Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mercredi 4 août 2021 à 22h50min
Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a dévoilé, le mardi 3 août 2021, le label beurre de karité du Burkina Faso. Ce label s’inscrit dans une vision de promotion et de valorisation des produits du terroir. Il a pour objectif de consolider les réalisations de la filière.

Après le pagne Faso dan fani, le chapeau de Saponé, c’est au tour du beurre de karité d’obtenir son label. Classée quatrième produit d’exportation après l’or, le coton et la filière bétail/viande, la filière karité a été identifiée comme une filière porteuse par différents référentiels nationaux de développement du Burkina.

Selon les statistiques, le pays a un potentiel de production annuelle moyen de plus d’un million de tonnes d’amandes. Seulement 400 000 tonnes de ce potentiel sont exploitées et 300 000 tonnes font l’objet d’exportation. Quant au beurre de karité, le Burkina Faso exporte en moyenne 15000 tonnes par an, soit une part du marché au niveau international estimée à moins de 1%. Ces chiffres montrent les perspectives intéressantes de marché pour les produits de la filière karité.

Les acteurs de la filière karité présents à la cérémonie de dévoilement du label

Cependant, la réalité est tout autre sur le terrain. En effet, les mêmes statistiques montrent que le taux de survie des exportations des produits du karité est de 45% après la première année. Autrement dit, 55% des exportations de la filière karité du Burkina ne maintiennent pas une relation commerciale durable avec les acheteurs internationaux. Les raisons sont entre autres la qualité des produits et la capacité à fournir un produit en volume et en temps, selon les demandes du client.

D’où, la nécessité de mettre en place un outil permettant de rassurer le consommateur ou le client aussi bien sur la qualité que sur le volume des produits du karité. Toute chose qui pourra améliorer la compétitivité des entreprises intervenant dans cette chaîne de valeur. C’est tout le sens de la labellisation des produits du karité dénommé « or blanc des femmes ».

Le label beurre de karité du Burkina Faso

Un argument commercial et de compétitivité

Du côté du président de la Table Filière Karité, Théophane Bougouma, cette labellisation vient conforter les acteurs du secteur dans la mondialisation de l’échange qui exige que les produits soient soumis au contrôle de qualité pour préserver la santé du consommateur. Ce label vient donc rassurer le consommateur sur la qualité du beurre de karité. A l’en croire, la qualité est la meilleure source de fidélité clientèle et le principal atout des acteurs burkinabè vis-à-vis de la concurrence étrangère, et le seul axe pour préserver leur croissance et leur rentabilité.

Le président de la Table Filière Karité, Théophane Bougouma

A cet effet, le label beurre de karité et de ses produits dérivés des normes de qualité MBF pour les amandes de karité et le beurre de Karité, offre désormais aux entreprises de la filière des possibilités de labellisation et de certification à moindre coût. « Le label du beurre de karité ainsi que des normes MBF commandent que toute la chaine de valeur de la filière karité du Burkina s’inscrit dans une démarche qualité afin de disposer de tous les arguments commerciaux permettant aux entreprises d’améliorer significativement leur performance commerciale », a laissé entendre Théophane Bougouma, tout en rassurant que sa structure prendra toutes les dispositions nécessaires afin d’engager tous les maillons de la filière karité de la chaine de valeur dans cette démarche.

Susciter des retombées dans la chaîne de valeur

Selon le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, ce label, gage de qualité et de confiance, vient favoriser l’accroissement de la demande en produits de karité, occasionnant la création d’emplois locaux, la lutte contre le chômage des couches les plus vulnérables que sont les femmes et les jeunes.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Harouna Kaboré

En plus, il permettra la reconnaissance des produits du karité ayant satisfait aux exigences du cahier de charges de production. Selon Harouna Kaboré, cette initiative a pour ambition de créer et consolider plus d’emplois et de générer annuellement plus de revenus pour l’économie nationale en général et les acteurs de la filière en particulier. Il souligne que la labellisation du Faso dan fani et du chapeau de Saponé a enclenché une bonne dynamique dans ces secteurs respectifs et il n’y a pas de doute que la labellisation du beurre de Karité va susciter des retombées dans cette chaine de valeur.

Dans la même lancée, la représentante du Grand-Duché de Luxembourg, Jil Haentges, a indiqué que cette initiative permettra d’améliorer l’accès des produits de karité et permettra l’amélioration de la qualité et un positionnement des acteurs sur des marchés compétitifs.

En rappel, la labellisation du beurre de karité s’inscrit dans le cadre du projet PACFIK mis en œuvre grâce à l’appui de la Coopération luxembourgeoise et de ses partenaires. Il a pour objectif global de contribuer à l’amélioration de l’exportation et la compétitivité des produits et des revenus au profit des acteurs de la filière du karité, et à la création d’emplois sur l’étendue du territoire national.

Judith SANOU
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 août à 14:25, par HUG En réponse à : Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

    Hum. Ce qui nous interesse c est la cherté des produits de premieres necessité. Faudrait songer a ce niveau. Neanmoins felecitations

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 15:02, par Alexio En réponse à : Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

    Le Potentiel du beurre de karite est tres enorme, et ne manque que de creativites et d imaginations. la valeur ajoutee provenant des noix de karite est une caverne d Aly Baba. Pas seulement dans le secteur nutritionel, mais dans la pharmacie, les produits de beaute, et de massage.

    Ma mere l employait beaucoup pour le massage des nouveaux-nes qui avaient leur sommeil agite du a la collique. Le beurre de karite a une valeur theurapetique a pas pas negliger.

    Pas moins que les fruits du karite qui peuvent etre trans former en confiture.

    Nos autorites ont trop dormis sous leurs auriers pour ne pas inventorier et mis en valeur ce terroir plein de potentiel industriel dont la nature nous offert. une politiquue agricole qui devrait prendre en compte toutes potentialites du secteur primaire.

    La base developpement durable de tout un pays en developpement. Un ebonne initiative pour la labellisation du beurre de karite.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 15:25, par AMKOULEL En réponse à : Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

    Labelisé le beurre de karité, pour cela, il faut attendre les européens ? Quelle misère intellectuelle de l’élite africaine !!!
    Donc les Occidentaux, à travers FMI, BM, Luxembourg, puisque 42% est financé par le Duché du Luxembourg et 43% financé par le consortium CIR(FMI, OMC et BM...) vont financer notre beurre de karité pour concurrencer eux leurs produits et surtout pour enrichir les africains ?!
    Définitivement, les meilleurs d’entre nos élites africaines sont littéralement cooptés pour s’asseoir à la table en lieu et place du colons d’alors pour continuer le même et le toujours projet de domination de nos peuples et de nos territoires. Je pense à ce ministre du MICA, à celui de l’enseignement ...

    Répondre à ce message

  • Le 5 août à 09:32, par Tig-Ré En réponse à : Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

    M ou Mme AMKOULEL,
    Je ne sais pas si vous savez ce que signifie labeliser.
    La coopérarion entre les peuples est une necessité et est incontournable. La labelisation permettra de protéger les producteurs locaux contre la contrefaçon.

    Répondre à ce message

    • Le 5 août à 12:03, par AMKOULEL En réponse à : Economie : Le Burkina labellise son beurre de karité

      Frère ou Sœur Tig-Ré, je ne sais pas si vous avez compris mon texte.
      Avions-nous besoin que les Occidentaux viennent financer la labélisation de notre beurre de karité ? Même labéliser nos produits locaux, il faut les étrangers ? Et cela ne pose problème à aucune intelligence, à aucun intellectuel du pays des Hommes intègres.
      Vous croyez encore à cet enfumage de COOPERATION pour nous en sortir ? Quelle coopération peut exister entre un prédateur et une proie ?

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Le club des hommes d’affaires franco-burkinabè effectue sa rentrée
Coopération : Le montant de l’aide publique au développement reçue par le Burkina s’établit à 1 232 milliards de FCFA en 2020
L’engagement envers le service client se traduit par des gains financiers – Directeur Général du Groupe UBA
Burkina Faso : La Banque européenne d’investissement renforce son partenariat avec l’ACEP
Assurances au Burkina : LGA-A lance officiellement ses activités
« Shell FuelSave » : Le nouveau carburant de Shell lancé par Vivo Energy au Burkina
Expo-Yeelba : Pour une promotion du Faso Dan Fani au Burkina à l’international
2e CASEM 2021 du MINEFID : La gestion domaniale, foncière et cadastrale du Burkina sur la table de discussion
Financement du PNDES-II : Rendez-vous pris à Bruxelles les 2 et 3 décembre 2021
Bobo-Dioulasso : Le logo du label du Koko Dunda officiellement présenté
Vente de céréales au Burkina : Voici les prix maximum fixés pour le maïs, le mil et le Sorgho
Arrondissement N°2 de Bobo-Dioulasso : Le budget de 2022 s’élève à 120 millions de francs CFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés