Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

Accueil > Actualités > International • LEFASO.NET • mardi 7 septembre 2021 à 10h25min
Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

Tout est vite parti en cette journée de dimanche, 5 septembre 2021, où les éléments du Groupement des forces spéciales, avec à leur tête, le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont mis fin au pouvoir d’Alpha Condé, réélu (59,49%) en octobre 2020 pour un troisième mandat consécutif, malgré des mois de contestation meurtrière. Un mandat contesté et supposé de trop.

Le coup de force est donc bien accueilli par une partie des Guinéens et de citoyens africains pendant qu’il est condamné par d’autres.

Et quand bien même certaines opinions continuent d’observer la prudence quant à la consommation ou non du coup d’État (des observateurs pensent que la communauté internationale pourrait rétablir le président Condé dans son pouvoir, d’autres ont à l’esprit le coup d’État de septembre 2015 au Burkina où les populations ont opposé leur refus catégorique), la junte, elle, pose ses premiers actes de gouvernance.

Ainsi, dès lundi, 6 septembre 2021, le Comité national du Rassemblement et du développement (CNRD), organe de direction de la junte, a rencontré les présidents des institutions, les désormais anciens ministres d’Alpha Condé, pour leur intimer l’ordre de restituer leurs voitures de fonction, qui seront désormais gérés par les forces armées de Guinée.

Il a en outre été notifié aux officiels guinéens une interdiction de quitter le territoire.
Une autre décision forte annoncée est la libération de tous les détenus politiques de tous les bords, et sans exception (le président Alpha Condé ayant fait emprisonner de nombreux opposants et activistes).
Le couvre-feu instauré depuis ce dimanche est levé pour les zones d’exploitation minière, aux fins de permettre aux sociétés de poursuivre sans préjudice leurs activités.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 septembre à 10:59, par Le réaliste En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    Ce qu’il faut éviter est la radicalisation des actions du CNRD à travers la mise à l’écart totale de toutes les anciennes autorités car il y en a des patriotes qui n’étaient pas d’avis avec Alpha CONDE et servaient loyalement la Guinée sous sa gouvernance. Un considération drastique de tout ce monde comme des ennemis du peuple peut être préjudiciable à la nation Guinéenne et au CNRD salué par une bonne partie de la population dont certains d’eux.
    Que Dieu inspire les nouveaux maitres de Conakry pour le bonheur des populations

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 12:04, par Ka En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    Afin Mamady Doumbouya et ses frères d’armes viennent de donner le signal et l’avertissement à nos dictateurs. Bravo à l’armée Guinéenne qui est au service du peuple et non pas d’un homme. Quand les animateurs d’un pays arrivent à ce niveau de compréhension, c’est le signe que vous êtes sur la voie de la démocratie.

    Avec ce qui vient d’arriver, aucun Président du continent ne sera tenté de changer la Constitution pour se maintenir au pouvoir. Avec cette humiliation pour Alpha Condé, je ne sais pas comment les présidents Africains vont digérer ça et continuer à tripatouiller les constitutions pour s’éterniser au pouvoir ?

    Le monde évolue autour d’eux, mais eux ne veulent pas prendre l’exemple de ce qui marche. Ce n’est pas en s’éternisant au pouvoir qu’on construit un pays. En 10 ans (2 mandats) on a donné de soi-même, et il faut faire la place aux autres. Mais que ça soit en Côte d’Ivoire, au Congo, au Gabon, au Cameroun, on continue de changer les constitutions pour rester au pouvoir et se servir, et non changer pour améliorer la bonne gouvernance et l’Etat de droit au bénéfice du peuple. Bien fait pour Alpha Condé.

    Répondre à ce message

    • Le 7 septembre à 15:38, par caca En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

      Vieux Ka, je ne sais pas si le travail du champ avec la fatigue, mais féliciter un coup d’état d’un militaire égocentrique du pouvoir contre un troisième mandat qui était le moindre mal n’est pas de ta trempe. D’habitude tu fais mieux que ça, et si j’ai compris tu soutiens la prise illégale du pouvoir dans la main d’un civil. Qui exécutait les ordres du vieux Alpha ?
      La place du soldat est dans les caserne et non dans les palais quelque soit les dérives d’un civil au pouvoir ? Je ne vois pas quelle leçon tirée de ça. Si la CEDEAO n’arrive pas à ramener le calme en guinée pour rétablir l’ordre constitutionnel un troisième coup militaire messianique se reproduira encore et notre zone renouera avec ses démons de l’indépendance. Aucune démocratie au monde n’est parfaite et respecte les droits de l’homme, mais l’armée dans ces pays ont décidé de servir leur pays loyalement en s’éloignant du pouvoir. Malheureusement, il y a chez nous les africains qui pensent qu’un soldat en dehors de son arme est un pouvoir. Un certain Dadis n’est-il pas à Waga là-bas ? Pensez vous que la crise Guinéenne va se limiter la déposition du Professeur Alpha ? Quand on sait l’histoire de ce peuple avec ses multiples crises infantiles du pouvoir. On peut bien tirer les conséquences d’un troisième mandat dans nos faibles démocratie où le noir est toujours collé le pouvoir, mais à approuver un coup d’état d’un loup solitaire pour moi c’est incompréhensible.

      Répondre à ce message

    • Le 7 septembre à 19:34, par warzat En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

      Bonsoir mon ainé !!! Pour le principe de tripatouillage, on peut être d’accord avec ce bidasse, caporal chef en 20210 et lieutenant colonel en 2021, marié à une soldate française. Mon ainé, ce CV m’inquiète et je me demande si ce n’est pas de la poudre aux yeux du peuple frère de Guinée. Des mesures telles que le remplacement de responsables (gouverneurs) par des soldats, ne sont pas de bons signes. En effet comment avoir justice lorsqu’on est victime d’une injustice, de la part d’une soldatesque ? Là bas, en Guinée, il y a toujours les tortures inconnues chez nous depuis fort longtemps. Donc mon ainé, à mon avis, il est prématuré d’ applaudir. De plus cela ressemble beaucoup aux œuvres de la françafrique, réalisés par un de leurs soldats aux ordres.

      Répondre à ce message

      • Le 8 septembre à 11:26, par Ka En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

        Mon jeune ’’warzat :’’ Je suis le premier a détester les coups d’états : Car, La première chose que font les faiseurs de coups d’état, c’est de suspendre la Constitution. Pour ces gens-là, le texte est donc nul et de nul effet, ce n’est pas la menace de "la rigueur de la loi" qui va les faire reculer. Et aussi, je déteste le tripatouillage des constitutions pour se maintenir au pouvoir, et on sait aussi comment ça marche. Il y a toujours un "bricolage constitutionnel" préalable pour faire en sorte qu’il devienne "légal". Et ce qui ne regarde que moi, tout ça, ce n’est que de la gesticulation et de la foutaise. C’est pourquoi j’ai opté de féliciter l’armée Bolivienne qui était aux côtés de son peuple pour l’aider à sortir des griffes d’un dictateur sanguinaire qui était une belle leçon : Et de nos jours, l’armée Guinéenne qui a écouté son peuple en jouant la rectification.

        Je ne soutiens pas aucun coup d’Etat, mais la rectification voulu par le peuple : Un peuple en soi, renferme l’intelligence du grand nombre. Ce sont ses dirigeants qui doivent interroger leur aptitude à le diriger. Celui qui dirige un pays qui part d’élection calamiteuse en élection calamiteuse, autorise que l’on doute soit de sa bonne foi, soit de sa compréhension profonde de son peuple. Au Burkina comme en Guinée, passant par le Mali, ce sont des petits politiciens aux petits pieds qui ne pensent qu’à leur gosier, et autour du président comme c’était le cas de Blaise Compaoré ou Alpha Condé, qui s’opposent aux peuples, et seul l’armée est capable de les écartés.

        Pour plus de démocratie en Afrique, pour des représentants politiques plus responsables et soucieux de la cause publique, bref pour une politique plus noble et plus saine, nos prétendants à gouverner doivent respecter les constituions et éviter les rectifications par les militaires qui reste la seule solution pour les mettre hors de nuire.

        La seule question dont je voudrai vous posé, surtout a caca, a part d’emprisonner les opposants, est-ce que Alpha Condé avait quelque chose de sérieux, concret et acceptable pour le peuple Guinéen après le tripatouillage de la constitution, et en dehors de cette stupide stratégie d’obstruction et de terre brûlée pour le pouvoir ? Tant que nos dirigeants politiques instrumentaliseront de cette façon le jeu politique, le continent avancera à reculons.

        L’alternance n’est pas une fin en soi et encore moins un projet de société ou un programme de gouvernement (pas plus que l’"émergence", d’ailleurs). Et parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique", la première est des élections ouvertes, transparentes, sincères et honnêtes avec le respect de la constitution qui limite les mandats. Ce n’est pas de se maintenir au pouvoir à vie par des bricolages constitutionnels et des scrutins biaisés (tant pour faire adopter lesdits "bricolages constitutionnels" que pour fausser le résultat des scrutins qui en découlent). L’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs. Et comment voulez-vous que le gros de la clientèle de la CPI ne soient pas les Chefs d’État africains ? Et prompts à dire que la CPI est une machine judiciaire dressée exclusivement contre l’Afrique.

        Voilà donc mon jeune Warzat, ma raison de féliciter la rectification de l’armée Guinéenne a la politique dictatoriale d’Alpha Condé.

        Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 14:19, par wayaaré En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    Tout comme le 3e mandat de Condé, je condamne aussi fermement le coup d’état de Laye Mady.

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 14:26, par Bakker En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    @Ka
    Féliciter un coup d’état , càd une prise illégale du pouvoir par des militaires en Guinée démontre tout simplement un certain DÉSESPOIR présentement en Afrique de l’Ouest, ça fait pitié...

    Répondre à ce message

    • Le 7 septembre à 18:58, par Ka En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

      Je suis contre les coups d’états, surtout celui de la maternelle de Gilbert Diendéré. Il y a des coups d’états et des coups d’états. Celui de la Guinée est semblable à celui de la Bolivie applaudie par le monde entier. Et si tu suivais la situation en Guinée avec les arrestations des opposants, le troisième mandat, la vase était pleine. Aucune action de l’opposition ou de la société civile ne pouvait inquiéter Alpha Condé dans son entêtement et sa cruauté.
      Notre problème en Afrique au 21 siècle est la conception que nos dirigeants ont du pouvoir politique, on veut garder le pouvoir aussi longtemps que possible et même a vie, aussi l’EXECUTIF en place va utiliser tous les moyens légaux et illégaux pour contrôler tous les autres acteurs de la vie politique et sociale y compris les syndicats rendant leur autonomie caduque. Dés qu’ils arrivent au pouvoir, ils taillent des constitutions à leur mesure. Et tant que nos dirigeants politiques instrumentaliseront nos peuples de cette façon, les coups d’états comme celui de la Bolivie ou de la Guinée seront légitimes.

      La honte, Alpha Condé l’a cherché avec son troisième mandat. Quelle honte ! Est-ce par pure conviction politique ou idéologique, par désir de se rendre utile aux populations et à l’intérêt général, ou est-ce pour "manger" ? Bien sûr, tout le monde aura compris, et là est l’origine de la déception. Quand on fait la politique uniquement pour "manger et emprisonner des opposants", cela signifie que la corruption, les détournements de fonds et les crimes financiers, et le sous-développement du pays sont au bout du chemin.

      Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 16:09, par Pauvre Afrique En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    Un milliardaire israélien a vu sa concession minière retirée par Alpha Condé et depuis lors ce dernier a juré d’avoir la peau d’Alpha
    Lors du dernier sommet a Abidjan réunissant la France et et les Chefs d’Etat africains , Alpha a appelé publiquement au grand dam de M Ouattara de rompre avec la France. Chose qu’ il a répété lors de son dernier séjour en France.
    Alpha savait bien que la France allait l’enlever mais il croyait que ça viendrait d’une partie de l’armée longtemps insoumise.
    En voulant anticiper il a créé les "Forces spéciales" qu’il a confié à Doumbouya . Il a fabriqué DOUMBOUYA et l’a imposé aux autres chefs militaires en le dotant d’armement conséquents. Pour pouvoir tripatouiller la constitution et faire un 3ième mandat Alpha heures chaudes de la contestation n’avait aucune crainte parce qu’il était protégé par Doumbouya. Donc Doumbouya est complice du tripatouillage de la constitution de la Guinée. Trsite Afrique

    Répondre à ce message

  • Le 7 septembre à 21:52, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Guinée-Conakry : Les premières actions de la junte

    Hum...

    S’accrochant au pouvoir en dépit du bon sens, "démocratiquement élus" ou "ré-élus triomphalement au premier tour", ils se font chasser du pouvoir sous les applaudissements de ceux qui sont sensés les avoir votés "massivement", certains y perdant même la vie :

    Ibrahim Baré Mainassara au Niger ;
    Mamadou Tandja au Niger ;
    Laurent Gbabo en Cote d’Ivoire ;
    Zin el-Abidine Ben Ali en Tunisie ;
    Yahya Jammeh en Gambie ;
    Blaise Compaoré au Burkina ;
    Abdelaziz Boutlefika en Algérie ;
    Ibrahim Boubacar Keita au Mali ;
    Idriss Déby Itno au Tchad ;
    Alpha Condé en Guinée ;

    On pourrait y ajouter le capitaine guinéen Moussa Dadis Camara, sauf que lui n’a pas "gagné des élections qu’il a organisées" pour parler comme l’autre. Et Mohamar Kadhafi a été chassé plus par l’armée française que par son peuple.

    On peut aussi lister ceux plus nombreux qui sont toujours au pouvoir, s’accrochant depuis trois décennies, ayant hérité du pouvoir comme en monarchie ou l’ayant pris par la force, tous ayant en commun de terroriser, museler, tuer et embastiller leurs peuples pour régner.

    On retiendra que dans les cas récents de "coups d’état salvateurs", de "malheureux accident" ou d’insurrection, , (Niger, Tchad, Burkina, Guinée) les concernés on changé ou voulu changer la constitution pour se maintenir.

    Quand apprendrons-nous de l’histoire ? Ou sommes nous condamner à répéter éternellement les mêmes bêtises ?
    Dieu nous aide...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Mali : Hamidou Boly, représentant spécial de la CEDEAO, déclaré "persona non grata"
Mali : La junte militaire rétropédale sur les négociations avec les groupes terroristes
Mali : Le Haut Conseil islamique officiellement chargé de négocier avec les chefs djihadistes
Bénin : L’Assemblée nationale autorise l’avortement, sous conditions
République Démocratique du Congo (RDC) : Vers une revanche Kabila/Tshisekedi ?
Etats-Unis : L’ancien secrétaire d’Etat sous George W. Bush, Colin Powell, est décédé
Guinée : La Transition de Doumbouya envoie 42 généraux à la retraite
Guinée : Le gouvernement de transition est composé de 25 ministres et deux Secrétaires généraux
Mali : Libération de la sœur religieuse Colombienne Gloria Cécilia NARVAEZ
Prix Nobel de la Paix 2021 : Deux journalistes, russe et philippin, récompensés pour « leur combat courageux pour la liberté d’expression »
Nouveau Sommet Afrique-France de Montpellier : 13 propositions pour refonder les relations entre la France et l’Afrique
Guinée : Un haut fonctionnaire international nommé Premier ministre
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés