Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Des cadres de l’administration publique et de la société civile se forment en suivi-évaluation et en SIG

Accueil > Actualités > Société • • lundi 26 juillet 2021 à 15h59min
Burkina : Des cadres de l’administration publique et de la société civile se forment en suivi-évaluation et en SIG

Le directeur de l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP), Dr Abdramane Soura, a présidé, ce lundi 26 juillet 2021 à Ouagadougou, la cérémonie d’ouverture de deux ateliers de formation. Il s’agit des formations en suivi-évaluation et en système d’information géographique (SIG).

Durant une semaine (26 au 31 juillet 2021), des cadres de l’administration publique et de la société civile seront outillés en suivi-évaluation et en système d’information géographique (SIG). Deux formations qui se tiennent dans le cadre de la mise en œuvre du programme « renforcement des capacités, production et diffusion de connaissance sur la population burkinabè » financé par l’Union européenne (UE) pour 2018-2021 et exécutées par l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP).

Le directeur de l’ISSP, Dr Abdramane Soura, exhorte les participants à s’approprier le contenu de la formation

A l’occasion de l’ouverture de ces deux ateliers, le premier responsable de l’ISSP, Dr Abdramane Soura, a exhorté les participants à s’approprier le contenu de ces formations, afin d’être des compétences en suivi-évaluation et en système d’information géographique profitables à l’administration publique et à la société civile. Il a saisi la même occasion pour réitérer ses remerciements au partenaire financier de ces formations qu’est l’UE.

Dr Idrissa Ouili, coordonnateur de la formation en suivi-évaluation

Ils sont au total une quarantaine de participants à prendre part à ces deux formations. Parlant d’abord du suivi-évaluation, le coordonnateur de la formation, Dr Idrissa Ouili, a précisé qu’il s’agit d’une formation de courte durée mais qui se déroulera de façon intensive pour permettre à ces cadres d’avoir des notions formelles en la matière et d’être outillés afin de bien mener leur travail dans leurs services.

Et de façon concrète, explique-t-il, ces participants seront formés sur la gestion axée sur les résultats, savoir faire la différence entre un programme, un projet et une politique. En sus de ces aspects, selon ses explications, ils seront sensibilisés sur l’importance de faire un suivi-évaluation des projets, programmes et des politiques publiques. Autre aspect qui sera abordé au cours de cette formation, c’est aussi l’utilisation des différents outils de planification et la rédaction des rapports. Il s’agit, en clair, selon le coordonnateur, de montrer à ces cadres tout le processus de la planification jusqu’à la fin du projet.

Dr Gabriel Sangli, coordonnateur de la formation en système d’information géographique

Concernant le système d’information géographique, le coordonnateur de la formation, Dr Gabriel Sangli, a noté qu’au cours de cette formation, il s’agira de travailler sur les SIG mobiles en utilisant les tablettes, les téléphones, les ordinateurs portables et autres, parce que dans la nouvelle dimension, c’est ce qui marche le plus.

Vue des participants de la formation en suivi-évaluation

« Car les gens sont mobiles et ils ont besoin des informations très rapidement. Et l’évolution de la technologie est telle qu’on peut embarquer le SIG. Et à titre d’exemple, en allant sur le terrain et en récoltant les informations, on peut les reverser dans un système qui est sur votre ordinateur pour compléter l’information qui existait à la base », enseigne-t-il. C’est donc ce qui a motivé l’organisation de cette session de formation en système d’information géographique, foi du coordonnateur de la formation en SIG.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Archives publiques au Burkina : Les étudiants de l’ENAM pour la conservation de « la mémoire collective »
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
Région du Centre : L’ONG AIME offre des sacs, des vélos et des vivres à des veuves et orphelins de Tanghin-Dassouri
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés