Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Politique nationale multisectorielle de nutrition : Des acteurs s’imprègnent du contenu du nouveau référentiel

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 30 juillet 2021 à 07h00min
Politique nationale multisectorielle de nutrition : Des acteurs s’imprègnent du contenu du nouveau référentiel

Le ministère de la Santé a organisé, les 29 et 30 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso, un atelier de dissémination de la Politique nationale multisectorielle de nutrition au profit des structures déconcentrées des secteurs contributeurs à la nutrition des régions des Cascades, des Hauts-Bassins et du Sud-Ouest. Cette rencontre visait à présenter le contenu du nouveau référentiel de nutrition, afin d’assurer son appropriation par l’ensemble des parties prenantes.

La problématique de la nutrition est au cœur des préoccupations du gouvernement burkinabè. Selon une étude réalisée sur le coût de la faim au Burkina Faso, la sous-nutrition coûte chaque année plus de 400 milliards de FCFA, soit une perte de 7,6% du PIB. Les investissements dans la nutrition peuvent aider à briser le cycle de la pauvreté en augmentant le PIB de 5% par an. C’est pourquoi, le président du Faso, Roch Kaboré, par ailleurs « Champion de l’initiative des leaders africains pour la nutrition », en a fait l’une des priorités de sa gouvernance. Il est donc nécessaire de maintenir cette dynamique surtout dans les contextes sanitaire et sécuritaire actuels dont les enjeux humanitaires ne sont plus à démontrer.

En effet, le déplacement massif de personnes ainsi que l’augmentation des coûts des denrées de grande consommation font aujourd’hui de la sécurité nutritionnelle des populations, l’une des problématiques d’extrême urgence. Cela commande non seulement la prise de mesures fortement résilientes, mais surtout le déploiement effectif de l’approche multisectorielle pour l’amélioration de l’état nutritionnel des populations à long terme. C’est ainsi qu’en sa séance du 3 juin 2020, le Conseil des ministres a adopté un nouveau référentiel de nutrition, sous la dénomination de Politique nationale multisectorielle de nutrition.

Les acteurs des structures déconcentrées des secteurs contributeurs à la nutrition

Pour le ministère de la Santé, il était tout à fait indiqué que le contenu du nouveau document soit partagé, afin d’assurer son appropriation par l’ensemble des parties prenantes. Le présent atelier de dissémination de la Politique nationale multisectorielle de nutrition au profit des structures déconcentrées s’inscrit dans cette dynamique. Cette rencontre a regroupé des acteurs des directions régionales de la Santé, de l’Agriculture, des Ressources animales, de l’Environnement, de la Femme, des Sports et Loisirs, du Commerce des Hauts-Bassins, des Cascades et du Sud-Ouest.

La cérémonie d’ouverture des travaux qui a eu lieu le jeudi 29 juillet 2021, a été présidée par le secrétaire général de la région des Hauts-Bassins, Sayouba Sawadogo, qui a représenté le gouverneur. Selon lui, « aucune stratégie à l’échelle nationale ne saurait réussir, sans une prise en compte résolue des structures techniques du niveau déconcentré ». C’est pourquoi, il s’est réjoui qu’en tant que cheville ouvrière au niveau déconcentré des départements clés contributeurs à la nutrition, ces acteurs participants soient des cibles privilégiées de ce processus de dissémination. « Je reste donc convaincu qu’au-delà des échanges que je présume d’ailleurs fructueux, cet atelier permettra de décloisonner les secteurs, pour une meilleure interaction des acteurs en faveur de la nutrition », a-t-il souhaité.

La photo de famille des participants à l’atelier, à l’issue de la cérémonie d’ouverture

La nutrition, une question de souveraineté

Dans son allocution, le secrétaire général de la région a par ailleurs fait savoir que le caractère multifactoriel des déterminants de la malnutrition a été prouvé par les travaux d’éminents chercheurs. Ainsi, les pays confrontés à cette problématique ont adopté en guise de réponse, l’approche multisectorielle sous l’impulsion du mouvement pour le « Renforcement de la nutrition » ou « Mouvement SUN ». En 2011, le Burkina Faso a adhéré à ce mouvement et a ainsi fait le choix de cette nouvelle approche qui se veut être une synergie collaborative multi acteurs et pluridisciplinaires.

« Cela signifie que la lutte contre la malnutrition n’est plus l’apanage des acteurs traditionnels de la sécurité alimentaire et nutritionnelle tels que l’agriculture et la santé, mais intègre désormais bien d’autres secteurs dont l’impact des interventions sur la réduction de la malnutrition est scientifiquement établi », a expliqué Sayouba Sawadogo.

Ainsi, dans le contexte du Burkina, outre les réseaux de la société civile, des parlementaires, des secteurs privés et académiques, 16 départements ministériels sont concernés par cette approche multisectorielle. Il s’agit, entre autres, des ministères en charge de l’Eau et de l’Assainissement, des Ressources animales et Halieutiques, de l’Environnement, de l’Education, de la Recherche, des Sports et Loisirs, du Travail, du Commerce, de l’Habitat, etc. Pour prendre en compte les différentes interventions de l’ensemble de ces secteurs, la politique nationale de nutrition a été subséquemment révisée suivant une démarche inclusive et participative. Cette démarche avait pour objectif de garantir un consensus autour de ce document d’orientation dans l’optique d’en assurer une mise en œuvre optimale.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le RENLAC interpelle l’Etat sur l’inefficacité des mécanismes actuels de régulation de la commande publique
Burkina - Logements sociaux : Abdoul service international remet des clés de villas aux acteurs du monde universitaire de Bobo-Dioulasso
Ouagadougou : Un jeune homme simule son propre enlèvement pour soutirer 5 000 000 de FCFA à ses parents
11e édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient : Les lauréats sont connus
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Journée internationale de la paix, édition 2021 : Message de la garde des sceaux
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés