Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • mercredi 8 septembre 2021 à 20h30min
Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

Dans le communiqué ci-après, la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) annonce des actions auprès des autorités en charge de l’éducation en vue de la réouverture du Lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou.

La Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE), a noté ces derniers moments, à travers la prise d’un certain nombre de notes de service du Directeur Provincial des Enseignements post-primaire et secondaire du Kadiogo notamment, le maintien de la fermeture du Lycée Philippe Zinda Kaboré de Ouagadougou pour la rentrée 2021-2022.

Cette fermeture, qui est intervenue le 24 mai 2021 après celle du lycée départemental de Bissiga dans le Centre-Est, de toute évidence sera, source de conséquences dommageables pour les élèves, le personnel, les parents d’élèves et le système éducatif de manière générale.

Aussi, la CNSE exprime-t-elle sa vive volonté que le Lycée Zinda ouvre ses portes pour la rentrée qui s’annonce pour le bonheur de ses acteurs et celui du système éducatif.

La Coordination a donc pris l’engagement de travailler avec toute structure dans l’atteinte de cet objectif.

D’ores et déjà, elle a convenu de rentrer dans les plus brefs délais en contact avec les autorités en charge de l’éducation afin qu’une issue soit trouver en vue de permettre que les activités pédagogiques se déroulent dans cet établissement ainsi que dans tous les établissements du pays.

Fait à Ouagadougou le 07 septembre 2021

Pour la Coordination

Siaka TRAORE
Coordonnateur

Vos commentaires

  • Le 8 septembre à 14:58, par wayaaré En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Les syndicats ont jeté la figure du syndicalisme par terre par leurs grèves et ils ne sont plus crédibles aux yeux de la population qui a tellement souffert. Pire ils veulent prendre les élèves comme leur arme de guerre.

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 09:22, par Adama tiemtore En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

      Bien vu et bien dit. On se rend compte que les syndicalistes sont devenus des politiciens et ils dépassent le cadre de leur attributions voulant prendre des décisions à la place du gouvernement et de l’exécutif. Il faut que ceux qui veulent faire la politique le fasse à visage découvert sans cache cache. A force de ces pratiques, ils discreditent la noble mission du syndicat. Le gouvernement ayant décidé de la fermeture du Zinda est dans son plein droit. Le gouvernement a décidé de reloger tous les élèves du Zinda dans d’autres établissements et d’affecter les enseignants du Zinda dans d’autres établissements. Ou est le problème pour qu’un syndicat se mettent sur ses gongs et dire non ? Occupez vous d’enseigner et de contribuer à l’éducation des élèves au lieu de les supporter ou les encourager quand ils font des bêtises. Savez vous pourquoi il y a plus de réussite dans les établissements privés religieux ? Pas de mystère, c’est la discipline.

      Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 15:01, par Yssif En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Très bonne initiative quoique je ne pense pas que Ouaro puisse accepter revenir à la raison. Il percevrait cela comme une défaite personnelle face à des gens qui ne lui vaudraient pas à la cheville et cela n’est pas envisageable chez lui. Mais je suis inquiet que toute une structure de l’envergure de la CNSE ne soit pas capable de produire un texte aussi court que celui-là sans faute.

    Vraiment dommage pour cela. Mais bon vent pour l’initiative. Vous aurez essayé !!!

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 15:19, par L’artiste En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Faut pas distraire les gens ! C’est quels syndicats ou quels syndicalistes ! Il y a quelques jours, vous donnez menaciez le gouvernement en lui intimant l’ordre de rouvrir le Lycée Zinda et aujourd’hui vous parler des "pourparlers" ? Si cette fois-ci le gouvernement se laisse distraire par les fossoyeurs de l’éducation de nos enfants, nous aviserons pour la suite et nous ferons une idée exacte de ce que l’équipe du Président Roch KABORÉ et du Premier Ministre nous veulent dans ce pays. Le Zinda n’est pas le seul.etablissement du pays et on doit se donner le.temps de tout réparer, réfectionner, remplacer ce qui doit l’être avant toute re-ouverture ! On est fatigué par des syndicalistes irresponsables aux petits pieds. Quand on vous recrutait, on a mis sur votre papier que vous devez seulement servir au Zinda. Bande de malhonnêtes !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 15:21, par Bodo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    C’est ainsi qu’on construit : il faut discuter.
    Des enfants qu’on éduque, décide de saccager leurs éducateurs. Ils détruisent et cassent tout, on veut les punir (cela fait partie de l’éducation) et certains éducateurs refusent et crient à la diabolisation.

    Dites moi, ceux qui crient de ne pas fermer le Zinda : si un jour on vient dire que votre enfant a frappé son professeur, cassé sa voiture, détruit les ordinateurs de l’école. Serez-vous fier en tant que parent ?

    Par contre, on peut aller humblement discuter avec les autorités, pour demander de la clémence, avec des propositions pour que cela ne se passe plus jamais. L’humilité est un chemin de la Gloire, n’est-ce pas ?

    Question importante : Entre ce proviseur qu’on a brutalisé, parce qu’il a été sévère et ces enfants ou ces enseignants hyper-syndiqués qui EXIGENT la réouverture du Zinda, qui est pour l’avenir des enfants.

    SVP, gardons un peu de dignité.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 15:26, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Vous ne pourrez plus tromper le peuple ! On vous a découverts et vous êtes de vrais fossoyeurs de l’éducation déguisés en enseignants. Vous avez prôné des frappes chirurgicales et vous vous êtes frappés chirurgicalement vous mêmes. Gare à ce gouvernement si il ose rouvrir ce Lycée en l’état sans un minimum de reamenagement ! On est fatigué par la malhonnêteté des adultes qui exigent que les enfants soient honnêtes !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 15:30, par KABORE En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Deux poids deux mésures pourquoi ? Quand il y’a eu le cas de Bissaga, vous n’avez pas reagi car en realité vous étiez satisfait. Mais pour le cas du Zinda, vous demander la reouverture. Vous avez la maladresse d’évoquer le cas de Bissaga dans votre écrit car en suivant votre logique, Bissaga doit aussi reouvrir..or vous ne demander pas ça. Sachez que même si les gouvernants actuels font preuve de faiblesse à votre endroit, votre mauvaise foi se retournera contre vous.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:02, par Le musulman En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    À force de trop tirer sur les cordes, on finit par s’affaler bruyamment ses fasses car la corde finira par se casser. Ces syndicats se sont pris pour le centre du monde, capable de traîner qui ils veulent dans la boue mais cette fois-ci, ils vont nager dans leur propre boue. Nous parents d’élèves, on les attend ! C’est dans quel système éducatif on permet à un enfant de faire ce qu’il veut et même de détruire ses outils d’apprentissage. Autorisez vos propres enfants à cassez dans vos propres domiciles mais ne pensez pas un seul instant que le Lycée Zinda est une propriété privée d’un quelconque ramassis de syndicalistes malhonnêtes. Que cette décision sur le Lycée Zinda et le Collège de Boussouma soit maintenue pour le salut de l’éducation au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:05, par Le petit tranquilos En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    L’initiative est louable, mais vouloir se comporter comme si c’est vous syndicalistes qui sont le gouvernement, je suis désolé.
    Actuellement le syndicat n’est plus didactique, rien que des forceurs et vous voulez que ça marche.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:13, par traore En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    les crises precedentes ont montrées que le GAUCHER MAGIQUE ne reviens jamais sur ses declarations, il ne se dedit jamais ce môgô.
    en fait ,le probleme est aussi simple a comprendre:le futur document de reference sortit des rencontres du comité de redaction des ASSISSES REGIONALE ET NATIONALE sera validé probablement cette annee scolaire .et ce document fait ressortir les preoccupations des eleves qui ont ete mises en causes telles que les seconds tours...........,et le GAUCHER MAGIQUE n est pas sûr que les conclusions passeront comme une lettre a la poste au niveau du systeme educatif et surtout chez les eleves.
    Donc ,que faire ????il faut fragiliser les centres de resistance des eleves tels que le lycée ZINDA et .......
    LE GAUCHER MAGIQUE VOIE LOINNNNN

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:46, par HUG En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Pourquoi ce n est pas les oarents d eleves ? Pourriez vous eviter les violences. s il y a n en.

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:49, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Bonjour @wayaaré

    Comme ton pseudonyme l’indique, tu es vraiment venu au "hasarement" dans ce débat. Pour ceux qui ne comprennent pas la langue de Boukari Koutou, Wayaaré en Moré signifie venir en désordre, en quinconce.

    On a l’impression que ce type de personnage ne veut pas la paix..
    " Les syndicats ont jeté la figure du syndicalisme par terre par leurs grèves et ils ne sont plus crédibles aux yeux de la population qui a tellement souffert. Pire ils veulent prendre les élèves comme leur arme de guerre ".
    Si les syndicats Burkinabé ont jeté la figure du syndicalisme par terre parce qu’ils ont fait grève, toi tu proposes quoi pour relever cette figure ? Un syndicalisme sans grève bien sûr on suppose, on ne va pas en grève par mode mais parce que c’est la dernière arme du travailleur. Le méconnaitre c’est faire preuve de mauvaise foi manifeste.

    Toi qui est spécialiste du syndicalisme propre, raconte nous comment ce type de syndicalisme se construit et se développe pour le bonheur de ses militants vi à vis de l’employeur ?
    Si tu en es un dirigeant aguerri, dis nous comment et combien on te paye pour ta contribution au nettoyage syndical.

    Comme tu es un pyromane contre les syndicats, attends encore un peu vers Novembre ou décembre quand l’herbe sera sèche pour te permettre d’y mettre plus facilement le feu..

    Quand on n’est pas éduqué dans une matière on s’abstient de venir yaaré, Yaaré et Yaada Yaada dan un débat sur la question.

    Il y a une crise et on cherche la solution. Si tous les syndicats de l’éducations (la coordination nationale des syndicats de l’éducation CNSE) se sont retrouvés pour prendre langue avec l’Administration c’est une preuve de leur esprit de responsabilité et d’ouverture d’esprit. Le lycée Zinda ce n’est pas du n’importe quoi pour être fermé allègrement. Tu veux quoi encore ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 16:59, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Vraiment, on ne peut pas vous comprendre. Toutes ces déclarations, démarches, vociférations et accusations n’ont pas de sens ni de cohérence...

    1°) Depuis quand ce sont des syndicats qui décident de la fermeture ou de l’ouverture d’une structure d’état ? Quel est ce mélange des genres ?

    Et pourquoi c’est quand le Zinda est touché que brusquement vous vous rappelez que le Lycée départemental de Bissiga était aussi fermé pour les mêmes raisons 3 mois plus tôt ? Vous ne vous êtes pourtant pas inquiétés de savoir si les candidats de Bissiga ont pu passer les examens, ni de que sont devenus les enseignants depuis Mars, encore moins de que serait cette rentrée pour eux avant l’histoire du Zinda.

    Vous étiez où ? Ces élèves de Bissiga ne sont-ils pas des enfants Burkinabè, ou leurs enseignants ne sont-ils pas aussi vos collègues ?

    2°) Défendez-vous aussi la thèse que les violences au Zinda et à Bissiga ne sont "pas si graves" et que les "gentils bambins" ont juste cabossé "quelques vieilles tables", d’ailleurs déjà réformées ?

    Dans ce cas, pourquoi avoir condamné les violences à Bissiga à l’époque ou les répressions policières ?

    3°) Vous traitez ce gouvernement (peut être avec raison d’ailleurs) de mou, d’inactif, de diesel, de manquer d’autorité. Comment dans le même temps pouvez vous ramer à contre-courant quand il prend une décision ferme et lui demander de faire preuve de laxisme ?

    Avez-vous pensé à l’état d’esprit et aux sentiments de ceux de vos collègues et camarades qui ont été face à cette violence et à qui vous demandez de reprendre avec les mêmes voyous comme si de rien n’était ? Ne méritent-ils pas de faire cours sans la peur de sortir trouver leur véhicule vandalisé ?

    4°) Plusieurs des syndicats membres de votre coordination ont déjà qualifié publiquement les décisions prises de "politiques", de faire parti d’un complot de "liquidation du système éducatif" et autres gentillesses. Comment dans ce contexte pensez-vous que vous serez reçu par les autorités pour les "pourparlers" envisagés ?

    5°) Le Lycée Zinda est fermé "jusqu’à nouvel ordre" mais sera bel et bien ré-ouvert un jour. Sachant qu’en attendant, le problème des 3700 élèves est traité par la réaffectation dans d’autres établissements publics, pour qui et pour quoi vous battez-vous au juste ?

    A part pour des enseignants qui ne veulent pas bouger, je ne vois vraiment pas. Mais s’il n’y a pas d’élèves, pourquoi on laisserait les enseignants chômer sur place un an ?

    Sachant qu’ils ne risquent pas d’être moins bien traités que leurs élèves, on peut imaginer qu’ils seront eux aussi appelés à donner leurs préférences de réaffectation. Quel est le "drame" pour un enseignant d’aller enseigner dans un autre établissement, peut être plus proche de son domicile ?

    Se battre pour qu’une centaine d’enseignants soient payés pour chômer un an ? Ou grever pour qu’un prof ne soit pas affecté du Zinda au Bogodogo ? C’est ça le nouveau combat des syndicats de l’éducation ? Personne ne le croirait.

    Alors où se trouve le problème ? Dans le petit nombre qui risque de sortir de Ouaga peut être ? Est-ce ça les "conséquences dommageables" que vous voulez empêcher ?

    Que signifierait alors une telle "lutte" pour les milliers de vos camarades enseignants qui servent en province pour ne pas dire en brousse depuis des années ?

    Au final, on ne vous comprends pas hein... Peut être que vous devriez faire preuve de plus de pédagogie pour nous aider à suivre vos raisonnements. Sinon pour le moment c’est très très vague...

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 17:52, par Séni SIMPORÉ (Étudiant) En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Moi je trouve que Ouaro est trop outrancier, sinon fermé tout une grand lycée pour des simples grèves, c’est vilain ça.Vous pouvez être prompt en sanctions mais jamais la fermeture

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 20:56, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Monsieur "Séni Simporé", le soit disant étudiant qui fait volontairement des fautes "outrancières", proposez-nous des sanctions sans fermeture ?

    Un groupe d’élèves, dans un établissement qui en compte plusieurs milliers (une grand lycée vraiment), vandalise, saccage et détruit l’administration de l’établissement et le véhicule du proviseur.

    Des personnes précises n’ont pas pas pu être identifiées, même si de forts soupçons pèsent sur certains. Aucune sanction individuelle ne peut donc être prononcée et si on le fait, les concernés auront beau jeu de ridiculiser cette décision devant n’importe quel tribunal : manque de preuve !

    Une nouvelle année scolaire va commencer, et il semble probable que la majorité de ces casseurs fait toujours partie de l’effectif. Enhardis par l’impunité, ils peuvent recommencer, et en pire. Il n’est pas non plus raisonnable de mettre tout un lycée sous surveillance policière pendant des mois, alors même qu’avec le djihadisme ils ont des missions plus urgentes.

    Alors oui, on ferme ! On disperse les élèves dans les autres établissements de la ville, pour ne pas interrompre la scolarité d’innocents mais neutraliser l’effet de groupe.

    Les 3700 concernés se retrouveront moins de 50 par nouvel établissement, et moins de 7 par niveau d’étude. Or les vrais casseurs ne sont que quelques dizaines au maximum parmi eux, il y a donc peu de chances qu’ils se retrouvent ensemble à nouveau.

    Autant dire que s’il veulent exporter leur méthodes violentes dans le nouvel établissement ils savent qu’ils seront facilement repérés (les transfuges du Zinda !) et "traités". Ils auront donc intérêt à faire profil bas.

    Et évidemment, comme on ne va pas laisser au chômage technique pendant ce temps des profs déjà en nombre insuffisant, on les affecte eux aussi ailleurs.

    Ensuite, on affecte d’autres élèves dans l’établissement qui sera ré-ouvert, en en profitant pour faire quelques réfections ou même un changement d’affectation. On peut le transformer en second cycle exclusif comme le Bogodogo, ou en lycée scientifique ou technique, ou en classes préparatoires aux grandes écoles, le choix est vaste.

    Pendant que des jeunes pleurent de ne pas pouvoir faire l’école à cause du terrorisme ou de la pauvreté, ceux qui ont la chance d’y avoir accès dans de bonnes conditions cassent leur outils de travail et attaquent leurs formateurs ? Et on devrait laisser faire ?

    Pour mémoire, l’Institut de Diplomatie et de Relations Internationales IDRI a été fermé en Avril 2007 et n’a jamais ré-ouvert. Le Lycée départemental de Bissiga dans le Boulgou a été fermé en Mars 2021 et n’a toujours pas ré-ouvert.
    Les militaires et les policiers radiés, eux aussi à l’époque avaient dit qu’il était "impossible" de faire ça, comme le RSP avait déclaré sa dissolution "impossible". On connait la suite...

    Jamais la fermeture ? Vous avez vu ça où ? On ferme, bien même ! LA PREUVE !

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 21:59, par SID PAWALEMDÉ En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Ceux qui sont passés à la Télé soit disant représentants du personnel du Lycée Zinda et qui ont utilisé le terme "NOS SUPÉRIEURS ONT MENTI" ne doivent plus dispenser des cours parce que tous les élèves du Burkina les ont suivis et disent que même à son papa on peut lui dire "papa, tu ments. Voici le vrai visage des syndicats de l’éducation "Monsieur KARAKOE DU ZINDA".

    Répondre à ce message

  • Le 8 septembre à 23:37, par Zoumba En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Les syndicats ont le droit d’entreprendre la démarche qu’ils envisagent.
    C’est le principe même de la négociation. On s’énerve, on vocifère parfois, la tension monte, on durcit les positions puis on finit par venir tous à la table de négociation pour obtenir des concessions de part et d’autres. Pas de quoi fouetter un chat ! Que la sagesse prime dans toutes nos entreprises et nos propos ou comportements.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 09:41, par Bantaaré En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Bonjour à tous ! Je demande à tous ceux qui ont fait l’école bantaaré comme moi, de s’interdire toute correction de texte tel que celui produit par Yssif, car lui au moins a sans doute fréquenté l’école classique avant les années 80. Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 09:41, par Destinée En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

    Mr OUARO est un ministre que j’ai estimé pour les reformes entreprises sur les examens aussi pour la multiplication des lycées scientifiques mais la fermeture du lycée ZINDA telle qu’expliquée ne me parait pas opportune à moins que peut être son texte soit incomplet.J’ai condamné ce qui s’est passé au ZINDA parce qu’étant moi aussi parent d’élèves mais la punition collective ne porte pas trop de fruits en éducation . Quand on veut détruire un arbre on va jusque dans ces racines et non en coupant seulement les branches .Les 3700 qui seront affectés dans les 74 autres lycées c’est 74 autres futurs problèmes surtout sur l’effectif par classe. La grandeur d’un homme sage se mesure par son humilité. Seul la sagesse peut nous conduire loin.

    Répondre à ce message

    • Le 9 septembre à 10:21, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré

      @Destinée, franchement, dites nous en quoi ce serait une punition (collective en plus) pour un élève de changer d’établissement ? C’est le sport préféré des élèves et parents d’élèves !

      Au minimum, cela arrive deux fois dans son cursus, du CM2 à la 6ième, et après le BEPC. En pratique, la plupart des élèves changent 4 à 5 fois d’établissement entre le préscolaire et le BAC. Certains "cas" sont à 7 établissements différents à leur Terminale. Soyons un peu sérieux ?

      Quand aux effectifs "pléthoriques", calculons ensemble : 3700 élèves partagées entre 74 établissements, cela donne 50 par établissement.

      Pour les classes de la 6ième à la Tle, soit 7 niveaux, cela donne 7 élèves par niveau dans chaque établissement.

      Ces établissements possèdent entre 2 et plus de 10 classes par niveau chacun. Ce qui signifie que chaque classe accueillera entre 4 et 0 élèves supplémentaires. Si l’effectif est pléthorique, c’est qu’il l’était déjà avant cela.

      Et puis qui vous a dit que l’objectif c’est de détruire l’arbre Zinda en coupant ses racine ? Il s’agit juste de couper ses feuilles malades et ses branches mortes pour qu’il repousse plus vert. Alors ?

      Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 12:16, par leprospère En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

    DURA LEX, SEID LEX, la loi est dure, mais c’est la loi ! Pas de deux poids, deux mesures ! Ne confondons pas le syndicaliste et le politicien ! Chacun doit jouer son rôle convenablement pour que la cohésion sociale soit préservée au bonheur de tous ! Que cette fermeture serve de leçons à ceux qui défient éperdument l’Etat ! Le Gouvernement ne doit en aucun cas montrer de faiblesse face à des individus afin d’éviter de créer des précédents difficiles à gérer ! Force reste à l’autorité de l’Etat ! Que cette fermeture fasse tâche d’huile auprès des élèves manipulés ! Quand l’Etat perd son autorité, vive le chaos. Vive le Burkina Faso, vive la jeunesse éprise de paix et de tolérance !

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:06, par MyMy En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

    - SI LE/LA FILS/FILLE DE M. KABORE, DE M. OUARO, DE M. X, Y OU Z, DU REGIME ACTUEL D’ÉTAT ÉTAIT SCOLARISÉ AU LYCÉE P. ZINDA, QUE CE SERAIT-IL PASSÉ ?

    IL Y A EN VRAIMENT QUI FONT PITIÉ DANS CE PAYS. VOS BOURREAUX CONDUISENT D’ABORD VOS ENFANTS A L’ABATTOIR, ET VOUS APPLAUDISSEZ. C’EST QUOI CE GENRE D’INDIVIDUS ?

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 14:34, par Zambo zambo En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

    Du calme à certains et notamment @Yaare.
    Tu veux que les syndicats disparaissent mais il n’en sera pas ainsi tant qu’il y aura le travail et le salaire.

    Tu peux aller yaaré yaaré et yaada yaada, consulter tous les charlatans, les magiciens de ton village ou aller les services des meilleurs sorciers et sorcières du Faso ou d’ailleurs que tu ne viendras jamais à bout des syndicats.
    Ca te dépasse et des gens plus puissants et disposant de tous les pouvoirs que toi s’y sont cassé les dents en essayant.

    Il est difficile de faire danser des œufs frais sur des cailloux sans casse.
    Les syndicats existent avant nous et nous survivrons et survivront surtout à tes états d’âmes.

    En attendant mange bien ton Benga, bois ton Dégue ou ton Kirou Kirou et laisse les travailleurs et leurs syndicat en paix.

    Ta haine anti syndicat ne conduira nulle part et je ne souhaite pas que tu perdes ton boulot si tu en as un, par licenciement abusif car c’est là que tu verra l’intérêt d’un syndicat.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 15:35, par jeunedame seret En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

    S’il vous plaît, comprenez les syndicalistes dans cette gaamation. Ils cherchent des excuses et des masques à leurs péchés indélébiles en pensées, paroles et actes de mauvais comportements dans les écoles.

    Répondre à ce message

  • Le 9 septembre à 17:59, par SID PAWALEMDE En réponse à : Burkina : Les syndicats de l’éducation annoncent des pourparlers pour la réouverture du lycée Zinda Kaboré

    Quand aux effectifs "pléthoriques", calculons ensemble : 3700 élèves partagées entre 74 établissements, cela donne 50 par établissement.
    Est ce que M. Karim Tousakoe a fait le simple calcul que Sidpawalemde SEBGO a fait comme suit :
    "Pour les classes de la 6ième à la Tle, soit 7 niveaux, cela donne 7 élèves par niveau dans chaque établissement.

    Ces établissements possèdent entre 2 et plus de 10 classes par niveau chacun. Ce qui signifie que chaque classe accueillera entre 4 et 0 élèves supplémentaires (les recrutements pour complément d’effectifs suspendus). Si l’effectif est pléthorique, c’est qu’il l’était déjà avant cela". Est ce que ce M. Karim Toussakoe doit-il encore dispenser des cours aux enfants du Burkina après avoir dit à la Télé que ses supérieurs sont des "MENTEURS" et tous les élèves du Burkina l’ont suivi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés