Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle

Accueil > Actualités > Opinions • LEFASO.NET • mercredi 21 juillet 2021 à 22h30min
L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle

Depuis quelques jours, le débat sur la représentativité de l’opposition a pratiquement pris le dessus sur la situation sécuritaire au Burkina Faso, notamment la question des commissaires de la CENI, ainsi que la désignation des participants de l’opposition au dialogue politique. Si le choix du représentant de la chefferie coutumière à la CENI a cristallisé l’attention de l’opinion, des voix se sont élevés pour jeter un pavé dans la mare en récusant les choix du CFOP aussi bien pour les commissaires de la CENI que pour les participants au dialogue politique, ce qui suscite les observations suivantes :

1) Le CFOP est le seul cadre de l’opposition dûment reconnu par l’Etat, en tant que institution de la république. Que cette institution soit une seule personne (le chef du parti de l’opposition arrivé en tête des élections législatives) ou un regroupement de partis se déclarant de l’opposition, n’y change rien. La loi c’est la loi, même imparfaite. Le CFOP ne peut fermer la porte à un parti, et de ce fait, tous les partis de l’opposition y ayant adhéré pourraient être partie prenante du dialogue politique, comme la dizaine des partis qui y ont accompagné le CDP le 17 juin dernier. C’est à ce titre que le président de Vision Burkina a pu figurer dans la délégation de l’opposition lors du dialogue politique.

2) Les commissaires de l’opposition de la CENI sont issus des partis se réclamant de l’opposition. La configuration du CFOP est faite de partis parlementaires ayant des députés à l’Assemblée nationale, et des partis extraparlementaires, les plus nombreux, n’ayant pas réussi à faire élire un seul député. Les partis parlementaires, au nombre de trois (03) sont le CDP avec 20 députés, l’ADF-RDA avec 03 députés et AGIR avec 02 députés.

Difficile d’imaginer qu’un parti parlementaire ne puisse pas envoyer un de ses cadres à la CENI. Ainsi, l’ADF-RDA et AGIR y ont envoyé chacun 01 commissaire et le CDP, vu son poids à l’hémicycle, avait la possibilité d’y envoyer 03 commissaires. Mais le CDP a choisi de n’y envoyer que deux commissaires, en donnant la troisième place aux partis extraparlementaires membres du cadre de concertation du CFOP. La désignation de ce commissaire a été faite selon des règles démocratiques, en portant le choix sur un des leurs, après trois tours de scrutin.

C’est dire donc que l’opposition non affiliée (ONA) qui demande une reconnaissance officielle à l’administration, par exemple, avec sa « dizaine de partis actifs et une centaine dans l’antichambre » comme on a pu l’entendre, ne peut revendiquer de siège de commissaire à la CENI, au stade actuel de la loi, car n’ayant aucun élu à l’hémicycle, et aucune disposition légale ne fixant un quota de commissaires pour les partis extraparlementaires, fussent-ils au nombre de deux cents.

Les partis de la majorité s’étant regroupés en une alliance dite « alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP) », rien n’interdit aux partis de l’opposition d’en faire de même dans une « alliance des partis de l’opposition politique (APOP) », pour respecter le parallélisme des formes. Mais à la différence de l’APMP où tous les leaders des partis acceptent de renoncer à leurs ambitions présidentielles au profit d’un seul chef, le Président du Faso, au CFOP les partis de l’opposition conservent leur autonomie, et leurs responsables fourbissent leurs armes pour la prochaine campagne présidentielle.

Et si d’aventure un tel scénario de création de l’APOP venait à voir le jour, il est presque certain que le président de cette alliance ne pourrait être que le leader du parti de l’opposition qui aurait engrangé le plus grand nombre de députés à l’Assemblée, c’est-à-dire le président du CDP, comme l’est le président du MPP pour l’APMP. Dans un tel cas de figure, il n’y aurait plus aucune raison pour un parti de ne pas adhérer à l’un ou l’autre de ces regroupements, APMP ou APOP.

Il est curieux que ce débat sur l’opposition resurgisse au moment où le CFOP relève la tête pour jouer pleinement son rôle institutionnel de critique du pouvoir. Lors de la marche du 03 juillet dernier à Ouagadougou, des responsables de l’ONA avaient demandé à y participer, ce qui ne posa aucun problème. Après la marche, le président de la conférence des présidents de l’ONA a pris part au débriefing au siège du CFOP, toutes choses qui auguraient d’un rapprochement possible entre les deux entités pour une opposition plus unie et plus forte.

Les critiques sur le format du dialogue politique qui exclurait une bonne partie de la classe politique de l’opposition sont sans doute fondées. Cependant, il est bon de rappeler que les invitations au dialogue politique ne sont pas le fait du CFOP mais de l’autorité qui le convoque, et adressées à qui de droit. Personne ne peut accuser le chef de file de l’opposition de sectarisme ou d’exclusion pour une initiative dont il n’est pas à l’origine. Si vous refusez d’entrer dans une maison par la seule porte disponible, il ne vous reste donc plus qu’à ouvrir une autre porte, si vous en êtes capable, et même là, il vous faudra encore l’accord du propriétaire.

« L’engagement politique n’est pas une valeur, mais il peut être une nécessité » disait Louis Pauwels. Les élections de novembre 2020 ont livré leur verdict, peu importe comment elles se sont déroulées et ce qui s’est réellement passé. Vision Burkina n’ayant récolté aucun siège de député à l’Assemblée, a fait le choix stratégique de s’agripper à un parti beaucoup plus fort, tel un wagon qui ne peut arriver à quai que tiré par une locomotive.

C’est un choix de clairvoyance et d’humilité, mais Vision Burkina reste un parti autonome, avec son idélogoie pacifiste, avec son projet de société et son programme de gouvernement. Et dans quelques années, si Dieu le veut, Vision Burkina sera encore là pour l’affrontement dans l’arène politique contre les autres partis, avec un candidat à l’élection présidentielle qui ne sera pas celui du CDP.

Et si jamais l’envie lui en prend, le président de Vision Burkina pourrait lui aussi réunir quelques partis, créer un autre regroupement appelé opposition atypique burkinabè (OAB), récuser le monopole du CFOP et de l’ONA, et ce nouveau regroupement serait lui aussi reconnu par l’administration car le cas de l’ONA ferait jurisprudence.

Mais à défaut d’être élu président du Faso, s’il gagne assez de députés pour être désigné chef de file de l’opposition, il y a fort à parier que son projet de création de ce nouveau regroupement sera vite oublié. A moins que ce ne soit le président de la conférence des présidents de l’ONA lui-même qui ne devienne chef de file de l’opposition ? Parfois, il faut savoir raison garder, même en politique.

Kiemdoro Dô Pascal Sessouma
Président de Vision Burkina

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 21:56, par Lom-Lom En réponse à : Réflexion sur l’opposition politique au Burkina Faso

    Pour une fois, je suis parfaitement d’accord avec ce chef de Parti. Si l’Etat doit relire à tout moment là loi pour prendre en compte l’association politique de tel village où de tel cabaret, on aura un milliard de groupes de partis politiques et on ne s’en sortira jamais. En tout cas, je prêt à créer l’Opposition Non Affiliée à L’ONA (version du Pr Soma) et je sûr que quelqu’un créera une ONA2 ou ONA3, etc. Soyons sérieux !

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 22:05, par DABRE Salam En réponse à : Réflexion sur l’opposition politique au Burkina Faso

    Merçi Prési, pas de 3ème voix au Burkina . Soit vous etes de L"APMPO, soit vous du CFOP. Sinon vous vous excluez de fait des rencontres.Apprenons a etre raisonnable, le CFOP existe dépuis plusieurs années et ça toujour été ainsi, si vous vouslez que ça change, introduisez une loi à l’Assemblée. Eddie n’y ait pour ríen !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 07:26, par Le petit tranquilos En réponse à : Réflexion sur l’opposition politique au Burkina Faso

    Les intellectuels bizarres vont nous conduire dans le trou. Aucun parmi vous ne plaide pour une limitation du nombre de partis politiques. Si s’était limité, vous aurez toutes les compétences pour faire avancer le Faso. Pourtant vous voyagez et vous voyez ce qui se passe. Arrêtez un instant cet sadisme et nous permettre tous de regarder dans la même direction.
    Que dieu bénisse le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 08:24, par Un Burkinabê En réponse à : Réflexion sur l’opposition politique au Burkina Faso

    Je trouve que vos arguments sont si légers.
    1- la CENI est créée pour s’assurer de l’équité des scrutins électoraux pour toutes les parties qui y prennent part. Il se trouve qu’au moment de la création de la CENI il n’y avaient que le camp du pouvoir (de Blaise Compaoré et des dirigeants actuels du MPP) et celui de l’Opposition (de Hermann Yaméogo, Joseph Ki-Zerbo, etc...). C’est normal que la loi ne tienne compte que de ces 2 pôles. Aujourd’hui il faut reconnaitre qu’il ya 5 composantes au lieu de 2. Il ya des partis politiques qui pensent que le CDP = MPP et ils ne veulent s’affilier à aucun d’entre eux. Ils sont opposants aux 2 goupes et ceux là sont ceux de l’ONA. Il ya la nouvelle classe qui pensent qu’il faille faire la politique autrement et a préféré plutôt être Mouvements politiques que partis politiques. Eux pensent tracer une nouvelle voie africaine. Ils ne sont pas "copiéteurs" de l’Occident ni de l’Est mais veulent repartir sur les fondement de l’Afrique ancienne et créer une autre voie du bien-être des africains. Enfin il ya les indépendants.
    2- le dialogue politique devait accueillir tous les autres composantes même silencieuses de nos populations car c’est leur sort qui se joue. Je lis dans les médias que les populations des Banwa veulent manifester le lundi 26 juillet pour réclamer de bonnes routes et des centres de santé dignes de ce nom ; que les populations de l’Est ont prévu ressortir le 31 Juillet pour les mêmes causes. Ces revendications contrairement à ce que vous pensez sont plutôt sdressées aux pouvoirs du CDP (jusqu’à 27 années sans rien faire pour ces populations) et du MPP (5 ans seulement sans aussi changer les choses à la hauteur des espoirs). Ainsi donc vous comprendrez pourquoi il ya ONA et Mouvements Politiques. J’ai beaucoup plus de respect pour ces entités qu’à vous autres qui suivez le CDP tout en sachant que vous ne pourrez rien changer positivement dans leur gouvernance.
    3- votre écrit n’est pas juste !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 11:22, par Ouedraogo Bruno En réponse à : L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle

    Trop de partis politiques qui ne représentent que leurs dirigeants, l’électorat est la base de tout partis politique si vous à la fin d’une élection vous n’avez même pas un député il faut vous remettre en question, car cela veut dire que très peu de personnes adhèrent à votre programme. Ce n’est pas une question de diplômes, faire la politique ce n’est pas bien parler dans les médias. Si vous ne représentez pas grand chose acceptez qu’on vous oublie et serrez les dents pour mieux convaincre et mobiliser d’avantage.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 13:22, par Le Républicain En réponse à : L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle

    Oui la loi c’est la loi, mais les acteurs politiques et l’ ensemble des citoyens en général ont le droit de faire évoluer la loi dès lors qu’ils estiment qu’elle n’est pertinente, ou qu’elle ne cadre pas avec leur vision.
    1°) En ce qui concerne l’ONA, ces partis ont certainement des positions différentes de ceux du CFOP sur plusieurs questions. ils sont donc dans leur droit en menant des activités pour faire évoluer les choses.

    2°) Sur la question des commissaires de la CENI, comme l’a dit l’internaute Un Burkinabé, la CENI est créée pour s’assurer de l’équité des scrutins électoraux pour toutes les parties qui y prennent part. Si on peut concéder deux places pour le CDP , une place pour l’ADF/RDA et une pour AGIR Ensemble, le choix de l’UFC pour le cinquième commissaire pose problème. Les critères de candidatures ne sont pas objectifs car l’UFC ne représente pas grande chose eu égard aux résultats des législatives de Novembre 2020. Il y a plusieurs partis d’opposition qui ont des scores largement meilleur à celui de l’UFC.
    Le vote qui a désigné ce commissaire est certainement un vote par affinité, ce qui n’est ni bon pour pour l’opposition, ni bon pour la CENI.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 14:31, par S En réponse à : L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle

    J’ ai toujours dit que l’APMP doit être aussi institutionnalisée en Chef de File de la Majorité Politique (CFMP) avec les mêmes avantages que le CFOP et obliger les partis a s’affilier après élections. A la CENI on parle de l’opposition et non du CFOP, donc tous les partis de l’opposition toute tendance confondue doivent se concerter pour trouver leurs représentants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ville de Ouagadougou : Propositions pour résorber de façon durable le phénomène de la congestion routière
Crise dans le secteur de l’éducation : un citoyen déplore le "silence" du SPONG
Guinée, Condé et l’armée : Tragédie et farce tout à la fois !
Tribune : Longue lettre à mon ami défunt Amobé Mévégué
Chute du président Condé : La rançon de l’entêtement méphistophélique
La logistique et la fonction Achats : Deux mines d’or pour le développement du Burkina-Faso
Afghanistan et Sahel : Les femmes, la Paix et la Sécurité
Affaire Thomas Sankara : Un "citoyen lambda" souhaite un procès à double sens, qui puisse aussi permettre aux victimes du CNR de s’exprimer
Après Dieu, la famille : Leçons de vie à la suite d’une agression
Affaire Thomas Sankara : La requête d’un « citoyen lambda » aux président et procureur du tribunal militaire
Tribune : Nos mines et le développement durable
Célébration du 11-Décembre à Banfora : Les problèmes après les festivités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés