Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 26 juillet 2021 à 22h25min
Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

Le ministère de la Santé tient ce lundi 26 juillet 2021, la première session de l’année 2021 de son conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM). Au cours de cette rencontre qui réunit les acteurs du système de santé ainsi que les partenaires techniques et financiers, les échanges vont se mener autour du thème : « Planification en santé, un outil de gouvernance pour un système de santé résilient et des soins de qualité au profit des populations ».

Malgré un contexte difficile marqué par des défis sécuritaire et sanitaire, le département de la santé note des motifs de satisfaction quant à l’offre de soins. En effet, en ce qui concerne la mise en œuvre du plan d’action consolidé 2020, on peut noter des taux de réalisation physique et financière qui sont respectivement de 62,88% et 96,68%.

Pour l’année 2021, le département du Pr Charlemagne Ouédraogo veut relever les nombreux défis qui se présentent. C’est pourquoi au cours de ce CASEM, les participants vont échanger autour du prochain référentiel de santé 2021-2030 qui est en cours d’élaboration, examiner le plan d’urgence pour les hôpitaux en période Covid-19 dans la nécessité du continuum de soins de la communauté avant de l’introduire en conseil des ministres, et enfin faire le point de la riposte contre le Covid-19 notamment en ce qui concerne la vaccination.

Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la Santé

Et pour ce qui est de la vaccination, Pr Charlemagne Ouédraogo affirme que les réflexions seront engagées, pour voir comment engager toute la communauté vers la vaccination, surtout que l’ouverture prochaine des frontières est envisagée. « On ne doit pas rouvrir les frontières avant d’atteindre un certain niveau avancé de la vaccination au risque de voir une situation pandémique reprendre du chemin au Burkina Faso », a-t-il soutenu.

Les principaux challenges pour le département de la santé pour cette année 2021, vont donc consister à réussir la lutte contre le Covid-19 à travers la vaccination et la consolidation de l’ensemble des dispositifs de riposte, mais aussi réussir le pari de la mise en œuvre du plan d’urgence pour les hôpitaux.

Les participants au CASEM

Le ministre de la Santé a encore saisi l’occasion de l’ouverture du CASEM, pour inviter les populations à se faire vacciner, car la vaccination constitue, selon lui, une arme puissante pour permettre au Burkina Faso de reprendre du souffle économique. « Nous sommes à environ 35 000 personnes vaccinées, c’est loin de nos attentes. Et pourtant nous avons tous vécu les conséquences de la pandémie de la Covid-19. Nous devons faire confiance à la science mondiale qui nous a permis aujourd’hui d’avoir un produit efficace pour lutter contre la Covid-19. C’est vrai que la vaccination n’est pas obligatoire, mais votre liberté s’arrête là où commence celle des autres et vous n’avez pas le droit de mettre en danger votre entourage qui risque de faire des formes graves en raison du fait que vous n’êtes pas vacciné », a-t-il plaidé.

Armelle Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 juillet à 20:24, par Clemenceau-1 En réponse à : Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

    Je pensais qu’on devait faire confiance aux scientifiques ! Donc la sciences mondiale c’est la politique dictée par les occultistes.
    Non Monsieur le Ministre les ’’vaccins’’ne sont pas efficaces. Ce ne sont pas des vaccins mais une thérapie génique en expérimention.Monsieur le ministreministre, je vous informe que les recherches médicales sur les humains sont interdites par le code de Nuremberg.
    Vous écoutez l’Union Européennes ! Votre discours est celui que Macron a fait lors de sa visite en Martinique. Les effets nocifs des ’’vaccins’’ commencent a sortir : Actuellement sur le site de la CDC et du VAERS (USA), On a déjà enregistré 400 000 effets indésirables signalés et 111 400 décès.

    " La vaccination n’est pas obligatoire, mais .............................................". Monsieur le ministre vous croyez qu’on n’est dans un des pays sataniques de E.U comme l’Italie ou la France.
    Attention au peuple Burkinabé parcequ’il vous observe, et il vous voit venir avec vos nombreux bagues.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 10:49, par MAX En réponse à : Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

    PREUVE QUE LA VACCINATION N’EST PAS LA SOLUTION,LES CONTAMINATIONS REPRENNENT EN ISRAËL,GRANDE BRETAGNE,ET AUTRES QUI ONT VACCINE LA MAJORITÉ DE LEURS POPULATION.

    Répondre à ce message

  • Le 27 juillet à 12:24, par Tig-Ré En réponse à : Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

    Mes chers Clemenceau-1 et Max,
    M Clemenceau-1 quand vous me parlez de pays satanique vous confortez mon avis sur vous. Ici on parle de science. Il n’y a pas da satan en science.
    Vous dites 114 400 morts, je pense que c’est faux mais je n’ai pas le temps de vérifier. Comparez ce chiffre au nombre de morts et au nombre de personnes vaccinées et vous verrez ou se trouve le moindre mal.
    Personne n’a dit que le vaccin empeche d’attraper la Covid. On dit juste que ça diminue le risque de developper une forme grave.

    Répondre à ce message

  • Le 28 juillet à 12:01, par Sekhmet En réponse à : Vaccination contre le Covid-19 au Burkina : La grosse préoccupation du premier CASEM 2021 du ministère de la Santé

    Cher Tig-Ré,

    Utiliser un mot d’un raisonnement (qui plus est n’a pas de lien direct avec l’argumentaire de la personne) pour discréditer celui ci relève de la mauvaise foi.
    Que dit tu du fait que ça ne soit pas des vaccins mais des thérapies géniques qui n’ont pas encore fait leur preuves ?
    Du fait des personnes doublement vacciné en meurent quand même ?
    Les gènes par définition se transmettent de générations en générations. Si tu veux mettre en péril ta descendance juste pour "soit-disant" avoir une forme moins grave d’une maladie dont la virulence dans ton pays n’a alerté personne.
    Si le jeu en vaut la chandelle pour toi alors GO. Mais pitié ne parle pas de science quand tu ne donnes aucun argument scientifique.

    A bon atendeur ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Archives publiques au Burkina : Les étudiants de l’ENAM pour la conservation de « la mémoire collective »
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
Région du Centre : L’ONG AIME offre des sacs, des vélos et des vivres à des veuves et orphelins de Tanghin-Dassouri
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés