Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 12 juin 2021 à 21h41min
Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya

Le gouvernement du Burkina Faso et son partenaire le royaume des Pays-Bas ont procédé ce vendredi 11 juin 2021, à Ouahigouya, chef-lieu de la province du Yatenga, au lancement de la Pisciculture pour l’emploi et la sécurité alimentaire au Burkina (PESA), « Faso Jege » en langue locale. Un projet financé par le royaume des Pays-Bas et mis en œuvre par l’Organisation non gouvernementale ICCO, partie CORDAID.

Le projet Pisciculture pour l’emploi et la sécurité alimentaire au Burkina (PESA), « Faso Jege » en langue locale, a pour but ultime d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations dans les zones cibles grâce au développement d’un secteur halieutique durable et porteur d’opportunités économiques notamment pour les jeunes et les femmes.

Il est financé à de plus de 11 milliards de francs CFA par le royaume des Pays-Bas et mis en œuvre par l’Organisation non gouvernementale ICCO, partie CORDAID. PESA ou « Faso Jege » s’exécutera sur une durée de six ans (2020-2026) et couvre prioritairement quatre régions du Burkina Faso. Il s’agit du Nord, du Centre-Nord, de l’Est et du Sahel. PESA ou « Faso Jege », à terme, créera 3000 entreprises, génèrera 5000 emplois et dès sa première année de mise en œuvre, produira 1200 tonnes de poisson par an.

Le chargé d’affaires de l’ambassade du Pays-Bas a présenté ses condoléances au peuple burkinabè relatives aux attaques de Solhan

De la particularité du projet PESA

Prenant la parole, le chargé d’affaires de l’ambassade du royaume des Pays-Bas, Maarten Rusch, a indiqué que ce projet d’envergure disponibilisera du poisson de qualité à travers une chaine de valeur piscicole entrepreneuriale pourvoyeuse d’emplois et de revenus. En sus, il contribuera à augmenter l’utilisation d’aliments diversifiés au niveau des ménages grâce à un meilleur accès au poisson et au changement des habitudes alimentaires. M. Rusch a terminé non sans présenter au nom de son pays, ses condoléances suite aux attaques de Solhan. « Je souhaite prompt rétablissement aux blessés », a-t-il dit.

Photo de famille

Le projet PESA sera mis en œuvre par l’ONG ICCO, partie CORDAID. Selon sa directrice régionale, Leena Lidqvist, cette initiative est le fruit de la collaboration entre l’ONG et l’ambassade des Pays-Bas. Le lancement de ce projet, a-t-elle fait savoir, s’inscrit dans un contexte de lutte contre l’insécurité alimentaire en milieu rural et le fort taux de chômage et de sous-emploi qui touche les jeunes et les femmes. « Une des particularité de ce projet, c’est l’accent qu’il met sur les jeunes et les femmes. Il mettra un point d’honneur dans la création des opportunités d’emploi pour elles à travers la promotion d’une pisciculture familiale et collective axée non seulement sur la production du poisson mais aussi sur la production maraichère », a-t-elle précisé.

Pour la directrice régionale de l’ONG ICCO, partie CORDAID, Leena Lidqvist, cette initiative est le fruit de la collaboration entre l’ONG et l’ambassade des Pays-Bas.

PESA ou « Faso Jege », une priorité du gouvernement

Le parrain de cette activité est le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo. Il a dans son discours fait un clin d’œil à l’excellence des relations et de la coopération entre le Burkina et le royaume des Pays-Bas. « Le financement de ce projet par lui, qui est lancé aujourd’hui, témoigne de la solidité des relations d’amitié et de fraternité entre nos deux pays », a-t-il soutenu.

Le parrain a fait un clin d’œil à l’excellence des relations et de la coopération entre le Burkina et le royaume des Pays-Bas

Le parrain n’a pas boudé sur l’occasion pour témoigner personnellement au chargé d’affaires de l’Ambassade, la gratitude du gouvernement burkinabè. Car pour lui, ce projet est le premier du genre au Burkina dans le domaine de la pisciculture. « Au nom des plus hautes autorités du Burkina Faso, je remercie le royaume des Pays-Bas, à travers son ambassade pour ses efforts continus qui contribuent au développement de notre pays », a-t-il conclu.

Ce projet cadre bien avec les priorités du gouvernement, selon le ministre Modeste Yerbanga

Le ministre en charge des Ressources halieutiques, Modeste Yerbanga, avant de déclarer officiellement lancé « Faso Jege », a déclaré qu’il cadre bien avec les priorités du gouvernement. C’est pourquoi, a-t-il rassuré, que son département ne ménagera aucun effort pour non seulement permettre d’engranger des résultats mais aussi pour consolider et pérenniser les acquis pour le bonheur des acteurs de la chaine. « Je sollicite auprès de vous, une franche collaboration à travers les services concernés afin de faire de ce projet, un exemple d’inclusion pour une sécurité alimentaire effective au Burkina. C’est sur ces propos que je déclare officiellement lancé le projet « Faso Jege ».
Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 13 juin à 01:24, par Bao-yam En réponse à : Burkina : Le projet « Faso Jege » lancé à Ouahigouya

    La seule information qui sort de cette campagne de communication est le montant de 11 milliards de FCFA. En quoi consistera le projet ? Quelle forme prendra le financement ? Le risque de projets comme tels est de ruiner les activités privées. Si quelqu’un investi une certaine somme pour faire de la pisciculture et à côté on finance massivement ses compétiteurs, il va faire faillite parce que ses compétiteurs pourront vendre à bas coûts. Une fois le financement terminé tout le monde revient à la case de départ avec les financés incapables de continuer à produire et les investisseurs désintéressés car déjà ruinés. L’aide mal ficelée ne développe pas vraiment malgré les bonnes intentions.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
Région du Centre : L’ONG AIME offre des sacs, des vélos et des vivres à des veuves et orphelins de Tanghin-Dassouri
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés