Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Certaines personnes font bouger les choses, d’autres regardent les choses bouger et d’autres se demandent ce qui s’est passé» Casey Stengel

Blaise Compaoré à Ziniaré : « Il y a des candidatures, mais point de candidats »

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Présidentielle 2005 > Les candidats déclarés > Blaise Compaoré • • vendredi 4 novembre 2005 à 08h15min

Blaise Compaoré

Certes, des meetings, le candidat Blaise Compaoré en a déjà fait à la pelle. Mais assurément, celui de Ziniaré était l’un des plus attendus et des plus symboliques. C’est, en effet, le village natal du candidat, et la quarantaine de kilomètres de bitume qui sépare cette bourgade de la capitale n’avait rien de dissuasif pour les militants venus des environs et de la capitale.

En début d’après-midi du 2 novembre 2005, sur l’axe Ouaga- Kaya, c’était une procession ininterrompue de grosses cylindrées aux chromes étincelants vers Ziniaré, la capitale de l’Oubritenga. Dans le stade de la ville, une ambiance de fête régnait. Des hélicoptères survolent régulièrement l’aire du meeting.

Avant l’arrivée de Blaise Compaoré prévue pour 15 heures, chaque troupe de danse cherchait à marquer son empreinte. Les principaux animateurs du jour ne voulaient pas non plus être en reste : Gnaman Paco Drabo en français et l’inénarrable Ambroise Tapsoba dans la langue d’Oubri.

Ce dernier abordera son plat favori : le portrait allusif, et au vitriol, des autres candidats. Faisant allusion au candidat de l’UNIR/MS, il exhortera : « Si les œufs viennent ici, cassez-les ». Bien des candidats passeront à la casserole : de Norbert Tiendrébéogo, « qui croit qu’il suffit d’une cravate et d’une veste achetées à Boins-yaaré pour dire qu’on ressemble à Blaise » à Ram Ouédraogo « qui fait son meeting avec pour seuls spectateurs les enfants qui gardent les moutons », en passant par Ali Lankoandé « qu’on ne connaît même pas chez lui ». _A 15h 08 mn, le candidat Blaise Compaoré fait son entrée au stade. Cette fois-ci, à bord d’une « Hummer » noire.

C’est naturellement l’ambiance habituelle, connue de ceux qui fréquentent ce genre de rassemblement : la foule se met débout, des slogans sont scandés et le candidat prend un bain de foule avant de s’installer dans la tribune officielle. Successivement, le directeur provincial de la campagne (Dominique Konseibo), le représentant des jeunes (Ernest Zabsonré), des femmes (Germaine Nana), des anciens et des opérateurs économiques de la province (Nana Boureima), rejoindront la tribune pour se prononcer sur la candidature de Blaise Compaoré.

A travers tous leurs discours, une constante se dégage : pour Blaise, le 13 décembre ne sera qu’une simple formalité. Mais les propos les plus ovationnés seront cependant, ceux de Germaine Nana. S’adressant en mooré au candidat, en l’interpellant plusieurs fois par le prénom « Kiswendsida », elle mettra au défi la gent masculine en promettant que les femmes, majoritaires au Burkina, iront voter, même si les hommes ne font pas souvent de même. Le vieux qui prendra la parole par la suite fera une réponse du berger à la bergère : « Quand une femme est devant, c’est qu’il y a un homme à côté ».

La star du jour sera assurément le candidat Blaise Compaoré, qui s’étendra d’abord sur une référence qui lui est chère : l’Histoire de l’Oubritenga et surtout de son fondateur, Oubri. Pour justifier cette évocation, il précisera qu’ « on ne peut avancer sans s’appuyer sur des bases solides ».

Il insistera sur les qualités de « rassembleur » de ce chef qui « n’avait ni téléphone ni fax », mais du génie. Il faut, selon lui, s’inspirer de ce grand homme. A écouter le candidat du CDP, il ne semble pas douter de sa victoire, lui qui a dit dans son discours « qu’il y a des candidatures, mais pas de candidats ». D’ores et déjà, il annoncera que 15 milliards sont programmés pour construire des routes dans la province.

Issa K. Barry
Observateur Paalga

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Drissa Traoré, président du Conseil constitutionnel : « Le serment politique est une promesse solennelle de fidélité et de dévouement »
Gérard Kango Ouédraogo : « Sous les IIe et IIIe République, le président prêtait serment devant l’Assemblée nationale... »
Investiture du président du Faso : La parole aux Burkinabè
Investiture : Les syndicats attendent des solutions adéquates aux problèmes des travailleurs
Investiture de Blaise Compaoré : Des chefs d’Etat et de gouvernement déjà arrivés
Quatre marcheurs venus de Bobo-Dioulasso pour Blaise Compaoré
Blaise Compaoré a voté au bureau n°1 de l’ABMAQ : “Tous les candidats sont confiants...”
Blaise Compaoré à Ouagadougou : Une marée humaine au stade du 4-Août pour conclure
Meeting chez Le Larlé : notables et chefs coutumiers voteront Blaise
Blaise Compaoré à Djibo, Gorom-Gorom, Sebba, Dori : Le Sahel refuse le saut dans l’inconnu
Blaise Compaoré à Boromo-Koudougou : « Une élection n’est pas un jeu du hasard »
Présidentielle : Le candidat du CDP à Ouahigouya
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2019 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés