Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 9 septembre 2021 à 22h30min
Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

Dans un courrier en date du 25 août 2021 adressé au ministre de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat dont Lefaso.net a obtenu copie, le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo fait état de résidus de pesticides trouvés dans des thés vendus sur le marché à Ouagadougou.

Cette découverte fait suite à une étude menée par le Laboratoire national de santé publique dans le cadre du renforcement de ses missions de contrôle qualité sanitaire des produits alimentaires.

L’étude a concerné 20 échantillons de thé de marques différentes composés de thé en vrac et de thé en sachet collectés dans des marchés de la ville de Ouagadougou au cours de la période de mars à avril 2020. 70% des thés collectés seraient produits en Chine.

Selon les résultats préliminaires de cette étude présentés dans le cadre d’une thèse de doctorat d’exercice, tous les échantillons analysés renferment des pesticides dont les plus représentés sont de la famille des organochlorés et des carbamates.

Pr Charlemagne Ouédraogo indique qu’en attendant la phase de confirmation de ces résultats, il conviendrait d’envisager des mesures urgentes afin de protéger la santé des consommateurs.

« La recherche des résidus de pesticides devrait désormais être intégrée dans le paramètre de contrôle des thés et un certificat d’analyse y afférent exigé à l’importation », écrit-il, suggérant une rencontre entre son département et celui en charge du Commerce avec les importateurs de thé au Burkina Faso.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 9 septembre à 13:38, par boinga En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Pour une fois je félicite le Ministre pour avoir lever le lièvre sur un problème de santé. Je vous suggère d’analyser aussi les riz importés, les condiments qui sont sur nos marchés (tomate, concombre, salade, etc.) Aussi les huile importées de la Chine. Car un paradoxe fait que le Burkina premier producteur de coton consomme plus d’huile de la chine qui avec plus d’un milliard d’habitants produit l’huile pour inonder nos marchés. ces huiles sont produites avec quoi. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 13:38, par Internaute En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Salut !
    Ce serait tellement bien de regarder sur nos légumes et fruits consommés tous les jours à Ouagadougou. Cibler le thé pour dire que ça vient de la Chine !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 13:52, par Ram En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    A vrai dire, on n’a même pas besoin de recherches ou d’analyses pour savoir et comprendre que le thé et autres denrées de grandes productions contiennent des pesticides et produits chimiques, même à faible quantité. La demande est telle qu’il faut utiliser des pesticides et produits chimiques pour accélérer et accroître le rendement ; conséquence, la santé humaine est en péril

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:01, par Kouda En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Hum ! Le Burkina Faso est vraiment très fort. Quand on parle de pesticide, je vois automatiquement et immédiatement nos produits maraîchers sur lesquels les producteurs locaux déversent des pesticides au vu et au su de tous. Alors, monsieur le ministre de la santé, les pesticides sont dangereux pour la santé lorsque nous les consommons. Alors commencez là où se trouve la priorité : produits maraîchers, autres produits agricoles, contamination des cours d’eau par des produits chimiques toxiques (cf. Poura), médicaments de rue dangereux consommés de façon anarchique, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:02, par Kouda En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Pour terminer, il y a bien de seuils à ne pas dépasser pour les substances jugées nocives à la santé humaine. J’ose espérer que vous avez tenu compte de ces seuils dans vos analyses.
    Dieu nous préserve.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:40, par Wolfgang SANOU En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Toutes mes félicitations au ministre de la santé et aux chercheurs qui ont fourni ses résultats. le plus important c’est l’alerte donnée par le ministre par rapport au thé venant de la chine ou d’ailleurs que nous consommons. le ministère de la santé devrait poursuivre de telles actions en ciblant d’autres produits de grande consommation comme les légumes qui se trouvent sur le marché, les huiles importés, ... Je soutien fortement la démarche du ministre par rapport à l’idée de rencontre avec son collègue du commerce. je souhaite que tout cela abouti à des solutions structurantes permettant la systématisation efficace du contrôle sanitaire de tous produits importés pour la préservation de la santé des Burkinabés. Dans les pays dit avancés, c’est ce qui se passe. Pourquoi pas chez nous ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:01, par Julien En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    J’aime bien les mets locaux faits à base de feuilles (koumvando, etc.) mais j’avoue qu’on n’a pas besoin de spécialiste pour savoir que c’est souvent plein de pesticide et impropre à la consommation. La langue et toute la bouche sont immédiatement agressées et il faut sagement s’en passer. Cela m’est arrivé plusieurs fois, même avec le zamné aussi.
    Il n’y a qu’à faire un tour dans les jardins qui alimentent la ville pour voir que nos mode de production sont à haute intensité chimique (cf. bas fonds derrière ENAREF par exemple).
    Alors, il revient aux pouvoirs publics de vraiment aider les populations en prenant à bras le corps ce problème.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 16:04, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Bien fait monsieur le ministre. Mais il faut aller plus loin en analysant aussi les vaccins que vous recevez en garibous. Car il y a cette méthode sorcière dite de l’aimantation des vaccins. Ce sont des particules de métal qui réagissent à l’aimant et tuent que le Japon découvre et rejette ainsi des milliers de vaccins moderna récemment.
    Quelle est cette anomalie ?

    La plupart des médias ont parlé pudiquement de « corps étrangers » « d’impuretés » ou de « contaminants » sans en dire plus.

    Mais si vous allez voir le grand média japonais Nikkei, mondialement respecté, on en apprend une belle : il s’agirait de particules métalliques, qui réagissent aux aimants. Donc des clés ou des fourchettes collent les corps de certaines personnes vaccinées au moderna par exemple. Monsieur le ministre, auriez vous ce courage d’étude ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 17:17, par kiswensida En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Oh c’est vraiment grave quand ton sait que le thé est un produits fortement consommé. je suis surpris d’apprendre que jusque là, dans les paramètres de contrôle des produits à importer, il n’y ait pas la recherche de pesticides. Que fais le ministère du commerce. ça dors hein M. le ministre.
    On nous empoisonne a petit feu. je suis convaincu que l’accroissement des cas d’insuffisance rénale est dû en partie à des elements toxique contenant dans ce que nous mangeons mais quels produits est reellement le fautif ? JE soupçonne le thé ( en vrac comme en sachet) et les huiles. Pourqpui nos chercheurs ne s’y interesse pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 18:04, par Bernard Luther King ou le Prophète Impie En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    C’est ça, on appelle ALERTE ? Y a pire que cela. Inculture institutionnelle, quand tu nous tiens ! Vous n’avez même pas fini avec les poulets bicyclette ou rotis manipulés par les mêmes mains cuisnières et caissières à la fois. Et personne ne s’en emeut : Medecins, journalistes, citoyens lambda, tous sont alignés pour une seance de deglution à la maison ou sur place. Pesticides dans thé, c’est cà ALERTE ? L’air vital à respirer de citoyens honnête sont empoisonnés au quoitidien par des commerces et autres au su et au vu de prevaricateurs avec rang de terrorristes au col blanc, ça c’est pas un probleme. On veut reinventer la roue par une ALERTE, quelle preuve d’inculture scientifique !
    A bas Dieu et vive l’universalité d’Esprit

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 18:23, par AT Koutou En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Oui, c’est un vrès problème de santé l’utilisation de ces produits dangereux. Méfions nous des poissons secs, fumés car c’est plein de ces pesticides et les produits tels Rambo, Yotox, ... ; info déjà publiée en article scientifique : Fumage du poisson au Burkina faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 04:00, par Maryland En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Toutes mes félicitations au ministre de la santé et du courage pour la suite. Sur ce plan, Mosnieur le Ministre vous aviez du chemin. La realite de notre pays adoree est que tout : alimentation, boisson, eau, liqueur, engrais, electronique, habillement ...es pratiquement frelate a Ouaga donc ya du chemin.
    Meme le simple eau de javel, eau qu on boit qui fait la vie, simple sel il ya le faux et le vrai. Revoyer comment controler la qualite des produits a consommer car la sante de la population y depends. Grouillez aussi revoir les engrais que les agriculteurs utilisent pour cultiver car les condiments et fruits a Ouaga ne sont pas de bonne qualite et naturel et ne peuvent plus etre garder pdt longtemps au frigo, ca c est mm une priorite car en mangeant ca tous les jours bonjour le cancer et autres maladies bizare bizare la. De nos jours,une tomate payer dand un marche de la place ne peut pas etre conserve pdt plus de 3 jours au frigo.
    Courage pour la suite.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 09:30, par ik En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    toutes mes felicitations a Mr le Ministre de la Santé
    Je souhaite que les memes exercices soient conduites sur le riz Importé

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 10:49, par Stalinsky En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Il n’est pas étonnant de trouver des résidus de pesticides dans les produits alimentaires importés ou nationaux.
    1) Pour le cas présent il serait intéressant de connaître les molécules appliquées dans la production et trouvées par le LNSP et voir si leurs teneurs sont inférieures ou supérieures à la L.M.R (Limite Maximale Résiduelle) autorisée.
    2) Tous les aliments importés devraient être soumis à des contrôles toxicologiques pas seulement sur les pesticides mais aussi sur les engrais notamment sur la présence des nitrates etc... à la charge des importateurs. Cela est facile a appliquer parce que les importateurs sont connus.
    3) Pour les produits nationaux, les producteurs surtout des produits maraîchers font du surdosage. Pour un contrôle toxicologique, tous les producteurs de produits agricoles devraient envoyer des échantillons pour analyses avant leur mise en vente au marché. C’est ce qui se fait aux USA, en Russie et en France par exemple.
    4) Le problème chez nous c’est que nous avons une multitude de petits producteurs sur de petites parcelles non organisés en coopératives. D’où la difficulté d’encadrement et de l’application de la législation phytosanitaire.
    5) Comment voulez vous demander à un producteur de payer 50 000 F CFA par pesticide et 50 000 F CFA par matière active à analyser au LNSP ? Personne ne va le faire car l’issue de sa production, le producteur n’est même pas sûr d’obtenir 100 000 F CFA.
    6) Donc il faudrait réduire les coûts d’analyses et d’autre part organiser des équipes d’analyses et acheter plusieurs types de chromatographes munis de détecteurs variés.
    7) La recherche notamment l’INERA doit recruter des Eco-toxicologues à même de proposer des alternatives aux pesticides.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 11:09, par lewang En réponse à : Burkina : Des résidus de pesticides présents dans les thés vendus à Ouagadougou

    Félicitations au Ministre de la,santé. Cependant un regard doit etre fait aussi sur les produits locaux, tenez j’ai constaté que le gonré est emballé maintenant avec les sachets plastics (au lieu de feullage auparavant) avant la cuisson à la vapeur ; ne contamine t’il le produit final ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Une politique de promotion des langues nationales en cours d’élaboration
Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le RENLAC interpelle l’Etat sur l’inefficacité des mécanismes actuels de régulation de la commande publique
Burkina - Logements sociaux : Abdoul service international remet des clés de villas aux acteurs du monde universitaire de Bobo-Dioulasso
Ouagadougou : Un jeune homme simule son propre enlèvement pour soutirer 5 000 000 de FCFA à ses parents
11e édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient : Les lauréats sont connus
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Journée internationale de la paix, édition 2021 : Message de la garde des sceaux
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés