Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 21 juillet 2021 à 22h41min
Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

L’association « SOS sang », section du Centre-Ouest, était face aux hommes de médias ce lundi 19 juillet 2021 dans la cité du cavalier rouge (Koudougou). Objectif, donner leur lecture suite à la visite inopinée du ministre de la Santé au Centre hospitalier régional de Koudougou (CHR) et du CMA de Réo. Laquelle visite a fait couler beaucoup d’encre et de salive.

A travers cette conférence de presse, SOS sang, qui est une organisation qui œuvre pour la promotion de la santé, a décidé de se prononcer sur cette situation qui défraie la chronique depuis un certain temps. On se souvient que le dimanche 11 juillet 2021, Pr Charlemagne Ouédraogo, ministre de la Santé, a effectué une visite inopinée au Centre hospitalier régional (CHR) de Koudougou et au Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Réo. Au cours de cette visite, il affirmait avoir fait un « triste constat (…) car, il n’y avait ni médecin aux urgences, ni à la maternité, ni à la pédiatrie et ni à l’imagerie ».

Il a été également indigné de constater que l’équipe de permanence au Bloc opératoire et les médecins de la consultation étaient absents au CMA de Réo. Ainsi, le chef de service des urgences médicales, Abdoulaye Ouédraogo, médecin généraliste à travers un poste sur les réseaux sociaux, a tenté de justifier l’absence de ces spécialistes à leur poste pendant la garde, par l’insuffisance du personnel mis à la disposition du CHR.

Les membres de l’association SOS Sang étaient présents à cette rencontre

Une allégation que le président national de SOS Sang, Jean Bosco Zoundi, ne partage pas forcement. Un argument qu’il qualifie de léger. « Sans remettre en cause la véracité de cette allégation, nous estimons que c’est un argument léger. Est-ce parce qu’on n’a pas le personnel au complet qu’on doit croiser les bras ? Si par malheur une famille perdait un proche parce qu’un médecin, au lieu d’être à son poste, a plutôt préféré s’absenter et attend qu’on l’appelle en cas d’urgence, cet argument pourrait-il la convaincre ? La réponse est non et non », a-t-il martelé. Au contraire, selon le premier responsable de SOS Sang, Abdoulaye Ouédraogo est mieux placé pour comprendre que plus un patient est pris rapidement en charge, plus on a des chances de le sauver. Et « c’est pour cela d’ailleurs que la garde est instaurée dans les services de santé, » ajoute-t-il, tout en relevant qu’on l’aurait félicité s’il avait reconnu son tord et s’engager de mieux organiser son service pour donner plus de chance de survie aux nombreux patients que reçoit le service des urgences, à travers une prise en charge rapide.

Jean Bosco Zoundi ne s’est pas limité là. Il affirme être conscient que la disponibilité des moyens humains, matériels et techniques permet une meilleure prise en charge des malades. Cependant, dit-il, « la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a ». A l’entendre, le Burkina Faso a des moyens limités, raison pour laquelle, son gouvernement fait régulièrement appel aux partenaires techniques et financiers pour aider à doter chaque service de moyens dont il a besoin. Et au fils de la région d’ajouter : « Ce n’est pas dans ce contexte où le pays subit de plein fouet les affres du terrorisme que la situation de nos finances serait plus reluisante. »

Ce n’est pas la quantité qui fait le travail mais plutôt la qualité…

« Nous estimons qu’il n’est pas acceptable que des agents payés par l’argent du contribuable se dérobent à leurs obligations sous le prétexte qu’ils n’ont pas tous les moyens leur permettant de travailler », a relevé le conférencier tout en ajoutant : « Il faut que chaque responsable de service sache que ce n’est pas la quantité qui fait le travail mais plutôt la qualité doublée d’une meilleure organisation. (…) On le sait, notre Administration publique est caractérisée par un absentéisme chronique. Et si cela ne change pas, on risque de rater le train du développement. »

Jean Bosco Zoundi, président national de « SOS Sang »

Secouer le cocotier

Aussi, M. Zoundi a continué en invitant le ministre de la Santé à secouer sérieusement le cocotier pour impulser un nouveau dynamisme dans son département. Car pour lui, c’est d’autant plus nécessaire au vu du comportement de certains agents de santé qui laisse à désirer et lourd de conséquences. C’est pourquoi il encourage le ministre de la Santé à poursuivre ses visites inopinées. Car cela permettra, selon lui, de découvrir des pratiques qui nuisent au bon fonctionnement des centres de santé. « Certes, ce ne peut-être pas suffisant », reconnait-il. Cependant, il reste convaincu qu’il permettra de combattre les mauvaises pratiques qui sont devenues le sport favori de certains agents de santé.

Pour clore son propos, il relève qu’il existe malgré tout des agents de santé qui, malgré les moyens limités, font de leur mieux pour soulager les patients. Pour ce faire, il invite le gouvernement à améliorer davantage les plateaux techniques des hôpitaux et surtout à motiver les médecins qui sont toujours au chevet des malades. « Si un médecin qui prend en charge des malades en dehors de ses heures de services, que 50% des frais lui soient reversés et les autres 50% dans la caisse de l’Etat, cela encouragera ces braves médecins à toujours travailler pour la nation », a-t-il suggéré.

Prince Omar
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 juillet à 14:03, par HUG En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Pour l une des rares fois je felicite un membre du ministrepouvoir du mpp.Felicitation monsieur le ministre ,on vous soutient. Le cas de koudougou est la partie visible de l iceberg.Il y a des agents de santé qui font correctement et honnetement leur travail mais pas la majorité. Voici des gens qui ont fermés des maternités pour une question de retombées economiques de la fonction publique hospitaliere..Combien de femmes en travail ont succombe ?Combien de malades sont morts car n ayant pas d argent a l epoque pour aller dans les cliniques où ces memes soit grevistes se sont retrouvés pour travailler ? Maintenant vous avez eu ce que vous voulez comme argent et vous n honorez pas le travail pour lequel on vous paie. Monsieur le ministre continuer a denichez les gens qui ne font pas correctement le travail pour lequel ils sont payés.On ne peut pas gaspiller les maigres ressources inutilement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 14:09, par PIADOUI En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Cette fois ci , ce Ministre à tous nos soutiens. Le secteur de la santé est tellement complexe et sensible qu’il faut à nos agents de santé un minimum de conscience professionnelle.
    Mais contrairement à son collègue du commerce HAROUNA KABORE dont la seule mission est : " Assister SN SOSUCO ; SAP OLYMPIC., et les huileries".
    Ça c’est quelles entreprises qu’il faut assister éternellement ? Depuis 1900Tchok.., chaque année c’est le même refrain ’Concurrence..mévente..concurrence ..mévente.! Je pense qu’à un moment donné, il faut un audit profond de ses entreprises et voir réellement ce qui ne va pas. Sinon c’est trop facile cette façon de faire.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 15:32, par raogo En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Je te soutiens Mr le Ministre de la santé. Seulement met en place une structure de contrôle interne sinon tu ne pourras pas faire seul ce travail.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 17:49, par SIA En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Bsr,intervention pertinente du ministre de la Santé.IL est insoutenable que des agents assermentés pour le sauvetage de la vie humaine se comportent de la sorte mais force est de reconnaître que les médecins sont très mal payés comparativement à certains fonctionnaires qui sont moins même importants et moins déplômés qu’eux mais qui ont des avantages colossaux.IL serait souhaitable de revoir leurs salaires à la hausse pour leur permettre d’accomplir aisément leurs tâches( Au moins 500 000F par mois pour le jeune médecin) car il n’ya rien de plus important que sauver la vie humaine.Aussi,les médecins sont très accueillants dans leurs prestations et leur accueil soulage les malades à 75%.Vraiment,ils méritent un bon traitement.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 19:33, par SIA En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Partout il y’a des brébis galeuses mais ce n’est pas de guetté de coeur que les médecins vont dans les cliniques privées au détriment du service public.C’est parce que leurs modiques salaires ne couvrent pas leurs besoins alors qu’ils sont des hauts cadres de la Fonction publique.Des gens qui font 7 à 8 ans à l,Université et à la sortie,ils vivotent avec des salaires dérisoires,comment peuvent-ils travailler correctement ?Malgré leur maltraitance,ils sont dévoués et accueillants dans leurs prestations mais certaines circonstances les conduisent parfois à aller chercher mieux ailleurs.Pour les autres agents de santé que je crois qu’ils sont bien traités,rien ne peut justifier ces comportements.En plus de la Fonction publique hospitalière,il serait souhaitable de créer un statut particulier pour les médecins afin de leur permettre d’accomplir efficacement leurs missions pour le bonheur du Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 21:50, par SIA En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Rbsr,quand je parle de 500 000F,c,est le salaire brut sans correction d,indemnités.Ce qui est énervant est qu’on octroie naïvement et trimestriellement 2 à 4 millions Fcfa comme fonds communs à quelques individus qui ne foutent absolument rien,des corrompus qui se sucrent sur le dos du contribuable et on délaisse les médecins qui gèrent des vies humaires et les enseignants qui sont la mère de ts les agents publics.C,est vraiment blessant.Sans la santé et l,éducation,le financier pourra t-il faire le recouvrement ?IL serait souhaitable que l’Etat revoie les choses.

    Répondre à ce message

  • Le 21 juillet à 22:38, par Lemaire En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Quand les Burkinabè ne vont pas s’assoir et se dire la vérité jeux dans les yeux, ça sera des hypocrisies de ce genre qu’on va voir. Les gens n’aiment pas la vérité. C’est facile d’accuser les agents de santé pour redorer son blason vis à vis de la population. 99% de ceux qui sont sur Facebook s’ils avaient été agents de santé se comporteront exactement de cette façon car c’est le système qui est mauvais. Arrêter votre pièce de théâtre et pose le problème pour trouver des solutions. Si les gens n’ont une approche technique et continue de faire dans le populisme, la dégradation du système de santé va se poursuivre. Pour un système efficace, il faut des agents de santé compétents, motivés avec des moyens de travail performants. Tout le reste n’est que sorcellerie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 06:52, par Adamou En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Quand ta mon humble avis l’argent ne peut justifier celà je pense que les salaires de ces fonctionnaires sont prédéfinis et c’est en connaissance de cause que chacun embrasse ce métier et le salaire c’est une question de gestion même ci ces gens sont payés à un million le mois ils auront toujours quelque chose à revendiquer

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 08:55, par nekrenoma En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    J’ai lu avec intérêt cette intervention de "SOS-SANG" sur la sortie inopinée du ministre de la santé. Il en tire une appréciation : c’est une bonne chose selon lui. Il fait une analyse positive en faveur du ministre de la santé et formule des critiques vis à vis de tout le système. Rien à dire, sauf que dans de pareilles cas, on se demande s’il ne fait pas fausse route. En tant qu’un élément du système de santé, oeuvrant pour le bien du système, une neutralité positive aurait été plus à propos, afin de concilier les parties. Dans cette histoire de visite inopinée, il convient d’analyser la dynamique sur tous les plans : management, forme de l’intervention etc. 1) S’il est vrai qu’une visite inopinée fait partie des outils disponibles pour diagnostiquer, suivre et contrôler un système, il convient, pour ce qui concerne le service public et pour un ministre venant de prendre fonction et connaissant le système au regard de sa position antérieure dans le système, l’utiliser avec précaution afin de bien s’assurer que le contexte est conforme à sa vision en vue de solutions consensuelles de redressement 2) Lors de la visite, il a constaté des manquements. Il aurait pu constater, noter, et demander des explications. Non ! Sur le terrain, l’émotion l’a emportée face au professionnalisme. Il s’est permis de proférer des paroles désobligeantes, en contradiction avec la déontologie du milieu médical 3) Sa réponse après visite, a utilisé comme support, les réseaux sociaux 4) Ce qui a offert le flanc au chef de services médicaux d’user de ce même support pour répondre. 5) La suite, on la connait : une fracture avec le relèvement du chef de service. A l’analyse, Oui, une visite inopinée , pourquoi pas ! Mais, dans les conditions de prise en gestion en vue de trouver des solutions aux maux qui minent le système médical, ce n’est pas la meilleure des méthodes. Une rencontre avec le service, en vue d’avoir un diagnostic, une liste des solutions possibles, puis une mise en oeuvre après information de toutes les parties concernées aurait été perçue comme un processus mieux réfléchi et visant des solutions durables. Ici, cette visite peut être analysée comme une mission commando chargée de détruire un ennemi. Cela est dommage. Les maux du système hospitalier burkinabé sont connus : insuffisance du personnel, insuffisance de la gestion du personnel, plateau technique insuffisant et mal exploité avec des pannes qui en limite les performances, personnel démotivé, comme d’ailleurs dans toute la fonction publique, médecins en conflit d’intérêt permanent avec construction de cliniques privées et prestation plausible dans le scliniques privées pendant ou hors des services. On attend du ministre de la santé : 1) Un bon diagnostic avec confirmation des maux essentiels 2) Mise en place d’un plan de mise à niveau 3) Elaboration et mise en place d’une stratégie durable du service médical burkinabé. Dans cette attente, l’événement qui vient de se passer est un épiphénomène qui ne l’honore pas en tant que gestionnaire et manager. Il peut et doit remettre balle à terre rapidement, afin de créer un environnement serein et propice à l’instauration d’une varie politique de mise à niveau. Il n’est pas bon de démarrer avec la bagarre. Cela ne donnera rien.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 09:44, par kap En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    En Afrique le syndicalisme a toujours été utilisé comme un bouclier pour les travailleurs paresseux , incompétents et voleurs et non pour la bonne moralité et le service au bénéfices des masses laborieuses .

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 10:25, par Zambo zambo En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Bonjour,

    Mr Zoundi Jean Bosco , président national de « SOS Sang » et expert en lynchage de médecins devrait revêtir une blouse blanche et se faire nommer Chef du Service des Urgences au CHR de Koudougou et ainsi tous les problèmes seraient résolus.

    J’ai déjà rappelé que ce n’est pas parce que un bodet à mangé la farine et que la gueule blanche de tous les autres bodets n’en fait pas nécessairement des mangeurs de cette farine.

    Il faut arrêter ce lynchage insipide du corps médical qui résulte d’une instrumentalisation de politiciens aux petits pieds.
    Si vous voulez rendre service au Pr Charlemagne et au MPP trouver une un autre menu avec d’autres recettes.

    Qui plus que les organisations syndicales de la santé dénonce constamment les mauvaises pratiques aussi bien du personnel que de l’Administration sanitaires.

    Pourquoi ces lyncheurs professionnels de "SOS Sang" passent sous silence le fait que des équipements sont en pannes ? Peut être que le Ministre voulait que les médecins de Réo viennent se planter comme des momies devant un bloc opératoire inopérant.

    Il faut arrêter cette vindicte sur le corp médical qui ne sert pas les intérêts des malades.
    Le Professeur sera applaudi le jour où nos centres seront pourvu en médecins généralistes et spécialistes en qualité et en quantité suffisantes, en matériels médicaux suffisants fonctionnels avec une bonne politique de maintenance
    L’exemple et le bon, doit venir de toute la gouvernance.
    A gouvernance Moutat-Mouta, santé Mouta-Mouta, Education Mouta-Mouta, conscience profesionnelle Mouta-Mouta, même vos lynchages sont Moutat-Mouta !!!

    Au lieu de vous occuper de collecter du sang pour ls malades vous "buvez du sang" de médecins pour faire plaisir à un Ministre mégalomane et populiste.

    Allons seulement
    Kaïssa ! Kaïssa ! Shrrrrrrr......! Shrrr.....!

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 11:28, par véritevraie En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Belle analyse, et belle proposition ! Courage aux médecins qui sont au chevet des malades.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 17:50, par Sampawinde En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    Ne passons pas par le ministre pour nous régler nos comptes entre nous ! Si quelqu’un doit secouer le cocotier, c’est le corps tout entier avec l’ensemble des parties prenantes, sans se tromper d’adversaires ni d combat.
    Encore une fois, il ne s’agit pas de règlement de compte et Pr Charlemagne a tout intérêt à rester lucide !

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 19:37, par PEGWENDE ! En réponse à : Visite inopinée du ministre de la Santé : « SOS Sang » invite Charlemagne Ouédraogo à secouer le cocotier

    On dirait que tout le monde a raison, sauf celui qui doit etre a son poste de travail, aux horaires et jours indiques et qui ne s’y trouve pas. Cet agent sera difficile a defende, agent de sante ou autre agent de l’administration publique, service bien equipe ou non. C’est le Capital Humain d’abord et tous les serieux economistes s’accordent la dessus.

    Le Ministre de la Sante, que nous encourageons au passage dans son engagement, a tout simplement leve un lievre qui est transversal a toute l’administration publique et tout le monde connait la voie pour resoudre ca, surtout les premiers responsables de nos administrations. C’est parce que c’est au niveau de la sante que sa dangerosite ressentie est intense !

    Pour le reste, je pense que chacun doit faire son travail correctement avec les moyens mis a sa disposition a l’intant To ! Tout en reclamant un meilleur equipement de nos services de sante et un renforcement en RHQ (j’insiste peu sur la quantite car elle n’a pas toujours ete un tres bon indicateur en matiere de Capital Humain), continuez SVP de vous battre et d’ameliorer ce que vous faites deja que je ne vais pas m’hasarder a juger, n’etant pas de la sante.

    Partout dans l’administration publique, il y’a ceux qui font serieusement du bon boulot que nous saluons, felicitons et encourageons au passage (car il faut etre un vrai burkimbila pour faire du bon boulot actuellement au Faso !) et il y’a cette masse critique de brebis galeuses. Mon Faso pleure partout !

    Par rapport a la reaction proprement dite du President de SOS Sang, je pense que, meme si il y’a des verites indiscutables dans ses propos qu’il faut reconnaitre humblement, son role et sa position tranversale (en termes de contribution a sauver des vies humaines, dans les soins) est assez strategique et contigu a celui des agents de sante, pour qu’il trop, de la sorte, de la game. Ce n’etait pas ou ce n’est le moment, a mon avis.

    Personnellement, je pense que c’est un moment ideal pour les syndicats de la sante pour RENFORCER leur capacites mobilisatrices, contributives positives des agents de sante en faveur de la sante de la population.

    DU COURAGE A TOUS LES AGENTS DE SANTE DANS LEUR CONTRIBUTION AU CHANGEMENT DU VISAGE DE NOS HOPITAUX !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Solidarité nationale : Plus de 800 000 F CFA collectés au profit des familles des FDS et des VDP tombés au front
Burkina : Plus de 217 millions de francs CFA pour la revalorisation de la ceinture verte de Ouagadougou
Burkina Faso : La 8e édition du forum national des jeunes sera consacrée à la réconciliation nationale
Rentrée scolaire 2021-2022 au Burkina : Des parents d’élèves se serrent la ceinture pour scolariser leurs enfants
12e Journée du médecin : Les participants réfléchissent à l’hôpital de demain
Burkina Faso : 72 personnes interpellées pour faits de contrebande de carburant à grande échelle
Axe Nouna-Solenzo-Balavé : Le mal de la route
Mauvais état des routes du Burkina : 13h de temps pour parcourir 300 km entre Ouaga et Balavé
Burkina : Santé mentale pour tous phase2, les acteurs renforcent leur collaboration
Marché burkinabè de l’innovation : Une première édition pour promouvoir et vulgariser les produits et services du développement durable
Grande nuit des communautés : La deuxième édition placée sous le signe de la cohésion sociale et le vivre ensemble se tient à Dédougou
Infrastructures routières : "Le bulldozer national" dans la Boucle du Mouhoun
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés