Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Gouvernance de l’internet : Vers la création d’un institut de formation continue pour le Burkina et ses pairs

Accueil > Actualités > Multimédia • LEFASO.NET • samedi 28 août 2021 à 17h12min
Gouvernance de l’internet : Vers la création d’un institut de formation continue pour le Burkina et ses pairs

La 7e édition de la Formation des formateurs sur la gouvernance d’internet (FFGI) s’est tenue du 24 au 28 août 2021 à Ouagadougou. Au menu du dernier jour, une table ronde est organisée pour échanger sur la certification de la formation et de la mise en place d’un institut de formation continue en gouvernance de l’internet.

Lors du sommet mondial sur la société de l’information, le Burkina Faso et ses pairs ont constaté qu’il y avait un manque criard d’expertise africaine. Le continent ne maîtriserait toujours pas les mécanismes de la gouvernance de cette société de l’information, malgré les nouvelles technologies. « Dans tous les domaines de la vie sociale, il est important qu’il y ait une bonne gouvernance de l’internet », a affirmé le président de l’initiative TIC et Citoyenneté (TICC), Pierre Ouédraogo.
En marge de la 7e édition de la Formation des formateurs sur la Gouvernance d’internet (FFGI) qui s’est tenue du 24 au 28 août 2021, les acteurs ont choisi pour apothéose de jeter les bases de la certification de la formation et de la mise en place d’un institut de formation continue en gouvernance de l’internet.

Selon le président de l’initiative TIC et Citoyenneté (TICC), Pierre Ouédraogo, l’internet est une question d’importance mondiale aujourd’hui.

Cette formation, à en croire les organisateurs, doit permettre de renforcer les capacités stratégiques des pays francophones africains dans la mise en place d’écosystèmes numériques ; mettre à la disposition de l’espace francophone une forte expertise en matière de gouvernance de l’internet ; mettre à niveau les acteurs francophones dans le secteur du numérique où les évolutions rapides documentées en langue, et encourager une plus grande participation des francophones dans les instances où se décide l’avenir de la gestion d’internet.


Lire aussi Gouvernance d’internet : La 7e édition s’ouvre en mode virtuel


Selon le secrétaire général du ministère de l’Economie numérique, des Postes et de la Transformation digitale, Kisito Traoré, la formation continue en gouvernance de l’internet est importante pour le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. « Les centres d’enseignement, de recherches du Burkina Faso sont dans une dynamique continue d’adaptation des programmes et des curicula aux besoins du secteur et au développement de l’expertise pointue sur le numérique et les questions liées à la gouvernance de l’internet », a-t-il indiqué.

La table ronde a réuni une centaine de personnes virtuellement.

Depuis 2015, en collaboration avec l’Autorité de régulation des communications électronique et des postes (ARCEP) du Burkina Faso, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), l’Internet corporation for assigned names and numbers (ICANN), l’AFNIC (Association française de nommage internet en coopération) et bien d’autres partenaires, l’initiative TIC et Citoyenneté organise chaque année la formation des formateurs sur la gouvernance d’internet et des autres systèmes d’information.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 30 août 2021 à 08:32, par Le Duc du Yatenga En réponse à : Gouvernance de l’internet : Vers la création d’un institut de formation continue pour le Burkina et ses pairs

    Encore des initiatives à l’emporte-pièce d’associations obscures qui siphonnent les financements des bailleurs de fonds pour des activités dont l’utilité est à prouver. Le MENPTD et le MESRSI se garderaient bien de continuer à soutenir de telles activités associatives alors qu’elles n’arrivent pas à mettre en place une vision claire du développement de compétences du numérique, et de capacités infrastructurelles.
    La gouvernance de l’internet, c’est bien. Mais il faut d’abord avoir l’internet, le vrai au bon débit avec des services qui marchent localement. Qui sont les gens derrière ses associations ? Des gens de l’administration qui n’arrivent pas à se préoccuper de leurs missions au niveau de l’administration, mais s’accaparent des ressources pour les utiliser dans leurs réseaux d’amis.

    J’interpelle le SG du Ministère (M. Kisito Traoré présent à la cérémonie), un homme dont la réputation d’intégrité est connue dans le milieu - j’ai un ami qui l’a connu à la DGSI - à ne pas se laisser embrouiller par des individus attachés à leurs propres intérêts matériels.

    Le Duc

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Photographie : Petits conseils pour les apprentis
Protection des données à caractère personnel : La CIL et l’ANSSI signent une convention de collaboration
Bobo-Dioulasso : L’ANPTIC se rapproche davantage des usagers de la région des Hauts-Bassins
Appareil pour prendre des selfies super clair de 32MP
Postes et communications électroniques au Burkina : L’Autorité de régularisation en tandem avec les médias pour un service de qualité
Office national du tourisme burkinabè : La journaliste Marguerite Yelli Sou nommée directrice générale
Votre journal « Courrier confidentiel » Numéros 279 est disponible
Cyberattaque au Burkina : Vers la détection de talents pour sécuriser le cyberespace national
Burkina Faso : Voici le top 5 des tiktokeurs
Sud-ouest : Les hommes de médias outillés sur le traitement de l’information en période de crise
Mémoire de licence à l’ISCOM : La multiplicité de sites médias au Burkina Faso n’est pas synonyme de diversité de l’information, démontre Nado Ariane Paré
Offre de formation : Certificat en communication digitale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés