Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «S’il y a un problème, il y a une solution. S’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème» Bob Marley

Burkina Faso : Le projet FAIR pour promouvoir une intensification agroécologique des exploitations agricoles

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 16 juin 2021 à 16h11min
Burkina Faso : Le projet FAIR pour promouvoir une intensification agroécologique des exploitations agricoles

La ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Maminata Traoré/Coulibaly, a lancé officiellement ce mardi 15 juin 2021 à Ouagadougou, le projet FAIR Sahel au Burkina Faso. Un projet qui promeut une intensification agroécologique de l’agriculture pour favoriser la résilience des exploitations dans le Sahel.

A l’origine du projet FAIR Sahel, le constat que l’agriculture sahélienne est exposée à de nombreux risques que sont le changement climatique, un marché extrêmement instable et la pression anthropique qui pousse à une compétition pour l’usage des terres agricoles et pastorales. Une situation critique accentuée par l’insécurité liée aux mouvements terroristes.

Pourtant face à cette situation, des solutions techniques existent. Il s’agit de l’association des cultures, de la gestion intégrée des ravageurs, des techniques de conservation des sols. Ces solutions doivent être mises en œuvre de façon participative pour répondre aux contraintes des producteurs. Les actions de FAIR s’appuieront donc sur les connaissances et expériences des producteurs eux-mêmes et sur les contributions méthodologiques, scientifiques et techniques d’acteurs de la recherche et du développement. A travers le projet FAIR Sahel, il s’agit d’intensifier de manière durable une production agricole au Sahel en créant les conditions favorables pour que les petits producteurs mettent en place des systèmes techniques innovants d’intensification agroécologique.

Une vue des participants à la cérémonie de lancement du projet

40 à 50% de la population sahélienne touchés par l’extrême pauvreté

« La mise en œuvre du projet a déjà commencé, parce que nous avons commencé déjà à interagir avec les populations au niveau local pour d’abord trouver les portes d’entrée avec elles. C’est un projet qui met l’accent sur la participation des acteurs, c’est-à-dire leur lecture de la situation dans laquelle ils sont. Les chercheurs vont amener certainement leurs inputs et ensemble, nous allons construire des innovations pour aller vers une intensification agroécologique et qui vise une résilience des populations au niveau local », a indiqué Souleymane Ouédraogo, chercheur à l’INERA et coordonnateur pays du projet FAIR Sahel au Burkina Faso.

Maminata Traoré/Coulibaly, ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique et de l’Innovation, salue la mise en œuvre du projet

A en croire la ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Maminata Traoré/Coulibaly, ce projet arrive à point nommé, au moment où l’insécurité alimentaire et nutritionnelle concerne une grande partie de la population sahélienne dans un contexte marqué par les changements climatiques, la crise sécuritaire et la pandémie du Covid-19. « Les chiffres rappellent que l’extrême pauvreté touche 40 à 50% de la population dans cette partie du continent. Les raisons de cette insécurité alimentaire et nutritionnelle sont le faible niveau d’accès et d’accessibilité aux produits agricoles dû aux mauvaises performances des systèmes de production marqués par de faibles rendements agricoles, des pertes post-récoltes, des marchés de produits agricoles peu organisés et peu profitables aux petits producteurs et des conflits d’usage des ressources en eau », a laissé entendre la ministre.

Pourtant, dit-elle, la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations est inscrite en bonne place dans le programme quinquennal du président du Faso. C’est pourquoi elle salue la mise en œuvre du projet FAIR Sahel qui entre en droite ligne de cette politique car, à terme, les producteurs seront plus résilients et trouveront des solutions agroécologiques pour lutter contre les faibles rendements.

Photo de famille

Quinze thèses de doctorat en vue

Le projet FAIR Sahel est mis en œuvre dans trois pays, Burkina Faso, Mali et Sénégal, et réunit trois centres de recherches africains, cinq centres de recherches européens et cinq organisations de développement et contribuera à former quinze thèses de doctorat dont six au Burkina Faso. Il s’inscrit dans le cadre du programme DeSIRA (Development Smart Innovation through Research in agriculture) mis en place par l’Union européenne pour promouvoir la recherche et l’innovation agricole en Afrique. Prévu pour durer quatre ans, FAIR Sahel est coordonné par le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et financé à hauteur de neuf millions d’euros, soit près de six milliards de FCFA, dont 7 millions d’euros par l’Union européenne, 1,5 million d’euros de l’AFD et 0,5 million d’euros de l’IRD et du Cirad.

Au Burkina Faso, le projet sera mis en œuvre dans les communes de Béréba et de Léna en zone cotonnière et dans les communes de Nagréongo, d’Arbollé et de Korsimoro dans les zones de production de céréales et de légumineuses.

Justine Bonkoungou
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Ouagadougou : Plus de 5000 produits alimentaires contrefaits saisis
60e anniversaire de la Croix-Rouge burkinabè : Les festivités officiellement lancées
Traite des personnes au Burkina : Des acteurs réfléchissent sur des stratégies efficaces de lutte contre le phénomène
Dialogue social et religieux au Nord et au Centre-Nord : Le bilan du projet REDIRE jugé satisfaisant
Burkina Faso : OXFAM suscite l’intérêt des communautés dans la gestion des finances publiques
Burkina Faso : Le Projet renforcement de la bonne gouvernance financière enregistre de bons résultats
Sécurité : Les responsables de l’Union pour la Libération du Burkina Faso interpellés
Développement socio-économique : L’ONG Welt hunger hilfe lance le projet « PRECIS » pour des jeunes et des femmes du Centre-Est
Transport ferroviaire au Burkina : Vers la fin du "hold-up" du groupe Bolloré ?
Sexualité précoce et mariage d’enfants en milieu scolaire : Un nouveau guide pour harmoniser les actions de prévention
Entrepreneuriat : Le Fonds burkinabè de développement économique et social (FBDES) se dévoile aux jeunes des Hauts-Bassins
Bougouriba (région du Sud-Ouest) : Des comités provinciaux pour prévenir et gérer les conflits communautaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés