Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 17 juin 2021 à 16h12min
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes

L’année 2016 a été marquée par un "génocide" d’ânes au Burkina Faso, précisément dans le village de Balolé (situé dans la commune de Tanghin Dassouri). Depuis ce drame, l’Etat burkinabè a adopté des lois en vue de mettre un terme à ces pratiques dans le pays. Cherchant à savoir ce que devenait l’abattoir d’ânes de Balolé de nos jours, une équipe de Lefaso.net y était dans la matinée du mercredi 16 juin 2021.

Perché sur une colline, à droite du bitume qui mène au dépôt de la SONABHY de Bingo, l’abattoir d’ânes de Balolé n’a pas bougé d’un iota depuis sa création. A notre arrivée aux environs de 10h, nous apercevons un homme à proximité des lieux qui mène tranquillement ses travaux champêtres.

Lorsque nous demandons à renter à l’intérieur pour constater l’arrêt ou la continuité des activités de cette unité d’abattage d’ânes, un autre homme nous accoste. Il s’agit du gardien des lieux. Echangeant avec lui, nous nous présentons tout en expliquant l’objet de notre présence. « Bonjour ! Nous sommes une équipe du média Lefaso.net et nous venons pour voir si l’abattoir fonctionne toujours ou pas. » La réponse à notre requête a dû attendre. Le gardien devrait joindre par téléphone les promoteurs afin de nous situer. Au terme de sa conversation avec ‟son patron”, l’accès aux locaux de l’abattoir nous est refusé. Un troisième homme présent sur les lieux et assis sur son vélo, nous confie : « Cela fait quatre ans que l’abattoir ne fonctionne plus ».

L’abattoir d’ânes de Balolé perché sur une colline

N’ayant pas d’autres alternatives, nous décidions alors de rebrousser chemin, lorsqu’à une centaine de mètres de l’écorcherie, nous apercevions trois jeunes assis au bord de la voie bitumée. Nous marquons donc une halte pour recueillir leurs réactions sur l’existence de cet établissement d’abattage des ânes installé dans leur village. L’un d’entre eux se porte volontaire pour parler, puis tout d’un coup se résigna. Quand nous lui demandons la raison de son silence, il répond en ces termes : « Je suis peur (J’ai peur : Ndlr) ».

Aux mêmes instants, ces jeunes nous disent de patienter, le temps qu’arrive un homme qui se trouvait en contrebas de l’endroit où nous étions. Dès son arrivée, nous lui expliquons les motifs de notre venue. Aussitôt compris, il répond : « Depuis les dégâts qu’ils ont commis là-bas là, cela fait deux ans qu’ils n’ont pas encore repris. Quand ça fonctionnait, nous tous ici présents, on gagnait ce qu’on gagnait là-bas. C’était bon ! Maintenant que ça ne travaille plus, qu’est-ce qu’on va dire. Mais bon, comme c’est de leur faute, parce que si l’usine fonctionne et nous les voisins n’arrivons pas à respirer, comment allons-nous faire ? C’est ça le problème là, sinon quand ça fonctionnait, c’était bon ! »

Ce dernier nous suggère d’aller rencontrer le chef du village pour en savoir plus. Une fois à la résidence du chef de Balolé, on nous fait savoir qu’il s’est rendu à Ouagadougou et ne reviendra que le lendemain.

Une famille en plein travaux champêtres aidée par un âne sur le chemin de la résidence du chef du village de Balolé

Lorsque nous reprenons la route pour regagner Ouagadougou, nous constatons en contrebas de la voie sur notre droite, quelques attroupements de jeunes dont certains dans les buissons, tenaient en main des machettes. Que font-ils avec ces armes blanches ? Sont-ils là pour les ânes qui sont de plus en plus rares dans la région, ou est-ce pour nous dissuader d’aller plus loin dans notre quête de la vérité ?

En tout cas, les différentes allégations que nous avons entendues, les gens que nous avons abordés et le refus de notre accès à l’abattoir de Balolé, en disent long.


Lire aussi : A l’abattoir d’ânes de Balolé, « même les ânesses en gestation sont abattues »


Pour mémoire, le 13 juillet 2016, une équipe de Lefaso.net s’était rendue dans la localité et a découvert que même les ânesses en gestation étaient abattues pour la commercialisation de leurs peaux vers l’Asie, notamment la Chine. Cette situation avait troublé la quiétude des populations qui avaient désormais du mal à respirer du fait d’une odeur suffocante provenant des ânes abattus. En cette même année, le Burkina Faso a connu un trafic clandestin de l’espèce asine sans précédent, entraînant la perte de centaines voire de milliers d’asins.

Les ânes abattus en 2016, dans le village de Balolé situé dans la commune de Tanghin Dassouri (région du Centre du Burkina Faso)

Le Burkina Faso n’est pas le seul pays concerné dans cette affaire. D’autres pays africains comme le Kenya sont confrontés à ce fléau. La peau de l’espèce asine serait consacrée à la fabrication d’un produit cosmétique dénommé ‟éjiaoˮ dont la matière première est une gélatine extraite de ces peaux. Cela a engendré aussi bien la hausse du prix de l’âne que de sa peau dans la sous-région, mais aussi une grande perte pour les populations dépendantes, pour certaines activités notamment champêtres, de ces équidés.


Lire aussi : Préservation de l’espèce asine en Afrique : « Il faut une réponse régionale », insiste Emmanuel Bouré Sarr de l’ONG Brooke


Selon l’ONG Brooke, les populations asines en Afrique de l’Ouest sont insignifiantes face à la croissance exponentielle de l’exportation de leur espèce hors du continent. Une de leurs études révèle que la population asine au Sénégal n’est qu’environ de 500 000 et 1 200 000 au Burkina, pendant que la demande mondiale de peaux d’âne est d’environ 4,8 millions par an. Afin de trouver une solution plus que jamais efficace pour mettre fin à ce phénomène, l’ONG recommande une réponse régionale pour venir à bout non seulement de l’abattage mais aussi du commerce de la peau d’âne.
Si certains pays ont adopté des textes qui régissent cette pratique, nombreux sont ceux qui traînent encore les pas.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Photos : Bonaventure PARE

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Plus de 5000 produits alimentaires contrefaits saisis
60e anniversaire de la Croix-Rouge burkinabè : Les festivités officiellement lancées
Traite des personnes au Burkina : Des acteurs réfléchissent sur des stratégies efficaces de lutte contre le phénomène
Dialogue social et religieux au Nord et au Centre-Nord : Le bilan du projet REDIRE jugé satisfaisant
Burkina Faso : OXFAM suscite l’intérêt des communautés dans la gestion des finances publiques
Burkina Faso : Le Projet renforcement de la bonne gouvernance financière enregistre de bons résultats
Sécurité : Les responsables de l’Union pour la Libération du Burkina Faso interpellés
Développement socio-économique : L’ONG Welt hunger hilfe lance le projet « PRECIS » pour des jeunes et des femmes du Centre-Est
Transport ferroviaire au Burkina : Vers la fin du "hold-up" du groupe Bolloré ?
Sexualité précoce et mariage d’enfants en milieu scolaire : Un nouveau guide pour harmoniser les actions de prévention
Entrepreneuriat : Le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) se dévoile aux jeunes des Hauts-Bassins
Bougouriba (région du Sud-Ouest) : Des comités provinciaux pour prévenir et gérer les conflits communautaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés