Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina Faso : Le ministère en charge de l’Eau veut classifier les barrages

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 23 juillet 2021 à 16h26min
Burkina Faso : Le ministère en charge de l’Eau veut classifier les barrages

Le ministère de l’Eau et de l’Assainissement organise ce vendredi, 23 juillet 2021, à Ouagadougou un atelier d’information sur les critères de classification des barrages au Burkina Faso. Cette session se tient en prélude à l’introduction en Conseil des ministres d’un décret portant définition des critères de classification des barrages du Burkina.

Le Burkina Faso compte un millier de barrages repartis sur l’ensemble du territoire national avec une capacité de stockage cumulée de 6,14 milliards de m3 d’eau par an. Selon une étude réalisée en 2011 ; 40% de ces barrages sont dans un état de dégradation important et encourent des risques de rupture avec des conséquences sur le plan humain, matériel et environnemental. Pourtant ces ouvrages, bien que différents par leurs modalités de conception, leur construction, servent essentiellement de sources d’approvisionnement en eau potable, de production d’hydro-électricité, d’émergence de zones humides, etc.

En vue d’assurer la sécurité des populations autour et en aval des barrages et leur permettre d’en tirer un meilleur profit, une classification de ces retenues d’eau est nécessaire. Elle permettra de réglementer leur planification, conception et construction. Une étude a d’ailleurs été menée à ce sujet par le Comité national des barrages du Burkina Faso et validée en 2014.

Une vue des participants à l’atelier

« La sécurité des ouvrages hydrauliques repose en premier lieu sur leur bonne conception, leur exécution et sur les moyens mobilisés pour assurer leur surveillance et leur entretien. C’est pourquoi les incidents enregistrés dans le passé ont montré qu’il était nécessaire de mettre en place un cadre réglementaire pour régir la planification, la conception, la réalisation, l’exploitation et l’entretien des barrages dans notre pays, afin de minimiser la survenue de risques inhérents à leur présence », a laissé entendre Ghislain Anselme Kaboré, conseiller technique du ministre de l’Eau et de l’Assainissement, représentant le ministre à la cérémonie d’ouverture.

Un projet de décret portant définition des critères de classification des barrages du Burkina a également été proposé. Comme l’explique M. Kaboré, ce décret se veut un cadre juridique permettant de règlementer et d’organiser la mise en œuvre des projets et programmes de barrages. Il vise également à garantir la durabilité des ouvrages et aussi à sécuriser les biens et les personnes.

Ghislain Anselme Kaboré, conseiller technique du ministre de l’Eau et de l’Assainissement

C’est en prélude à l’introduction de ce décret en Conseil des ministres, que se tient ce vendredi 23 juillet 2021, un atelier d’information sur les critères de classification des barrages au Burkina Faso. « Le travail que nous allons faire ce matin va permettre de faire la part des choses, savoir ce que c’est qu’un petit barrage, un moyen barrage et un grand barrage et définir un certain nombre de mesures qui vont accompagner cette classification », a indiqué le conseiller technique du ministre en charge de l’Eau.

Il s’agira donc au cours de la rencontre, de partager avec les participants la nécessité de classer les barrages, d’informer les participants sur les critères de classification et de recueillir leurs contributions sur le projet de décret en vue d’améliorer son contenu.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 juillet à 17:29, par SAM En réponse à : Burkina Faso : Le ministère en charge de l’Eau veut classifier les barrages

    Au lieu de les classifier il faut plutôt les entretenir d’abord,. Les populations ont besoin d’eau.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 17:33, par Paul En réponse à : Burkina Faso : Le ministère en charge de l’Eau veut classifier les barrages

    Une étude de 2011 et une étude de 2014 ! et c’est maintenant que l’on se réveille ! Avoir tout un ministère en charge de l’eau, avec un si triste bilan de vouloir classifier en grand, moyen et petits barrages en 2021 ! Bref, si en 2011, on était à 40% d’ouvrages dégradés, on peut s’inquiéter aujourd’hui si on refaisait l’étude ! Bref, en dehors de bien construire les ouvrages, il se pose leur entretien régulier et, surtout, que fait-on pour les protéger contre l’ensablement rapide ? Pratiquement, aucun barrage ne respecte la distance minimale de servitude de 100 mètres pour protéger les berges ! et, pourtant, c’est bel et bien inscrit dans le code de l’environnement.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 19:46, par Le petit tranquilos En réponse à : Burkina Faso : Le ministère en charge de l’Eau veut classifier les barrages

    Donc depuis longtemps nos barrages ne sont pas classifiés ? Que faisaient les techniciens ? Ça c’est un minimum. Les routes ont été classifiées et vous de l’eau vous dormez. C’est dommage.
    Je me rappelle avoir posé une question à un technicien, il y a de cela plus de dix ans : vous n’avez pas prévu un budget d’entretien chaque année de vos barrages ? En dehors d’une digue routière qui est suivi par les directions régionales des infrastructures.
    Voilà, les gens veulent les postes mais pas de compétence. Hooo !!!!!!!
    Courage à l’équipe actuelle.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Deuxième congrès des avocats de l’UEMOA : Justice et corruption au cœur des débats
Effondrement d’un bâtiment universitaire à Koudougou : Le RENLAC interpelle l’Etat sur l’inefficacité des mécanismes actuels de régulation de la commande publique
Burkina - Logements sociaux : Abdoul service international remet des clés de villas aux acteurs du monde universitaire de Bobo-Dioulasso
Ouagadougou : Un jeune homme simule son propre enlèvement pour soutirer 5 000 000 de FCFA à ses parents
11e édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient : Les lauréats sont connus
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Journée internationale de la paix, édition 2021 : Message de la garde des sceaux
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés