LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : “Il faut penser tout ce qu’il y a de pensable dans l’impensable” De Vladimir Jankélévitch

Marche de l’opposition : « Si pour exprimer sa compassion à des compatriotes, on trouve que c’est de l’opportunisme, nous l’assumons » (comité d’organisation)

LEFASO.NET

Publié le vendredi 2 juillet 2021 à 23h59min

PARTAGER :                          
Marche de l’opposition : « Si pour exprimer sa compassion à des compatriotes, on trouve que c’est de l’opportunisme, nous l’assumons » (comité d’organisation)

A quelques heures de son week-end (3 et 4 juillet) de "marche pacifique et silencieuse", le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a animé ce vendredi 2 juillet 2021 à Ouagadougou une conférence de presse pour faire le point des préparatifs et donner les dernières consignes.

Selon les organisateurs, tout est prêt, tant à Ouagadougou que dans les 44 autres provinces du pays. Aucune province n’a rejeté la demande de la marche, précisent-ils.

A Ouagadougou, le rendez-vous du samedi, 3 juillet 2021 est pris pour 8h à la Place de la nation d’où partira la marche, avec pour itinéraire, la place des cinéastes, la Cathédrale, la BCB, le rond-point des Nations-Unies où une déclaration sera remise au Premier ministre pour le président du Faso, avant de regagner la Place de la nation.

Occasion pour les conférenciers de rappeler les objectifs de la marche qui, selon eux, vise à rendre hommage aux victimes des attaques terroristes et aux déplacés internes ; manifester un soutien aux Forces de défense et de sécurité ainsi qu’aux Volontaires pour la défense de la patrie ; exiger davantage d’engagement pour le retour de la paix et la sécurité au Burkina ; décrier la mal-gouvernance caractérisée par les révélations de scandales de corruption jusqu’au sommet de l’Etat, etc.

Le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) dit constater que depuis que cette manifestation a été annoncée, il y a une communication de peur du parti au pouvoir, faisant croire que l’objectif visé est anti-républicain. « En tant que président du comité national d’organisation, je suis entré en contact, personnellement, avec certains cadres du MPP (parti au pouvoir, ndlr) pour qu’ils essaient de nous reverser les éléments d’information dont ils disposent qui peuvent donc les amener à tenir une telle communication. Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore obtenu ces éléments d’information. J’ai même demandé au MPP, au besoin, de nous communiquer des éléments-relais avec lesquels nous pourrons échanger éventuellement sur certaines questions liées à l’organisation de cette marche et à la sécurité. Nous attendons, peut-être que d’ici là, ils vont réagir. Mais nous, nous organisons une marche saine, avec des objectifs sains et c’est ce que nous tenons à rappeler au peuple burkinabè et aux manifestants », a répliqué le président du comité national d’organisation, Boubacar Sannou.

Do Pascal Sessouma (micro.) et Boubacar Sannou (à droite) ont été les principaux animateurs de la conférence.

Sur des velléités d’un cadre du parti au pouvoir à créer une confrontation, les conférenciers estiment qu’il appartient aux institutions de prendre les dispositions pour que cette personne réponde de ses actes.

Sur certaines appréciations qui font ressortir l’inopportunité de la marche, M. Sannou a souligné qu’il appartient à chacun de juger ce qui est opportun ou inopportun. Pour lui, si exprimer une compassion dans les massacres et envers les populations déplacées est une récupération, c’est que c’est « dommage et triste ».

« C’est pourquoi, nous avons même souhaité que le MPP, au lieu d’appeler au boycott de la marche, s’associe plutôt aux organisateurs de cette marche ; parce que c’est une marche interpellatrice. Si à l’issue de cette marche, nos Forces de défense et de sécurité prennent le dessus, il y a un recul du terrorisme et que les populations déplacées regagnent leur village, je pense que ce ne sera pas capitaliser au profit du CFOP (CFOP-BF, ndlr), c’est plutôt le président Roch Kaboré qui va récolter les lauriers. Si pour exprimer sa compassion à ces compatriotes, on trouve que c’est de l’opportunisme, nous l’assumons », tranche Boubacar Sannou.
Me Gilbert Noël Ouédraogo, vice-coordonnateur de la marche, se réjouit d’ailleurs d’observer que, rien que l’annonce de la marche, a fait bouger les lignes.

Tout en réitérant leur appel pour une marche pacifique dans le silence, l’ordre, la discipline, les organisateurs ont demandé que chaque participant puisse, dans la mesure du possible, se munir d’un drapeau national. « C’est une marche pour rendre hommage à des Burkinabè, une marche républicaine. Nous avons vu des images où des gens ont marché sur le drapeau national, brûlé le drapeau national. C’est l’occasion pour nous donc d’exprimer notre solidarité et notre attachement donc à ce drapeau national ».

Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

PARTAGER :                              

Messages

  • Vive le Peuple qui ne se laisse pas piétiné.
    A bas les incapables !
    A bas les politiciens corrompus !
    A bas les responsables incapables de doter du bon matériel à l’Armée pour nous défendre !
    A bas, à bas, à bas !

    • Je veux bien croire à cette opposition mais j’ai des doutes quant à leur sincérité quand bien même ce mot n’a pas de sens en politique. J’ai la faiblesse de croire que c’est un conglomérat de ....
      Prenons les un à un :
      1. Eddy : Partisan de la révision de l’article 37
      2. Do Pascal : À eu maille à partir avec Thomas Sankara
      3. Abaissé : Frustration
      4. ......
      Donc à bon entendeur, croyez et marchez

    • @JOO,
      donc quelqu’un qui a eu des problèmes avec le régime Sankara est un diable ? Nos parents au village ont exécuté des sanctions humiliantes des CDR voyous mais je préfère écouter mes parents.
      Si le pays est ingouvernable c’est aussi votre idéalisation de ce qui n’a pas fonctionné. L’homme Sankara OUI, le système Sankariste révolutionnaire avec ses brigands NON. Les Compaoré sont plus sankaristes que vous mais vous les avez chassés. Alors laisser Do Pascal tranquille. Il a le meilleur programme politique : suppression de l’armée dans le long terme avec à la clé un programme de reconversion. L’armée a fait trop de mal à notre pays. Toute la misère que nous vivons provient de notre connivence dans les sales dossiers de la sous-région.
      Laissez Sessouma tranquille, il apporte de la diversité dans l’offre politique, même si on sait qu’il n’a aucune chance de les réaliser un jour, ça donne à réfléchir et ça nous change de la bêtise qu’on nous sert à boire à chaque discours des vieux loups

    • 5- Boubacar SANNOU celui qui a contribué à ruiner les caisses du PEDEB
      6- Blaise Compaoré celui qui nous a mis dans cette situation. En 25ans Paul Kagamé a fait du Rwanda un pays respecté. En 27 ans Blaise a fait du Burkina un pays instable où il n’ya pas de routes dans les Banwa, la province d’origine de Boubacar SANNOU
      7- Hermann Yaméogo et Gilbert Ouédraogo, des fils à papa rêveurs.

    • SANKARA est immortel. Faites votre marche et eviter de comparer l’incomparable. Personne ne fera l’unanimité dans ce monde mais Sessouma est loin de se Comparer à SANKARA qui vit même mort dans tout le monde. Comme Sessouma est toujours vivant on arrêtera pas le temps lui et j’espère que vous verrez une université ou une école construite à son nom. Sessouma est bon mais face à SANKARA il ne fera pas le poids. Votre mentor Blaise n’a pas encore une rue en France en son nom. Renseignez vous une rue porte le nom de SANKARA dans Paris. Les salles dossiers sont de Blaise qui a fini par immortaliser SANKARA

    • Mon frère quand on n’en a pas le niveau de compréhension de quelque chose, on s’abstient de s’y mêler. Mais comme tu manques totalement d’objectivité...
      Va te former d’abord aux élémentaires de la théorie et de la pratique politiques avant de venir déverse tes inepties ici. Oui l’homme politique Sankara n’est pas nécessairement les pratiques des militants Cdr. va t’informer sur les assises des Cdr et les discours de Sankara. Mais à qui la faute ? Que faisaient ceux qui marchent aujourd’hui, ? Quels sont les arguments prétextes quand ils ont tue Sankara ? Qui gérait ces Cdr ? Et ou sont ils aujourd’hui ?
      Oui je sais : tu ne veux même pas te poser ces questions, tu préfères écouter tes parents...pauvre dieux ! On comprend mieux pourquoi le pays est dans cette situation aujourd’hui
      SOME

  • C’est ridicule et lamentable ! Vous êtes tous pareils ! Ce qui est curieux, c’est que c’est encore les inconnus qui n’ont aucun élu ni local, ni national qu’on envoie sur la scène ! Faites vos preuve en vous préparant sérieusement au moins pour les municipales de 2022. Vos différents scores pourraient convaincre que vous n’êtes pas des opportunistes surfant sur la vague terroriste pour vous faire voir ! Demain ni après-demain n’est jamais loin.

  • Courage.a vous.N ecoutez pas ceux qui ne sont guidés que par leurs panses. Quand le peuple est debout les ....tremblent.

  • ...,,,,sauf que c’est faux, archi faux, que vous marchiez dans le seul objectif d’exprimer votre compassion. Pire, c’est honteux que vous vous profitiez d’une crise nationale, édifiée par nul autre que vous autres, pour vous lancer dans une telle bassesse, pour ne pas dire de mesquinerie inouï. Vous parlez d’une marche, vous faut-il une marche dans la capitale pour exprimer votre tristesse ? Qu’a-t-on coutume de faire dans notre société burkinabè lorsqu’il faut exprimer la compassion de soi ? On se rend chez la personne, visage serré, marche silencieusement afin de présenter soit la condoléance, soit pour sympathiser avec la personne. Au Burkina, il y a ce vrai brave fils de ce pays, un vrai homme sage qui est au sommet de notre État ; il est donc le père de la nation donc habilité à recevoir tout sympathisant. Avez-vous pris rendez-vous avec lui afin de lui exprimer vos sentiments les plus attristés de ce qui se passe, et concerter avec lui, en tant que fils de ce pays, comment vous pouvez apporter votre pierre à l’édification d’une solution pérenne au problème, à commencer par le rôle que vous-mêmes vous avez joué dans l’édification de ce problème du terrorisme ? Vous vous décrivez l’opposition, je vous qualifie d’inconscients qui ne cherchent que satisfaire vos petits intérêts égoïstes. Honte à l’Opposition, Honte au CDP, Honte à toute personne qui participera à cette manifestation car ce n’est que cela, une manifestation déguisée en expression de compassion. Quelle honte !!!!!

  • Ca fait pitié ,hummm les politiciens burkinabé sont très nul ,nous n’avons pas de politiciens ,mais des renégats et autres caméléons sinon même des équilibriste, que Dieu nous epargne de ses vanpires que sont les politiciens burkinabé, Amen

  • Soutien à votre initiative mais la marche ne devrait pas être une marche de soutien uniquement aux FDS et demander plus de moyens humains et logistiques en leurs faveur mais elle doit aussi être une marche pour exiger de nos FDS qu’elles fassent le boulot comme il se doit, nos FDS doivent avoir l’initiative du combat, ne pas attendre que des populations soit attaquées avant qu’elles réagissent dans le tard comme très souvent, l’armée est sacrée, c’est pour quoi les soldats sont présentés au drapeau national à la fin de la formation, un acte louable et grave, un sacrifice pour toute la nation entière.

  • Il faut marcher contre les dérives terroristes.
    Il faut s’unir pour vaincre le terrorisme, mis aussi la misère.
    Hier,le terrorisme en Europe, aujourd’hui le Covid en Europe, demain peut-être à nouveau le terrorisme en Europe.
    ici le terrorisme aujourd’hui, demain le Covid peut-être mais surtout la pauvreté de nombreux burkinabé.
    La misère et la discorde ne nous aident pas à être heureux.

  • Si la politique de la chaise vide est un patriotisme, vous l’avez assumé.
    Quand un vieillard indexe quelque chose "l’idiot regarde toujours les doigts".
    C’est fort imprégner de cette station désespérée des populations impactées dans une guerre asymétrique, que le pouvoir vous a invité à un dialogue entre filles et fils du pays pour trouver une solution. La question de sécurité n’est pas que politique. Votre acte, appelant la population à la marche n’a fait que révéler ce que tout le monde savait. Vous voulez profiter de la situation. Ne croyez pas que le monde qui est sortie est contre le pouvoir mais, il est contre l’insécurité qui n’est pas la faute du pouvoir actuel, plutôt vous du pouvoir déchut par votre politique de confiscation du pouvoir avez divisé l’armée.
    Je pense qu’après çà, vous allez vous asseoir pour qu’enfin, la main dans la main, tous les fils du pays trouve une solution car après le nord, c’est le centre et c’est plus facile de repérer le domicile d’un dirigeant politique que nous citoyens lambda. Si nous continuons à nous diviser face au terrorisme, nous allons tous "chier des douilles de balles d’arme" comme le dit un jeune éclairé Burkinabè.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique