Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 8 septembre 2021 à 23h05min
Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

Le drame de Banlo, dans la commune rurale de Bouroum-Bouroum, défraie la chronique depuis que trois personnes ont été lynchées après un accident de la route qui a coûté la vie à un enfant de 10 ans. Ce drame a mis en lumière une certaine forme de stigmatisation dont la communauté lobi est victime.

Alors que le pays traverse une crise sécuritaire qui endeuille de nombreuses familles, le niveau de l’intolérance à l’égard des autres, de la haine et de la violence multiforme semble gagner du terrain au Burkina. Les valeurs traditionnelles de la tolérance s’effritent, mettant en cause le vivre-ensemble et la cohésion sociale.
Le drame de Yirgou en 2019 (qualifié d’extermination ethnique par certaines OSC), l’affrontement entre Koglwéogo et population en mai 2017 dans les villages de Goundi et Thialgo, le lynchage des trois agents du CCVA à Banlo, pour ne citer que ceux-ci tendent à démontrer que la vindicte populaire a remplacé le droit et la justice.

Le drame de Banlo, dans la commune rurale de Bouroum-Bouroum (région du Sud-ouest du Burkina), impliquait un enfant de 10 ans à vélo qui a perdu la vie sur le champ et un véhicule automobile avec trois personnes à bord.
Les occupants du véhicule abandonnent l’engin et se réfugient dans un champ de maïs, selon le témoignage du conseiller villageois de développement (CVD) dudit village. Plus tard, leurs corps seront retrouvés sans vie. Le lendemain, l’oncle de la victime de l’accident déclare être l’auteur du lynchage des trois occupants de la voiture. Une dizaine de personnes seront interpellées par la justice.

Le 30 août, le gouverneur de la région du Sud-ouest, Emmanuel Zongo, entreprend une série de rencontres. Des mesures urgentes sont annoncées. Le lendemain, la mairie de la commune somme les habitants aux abords de la nationale 12 de déguerpir des lieux dans un délai de 96 heures. Sur ses comptes Facebook et Twitter, le chef de l’État, Roch Marc Christian Kaboré, condamne l’acte.
Pendant que la justice poursuit les enquêtes, les organisations de la société civile marchent pacifiquement à Gaoua pour dénoncer le lynchage à Banlo qu’ils qualifient « d’acte barbare ».

Le lynchage, pas le propre du Lobi

Depuis les premières heures du drame, des internautes ne cessent de condamner l’acte commis à Banlo. Selon certains d’entre eux, les accidents sont fréquents dans cette zone et les vindictes populaires le sont tout autant. « Si tu cognes accidentellement un poulet dans cette zone, il vaut mieux fuir. Sinon, si la population t’attrape, tu es mort », assure par exemple un internaute. « Une fois, de passage dans la région, j’ai heurté un bœuf dans un village. L’animal n’était pas très blessé. Mais quand je suis descendu de la voiture pour évaluer les dégâts, un boutiquier, qui observait la scène, m’a conseillé de fuir avant que le propriétaire de l’animal ne me voie », clame un autre.

Il y en a même qui vont plus loin, balançant des accusations à caractère discriminatoire, qualifiant le lynchage dans cette zone « d’actes culturels de vengeance. »

Sur la question, le maire de Bouroum-Bouroum, natif de la région, confie ne pas avoir connaissance de cette pratique culturelle chez les Lobi. « Sous le choc, certaines personnes peuvent réagir de façon démesurée. Mais dire que ce comportement est culturel est aussi exagéré. Je n’ai pas connaissance de cette culture de vengeance ancrée dans le Lobi ». et Momo Koko ajoute : « Au contraire, le Lobi est accueillant, il aime et accepte l’étranger. Les actes de vandalisme, les lynchages ne sont pas le propre du Lobi ».

Quant à Fiacre Kambou, un des députés de la province du Poni, il s’inscrit également en faux. D’après lui, « aucune statistique ne peut prouver et attester que des accidents au niveau de la région du Sud-ouest ont été gérés tels que celui de Banlo. Et c’est vraiment passer à côté que de dire que c’est une pratique dans la région du Sud-ouest. »

Manque de confiance en la justice ?

Au Burkina Faso, les cas de violation des droits humains sont nombreux. Ils se traduisent par des vindictes populaires, des lynchages, des détentions illégales par des groupes d’auto-défense… L’on pourrait penser à « un sentiment d’insécurité et de défiance envers la justice », avance un rapport de 2018 du Centre d’information et de formation en matière de formation en droits humains en Afrique (CIFDHA) et un collectif d’ONG.

Les populations semblent préférer la justice privée et expéditive. Et même si les lynchages publics surviennent pour des raisons de colère, il faut reconnaître que la justice privée est interdite. Comme le stipule l’article 3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Dans un Etat de droit comme le Burkina, il faut toujours s’en remettre à la justice.

Fiacre Kambou, député de la province du Poni

On peut se demander si le problème ne relève pas souvent de l’ignorance ou de l’éducation. Si tel est le cas, il urge, comme le recommande le CIFDHA, de « mener des campagnes de sensibilisation sur l’illégalité de la justice expéditive et populaire et sur la responsabilité pénale des auteurs. »

Les cas de stigmatisation de communautés sont aussi légion et semblent même être partis à la hausse depuis l’apparition et l’amplification du terrorisme ; les peuhls étant les plus touchés, en témoigne le drame de Yirgou, où des dizaines de membres de cette communauté, soupçonnés de connivence avec des terroristes, ont été massacrés.

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a vu le jour à la suite de ce drame. Le 6 octobre 2020, dans une déclaration, le CISC attire « l’attention du gouvernement, des amis et partenaires du Burkina, des organisations de défense des droits humains, des médias et la classe intellectuelle sincère sur les faits de stigmatisation graves sur des populations peuhles à bord des véhicules de transport en commun dans les principales régions en proie à l’insécurité ».

Selon le rapport d’Amnesty international 2020-2021 sur la situation des droits humains dans le monde, au Burkina Faso « des affrontements entre groupes armés ont éclaté régulièrement et la population civile a subi des attaques, souvent sous-tendues par des considérations ethniques et susceptibles de s’apparenter à des crimes de guerre. »

Au-delà de la crise sécuritaire, le Burkina Faso traverse une crise de coexistence. Il convient de cultiver et de promouvoir le savoir-être, la justice et la paix, le respect mutuel dans la différence, la solidarité et l’entraide, le dialogue social, l’égalité et l’équité, le respect de la dignité humaine et de l’intégrité. Par ailleurs, la parenté à plaisanterie est une richesse endogène qui peut contribuer à la cohésion sociale au « pays des hommes intègres ».

Yidalawala Isaac Ki-Zerbo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 septembre à 19:42, par Urbain Kabore En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Je veux bien et je suis foncièrement contre la stigmatisation ou les a priori sur quelque communauté que ce soit, mais les faits sont têtus dans cette zone. Je me rappelle encore cette scène surréaliste que j’y ai vécue dans les années 2000. Un bus de 70 passagers qui a failli subir la colère et la punition par les flammes de la population pratiquement dans la même zone n’eût été l’intervention pendant près de 4 heures d’un élu de la zone. Il y a encore le cas de cette expédition punitive contre une communauté nomade dans les environs de Toussiana pour le présumé meurtre d’un des leurs par une famille et ses affidés en provenance de de même zone. Ou encore ce automobiliste sommé de payer 10 000 F CFA par tête de la dizaine de pintades que son véhicule à pecutées, faute de quoi son véhicule aurait été incendié et lui-même passé à tabac
    Je m’arrête là parce j’ai des exemples à la pelle et tout le monde sait que quand tu as un accident, ne serait-ce qu’ avec un animal, dans cette zone, il vaut mieux chercher le premier commissariat ou la première brigade de gendarmerie pour s’y réfugier de peur de représailles ou de mort.
    Malheureusement, certaines de ces populations semblent en tirer une certaine fierté et considérer ces actes comme des signes et actes de bravoure.
    Acceptons de crever l’abcès et traiter la plaie comme il se doit avant qu’il ne soit trop tard.
    Et pour finir, sachons distinguer l’ivraie du bon grain.

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 09:42, par Indjaba En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Tout à fait d’accord avec le fasonet. Essayons ensemble d’egrainer quelques faits d’incivisme dans ces 10 dernières années qui n’étaient probablement pas dû aux lobi :2011 des policiers ont été lynchés à mort à Benghazi (Koudougou). 2020 des policiers ont été lynchés à Banfora. 2014 :des domiciles, des commerces et des individus ont été brûlés à Ouaga, bobo , ouahigouya, tenkodogo suite à l’insurrection pendant qu’aucun bâtiment n’a été brûlé du côté du sud ouest. A Tiebele, à tenkodogo et dans plein d’autres village , il y’a eut des lynchage pour des histoires de chefferie. 2020 : à Yirgou des peuls ont été exterminés parce qu’un chef aurait été tué. Avant cela Des éleveurs peul ont été massacrés dans plusieurs villages par des agriculteurs. Par ailleurs Des violeurs et des voleurs ont été brûlés vifs dans les villes de Ouaga et bobo. Des véhicules impliqué impliqués dans des Accidents ont plusieurs fois été brûlés à Ouaga . Etc etc. Rappelons que si toutes les causes du lynchage ne sont pas volontaires, Tous les lynchages eux sont en tout cas volontaires. Maintenant peut qu’il y’a des bons et des mauvais lynchages. En dehors de Ouaga et bobo, le sud ouest est la seule région qui regorgent plus de burkinabè venus des autres provînces. Enfin c’est la seule zone où Un Ouali a été maire à Gaoua. Un kambou ne sera jamais maire à fada. Un Diallo ne sera jamais maire à zorgho même en rêve. Un Ouedraogo ne sera jamais maire à bobo avant 2050. Arrêter de présenter les lobis, comme les barbares, les sauvages, les gens renfermés car j’y compte pleins d’amis et je connais bien leur zone.

      Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 11:15, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Malheureusement l’etre humain est ainsi fait : il manque de courage pour affirmer la verité ; il prefere beler avec le troupeau. Il faut relire les interventions pour voir.
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 23:28, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Hum... Il est vrai que les peuhls sont harcelés dans les transports en communs, mais cela date de bien avant le djihadisme.

    Quand à la stigmatisation "ethnique", mon analyse est autre. Tout le monde aura remarqué que les ruraux peuhls sont presque toujours sans papiers en règle mais ont toujours de l’argent. La vente de têtes de bétail peut être ? Toujours est-il que cette situation a fait d’eux des cibles de prédilection pour les FDS indélicats, qui leur extorquent toujours quelque chose lors des voyages, même quand ils sont en règle. Le signe le plus évident est que quand c’est visiblement un peuhl lettré, les corps habillés lui foutent la paix.

    Pour le reste, je pense pour ma part (mais ça n’engage que moi !) que ce n’est pas une histoire d’ethnie Lobi mais de reliquats culturels et historiques du refus de l’ordre colonial ou de façon plus générale de la "loi du blanc". Cela concerne toute la région jusqu’à la frontière et pas seulement le pays Lobi. Ce n’est pas de la stigmatisation mais un simple constat, illustré par plusieurs exemples dont l’affaire de Banlo n’est que le dernier.

    En rappel, le 12 Janvier 2019, à Nafona dans la commune rurale de Soubakaniédougou près de Niangoloko, deux policiers ont été lynchés par les villageois. Ils étaient venus pour interpeller des récalcitrants qui refusaient de répondre aux convocations du procureur et leurs tirs de sommation auraient par accident tué une femme.

    En Avril 2020, c’est à Loropéni qu’une histoire d’enterrement d’une dame de la famille royale convertie au protestantisme avait conduit à une profanation de la tombe suivie de l’incendie de plusieurs églises protestantes pour protester contre l’arrestation du responsable de cette exhumation forcée, un chef local.

    Pour résumer, on a l’impression que cette région a paradoxalement donnée au pays un beau contingent d’hommes de tenue, d’hommes d’église et d’intellectuels de haut vol, (notamment beaucoup de magistrats !), et en même temps reste dans sa partie rurale viscéralement rebelle aux lois "modernes" et aux institutions républicaines.

    Quelqu’un devrait faire quelques recherches pour comprendre ce paradoxe apparent...

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 23:33, par Made En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Juste une précision et ensuite une question à poser. Il n’a jamais été dit que c’est le propre du Lobi. On parle ici de lynchage après avoir eu un accident de la route et c’est le propre de cette localité peuplée de Lobi. C’est connu de tous. Même un accident sur un mouton il faut prendre tes jambes à ton cou. Obligeant certains fonctionnaires à circuler à pied pour le service (cas d’un ami).
    Question : Donner nous des exemples de lynchages à mort après un accident impliquant une personne ou un animal dans d’autres localités au Burkina. C’est pas une dissertation philosophique mais juste des exemples dans d’autres localités pour les mêmes raisons..... Si vous ne connaissez pas la caractérologie des peuples Burkinabè , vous n’avez pas votre place labà. Se taire est mieux car souvent, "le silence justifie ce dont on est pas coupable".

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 12:46, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Tu es de mauvaise foi ! Combien de fois des conducteurs a ouaga la meme ont du se refugier dans des commissariat ou devoir leur salut garce a la presence de forces de l’ordre suite a un accident de la circulation ? A ouaga le reflexe de tout conducteur c’est d’etre pret a s’enfuir des que qu’il a un accident s’il d’aventure il n’arrive pas a calmer les gens qui accourent. Combien de fois des conducteurs ont ete molestés et meme le vehicule detruit, caillassé et le conducteur tabassé, etc suite a un accident, que le conducteur ait tort ou non. Je ne parle meme pas des voleurs !! etc. Ca, tu pretends ne pas le savoir : peut etre tu as fait partie de ces agresseurs. Mais ca c’est une autre affaire, face a toi meme
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 13:06, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      "Si vous ne connaissez pas la caractérologie des peuples Burkinabè" je prefere separer les interventions pour repondre separement a chaque element.

      sais tu de quoi tu parles, toi qui parles de caracterolgie des peuples ? C’est quoi la caracterologie d’un peuple ? Je comprends pourquoi tu tiens cette position envers les peuples du sud ouest. Je parie meme que ce n’est pas contre ces populations seulement. Et tu prefereraias que l’on se taise pour te laisser debiter tes pensées et viosions nauseabondes !!!

      Cette theorie des carcteres des peuples est un mode de pensée chez toi, car tu utilises des paradigmes de vision totalement desuets et depassés. Cette theorie du 19e siecle avec les Gall et autres Gobineau, etc a conduit l’humanité au nazisme de Hitler (c’est d’ailleurs une idéologie issue d’une certaine pensee allemande). De nos jours l’illustration de cette pensée appliquée aux colonies belges du burundi, rwanda a donne les genocides repetitifs dans ces pays.

      Ces idees issues de Lévy-Bruhl élabore dans Les fonctions mentales dans les sociétés inférieures" (sic) et "La mentalité primitive", tout c’est totalement battu en breche aujourd’hui. Remets tes logiciels a jour toi qui te veut moderne. Ce n’est pas ainsi qu’on cnstruit un etat-nation.
      SOME

      Répondre à ce message

      • Le 14 septembre à 10:39, par @C. SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

        Grand- frere, pourquoi tu te fatigues avec des gens qui ont decide que les gens du sud- ouest etaient des sauvages ?a coule sur mon dos. Y a quoi on n’ a pas entendu sur nous ? Moi je leur dis seulement : Je suis sauvage, et apres ? S’ il te plait, ne jette pas des perles a des pourceaux. Tu leur parles de Gobineau, de Levy- Bruhl, ils comprennent quoi a quoi, ces esprits fierement et fatement crepusculaires ? Apres on va dire que c’ est le blanc qui est raciste. On appelle ca, le pegging order de la decheance mentale. Parce que le blanc s’ est cru oblige de ravaler l’ homme noir au rang des animaux pour se sentir exister, eux aussi, ils se croient obliges de ravaler du lobi pour se sentir gigoter. Je dis bien gigoter car ils ne vivent pas.. Merde a la fin ! Ce qui est arrive a Banlo choque la conscience humaine. Paix a l’ ame des 4 victimes. Two wrongs do not make a right. Au sud- ouest, on ne tue pas de sang- froid. D’ ailleurs, quand on a tue, les rites expiatoires a executer sont si difficiles. On connait la sacralite de la vie humaine, certainement beaucoup plus que dans les communautes qui veulent nous donner des lecons d’ humanisme. C’ est tres deplorable et ca pourrait arriver meme a des lobi de Bombara, de Tiankoura, de Iolonioro ou de Tonkar. Personne ne peut cautionner ca. Mais comparaison pour comparaison, est-ce le seul endroit ou ces vilaineries se sont passees ? Ou bien quand c’ est au sud- ouest, ca devient plus barbare ?. Dans tous les cas, continuez a stigmatiser ceux que vous croyez pouvoir stigmatiser au lieu de placer votre analyse dans un contexte total de delitement de l’ etat. Le Rameau Lobi ne s’ en portera que plus fierement. On a le dos large. Mettez tout sur nous. Tu me reconnaitras, Grand. Suis actuellement en mission a Lille. Je te contacte.

        Amities fraternelles

        Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 07:40, par Beoneré En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Il y a un gros problème au Burkina, à chaque fois qu’il y a un drame , on refuse de le traiter à la racine. Quand un intellectuel du sud-ouest nous sert aujourd’hui qu’il n’a pas connaissance du lynchage d’individus pour cause d’accident dans cette région, je me demande s’il a déjà mis pied là-bas. Que cette pratique soit culturelle ou pas, il faut le reconnaître et travailler à nous sortir de là. J’ai eu à faire plusieurs missions par le passé dans cette zone (il y a plus de 10 ans) avant même le problème sécuritaire du Burkina mais nos collègues natifs de la région nous disaient de faire très attention pour ne pas être impliqué dans un accident. Car on peut te lyncher pour avoir fauché un animal. Tous ceux qui traversent régulièrement le sud-ouest savent qu’il faut fuir en.cas d’accident sinon tu perds la vie.
    ARRETONS LES MENSONGES et cherchons les vrais solutions à nos problèmes. Aucune tradition africaine ne prône le lynchage mais quand ça devient une pratique, il faut y faire face avec tous les moyens à notre disposition.
    Que Dieu sauve le Faso

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 08:13, par kenichi En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    ’’Les occupants du véhicule abandonnent l’engin et se réfugient dans un champ de maïs, selon le témoignage du conseiller villageois de développement (CVD) dudit village. cette affirmation est à prendre avec pincette car s’ils avaient voulu fuir la zone , ils ne se seraient pas arrêtés après avoir cogné l’enfant....surtout que le véhicule semblait toujours en bon état.. il se pourrait qu’ils aient été trainés dans le champ loin des regards pour être tués. Attendons la fin de l’enquête donc..

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 11:28, par Destinée En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Mr Kenichi que voulez vous au juste ? la vérité ou le mensonge ? Si vous ne connaissez pas Banlo , sachez bien qu’à Banlo cohabitent bien des Lobis et des mossis depuis belle lurette sans heurte. Il ne faut pas généraliser un acte isolé qui peut se produire dans n’importe quel coin du Burkina ? Vous connaissez les le nombre de PDI accueillis au sud-ouest ? Plus de 9000. Quand on veut résoudre un problème on ne le déplace pas ? La bonne question qu’on puisse se poser et qui constitue un début de solution est « POURQUOI ? »

      Répondre à ce message

      • Le 9 septembre à 13:10, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

        Oui effectivement on deplace la vraie question du POURQUOI ? a commencer par ceux qui sont originaires de la region. Ces soi disants elus qui se sont autorisés des communiques incendiaires acontre les pôpulations sont ceux la memes qui sont la source du probleme dans la region. On comprend pourquoi ils ont pris cette position
        SOME

        Répondre à ce message

        • Le 9 septembre à 21:24, par Meimei En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

          Se poser la question du POURQUOI tuer 3 personnes à la suite de la mort d’un enfant de 10 ans est insensé.

          @SOMÉ cite nous quelques raisons qui peut t’amener à tuer une personne dans des circonstances pareils.

          Celui qui a écrit cet article est peut-être comme toi car ne valorise pas la vie de ces 3 agents qui ne sont de ton ethnie ou il a été manipulé pour l’écrire.

          @Manding. C’est vraiment lamentable de savoir qu’il y a des gens qui pense comme toi dans ce pays. Dans ce Burkina, tu dis aux autres de rester chez eux ? J’imagine que depuis que tu es né tu n’es resté que dans Sud-Ouest. Mais détends-toi car tu auras à côtoyer les autres venant d’ailleurs surtout avec les jeunes qui font un retour accéléré en agriculture. J’ai déjà lu un taré comme toi qui disait de rattacher le Sud-Ouest avec le Ghana ou la Côte d’Ivoire. Si tu te sens maliens, ghanéens ou ivoiriens, tu as juste quelques kilomètres à faire pour rejoindre ces pays.

          Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 08:47, par Boss En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Bien dit. Déja que ce n’est pas simple, si on se laisse avoir en continuant à stigmatiser l’autre, le peu d’espoir pour ce pays disparaitra.
    Si on pouvait même arrêter de dire c’est un mossi, c’est un peulh, c’est un samo et parler juste de Burkinabés... ça pourrait être un pas.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 09:06, par Skal de Banfora En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Félicitations et bon courage au journaliste stagiaire pour la qualité de son article tant sur la forme que sur le fonds.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 10:24, par TANGA En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Personne n’ a dit que ce problème de lynchage apres les accidents est écrit quelque part chez les Lobi ni inculqué de bouche à oreille laba. Et le sud ouest ce n’est pas seulement les Lobi.
    On seulement remarqué que c’est au sud ouest que c’est fréquent et basta. C’est comme faire la remarque disant que des peuples considèrent les razzia comme chose normale ou que des peuples ont toujours des esclaves.
    Disons la vérité pour que cela puisse être arrêté. Si non que tu ne peux pas les dédouaner avec cet article.
    Tout le monde parle mais personne n’est arrivé à tirer les vers du nez des parents de l’enfant ; qu’est ce que l’enfant faisait dehors à l’heure qu’il était ? Moi je me demande si ce n’est pas quelqu’un qui a poussé l’enfant sur la route après avoir fini avec lui afin de se dédouaner de son forfait.

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 13:15, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Tanga c’esta croire que tu n’as meme pas lu les interventions. A moins que tu ne saches pas lire. Mais je penche plus pour la pire des mauvaise foi chez toi. Et pourquoi alors ? Tu ne peux pretendre acceder a la verité quand tu n’as meme pas le courage de remonter a la arcine meme d’un evement.
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 14:00, par le Manding En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Mr. TANGA, on ne t’oblige pas a venir dans le sudouest. As -tu deja vu un fils ou une fille du sud ouest aller chercher une vie meilleure chez vous labas a Ziniare ou a Ouahigouya ? Restez chez vous ! ne venez pas ici nous enmerder c’est ca aussi le bien vivre-ensemble.

      Répondre à ce message

      • Le 9 septembre à 16:50, par Timbila En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

        C’est regrettable votre manière de réagir face à la vérité. Ne déplacer pas le problème. C’est vous pour des gens qui se disent intellectuels c’est très grave et seule la vérité rougit les yeux. Avant de défendre l’indefendable, dites moi ce que faisait un enfant de 10 ans sur une route nationale. En fait les trois agents étaient en mission. Je crois que ce qui a amplifié la situation c’est parce que c’était des agents de l’état en mission. C’est tout. Dites-moi combien de personnes ont perdu la vie pour avoir été impliqués dans des accidents même avec des animaux dans la zone. Vous dites de ne pas stigmatiser es populations de cette zone mais mais depuis très longtemps. Cest juste un constat lorsqu’on parle d’accidrnt de façon générale au Burkina. Cela ne date pas de maintenant. C’est connu depuis longtemps que quand tu n’es de la localité et que tu es impliqué dans un accident il faut se sauver. Vous pouvez en toute sincérité faire vos enquêtes auprès des postes de sécurité dans la zone. Combien de fois ils ont opposé une résistance et appelé des renforts dans des situations similaires. Les trois infortunés n’avaient sûrement pas l’information sinon si après un accident dans ces localités, ils faut fuir et chercher le poste de sécurité le plus proche. A défaut il faut accélérer et disparaître sur le champ. Tous ceux qui ont été interrogés ne vendront pas leurs frères et tous ceux qui défendent le diable ne connaissent pas la zone où sont des hypocrites. Si après l’accident, les gens s’étaient rendus compte que ce sont des ressortissants de la zone , le drame n’allait jamais se produire. Crevons l’abcès une fois pour tous en trouvons les moyens pour bannir les comportements sauvages partout au Burkina Faso afin d’éviter que d’autres localités n’emboitent le pas. Ce qu’ il faut surtout craindre c’est la vengeance d’autres localités lorsqu’ils constateront que tu es un ressortissant de la localité qui a trucider un des leurs. Faisons donc très attention. Il y a des freres, des soeurs des veuves et des orphelins des victimes qui nous lisent. Certains commentaires à
        Les lire ne fera que renforcer cette stigmatisation qui existe déjà. Webmaster ne me déçois pas car je constate de plus en plus que je suis censuré. Évitons les discriminations car chacun a droit à la parole sur la toile surtout quand c’est la vérité sans injures.

        Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 11:11, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Merci le journaliste qui a fait un bon boulot de journaliste a reprendre un evenement et donner une certaine analyse sans parti pris. Felicitattions ! J’avais voulu ecrire ce genre d’article pour remettre lezs choses dans leur situation comme vous le faites mais j’ai laissé tomber car etant originaire de la region, d’aucuns le liraient comme un soutien ’tribaliste a mes parents".
    je me contente de remettre mon intervention que j’avais faite sur ces evenements la voici :

    "A lire la tendance globale de d’interventions, je me rends compte du tribalisme ambiant à l’encontre des cultures du sud ouest à savoir les lobi dagara. Je suis sidéré par la simplicité des arguments et les insultes qui parsèment la plupart des interventions.

    Oui beaucoup ressortent leurs instincts tribalistes vis à vis des lobi dagara : Ce sont des sauvages, des insoumis à la loi, des animaux memes, sinon moins que des animaux, etc et ce sans même connaître les circonstances, encore moins connaître la culture de ces peuples la. On parle à partir des préjugés purement et simplement tribalistes en cachant ses propres comportements.

    Vous qui venez donner des leçons de morale et de civilité , qui d’entre vous a eu un seul mot pour le petit kambou et ses parents ? Sa vie et la peine des parents ont elles moins d’importance que la vie des 3 victimes ? Ou parce que le petit kambou est un animal qu’on peut écraser et continuer sa route tel un chien ? A la limite, certains laissent entendre que la faute incombe au petit kambou… De toute façons Dieu n’a même pas de temps à perdre avec des moins que des animaux de ce genre !

    Je n’interviens pas pour cautionner la réaction répréhensible des villageois. Je réagis contre ces vomissures d’un tribalisme a peine caché. Ce sont ces mêmes individus qui vont venir les premiers parler d’un Vivre-ensemble au Burkina, on est tous burkinabé, etc. Et toute cette hypocrisie, car eux mêmes seront les premiers à soutenir « leurs parents » aveuglément. A l’époque actuelle de notre histoire très catastrophique, n’offrons point le flanc à l’ennemi qui nous a infiltrés jusqu’à la moelle.

    Personne ne va dire qu’il est normal de tuer ces occupants suite à un accident. Connaît on les circonstances réelles des événements ? Non ! Il y a vraisemblablement eu plusieurs accidents mortels de ce genre dans cette région, amenant à l’exaspération. Mais cela ne justifie pas ces réactions des villageois. Seul S Diallo (l’intervenant 28) a « osé » se poser une question de fond.

    Et puis disons-le clairement est ce seulement dans cette région du sud ouest que les gens réagissent ainsi après un accident ? pourquoi les villageois partout au Burkina ont fait appel aux autorités concernant la sécurité routière ? Pourquoi ces villageois ont fini par ériger eux mêmes des « gendarmes couchés » sur les routes qui traversent leurs villages ?

    Et Vous qui êtes assis tranquillement à Ouagadougou là, à donner des leçons de civilisation aux sauvages primitifs du sud ouest, vous là ! que faites vous à Ouagadougou des qu il y a un accident ? Combien de conducteurs ou occupants de véhicules ont été molestés et le véhicule détruit suite à un accident de la circulation ? et cela se passe en plein Ouagadougou la ou il y a la civilisation. Est ce acceptable ? Non assurément !

    Et c’est dans tout le Burkina que ces comportements déplorables sont devenus la norme, est ce normal ? Non ! Ou était le droit dans ces cas, puisque chacun vient n’invoquer le droit ? Le droit est il applicable avec une géométrie variable selon les personnes et les régions concernées. Parce que le petit kambou est fils d’un paysan analphabète par rapport à des fonctionnaires ? Vous êtes vous posé la question pourquoi ces populations ne vont pas voir en justice au lieu de se faire justice elles mêmes ? C’est alors que je rejoins l’intervenant Vrai (le 33) qui a vu vrai.

    Et on exige même que la justice soit dure contre l’horreur de ces barbares sauvages. On regrette même l’abolition de la peine de mort !

    Ces réactions tribalistes sont plus que inquiétantes car elles traduisent une certaine mentalité et font le terreau du terrorisme (on accuse les peuls) : elle prépare la mort du Burkina. Il n’y a pas que le rwandà la Côte d’Ivoire, la RDC etc (pour ne parler que de l’Afrique), c’est d’abord et surtout dans nos cœurs, dans nos esprits bornés et nos hypocrisies que naît le problème du tribalisme. Soyons au propre avec nous mêmes pour oser affronter les défis et inventer notre avenir
    SOME
    "

    Sur ce site, on connait les prises de position de SOME et il ne se le cache pas. Donc excepte quelque rare intervenant, qui avait osé dire ce que vient d’ecrire avec courage ce journaliste, personne. Bien au contraire ! meme les elus, fils et filles du pays, meme les partis politiques (le MPP) jusqu’au president lui meme, tous "se sont sentis obligés" de faire une publication condamnant ces actes sauvages, passant sous silences ces relents tribalistes et ces prejuges contre les populations dus sud ouest.

    Comment un Roch peut il tombe dans un tel piege ? C’est plus que inquietant : le burkina est decidement mal en point. Qui l’eut cru ? Quand chacun aura le courage de regarder les evenements avec objectivité, on commencera a sortir de nos problemes et non toutes ces conneries de reconciliation nationale.
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 11:42, par Le réaliste En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Je pense qu’il faut être réaliste et reconnaitre le comportement "sauvage" de certains habitants de cette zone. Les cas de saccages de véhicules qui ont écrasé des animaux et même de la volaille en divagation sur les voies publiques sont récurrents dans le Sud-Ouest que j’aime bien. Le reconnaitre et travailler à trouver des pistes de solution est plus réaliste que de contester une triste réalité comme le fait l’honorable député Fiacre KAMBOU. Nous ne sommes pas ici en politique où on voit bien le "rouge" et dire c’est du "vert" ou encore devant un tribunal où l’avocat use de "tout" pour défendre son client. C’est justement le manque de reconnaissance de la vérité par bon nombre de nos autorités qui complique la situation de notre cher pays. Ces actes sont bel et bien le propre de certains habitants de cette localité.

    Répondre à ce message

    • Le 14 septembre à 10:55, par GOR En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Il faut traiter les faits sociaux comme des choses selon Auguste Comte, pere de la sociologie moderne. Eviteons les termes qui ne sont qu’ emotionnellement charges comme sauvages, barbares. Vous comprenez vraiement le sens des mots que vous utilisez ? Serieusement. Pouvez - vous me faire la difference entre sauvage et barbare ? Si on est sauvage, on ne peut pas etre barbare et si on est barbare on ne peut pas non plus etre sauvage. C’ est de l’ anachronisme. Vous epousez une perspective evolutionniste de l’ anthropologie qui clssait les peuples en sauvages, barbares et civilises. ca n’ a aucun sens. Tout peuple a une culture et il n’ y a pas de culture supoerieure. La culture, c’ est une maniere d’ interpreter le monde. Quand il s’ agit de se mettre en avant pour des questions de justice dans ce pays, quel mouvement de justice sociale, de changement citoyen vous avez deja vu ou il n’ y a pas un ressortissant du sud- ouest ? C’ est ca, etre sauvage ? Mais quand vient le moment de manger, on sait que c’ est un Ouedraogo ou un Compaore ou un Simpore du Centre Plateau Mossi qui aura les honneurs. Si vous voulez qu’ on parle, on va parler, hein !

      Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 11:58, par Sam aly En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    C’EST triste, toute cette region
    Comme d’autres vivent l’ère precoloniale
    C’EST a dire même les colons n’etaient pas
    Arriver en afrique. Pour eux, pays, nation,
    Burkina ou haute volta ils d’en balance
    Et si par hazare une fourmie leur pique
    Ils la retrouverai pour ecraser. Jesus
    Ai pitié.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 12:16, par PEGWENDE ! En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Si nous parlons beaucoup, nous risquons de nous tromper tous sur ce sujet. Tout ce qui est dit n’est applicable a la totalite d’aucun peuple/communaute. Mais La tendance de la majorite commande le reste. Avant que les quelques personnes ressources moderees n’aient le temps de reagir, l’irreparable est produite.

    Appliquons la Justice avec sa rigueur totale et cultivons au maximum La Tolerance au sein de nos communautes respectives.
    Il faut forcement que la Justice soit ressentie par tous et ca contribue enormement a ramollir certaines ardeurs ou tendances peu ou pas orthodoxes ou humaines, culturelles ou pas.

    Tolerance, Tolerance, Tolerance !

    Que Dieu benisse et protege le BF !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:20, par Zambo zambo En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Bonjour

    L’article du journaliste est bien biaisé.
    Le journaliste aurait du aussi relever qu’un internaute apparemment fils de la région a traité les 3 Agents du CCVA de criminels qui ont pris la fuite et a justifié leur lynchage mortel en déclarant que les "autochtones" ont fait leur devoir en éliminant des meurtriers qui ont pris la fuite.

    Il a ajouté que l’enquête judiciaire devait conduire à condamner les auteurs parce que ls victimes sont d’une autre ethnie ce n’est pas la justice.

    Les gens comme les SOME qui s’agitent sèment de façon pernicieuse et intelligente les germes du régionalisme et de l’ethcnicisme et il faut quitter dans ca.

    Répondre à ce message

    • Le 11 septembre à 05:52, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Mon frère ou sœur Zambo zambo, je te concède que tu peux ne pas être d’accord avec mes idées mais de grâce convainc moi avec des arguments, au lieu de lancer des accusations péremptoires contre moi. Démontre comment SOME sème « … de façon pernicieuse et intelligente les germes du régionalisme et de l’ethcnicisme » comme tu l’écris.

      c’est facile de s’asseoir et jeter des accusations sur l’autre. En quoi mes interventions sont de nature à semer le tribalisme ? Je vois tout simplement tu ne suis pas mes interventions sur le forum de lefasonet.net. Je te mets au défi de me citer un seule intervention ou je soutiens le tribalisôme. Bien au contraire, et je n’ai pas peur de le dire car j’ai la conscience tranquille à ce sujet sur ce site.

      Tu parles d’un fils du sud ouest qui a traité les 3 agents de criminels. Moi je n’ai pas lu cette intervention, donc je ne peux commenter. Et si effectivement tu as suivi mes interventions sur cet événement de Banlo, tu verras ce que je dis sur les maires,
      députés, etc du sud ouest qui publient leurs réactions. Ce seul individu est il représentatif de toute la région, comparativement à la majorité qui s’en est prise à tout un groupe ethnique avec des injures et des propos ouvertement tribalistes et qui ont été banalement acceptées. Ce n’est ainsi que l’on construit un état nation. Ceux qui adoptent ces positions sont ceux là mêmes qui préparent le terrain pour la destruction du Burkina Faso. Certains le font en toute connaissance de cause, d’autres le font par ignorance

      Thomas Sankara avait relevé le pays très haut, mais des tribalistes l’ont enfoncé dans les fanges du tribalisme et le burkinabé est devenu méconnaissable. Cet article de ce journaliste remet les pendules a l’heure quant à la façon d’aborder cet événement et par delà l’avenir de notre pays. À lire les interventions, l’ennemi déjà pris position dans nos cœurs et n’attend que l’occasion pour agir.

      Tu n’es pas obligé d’attaquer SOME parce qu’il a pris une position contraire à la meute. Mais sois un tout petit peu objectif, et à défaut, ouvre ton esprit et reste un point d’interrogation devant les événements. Cela t’aidera à sortir de la fange du racisme et du tribalisme dans laquelle tu t’es embourbé.

      Et même à ce propos tu n’es pas obligé d’être d’accord avec moi : tu restes libre de te vautrer dans les bas-fonds de la pensée. J’attends de toi que tu m’apporter des arguments solides et bien fondés comme dirait mon ami Ka, et des injures, justement parce que tu n’as pas d’arguments
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:59, par Le Patriarche En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Mes chers confrères,
    Recevez mes salutations fraternelles. Le silence est la meilleure des commentaires au BF. Car il y a une confusion totale actuellement entre la raison et l’irraison au BF.
    Ainsi :
    D’une part, les crimes sont considérées tels selon que leurs auteurs soient... en bien que les victimes soient...
    D’ autres part les crimes ne sont pas considérées comme tels si les auteurs ne sont... ou bien que les victimes soient...

    Ce qui pourrait paraître très honnête,
    C’est de se poser la question à savoir si le Burkina ne s’effondre que du côté de Gaoua.

    A méditer.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 18:04, par sanou paul En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Vraiment quand je lis les commentaires de certains internautes, ils me font honte. Voici des gens qui font la honte à leur famille, à leurs espèces, vraiment dans ce pays vous pensez que tous est permis ??
    Qui va soutenir des dérives de ce genre, seul un dereglé mental va faire des comparaisons avec tel ou tel évènement de ce genre s’est déjà réalisé.
    Je pense que chacun doit chercher à se comparer à quelque chose de bien mais pas à la médiocrité, une fois de plus ces gens montrent leur médiocrité en soutenant de tels actes à travers leur prise de position, en défendant et en justifiant de tels actes. Honte à ces gens. Je peux me dire dans un village quand il y a dérive, il y a des sages ou des vieux qui vont intermédier ou contrecarrer certaines actions de la jeunesse. Mais si dans un village il y a pas de sage c’est dommage, puisque ces sages et ces vieux n’ont pas pu empêcher l’acte de se reproduire.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 20:43, par Bugumpeogo En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Ne venez pas deplacer les débats ici ;
    Sur les réseaux sociaux et dans la presse, il n’a jamais été question de Lobi ou de quelque Ethnie que ce soit. C’est le premier article ou le problème est ethnisé ici, parce qu’il a toujours été question de la région du Sud ouest notamment de Bouroum-Bouroum, et beaucoup ont parlé de leur expérience propre. Donc si des gens comme Somé sont frustrés , qu’ils aillent souvent au village éduquer leurs proches au lieu de jouer Einsteins ici et tenter de deplacer le problème.
    Ce qui est évident, des gens qui lynchent trois citoyens criuellement comme ca, on ne peut pas les qualifiér de civilisés. Qu’ils soient Lobi, Mossi ,peulhs ou Bissa.Si c’est la règle comme ca à Fada, on va aussi dire que Fada, après les accidents, on va dire aussi que là bas ce sont des sauvages, pourtant on sait que c’est pas le cas, puisque là bas aussi il y’a deja eu des accidents , mortels peut-être, mais on n’a jamais entendu parler de lynchages comme à Banlo. Donc Somé et consorts, allez au village très souvent au village et ne vous fatiguez pas de sensibiliser.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 21:00, par Ka En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    ’’’’’Sur la question, le maire de Bouroum-Bouroum, natif de la région, confie ne pas avoir connaissance de cette pratique culturelle chez les Lobi.’’’’’ Et moi je confirme en connaissance de cause.

    Venu du Ghana la société Lobi s’est évolué en nombre au Burkina avec leur continuité des coutumes sur une portion de terre d’une superficie de 10361Km2 coincée entre la province de la Bougouriba au Nord, la Cote d’Ivoire au Sud, celle du Ghana à l’Est. Dans cette région, hormis les Dioula et les Dagara dont la reconversion au Christianisme et Musulmane avoisine les 90%, la religion traditionnelle de la société Lobi reste l’animisme, à laquelle elle reste profondément attachée. L’animisme chez les Lobis se manifeste surtout par le respect de la terre. Tout ce qui est en rapport avec la terre est sacré. On ne peut pas parler de religion traditionnelle chez les lobi sans faire cas du culte des fleuves. Ainsi les fleuves, les rivières les ruisseaux sont vénérées et sont l’objet d’un culte. Enfin il y a le’’’Djoro’’’ (initiation) un des cultes essentiels en pays Lobi, car il touche les populations du rameau Lobi : il est aussi une occasion de pèlerinage aux lieux précis ou les ancêtres traversèrent la Volta noire lorsqu’ils vinrent du Ghana.

    Si je confirme que cette pratique culturelle n’est pas des Lobis de souche, c’est que les sociétés Lobis sont des sociétés sans pouvoir centrale. Elles sont divisées en clans ayant chacun a sa tête un responsable généralement le plus ancien, mais ses fonctions sont d’ordre moral que religieux. Au niveau du village, le chef de terre seulement dépositaire du pouvoir religieux, ne peut rien imposer à personne. Car les Lobi a une société traditionnelle de démocratie populaire, et le vivre ensemble est leur totem. Alors comment pouvez-vous cautionner cette pratique culturelle aux Lobi ? Conclusion : Une Très belle analyse enrichissante.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 13:23, par Emos En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Parlant de ôter les vies à cause des animaux, Dans plusieurs endroits du Burkina des gens ont fini par s’entre tuer parce que tel animal a commis tel dégât, les choses ont fini par tourner mal et il y a eu morts d’hommes. Arrêtez de dire que c’est seulement au Sud Ouest que tuer un animal est un problème. partout au Burkina et dans le monde, les éleveurs ont toujours défendu leurs animaux même à grand prix. Chacun raconte ce qu’il veut sur le Sud Ouest. Soyez honnêtes et dites moi dans quelle province il n’y a pas eu de lynchage ? Nous sommes tous d’accord, plus jamais de lynchage au Burkina. La justice doit faire son travail pour tout lynchage. Dans toutes les provinces du Burkina il y a eu des tueries d’hommes mais jamais on a traité des gens de sauvages, hors la loi ou n’ayant pas de sages pour conseiller les gens. Pourquoi les tueries des autres provinces n’ont pas été critiquées avec de telles expressions ? Il y a t’il des lynchages civilisés acceptés par la loi dans vos provinces, approuvés par vos sages et jamais critiqués de telles façons et des lynchages dignes d’hommes sauvages, hors la loi dont les sages auraient dû intervenir s’ils y en avait ? Ceux qui cachent leurs lynchages et ne veulent en aucun cas qu’on en parle pour ne pas les traiter de sauvages sont des dangereux et n’ont pas des civilisés. Ils préfèrent parler des défauts des autres mais jamais des leurs. Dans chaque région il y a des choses que les habitants n’ont jamais tolérés. Dans certaines zones si tu détruis l’honneur d’une ou de plusieurs personnes tu te fais lyncher sans passer par la loi. Dans d’autres zones si tu tues l’animal de quelqu’un tu te fais lyncher. Dans certaines zones tu te fais lyncher à cause d’une femme, dans certaines zones à cause de la terre, certains te lynchent à cause de l’argent, d’autres parce que tu as vidé un grenier tu te fais lyncher. lequel de ces lynchage est civilisé, autorisé par vos sages et par la loi de chez vous et que personne ne doit critiquer en mal parce que c’est civilisé ? Plus jamais de lynchage au Burkina. Que la justice face son travail partout où il y a eu meurtres d’hommes.

    Répondre à ce message

  • Le 10 septembre à 15:35, par Emos En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Je suis du Sud Ouest et je reconnais que le drame de Bouroum Bouroum est vraiment regrettable, plus jamais ça au Burkina. Certains disent que dans le Sud Ouest, si tu tues un animal tu es en danger, je vous informe que dans toutes les régions du Burkina il y a eu lynchages d’hommes à cause des animaux. Les éleveurs ont toujours défendu leurs animaux à un grand prix, je vous informe qu’il en est ainsi dans tout le Burkina au cas ou vous habitez hors du Burkina et que vous êtes de passage. Certains parlent de sauvages, hors la loi et que s’il y avait des sages au Sud Ouest ils auraient dits un mot. Quelqu’un peut il avoir un minimum d’honnêteté et dire si dans sa région il n’y a jamais eu de lynchages ? Qui peut compter le nombre de lynchage dans sa région ? si ce n’est DIEU personne ne peut compter tellement c’est beaucoup. Plus jamais de lynchage au Burkina. Dans certaines régions quelqu’un peut lyncher un autre si son honneur est en jeu sans se soucier de la justice. Dans d’autres régions, pour un champ détruit la population lynche sans se soucier de la justice. Pour certains ils lynchent pour une femme, d’autres lynchent pour de l’argent etc...Pourquoi cacher les tueries qui sont faites chez vous et traiter les autres de sauvages. Vos lynchages sont ils civilisés ? citer les lynchages civilisés que vous connaissez. Pourquoi parler des défauts des autres mais jamais les vos. Dans quelle région il y a eu lynchage qui a fait autant de bruit et les gens ont été traités de sauvages. Vos lynchages à vous porte quelle civilisation ? Mr Ka vous avez parlé de la civilisation du Sud Ouest. SVP parlez nous de votre civilisation à vous. Combien de personnes vos parents ont combattu, et tués, les habitants de chez vous ont tué combien de personnes depuis la nuit des temps à nos jours ? Parlez nous des cadavres dans les placards de vos parents ce serait super enrichissant de les connaître. Ayez un minimum d’honnêteté quand vous critiquez les autres. Il y a eu tellement de personnes lynchées dans les autres régions que seul DIEU peut les compter. Toute personne ayant participé à un lynchage ou approuvé un lynchage doit se considérer sauvage, à condition de dire que son lynchage à lui est civilisé. Si je comprends bien chaque fois que les autres régions ont commis des meurtres, elles l’ont fait avec civilisation, et ont été approuvées par les lois de leurs régions avec la bénédiction de leurs sages. Aucun meurtre n’est à approuver, tous les meurtres sont abominables arrêtez de vous faire passer pour les hommes de biens. Caque ethnie a des cadavres dans son placard, et chaque ethnie garde jalousement ses cadavres. Si vous voulez connaître les gens du Sud Ouest cherchez à les approcher sans aucune ruse. Soyez honnêtes avec vous même et avec eux, et vous aurez la chance de les connaître.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 11:04, par GOR En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Bado qui a rejoint la mangeoire a dit que celui qui connait quelque part, il n’ a qu’ a partir parce que le pays, la, il n’ est plus gouverne. C’ est la la racine du mal. Toute autre analyse n’ est qu’ epiphenomenale.

    Répondre à ce message

  • Le 14 septembre à 14:26, par Ka En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Merci mon jeune SAA de me lire : Pour moi je croyais me faire comprendre qu’un acte individuel des personnes malsaines ne concerne pas la culture de tout une ethnie, comme les Lobis dont je connais très bien après avoir partagé un étage d’un foyer des étudiants Voltaïque à Paris d’une autre époque avec des étudiants Lobi, des Dagara, devenus ma vraie famille dont nous avons opté pour une révolution démocratique et populaire.
    Grace a ça, j’ai appris à connaitre les ethnies de la société Lobi en allant souvent dans la province de Poni, a une époque dont les plus nombreux de cette province étaient des Birifors, des Dagara résidants au bord de la Volta noire : Ajoutait des Dioula des mossis et des Peuls. Toutes ces ethnies diverses procurent a la province du Poni un important patrimoine rationnel et une richesse culturelle insoupçonnée.

    Et ma surprise et de lire le titre d’une analyse « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi, » et sur la question, le maire de Bouroum-Bouroum, natif de la région, confie ne pas avoir connaissance de cette pratique culturelle chez les Lobi

    SAA tu me donne l’occasion de dire à l’internaute ‘’’’’’’’’’’’’’Emos’’’’’’’’’’ que c’est l’ignorance qui dresse les hommes les uns contre les autres, et non la connaissance. L’illettrisme n’est pas signe de crétinisme, tout comme l’instruction n’est pas forcement signe d’intelligence. Et il doit retourner à l’école pour pouvoir lire mes critiques et autos critiques fondées.

    N’ayant pas lu ma critique profondément pour comprendre que je n’accuse personne, ses insultes gratuites qui ne s’appuient sur aucun élément factuel et vérifiable sont une occasion pour lui dire que quand on est nul à ce point, on ne se contente de se taire et non insulter sans raison.

    Et tout ce que je lui demande, c’est de faire un effort de civilité et de respect d’abord envers sa propre personne et envers celle d’autrui ! Car, je constate sa propension au dénigrement, aux attaques gratuites et aux injures sans fondement que d’être un sicaire. Cela est fort regrettable et n’aide nullement à assainir les critiques et à élever le niveau du débat du forum de Lefaso.net très enrichissant dont le Burkina a besoin pour sortir du problème sécuritaire et moral qu’il traverse depuis 2015. Un projet capital auquel je me sens tenu, en tant que citoyen, de contribuer à l’aide de textes réfléchis dans mes critiques fondées, et intellectuellement honnêtes.

    Toi ‘’’’’Emos’’’’’ qui ne cherche à comprendre une critique comme la mienne avant de verser tes insultes gratuites, sache que mes critiques qui ne sont pas "people" sont conceptuellement structurés et s’adressent à un public d’un certain niveau intellectuel et moral comme le jeune SAA, auquel toi tu n’appartiennes manifestement pas. Tu n’es pas obligé de les lire. Tien-toi donc à distance de mes contributions. Des milliers de lectrices et lecteurs plus outillés moralement et intellectuellement les comprennent et les attendent chaque jour sur Lefaso.net. Et cela suffit. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

    • Le 18 septembre à 07:18, par SOME En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

      Oui mon ami ka je n’avais vu que tu avais fait une reponse quand je repondais a Emos ! Quoi qu’il en soit tu sais mieux que nous ce qu’est devenu ce pays et cette nouvelle generation de burkinabe pas comme nous.

      Oui la difference est, comme tu l’as si bien caracterisé, la difference c’est que nous on ne vient pas sur ce forum pour faire des interventions "people" et faire le show. Nous continuons dans notre orientation ideologique et philosophique (c’est idem) de "conscientisation du peuple" (ca fera herisser le poils (blanc) a certains !!!). Vois tu ce qu’est devenu Fessart aujourd’hui ? ca dit tout !
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 10:04, par sankara saidou En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    J’ai lu les commentaires des uns et des autres sur ce qui s’est passé dans la commune de bouroum-Bouroum. A mon avis il faut éviter de citer les situations pêle-mêle ;parlons seulement des cas d’accident suivi de lynchage.M le maire de la commune connait l’esprit des populations de certaines populations de la région du Sud-ouest. "Tu as tué mon frère je le venge" un jeune Lobi qui m’accompagnait pour une visite de chantier me disait ceci "tu as tué mon frère il faut que je le venge pour que son âme puisse se reposer". Si les gens disent que dans cette région en cas d’accident il faut sauver ta peau en fuyant, c’est tout simplement parce que dans cette région l’esprit est tel. On ne saurait le lier à une culture mais si vous ne reconnaissez pas l’existence du phénomène ca va continuer comme cela. Ce que l’on constate par exemple dans les régions du centre, du nord et du centre Ouest lorsqu’il s’agit d’un accident, on détruit les biens matériels pas les vies humaines ? Au contrarie chaque fois les gens sont enclin à dire que c’est la volonté de Dieu où c’est le destin ? Rarement on ne tue un homme parce qu’il a commis un accident ?, Les conflits inter-communautaires existent dans tout le Burkina mais pas des lynchages systématiques en cas d’accident Dans la région du sud ouest la pratique du lynchages systématique existe belle et bien et il ne faut pas défendre l’indéfendable ? Il faut plutôt travailler à arrêter le phénomène ? Pour une personne tuée, on se venge en tuant trois personnes ? C’est inacceptable il faut que les auteurs soient condamnés à plus d^de e enfant ans de prison pour servir d’exemples et pour dissuader. Vengeance pour vengeance et si les parents des trois victimes décident de faire la même chose où en seront nous ? De grâce il faut que les hommes politiques,les coutumiers et les leaders d’opinion de la région travaillent à arrêter ça. une personne est un morte ce n’est déjà pas bon et on ajoute d’autres morts en cherchant à se venger où à se faire justice ce n’est pas humain il faut arrêter.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 10:26, par Emos En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Salu à tous. Ka et SAA, Quand on traite des gens de tous les maux du monde, et certains parlent de leur provenance, de leur absence de pouvoir central et que le chef ne peut rien imposer à personne ou encore le chef n’a pas de pouvoir et que le vivre ensemble est un totem pour ceux qui sont traités de tous les mots, vous dorlotez ces personnes selon vous ? ou vous cherchez à pousser les gens à confirmer leurs injures.. je vous informe que si dorénavant vous voulez apprécier quelqu’un éviter de dire des paroles qui vont confirmer les mauvaises langues. On remue toujours la langue avant de parler. On ne dit pas ce qu’on a envie de dire. Ceux qui cherchent à détruire cherchent la moindre faille pour attaquer. Il fallait dire à quelqu’un du Sud Ouest de lire vos écrits avant de les envoyer.
    Dans un pays où on parle du vivre ensemble, vous dites que le vivre ensemble est un totem vous nous vous trouvez que ce sont nos louanges ? Vous avez une drôle de façon d’apprécier les gens en les mettant dos contre le mur. si vous dites que le chef n’a pas de pouvoir, ça veut dire que chacun fait ce qui lui passe par la tête. Un conseil la prochaine fois que vous appréciez quelqu’un évitez de dire des mots qui peuvent le clouer. Si vous êtes un ami du Sud Ouest je vous demandes toutes mes excuses, nul n’est parfait. Il a été toujours dit que la vie et la mort se trouvent dans ce que nous disons. Que DIEU BÉNISSE LE BURKINA, Plus jamais de lynchage au BURKINA. Amen Ainsi Soit il.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 11:05, par Emos En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Salu à tous. Ka et SAA, Quand on traite des gens de tous les maux du monde, et certains parlent de leur provenance, de leur absence de pouvoir central et que le chef ne peut rien imposer à personne ou encore le chef n’a pas de pouvoir et que le vivre ensemble est un totem pour ceux qui sont traités de tous les mots, vous dorlotez ces personnes selon vous ? ou vous cherchez à pousser les gens à confirmer leurs injures.. je vous informe que si dorénavant vous voulez apprécier quelqu’un éviter de dire des paroles qui vont confirmer les mauvaises langues. On remue toujours la langue avant de parler. On ne dit pas ce qu’on a envie de dire. Ceux qui cherchent à détruire cherchent la moindre faille pour attaquer. Il fallait dire à quelqu’un du Sud Ouest de lire vos écrits avant de les envoyer.
    Dans un pays où on parle du vivre ensemble, vous dites que le vivre ensemble est un totem vous nous vous trouvez que ce sont nos louanges ? Vous avez une drôle de façon d’apprécier les gens en les mettant dos contre le mur. si vous dites que le chef n’a pas de pouvoir, ça veut dire que chacun fait ce qui lui passe par la tête. Un conseil la prochaine fois que vous appréciez quelqu’un évitez de dire des mots qui peuvent le clouer. Si vous êtes un ami du Sud Ouest je vous demandes toutes mes excuses, nul n’est parfait. Il a été toujours dit que la vie et la mort se trouvent dans ce que nous disons. Que DIEU BÉNISSE LE BURKINA, Plus jamais de lynchage au BURKINA. Amen Ainsi Soit il.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 12:41, par Emos En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    Mr sankara saidou. Les lynchages sont majoritairement liés à la vengeance. Si nous voulons vraiment lutter contre les vengeances, il ne faut pas traiter certaines vengeances de sauvages et d’autres de civilisées. Il ne faut pas apprécier certaines vengeances et insulter d’autres vengeances. Il faut travailler la mentalité de tout le Burkina pour éviter les vengeances. Il ne faut pas dire que c’est ceux du Sud Ouest dont leurs vengeances est inhumaines et les autres lynchages sont humains. Pourquoi encourager les gens à insulter certaines personnes dans leurs vengeances à travers les lynchages tan disque d’autres, on trouve que ce sont des événements malheureux. Il faut travailler la mentalité de chaque peuple avec sa façon de voir les choses. Vous voulez que le Sud Ouest soit traiter dans toutes les rigueurs ? Ceux qui se vengent et qui tuent dans les autres Régions pour diverses raisons vous trouver que on doit taire leurs agissements et s’intéresser seulement que du Sud Ouest ? Les accidents suivis de lynchages franchement c’est dans quelle Région ça n’a jamais eu lieu ? vous jurez qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais dans les Régions du Centre, du Nord et du Centre Ouest des lynchages suites à des accidents ? N’encouragez pas les gens à s’intéresser seulement au crimes du Sud Ouest et insulter le Sud Ouest. Je connais des peuples qui tuent peu importe le nombre de personnes pour leurs honneurs. Ils peuvent exterminer un village pour avoir été humiliés, peu importe le type d’humiliation vous trouver ça humain ? on doit travailler toutes les mentalités du Burkina. Si vous trouver que c’est seulement le cas du Sud Ouest qui est dangereux, que dites vous pour ce qui vient de se passer où un mr escorté par 2 gendarmes a été cas même lynché devant les 2 gendarmes ? montrez seulement le Sud Ouest du doigt, lorsque vous aurez fini avec le Sud Ouest vous allez voir que les autres Régions sont insolvables. Nous devons nous intéresser à tous les meurtres et/ou lynchages et les condamner tous. Si vous voulez les cas particuliers il y en a partout, mais c’est seulement la particularité du Sud Ouest qui intéresse les gens. En réalité, il n’y a pas plus dangereux que celui qui s’intéresse seulement que aux défauts des autres et qui refuse que chez lui, il y a aussi des défauts.

    Répondre à ce message

  • Le 15 septembre à 13:16, par Ka En réponse à : Drame de Bouroum-Bouroum : « Les actes de vandalisme, le lynchage des auteurs d’accident ne sont pas le propre du Lobi »

    ’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’Un conseil la prochaine fois que vous appréciez quelqu’un évitez de dire des mots qui peuvent le clouer. Si vous êtes un ami du Sud-Ouest je vous demandes toutes mes excuses, nul n’est parfait. Il a été toujours dit que la vie et la mort se trouvent dans ce que nous disons. Que DIEU BÉNISSE LE BURKINA, Plus jamais de lynchage au BURKINA. Amen Ainsi Soit-il.’’’’’’’’’’’’’’’’’’
    Emos : Etant un Burkinabé qui aime son pays et son peuple avec ses continuités des coutumes enrichissantes comme celles du Sud-Ouest, j’accepte tes excuses en tant qu’un homme de culture. Mais je te reproche d’être sans culture.

    Pour cela je te conseille de lire le livre d’Helene de France Duchesse d Aoste ‘’’’’’Voyage En Afrique’’’’’ ou le Livre de Jean Gabou ‘’’’’’l’Afrique aux Trois visages’’’’’’ des livres dès 1930 parlent de tes ancêtres et les miens. Surtout retourne au Sud-Ouest et silionne les villages qui sont généralement de petit taille et des habitats dispersés, à l’intérieur des habitations, on trouve des autels de culte individuel ou collectif faisant ainsi de la maison en pays Lobi un temple et un lieu d’habitation.
    Les écris de ceux qui ont bien connus tes ancêtres et les miens, et moi qui est de la vieille école, un mossi de pure sang des Yemdaogo avec des cicatrices raciales bien balafrées dont je suis fier d’expliqué la signification à mes enfants et à mes petits-enfants, qui peut aussi te raconter d’autres ethnies que seulement la sienne, tu n’as aucun conseil à me donner là-dessus, car je suis fier de le faire pour la nouvelle génération qui me lise.

    Parler le rôle d’un chef mossi, Bissa, Lobi, est bien connu au Burkina. Et je vois que tu as honte de ton propre ethnie quand on veut parler de son vrai rôle qui est le respect de ses continuités des coutumes que tu ne connais pas. En tout cas d’autres lieder du Sud-Ouest d’une époque a ne citer qu’un M. Koné seront content de me lire quand je t’apprend que la religion traditionnelle de la société Lobi reste l’animisme comme chez quelques mossi, à laquelle elle reste profondément attachée. L’animiste chez le Lobi ou chez les mossis du centre Sud se manifeste surtout par le respect de la terre des Lobi ou les Yonyonsé : Car, pour que la terre soit féconde elle ne doit pas être souillée aucunement. Des exemples, il ne faut pas commettre l’acte sexuel a même le sol, ni en brousse. Tout ce qui est en rapport avec la terre est sacré. Et moi je suis fier de ces hernies qui respectent leurs continuités des coutumes qui restent une référence de notre jeune démocratie qui cherche son vrai chemin.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés