Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Planification familiale : Le Burkina veut accroitre le financement domestique pour pérenniser la gratuité

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 25 août 2021 à 21h00min
Planification familiale : Le Burkina veut accroitre le financement domestique pour pérenniser la gratuité

La Direction de la santé de la famille du ministère de la Santé avec le soutien de l’UNFPA a organisé les 23 et 24 août 2021 à Ouagadougou, une rencontre d’information au profit des journalistes. Il s’est agi de les outiller sur la mobilisation des ressources domestiques pour le financement de la planification familiale.

Au Burkina Faso, la prévalence contraceptive est passée de 22,5% en 2015 à 31,9% en 2020. Une performance qui s’explique par les actions entreprises par le gouvernement et ses partenaires pour améliorer les indicateurs.

Il s’agit notamment entre autres de l’existence depuis 2009 d’une ligne budgétaire pour l’achat de produits contraceptifs, de la réalisation de l’enquête annuelle sur la disponibilité des produits contraceptifs, de la délégation des tâches en matière de planification familiale, de l’élargissement de la gamme des produits contraceptifs, de l’amélioration de l’accès et de l’offre des services de planification familiale, notamment de la planification du post-partum et post-abortum, et plus récemment en 2020, de la généralisation de la gratuité de la planification.

Une vue des journalistes qui ont participé à la rencontre

Pour financer toutes ces actions, le Burkina compte essentiellement sur des ressources extérieures. En effet, comme l’a souligné Aguiébina Ouédraogo de la Direction de la santé de la famille, les dépenses en matière de planification familiale sont majoritairement supportées par le reste du monde à hauteur de 60% au moins sur la période 2011 à 2018.

Ce financement extérieur a connu une hausse progressive depuis 2012 avec un pic en 2015, soit une part contributive de 80% des dépenses de la planification familiale en 2016 et 2017. Les dépenses de la planification familiale sont essentiellement orientées vers les prestataires de soins préventifs ; et parmi les produits contraceptifs, ce sont les injectables qui ont absorbé le plus de ressources, suivis des implants.

Aguiébina Ouédraogo présentant un module sur le financement de la planification familiale

Une part insuffisante de l’Etat

La part contributive du budget de l’Etat dans l’achat des contraceptifs est passée de 11% en 2009 à 33% en 2019. Cette part reste insuffisante, si le pays veut assurer la pérennité de la politique de gratuité de la planification familiale entrée en vigueur en 2020. Il est donc vital de mobiliser des ressources domestiques. « Le financement de la planification familiale reste beaucoup tributaire des contributions de l’extérieur.

Alors que pour une pérennité des actions, c’est bien que ce relais soit assuré par le niveau national, notamment les acteurs du privé et bien d’autres acteurs qui vont contribuer de manière efficace à garder les acquis que nous avons en matière de planification familiale. Toute cette masse autour de la gratuité est soutenue par l’extérieur, il est bien donc qu’au niveau national on trouve des voies et moyens et qu’on fasse des plaidoyers pour avoir un soutien et être surs que dans 10 ou 20 ans, on sera encore dans cette gratuité sans grand dommage », a laissé entendre M. Ouédraogo.

Dr Djénéba Sanon/Ouédraogo, chargée de programme santé de la reproduction à l’UNFPA

C’est donc dans le cadre de ce plaidoyer pour l’accroissement du financement domestique de la planification familiale, que la Direction de la santé de la famille en collaboration avec l’UNFPA a organisé cette rencontre d’information au profit des journalistes. A en croire Dr Djénéba Sanon/Ouédraogo, chargée de programme santé de la reproduction à l’UNFPA, « en décidant d’échanger avec les journalistes, c’est pour aider l’UNFPA dans ce travail et surtout qu’ils soient des relais surs pour nous en termes de plaidoyer auprès des différents leaders et surtout auprès des acteurs du privé pour nous accompagner dans cette mobilisation des ressources ».

Au sortir des deux jours de rencontre, les journalistes se sont engagés à accompagner le ministère de la Santé dans ses actions de plaidoyer en faveur de la mobilisation de ressources domestiques pour le financement de la planification familiale.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marche à Ouagadougou : Plusieurs artères au centre-ville sous des flammes
Marche contre l’insécurité : Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogènes à Bobo-Dioulasso
Dori : Le mouvement "Sauvons le Burkina" proteste contre la "mauvaise gestion" de la sécurité et demande la démission du président du Faso
Saccage à la Mairie de Ouagadougou : "Ce sont les Koglwéogo qui ont tout gaté" (se révolte un manifestant)
Marche du 27 novembre : Le gouvernement va saisir le procureur (Sécurité)
Manifestation du 27 novembre : Échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre
Ministère de l’agriculture du Burkina : Un atelier pour l’adoption d’une stratégie nationale de lutte contre l’utilisation abusive des pesticides
Marche à Ouagadougou : Des commerces fermés sur l’avenue de l’indépendance, la Place de la nation inaccessible
Commune de Manga : L’Association pour le développement et l’intégration de la jeunesse rurale lance une nouvelle plateforme
Bobo-Dioulasso : A genoux, des « mamans des FDS » demandent aux Burkinabè de surseoir à la marche du 27 novembre
Autorisation de la marche du 27 novembre 2021 : La Mairie de Ouagadougou apporte des éclaircissements (communiqué)
Journées agro alimentaires 2021 : Vers un développement de systèmes alimentaires durables et résilients
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés