Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Le PDP/PS à Fada et à Pama : « Celui qui dit que mon vieux n’est pas bon a menti »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 > Les candidats déclarés > Ali Lankoandé • • mardi 8 novembre 2005 à 08h27min

Le moteur de la campagne présidentielle tourne à plein régime au Parti pour la démocratie et le progrès/Parti socialiste (PDP/PS), dont le leader, Ali Lankoandé, sillonne le Faso à un rythme infernal. Ainsi, le 6 novembre 2005, il est allé porter son message au Gulmu dans les villes de Fada N’Gourma et de Pama.

C’est aux environs de 9 heures que le cortège du « candidat de l’espoir », Ali Lankoandé, s’est ébranlé pour Fada N’Gourma dimanche matin. Il était notamment accompagné de son directeur de campagne, le député François Ouendlassida Ouédraogo, du secrétaire général national du parti, Alain Zoubga, et de quelques membres du bureau politique national. Etait aussi du convoi l’épouse du candidat. Au programme, une seule escale était prévue à Zorgho. A l’entrée de la ville, une poignée de militants attendait le candidat. La rencontre s’est déroulée sous un arbre et n’a duré qu’une quinzaine de minutes. Mais à considérer les slogans scandés et la bonne ambiance qui régnait, on peut dire qu’Ali a su regonfler à bloc ses partisans.

Il était 11h 40 lorsque le cortège a été accueilli à la lisière de la ville de Fada, par de très nombreux militants acquis au PDP/PS. La longue escorte s’est engagée lentement à travers les rues de la ville, a fait le tour du grand marché avant d’investir le terrain du CSPS 1, théâtre du meeting. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Ali Lankoandé et son directeur de campagne pour la région de l’Est, le député Fidèle Lankoandé, ont su mobiliser du monde tant il y avait foule.

Tour à tour, les différents intervenants, comme s’ils s’étaient donné le mot de passe, ont battu en brèche « le prétendu bilan » des 18 ans du pouvoir de Blaise Compaoré. Un bilan qu’ils ont tous jugé « médiocre ». Voilà pourquoi ils ne comprennent pas qu’en dépit de tout, Blaise cherche désespérément à se maintenir au pouvoir au moment même où la Constitution le lui interdit expressément. Leur conviction est alors faite : « C’est parce que Blaise veut nous ouvrir les portes de l’enfer ».

Pour le représentant des scolaires et étudiants, aujourd’hui, avec Ali Lankoandé, les inquiétudes du monde de l’éducation sont levées. Il a donc appelé ses camardes à voter Ali Lankoandé pour « mettre fin au régime dictatorial nourri de l’impunité que Blaise et son CDP ont érigé en système de gouvernement en opprimant élèves et étudiants, en surchargeant nos classes et amphis, en supprimant nos bourses d’études ainsi que le système d’internat dans nos établissements. L’école burkinabè ne forme aujourd’hui que des chômeurs ». Par conséquent, ils ont pris l’engagement de voter pour Ali Lankoandé. Ils ont été suivis en cela par les femmes, les jeunes, les vieux, les opérateurs économiques, etc.

Pour permettre aux militants de traduire ces engagements en actes concrets, on a procédé à une démonstration, à une pédagogie du vote. On leur a montré comment reconnaître et voter pour Ali Lankoandé, qui du reste, est le seul candidat qui porte un bonnet sur le bulletin unique de vote.

Le linge sale lavé à Pama

Répondant à ceux qui font courir le bruit que le candidat du PDP/PS est un vieil homme, M. Salembéré de la sous-section communale n’y a plutôt vu que du positif, car le jour où il ne sera pas là, tout le monde reconnaîtra que c’est une bibliothèque qui a brûlé. « Ali est une référence sûre et si quelqu’un me dit que mon vieux n’est pas bon, c’est du mensonge ».

Dans un discours en gulmacéma très applaudi, le député Fidèle Lankoandé a appelé le peuple du Gulmu à voter de sorte qu’au soir du 13 novembre, Blaise devienne un ancien président et qu’Ali Lankoandé devienne le nouveau président du Faso. C’est aussi ce qu’a soutenu le député François O. Ouédraogo qui s’est insurgé contre le fait que Blaise utiliserait les moyens de l’Etat pour battre campagne. Pour lui, le Burkina se trouve aujourd’hui dans une situation bloquée et c’est en votant pour Ali Lankoandé qu’on pourra la débloquer. Ainsi on pourra « mettre fin à la gabegie, au pillage de nos richesses et aux tripatouillages de notre Constitution ».

Le candidat de l’espoir a dénoncé toute la logistique aérienne, terrestre et militaire mobilisée par Blaise dans le cadre de cette campagne. Pour le candidat Lankoandé, un président aimé de son peuple ne voyage pas au-dessus de leur tête et n’a pas peur d’eux.

A la suite de ses militants, il a jugé négatif le bilan de Blaise en ces termes : « Après 14 ans de pouvoir, on vient nous parler d’un bilan alors que nous n’avons rien vu ici ». Pour se développer, notre pays doit changer de stratégie, et on a besoin de sang neuf au sommet de l’Etat. Ali a exposé son programme de gouvernement et demandé à ses militants et aux personnes de bonne volonté de voter pour lui pour sa traduction sur le terrain.

Après Fada, cap sur Pama, 100 km plus loin. Là, Ali et ses partisans ont lavé le linge sale en famille, ceux de Pama ayant beaucoup de griefs à reprocher aux responsables du parti. Les militants qui se sentent délaissés par le bureau national, ont saisi cette occasion pour poser les problèmes qui fâchent. L’ambiance n’était pas à la fête. Mais Ali Lankoandé a vite battu sa coulpe et promis de faire mieux désormais pour qu’aucun camarade ne se sente plus oublié ni délaissé. Ses explications ont permis de dissiper tout malaise et tout malentendu.

En tout cas, c’est bras dessus bras dessous que le candidat a pris congé des ses hôtes. Ces derniers ont promis de faire de leur mieux pour assurer à leur parti la victoire dans la Kompienga le soir du 13 novembre. Ali Lankoandé a quitté le Gulmu, convaincu que « pour un véritable changement », ses populations vont lui apporter leurs voix le 13 novembre 2005.

San Evariste Barro

L’Observateur

P.-S.

Lire aussi :
Présidentielle 2005

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés