Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui ne peut supporter ou n’a pas réponse à la critique n’a pas la maîtrise de son pouvoir» Pierre Boisjoli

Ali Lankoandé dans le Sahel : « Si vous me votez, vous optez pour le changement »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 > Les candidats déclarés > Ali Lankoandé • • mardi 8 novembre 2005 à 08h27min

Le candidat Ali Lankoandé du Parti pour la démocratie et le progrès, Parti socialiste s’est rendu du 4 au 6 novembre à Dori, Gorom-Gorom, Arbinda et Djibo. Un périple qui lui a permis de s’entretenir avec l’électorat en vue du scrutin du 13 novembre prochain.

El Hadj Ali Lankoandé, postulant au fauteuil présidentiel a démarré ses rencontres avec ses militants à Gorom-Gorom le 4 novembre aux environs de 16 h 00.

Visiblement ému par l’ambiance de fête qu’il vivait au sein de la population sortie l’écouter, Ali Lankoandé s’est déclaré satisfait de la mobilisation.

Pour lui, les militants et sympathisants du PDP/PS donnent la preuve de leur volonté de changement en sortant nombreux l’accueillir.

Et fort de cela, Ali Lankoandé appelé par ses partisans, le « candidat de l’espoir », a commencé son discours en ces termes : « Lorsqu’un peuple tente de séparer les générations, il va à la perdition. Mais vous, population de Gorom, je vous félicite parce que vous avez bien perçu cela... ». Après avoir fait cette remarque, le candidat Lankoandé a souligné que « depuis que le président Compaoré est au pouvoir, le peuple est dans la souffrance » et que les salaires sont des « salaires de misère ». C’est pourquoi, le candidat du PDP/PS soutient qu’il faut un changement de régime pour que les Burkinabè vivent « décemment et construisent courageusement leur pays ».

Il a également évoqué le manque de dialogue et l’insuffisance des centres de santé équipés, le cas des écoles qui ne forment pas sinon qu’elles constituent « des usines de chômeurs ».

En matière de lutte contre la corruption, Ali Lankoandé compte, s’il était élu, mettre sur pied un vaste programme pour mettre fin aux détournements de fonds. Concernant la police de proximité, le candidat du PDP/PS pense que c’est un leurre et il l’a dit haut et fort devant ces militants à Gorom-Gorom. Pour lui, la création d’un « corps spécifique doté de moyens adéquats pour assurer la sécurité des personnes et des biens » sera l’un de ses objectifs, une fois à la tête de l’Etat.

Dori a ensuite accueilli la délégation du PDP/PS aux environs de 21 h 30. Le candidat a exhorté ses militants à aller voter massivement pour lui.

Il leur a en outre demandé de ne pas se laisser distraire par ceux de ses concurrents qui disposent de beaucoup de moyens et qui leur font des cadeaux tels des T-shirts, des casquettes...

« Vous devez voter le dirigeant qui vous écoutera et qui prendra en compte vos préoccupations ». Et cet homme, c’est le candidat du PDP/PS » a-t-il lancé. Les secteurs de la santé, et de la sécurité sont évoqués, lesquels secteurs doivent selon le candidat opérer des changements qualitatifs.

La troisième étape du candidat du PDP/PS pour la présidentielle a été Arbinda où le cortège est arrivé le 5 novembre à 14 h 54. Une foule nombreuse et en liesse attendait le candidat, dans une ambiance populaire. Le message livré dans cette localité a été l’invitation aux militants de faire « tomber » démocratiquement le présent régime qui, selon lui, ne répond pas aux attentes des Burkinabé. Là, le secrétaire du parti, Dr Alain Zoubga qui a précédé son leader à la tribune, a attiré l’attention des militants venus les écouter, que des tee-shirts ont été confectionnés par la SOFITEX, au compte du président Compaoré. Et, avec « l’argent du peuple ». « Cela n’est pas normal sinon, pourquoi cette société n’a pas fait de même pour les autres candidat ».

Les militants du PDP/PS à Djibo ont accueilli leur candidat à 19 h 00 dans la cour d’un des compagnons de lutte du candidat.

Après quelques échanges, Ali Lankoandé a abordé les secteurs d’ activités qui sont : l’éducation, la santé, l’emploi, la formation... qui ne dégagent pas des résultats satisfaisants pour le compte des populations. « Pour aller de l’avant, il faut le changement. Et ce changement ne peut intervenir que si vous votez le candidat de votre parti...

Il faut aller voter effectivement, car il ne sert à rien de supporter votre candidat, si, le jour du scrutin, vous vous croisez les bras, ou vaquez à vos occupations, sans passer à l’isoloir pour choisir votre futur président. Je compte sur votre détermination et votre perspicacité pour faire le bon choix le 13 novembre prochain ». Telle a été en substance la sollicitation du candidat Lankoandé à ses militants et sympathisants de Djibo.

Jean Bernard ZONGO

Sidwaya

P.-S.

Lire aussi :
Présidentielle 2005

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés