Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’espoir c’est comme les dominos, dès qu’il y en a un qui est tombé, les autres le suivent…» Tokyo dans la Série télévisée La Casa de papel

Apiculture au Burkina : Des acteurs s’imprègnent des expériences des « centres leaders nationaux »

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • dimanche 25 juillet 2021 à 14h55min
Apiculture au Burkina : Des acteurs s’imprègnent des expériences des « centres leaders nationaux »

Le ministère des Ressources animales et halieutiques, à travers son Secrétariat technique de l’apiculture (STA), a organisé, du 23 au 25 juillet 2021, un voyage d’étude dans des « centres leaders nationaux » de la ville de Bobo-Dioulasso. Cette activité vise à permettre aux apiculteurs de s’inspirer des expériences réussies au niveau national, pour améliorer la production, la transformation et la commercialisation de leurs produits. L’activité est financée par le Programme d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest volet Burkina Faso (PACAO-BF).

Le gouvernement du Burkina Faso est convaincu que l’activité apicole, autrefois reléguée au second plan, est pourvoyeuse de revenus financiers importants pour les acteurs de la filière. Avec une production annuelle moyenne de plus de 1000 tonnes de miel selon le recensement 2018 du STA, l’apiculture contribue à hauteur de plus de trois milliards de FCFA à l’économie nationale. Elle tend à se positionner comme une activité à même de contribuer à la dynamique nationale de lutte contre la pauvreté grâce aux fruits liés à son exploitation. Environ plus de 16 000 apiculteurs s’adonnent, à ce jour, à cette activité dans les maillons de la production, de la transformation et de la commercialisation, d’où une contribution notable à la lutte contre le chômage.

La visite de la miellerie du centre Djiguiya par des acteurs de la filière

Nonobstant ces résultats obtenus, cette filière reste confrontée à de nombreuses difficultés. Il s’agit généralement du manque de ressources financiers, le faible développement des maillons de la transformation et de la commercialisation des produits de la ruche. C’est pourquoi, le gouvernement ne cesse de prendre des initiatives afin de faire la promotion de l’activité apicole. Ce, à travers des activités organisées par le Secrétariat technique de l’apiculture. Ces voyages d’études s’inscrivent dans cette dynamique d’améliorer la production, la transformation et la commercialisation des produits de la ruche de tous les acteurs.

Partage d’expériences entre le promoteur du centre Djiguiya et les visiteurs

Etablir des partenariats de collaboration entre les acteurs de la filière

Ainsi, ces voyages d’études vont permettre d’effectuer des visites des centres apicoles leaders, afin de vulgariser les bonnes pratiques. Cette activité s’effectue simultanément à Koudougou et à Bobo-Dioulasso. La visite de ces centres va permettre aux apiculteurs de voir des innovations et des pratiques apicoles qui améliorent leur compétitivité. Elle va leur permettre également d’échanger avec les promoteurs des centres apicoles leaders, sur leurs expériences, leurs techniques de production, de transformation et de commercialisation des produits de la ruche. Toute chose qui va permettre d’établir des partenariats de collaboration entre les différents acteurs de la filière apicole.

« Nous avons beaucoup de potentialités et il faut qu’elles soient valorisées. Ces visites de centres vont permettre aux apiculteurs d’aller découvrir ce que ces centres proposent en termes d’amélioration de l’activité. Il y a beaucoup d’innovations au niveau de ces centres et c’est l’occasion pour ces apiculteurs de voir ces innovations, afin d’aller améliorer ce qu’ils font déjà dans leur localité. Aussi, ils pourront partager ces expériences acquises lors de ces voyages avec les autres acteurs », a laissé entendre Boukary Nana du Secrétariat technique de l’apiculture.

Boukary Nana du Secrétariat technique de l’apiculture

A Bobo-Dioulasso, ils sont au total 20 apiculteurs qui prennent part à ce voyage d’étude. Les participants sont issus de différentes régions du Burkina Faso, notamment du Sud-Ouest, des Cascades, des Hauts-Bassins, de la Boucle du Mouhoun, du Plateau central et du Centre. Cette première journée a permis à ces acteurs, de visiter le centre Djiguiya (sortie Bobo sur la route nationale N°1).

L’innovation au cœur du centre Djiguiya

Au centre Djiguiya, c’est une équipe dynamique qui a accueilli ces acteurs de la filière apicole. Ambroise Zongo est le promoteur de ce centre apicole qui se donne pour mission, la promotion de l’apiculture dans la région des Hauts-Bassins et des Cascades, mais aussi un peu partout au Burkina Faso et en Afrique. Le choix de Djiguiya comme centre apicole leader n’est pas fortuit. En effet, ce centre innove en termes de matériels de production, de transformation et de commercialisation des produits de la ruche.

Le parcours du promoteur fait de lui également un exemple dans le domaine de l’apiculture. Son courage, sa détermination et son acharnement pour le travail bien fait lui ont valu de passer de 4 ruches en 2004, à plus de 1000 ruches aujourd’hui. Avec une production annuelle de miel qui est passée de 200Kg (en 2004) à plus de 150 tonnes actuellement. Aussi, le centre a produit cette année, environ 40 tonnes de cires.

Ambroise Zongo, promoteur du centre Djiguiya

Par ailleurs, ce centre s’investit dans la fabrication du matériel de production du miel, dont les ruches modernes. En plus de la formation des acteurs de la filière sur les techniques modernes de l’apiculture, le centre apicole Djiguiya explore d’autres domaines tels que la production et la commercialisation des mangues séchées. Cette visite a permis aux acteurs, de s’imprégner des expériences et techniques modernes de production et de transformation de M. Zongo.

Le miel produit par Ambroise Zongo et son équipe est de « bonne qualité » et répond ainsi aux normes internationales. La visite a débuté par des échanges sur la connaissance de la filière, du centre et de ses expériences, mais aussi de son impact sur le développement rural. Les hôtes ont pu visiter aussi la miellerie pour voir les grandes lignes qui sont dans la transformation du miel.

Du miel produit par le centre Djiguiya dans les normes internationales

Pour le promoteur du centre, l’activité apicole nourrit son homme. C’est pourquoi, il a invité les jeunes à s’intéresser à cette filière pourvoyeuse d’emploi. « Le potentiel est là au Burkina, il faut travailler ensemble pour le rayonnement de cette activité. Et si tous les acteurs sont bien organisés à travers des coopératives, la filière pourra aller loin », a souhaité Ambroise Zongo, qui n’a pas manqué de saluer l’initiative de cette activité.

Les participants expriment leur joie et satisfaction

Après cette visite et des échanges, l’on pouvait lire la joie et la satisfaction sur le visage de tous les participants. « Cette visite a été riche et impressionnante. Elle nous amène à réfléchir et à nous encourager à l’avenir dans la production et la transformation du miel. Nous sommes comblés, car nous avons beaucoup appris auprès du promoteur qui s’est vraiment battu pour atteindre ce stade. Il nous donne envie de nous battre pour arriver là où il est aujourd’hui, ou plutôt de le dépasser », s’est réjouie Abouma Zongo/Hema, transformatrice du miel à Banfora, dans les Cascades.

Abouma Zongo/Hema, transformatrice du miel à Banfora

Elle n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux organisateurs de l’activité, dont le Secrétariat technique de l’apiculture (STA) et le Programme d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’Ouest volet Burkina Faso (PACAO-BF). [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Reboisement au Burkina Faso : L’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique offre 100 plants à l’ENAM
Lutte contre l’insalubrité à Ouagadougou : La police municipale démantèle un abattoir clandestin
Burkina Faso : Les acteurs de la lutte contre les changements climatiques accordent leurs violons pour obtenir les financements du Fonds vert pour le climat
Promotion de l’hygiène et de l’assainissement au Burkina : Le ministère de l’Eau sollicite l’accompagnement des médias
Réhabilitation de la ceinture verte : 1200 plants mis en terre
Campagne de reboisement au Nord : 700 arbres pour contribuer à la reforestation
Reboisement : L’association le Tocsin plante sur son nouveau site à Ouaga 2000
Journée annuelle de reboisement du BUMIGEB : 350 plants mis à terre à Kouba (Koubri)
Agroécologie : Les acteurs plaident pour son intégration dans les politiques agricoles au Burkina
Burkina Faso : Des députés se lancent dans la lutte contre la désertification à travers le reboisement à Komki Ipala
Lutte contre la désertification et la dégradation des terres : Le périmètre bocager de Guiè, une approche aux résultats extraordinaires !
Augustin Wanéweogo à propos des reboisements au Burkina : « Les plantes, c’est comme les animaux. Elles ont besoin de boire et de se nourrir »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés