alimentation : Nestlé Burkina attire l’attention sur l’hypercholestérolémie
Programme de développement d’urgence : L’ONG Terre des hommes et ses partenaires se concertent
Armée de l’air : Le colonel Souleymane Ouédraogo, nouveau chef d’état-major, veut miser sur la rigueur et professionnalisme
Marché central de Bobo-Dioulasso : Des commerçants dénoncent une mauvaise gestion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés