Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Coronavirus • LEFASO.NET • mercredi 18 août 2021 à 23h45min
Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

Le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, a lancé ce mercredi 18 août 2021 à Ouagadougou, l’étude de séroprévalence du Covid-19 au Burkina Faso. Cette étude sera conduite par l’Institut de recherche en sciences de la santé (l’IRSS) en collaboration avec des structures du ministère de la Santé.

Le Burkina Faso a enregistré ses premiers cas de Covid-19 le 9 mars 2019. Le pays semble relativement peu touché, contrairement à d’autres pays de la sous-région, avec 13 677 cas à la date du 15 août 2021, laissant croire que le pire est passé. Mais à en croire le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, il n’existe pas de données pour le confirmer ou l’infirmer. Il indique qu’à ce jour, le nombre de tests de diagnostic pratiqués principalement à la demande ne permet pas d’avoir une idée précise de la charge de morbidité réelle de la maladie au Burkina Faso.

Une vue des participants au lancement de l’étude de séroprévalence du Covid-19

C’est pour donc avoir une idée beaucoup plus précise de l’étendue de la maladie au Burkina Faso, qu’a été initiée l’étude de séroprévalence du Covid-19. Cette étude qui couvrira les mois d’août et de septembre 2021, concernera les treize régions du pays, 8750 ménages et touchera environ 13 000 personnes.

Elle permettra de comprendre au niveau régional et national, quelle proportion de la population a déjà été en contact avec le virus du Covid-19, aidera à identifier les caractéristiques des individus qui sont le plus à risque de rentrer en contact avec le virus et ceux qui ont tendance à présenter les signes de gravité. Elle rassemblera également des informations sur les perceptions des populations concernant les vaccins contre le Covid-19, leurs appréciations des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la maladie.

Pr Charlemagne Ouédraogo exhorte les populations à réserver un bon accueil aux enquêteurs

L’étude est conduite par une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), en collaboration avec des structures du ministère de la Santé et le soutien technique et financier de Clinton Health Access Initiative (CHAI), la Fondation Bill and Melinda Gates, Africa CDC et du FONRID. À son issue, les résultats devront permettre au gouvernement de comprendre la charge de morbidité réelle du Covid-19, de planifier des stratégies de riposte future et de prendre des mesures d’interventions pertinentes.

« Cette étude répond à un besoin exprimé par le ministère de la Santé et l’ensemble des acteurs de lutte contre la Covid-19. Comme vous le savez, les tests que nous réalisons au quotidien ne permettent pas d’avoir une idée sur la prévalence de la maladie sur toute l’étendue du territoire. Les chercheurs se sont engagés pour proposer une méthodologie qui nous permet de dire à l’instant T, ce qui se passe dans le pays en matière de Covid-19, quelle est l’étendue de la question et du problème de façon chiffrée. Nous attendons beaucoup des résultats de cette étude et cela va nous permettre de prendre des décisions éclairées et de réorienter notre stratégie de riposte afin qu’elle puisse être pertinente », a laissé entendre le ministre de la Santé.

Photo de famille

Il a donc invité les populations à réserver un bon accueil aux agents de santé qui passeront dans les ménages pour l’enquête et le prélèvement de sang afin de rechercher la présence d’anticorps dirigés contre le virus responsable du Covid-19.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 août à 17:09, par TANGA En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    Vous là, déjà que personne n’a confiance à vos vaccins, même les fabricants eux mêmes. vous voulez nous prélever le sangs.
    QU’EST CE QUI NOUS PROUVE QUE VOTRE MATÉRIEL DE PRÉLÈVEMENT NE CONTIENT PAS DES MACHINS QUI VONT NOUS NUIRE ?
    Nous ne somme pas des cobayes !
    CET ARGENT PEUT SERVIR POUR AIDER LES DEPLACES.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août à 18:29, par SAM En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    Ah oui c’est génial. L’INSP a conduit une étude de séroprévalence de Covid-19 à Ouaga et à Bobo et les résultats préliminaires sont intéressants mais je suis sûr qu’ils ne seront pas portés à la connaissance du public car ils vont compromettre certaines décisions et spéculations faites par certains responsables du ministère de la santé. Les réactifs avaient été fournis par l’OMS car c’était une exigence du bailleur (par méfiance). Aujourd’hui, on avance que le pays ne dispose pas d’informations ? Ah oui !!!! Allons seulement. Nous attendons avec hâte les résultats non manipulés de cette étude qui est aussi une stratégie de l’occident pour écouler leurs intrants et c’est de bonne guerre si on a en face des nationaux qui travaillent pour l’enrichissement des pays occidentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 18 août à 19:47, par Zimm En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    @SAM : Incroyable de constater que vous essayez de propager une ``théorie du complot``. Vous faites des insinuations gratuites, c’est contre-productif et ça ne donne absolument rien.

    En ce qui me concerne mes encouragements et bonne continuité de travaux de recherches au Pr. Ouédraogo.

    Répondre à ce message

    • Le 19 août à 13:57, par jan jan En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

      A Zimm, Sam a entierement raison, c’est pas Belinda et Bill Gates ki avaient predit l’apolypse en Afrik a cause de Coro, maintenant comme ils constatent ke cette prediction n’est pa pour les africains, mais pour eux-meme, ils avancent un autre stratege pour pouvoir nous contaminer coute ke coute, gare aux personnes ki vont accepter des prelevements avec leurs kits, je suis sure kil ont mine le materiel dans le seul but de nous infester de maladies, a bon entendeur salut.

      Répondre à ce message

  • Le 19 août à 06:30, par Ed51 En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    Félicitations à cette initiative qui est la meilleure voie pour savoir si les personnes ont des ANTICORPS permettant de lutter naturellement contre le virus.
    C’est EXEMPLAIRE alors que les pays qui vaccinent sans cesse ne l’ont pas fait car ils ont tout misé sur le vaccin qui coûte cher et insuffisant.

    Répondre à ce message

    • Le 19 août à 15:25, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

      Effectivement, l’existence d’une séroprévalence élevée pourrait expliquer notre "résistance" à la pandémie qui surprend tant ceux qui avaient prédit le dépeuplement de l’Afrique avec un cynisme certain.

      Cela pourrait aussi montrer que notre pays a une bonne partie de sa population déjà "naturellement vaccinée" et qui n’a donc pas besoin de l’être encore.

      Comment donc comprendre qu’en fin d’intervention, le même ministre, médecin de son état, annonce qu’il va rendre la vaccination de ses agents obligatoires, afin que des gens non vaccinés ne "viennent pas contaminer les autres", c’est à dire... les vaccinés !!!

      Allez-y comprendre quelques chose !

      Répondre à ce message

  • Le 19 août à 10:53, par SANTE En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    J’espère que l’Institut national de santé publique (INSP) et le Laboratoire national de santé publique (LNSP) sont associés.
    Le Ministère de la santé de décider de l’utilisation qu’il veut faire de ses outils d’intervention de santé publique !
    L’INSP a également toutes les compétences nécessaires pour mener à bien ces études du ministère de la santé. Sauf si le ministère ne veut pas de ce leadership dans son secteur !

    Répondre à ce message

  • Le 19 août à 11:15, par PEGWENDE ! En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    Felicitations & Courage au MS et a ses PTF !

    Cette initiative, coherente scientifiquement parlant, est necessairement pertinente dans le debat actuel autour du COVID-19.
    Elle est d’autant plus pertinente car il semble qu’il y’a des pays qui ont acquis l’immunite (non pas par le vaccin que par ailleurs je ne rejette pas et/ou ne combat pas). Les resultats vont agrementes les prochaines etapes pour bien parler scientifiquement et avec des donnees.

    Si il y’a eu des etudes a Bobo et Ouaga aux resultats non publies pour des raisons que j’ignore, c’est une raison de plus pour les confirmer ou les infirmer en menant une etude plus large, nationale.

    Comme cette etude sera conduite principalement par des competences du Faso, je m’en rejouis. J’imagine que nos freres et soeurs chercheurs de l’IRSS et leurs collaborateurs ne vont pas sacrifier leurs propres freres et soeurs a travers une manipulation des donnees, qui par ailleurs pourraient les rattraper plus tard.

    COURAGE A NOUS TOUS & BON VENT A CETTE ETUDE !

    PAIX AUX AMES DES DISPARUS & QUE DIEU CONSOLE LES FAMILLES ENDEUILLEES ET TOUS LES BURKINABES ! PROMPT RETABLISSEMENT AU BLESSES !

    Répondre à ce message

  • Le 19 août à 11:18, par Clemenceau-1 En réponse à : Burkina Faso : Une étude pour déterminer la séroprévalence du Covid-19

    Une étude qui ne va servir a rien ! la Fondation Bill and Melinda Gates est intervevenue pour le seul bien de l’humanité ! Eh oui ! Cette fondation ne fait que du bien a l’humanité.
    Je parle ici entant que scientifique. Est ce qu’on a faire a des des vaccins ! Non ! Il s’agit des candidats vaccins en expérimentation. Personne au monde, ne connait ( sauf les fabricants) les conséquence de ces mélanges chimiquechimiques contenant des nanoparticules et du graphène, a court et long terme.
    Si le ministre de la santé était un bon scientifique, il devait savoir que les recherches medicales sur les humains sont interdites par le code de Nuremberg. Mais domage ! Il est plus occultiste que scientifique, avec ses nombreuses bagues, il ne pense qu’a l’obligation vaccinale !
    Je prends l’opinion publique à témoin, le vaccin sera rendu obligatoire après cette etude, de façon subtile. Peu importe les conséquences ! Nul ne doit oublier cela. On ne mange pas l’argent de Bill Gates pour rien !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le Covid-19 : L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique organise une journée de vaccination
COVID-19 au Burkina : Un décès, neuf guérisons et 24 nouveaux cas, à la date du 22 septembre 2021
Covid-19 : 4 nouveaux décès à la date du 20 septembre 2021
Covid-19 au Burkina : 11 nouveaux cas enregistrés à la date du 18 septembre 2021
Covid-19 : 400.000 doses de Sinopharm pour renforcer l’offre vaccinale au Burkina
Covid-19 au Burkina Faso : Près de 100 000 personnes vaccinées en l’espace de deux semaines
Covid-19 au Burkina : 22 nouveaux cas et 1 guérison à la date du 18 septembre 2021
Covid-19 : 12 nouveaux cas à la date du 14 septembre 2021
Covid-19 au Burkina : 9 nouveaux cas à la date du 12 septembre 2021
Diabète et Covid-19 : Quand des patients hésitent à passer le cap de la vaccination
Covid-19 au Burkina : 08 nouveaux cas et 21 nouvelles guérisons à la date du 11 septembre 2021
Covid-19 au Burkina : Une plateforme numérique pour faciliter l’obtention du pass vaccinal
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés