Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez.» Jésus de Nazareth

Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile

Accueil > Actualités > Société • • mercredi 16 juin 2021 à 23h15min
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile

La Coordination nationale des organisations de la société civile (COP) a, ce mercredi 16 juin 2021 à Ouagadougou, analysé la vie nationale, notamment l’état sécuritaire, demandant la démission du Premier ministre Christophe Dabiré et au président Roch Kaboré de "bouger" face à la gravité de la situation.

"L’heure est grave. L’heure est d’autant plus grave que le gouvernement est en carence de solution, de stratégie et de plan de lutte qui anticipe sur les actions de l’ennemi : il improvise ! Pour mieux illustrer cette situation, il a fallu l’hécatombe de Solhan et les critiques relatives à l’incompétence de notre gouvernement, que dans la foulée, on nous sort un décret portant création d’une Force spéciale", rappellent les porte-paroles de la COP, Marcel Tankoano du M21 et Pascal Zaïda du Cadre d’expression démocratique. Ils sont revenus sur le contexte du massacre de Solhan, avec au fond, des interrogations sur la "passivité" de l’armée stationnée à quelques encablures des lieux, la mobilisation de la situation par le gouvernement (pas d’adresse à la nation), etc.

"A Solhan, on tue toute la nuit et ils reviennent le lendemain, pendant que le gouvernement pond un communiqué pour dire qu’il y a un ratissage en cours. (...). Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde", se révoltent les conférenciers, pour qui, on ne peut gouverner le pays dans un mensonge.

Selon cette organisation, l’heure est d’autant grave que la mal-gouvernance, la banalisation de la corruption, la concussion, le clientélisme politique, le favoritisme... qui se vivent aujourd’hui nourrissent l’extrémisme violent.

La COP estime que le Premier ministre Christophe Dabiré devrait tirer les conséquences politiques des différentes contre-performances et rendre le tablier.

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Eclairage public à Ouagadougou : Une association dénonce la défaillance des lampadaires et interpelle les autorités
CAMEG : La nationale du médicament générique certifiée ISO 9001-2015
Journée panafricaine de la femme : La députée Maimouna Ouedraogo plaide pour la couverture sanitaire universelle
Laborex-Burkina : « Le défi aujourd’hui, c’est de servir le bon médicament à la population burkinabè », maintient Dr Sékou Diallo (nouveau directeur général)
Lutte contre la dengue au Burkina : Une enquête nationale pour mieux appréhender l’épidémiologie et la transmission de la maladie
Cohésion sociale au Burkina : Le consortium Solidar Suisse et UFC-Dori présente les résultats du projet sur le dialogue inclusif
Commune de Ziniaré : Enseignants et élèves célébrés à travers l’excellence à l’école primaire
Mécanisme de stabilisation de la région du Liptako-Gourma : Le comité ministériel de pilotage régional réuni à Ouagadougou
Atelier de conception et de fabrication de modules solaires photovoltaïques : Une première au Burkina Faso, À ESUP-Jeunesse et nulle part ailleurs
Politique nationale multisectorielle de nutrition : Des acteurs s’imprègnent du contenu du nouveau référentiel
PAMED : Vers une amélioration des moyens d’existence en milieu rural au Burkina
Fonctionnement des juridictions au Burkina : Le Conseil supérieur de la magistrature outille des journalistes à Tenkodogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés