Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Agriculture au Burkina : Les acteurs s’approprient la plateforme PARM pour mieux gérer les risques agricoles

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 14 juillet 2021 à 23h10min
 Agriculture au Burkina : Les acteurs s’approprient la plateforme PARM pour mieux gérer les risques agricoles

Afin de mieux outiller les acteurs du secteur de l’agriculture sur les risques agricoles et leur gestion, la plateforme pour la gestion des risques agricoles (PARM) organise les 14 et 15 juillet 2021, un atelier de partage des connaissances et d’apprentissage. Deux jours durant, les participants vont s’approprier la mise en place du processus PARM, prioriser les risques agricoles mais aussi discuter des stratégies et outils nécessaires pour gérer les risques agricoles avec une approche holistique.

La plateforme de gestion des risques agricoles (PARM) a été initiée en 2013 par les pays du G7-G20, afin d’aider les pays en développement à intégrer les risques agricoles dans les politiques de développement et dans les investissements pour contribuer à la croissance de la productivité agricole de façon durable. En effet, la gestion des risques agricoles est primordiale pour l’instauration de systèmes alimentaires productifs, sains et durables, car elle contribue à améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et la santé des populations des pays en développement.

Les participants à l’atelier

Depuis novembre 2019, le Burkina Faso participe à la PARM Horizon 2 et au processus pays PARM. Ce processus qui implique l’engagement et la participation des parties prenantes nationales se déroule en plusieurs phases dont la mise en place du processus et la planification des activités, l’évaluation des risques agricoles, l’identification des outils de PARM en réponse aux risques prioritaires et la conception de projet/programme ainsi que l’appui à la mise en œuvre de projet/programme PARM.

Yassia Kindo, secrétaire général du ministère de l’Agriculture

Le présent atelier de partage de connaissances s’inscrit dans le cadre de l’approche participative d’appropriation nationale du processus. Selon Yassia Kindo, secrétaire général du ministère de l’Agriculture, le processus PARM sera d’un grand apport pour le secteur agricole burkinabè. « Le fondamental qu’il faut lever pour booster l’investissement dans le secteur agricole est bien sûr la maîtrise des risques et c’est pour cette raison que nous sommes satisfaits du démarrage de ce processus dans notre pays... Il permet de disposer d’un certain nombre d’experts, qui vont aider à réfléchir et poser un diagnostic scientifique pour révéler les risques majeurs, les causes, les impacts, afin de mieux définir les outils appropriés pour les adresser », a-t-il confié.

Dr Bidoueza Jean-Claude, expert technique PARM-FIDA

Les risques agricoles qui sont l’ensemble des aléas naturels, économiques, ou anthropiques qui entraînent des dommages sur l’activité agricole, sont multiples. Il y a par exemple les risques naturels liés au climat (poches de sècheresse), les risques phytosanitaires, les risques économiques liés à la volatilité des prix ainsi que les risques sécuritaires liés à l’insécurité.

Le processus va donc permettre d’identifier, quantifier, évaluer les risques auxquels est confronté le secteur agricole. Par la suite, les risques identifiés seront priorisés et des outils pour les adresser de façon concrète seront proposés, précise Dr Bidogeza Jean-Claude, expert technique PARM-FIDA. Des projets seront également formulés pour mettre en action les outils identifiés.

Amelle Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Sexualité des jeunes : L’Abbé Jean Emmanuel Konvolbo déplore « le logiciel sexuel » du ministre Charlemagne Ouédraogo
Le Ministre de la Santé Chez Son Eminence le Cardinal Philippe OUEDRAOGO
61e Fête de l’indépendance à Ziniaré : A moins de deux mois des festivités, le maire Pascal Compaoré rassure et promet !
Ecole nationale des régies financières (ENAREF) : La 32e promotion fait sa sortie
Situation sécuritaire au Burkina : Les jeunes de la Tapoa prêts "à se battre jusqu’à la mort" pour libérer leur province
Burkina Faso : Les trois défis du colonel-major Omer Bambara, nouveau chef d’état-major de la gendarmerie
Promotion immobilière au Burkina : Voici les propositions des promoteurs pour une réforme « juste et équitable »
Projet « Djiguifa Dji » : Bientôt 120 postes d’eau autonomes pour soulager les populations du Burkina
41e anniversaire de l’appel de Ouagadougou : Le Pape François demande aux décideurs politiques d’œuvrer pour le retour de la sécurité au Sahel
Violences faites aux enfants : Un dialogue pour y mettre fin
Journée mondiale du lavage des mains : WaterAid et Eau vive pour une prise de conscience collective
Burkina Faso : Le contenu de la déclaration de l’ONU sur les droits des paysans dévoilé aux acteurs
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés