Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 10 juin 2021 à 23h00min
Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

1148 élèves, tous du primaire et du secondaire, ont déposé leurs cahiers et stylos au cours de l’année 2020-2021. La raison est toute simple. L’école n’est plus pourvoyeuse d’emplois. Parcourir de longues distances ou traverser des frontières, avec tous les risques possibles, serait plus facile pour les élèves d’Andemtenga (province du Kouritenga, région du Centre-Est) que poursuivre la route de l’école. Ce sont des enseignants et parents d’élèves désemparés que nous avons rencontrés dans cette commune rurale située à une quinzaine de kilomètres de Koupéla. Ils nous expliquent le problème.

830 élèves au primaire et 318 élèves dans les lycées et collèges, tous sexes confondus ; ce sont là, les chiffres qui laissent la communauté éducative d’Andemtenga dans l’angoisse. Des enfants de 10, 11, 12 ans quittent leur village pour aller en Guinée, au Mali et en Côte d’Ivoire. « Monsieur le journaliste, merci beaucoup de venir nous faire dire ce que nous avions envie de dire il y a très longtemps. Ou encore, nous ne savons pas à quel saint nous vouer », ce sont les termes du président des parents d’élèves de l’école Andemtenga A venu à notre rencontre. Bila Kaboré, mécontent, affirme : « Les élèves n’aiment plus l’école. Nos enfants de CM1 et CM2 abandonnent l’école en pleine composition pour aller à la recherche d’un bonheur incertain. »

Agir au plus vite

Pour le président APE, les élèves sont les premiers responsables. Les parents viennent en deuxième position. Il appelle les autorités à agir au plus vite. « Ceux qui partent à l’aventure minière ont un âge compris entre 10 et 25 ans », selon un habitant de la localité. Bernard Naré, élève en classe de troisième d’ajouter : « J’ai des camarades qui ont quitté l’école et une année après ils sont revenus dans la cour de l’école pour présenter leurs motos. Cela crée des envies. »

Raogo Ima, directeur de l’école de Doundoudougou, a enregistré 34 abandons (18 garçons et 14 filles) dans son école. Pour lui, les causes sont profondes : les enfants abandonnent leur tenue scolaire pour chercher de l’or et de l’emploi en ville. Pour lui, les parents sont complices. Et cela s’explique par l’extrême pauvreté et l’ignorance : « Les parents et les enfants n’ont plus confiance en l’école. Ils ont perdu l’espoir puisqu’ils ne connaissent plus les bienfaits de l’école ».

Pour l’enseignant, le sacrifice de l’éducateur est mis à rude épreuve. « Je suis découragé de voir que ce sont nos meilleurs élèves qui abandonnent en pleine année scolaire ». Il continue en disant que le gouvernement doit revoir le système éducatif car les enfants veulent ce qui rapporte à l’instant, immédiatement.

Le maire d’Andemtenga, Seydou Kaboré ne cache pas son désarroi : 1148 abandons pour l’année scolaire 2020-2021 est un choc pour sa commune. L’orpaillage et le goût de l’aventure sont les causes profondes de l’abandon scolaire. Pour le bourgmestre, le taux d’abandon est en permanente augmentation. En plus de l’abandon, il y a un trafic d’enfants qui ne dit pas son nom, selon M. Kaboré. Il invite l’État à augmenter les postes de contrôle. Pour les parents complices, le maire est favorable à des sanctions.

L’abandon scolaire a des conséquences

Selon un spécialiste de l’éducation au Kouritenga, il existe beaucoup de conséquences. Des morts brutales sur la route du voyage dues à la distance, des décès dans les sites d’orpaillage et des maladies contractées. « Nous avons peur car nous ne savons pas ce que deviendront nos enfants demain. Beaucoup d’enfants meurent dans les sites d’orpaillage. Il y a des enfants qui reviennent bredouilles et ne veulent plus reprendre l’école. Il y a un trafic d’enfants avec ses conséquences », déplore le maire.

De nombreux éducateurs se demandent : quel réseau convoie ces enfants du village vers d’autres pays ? Combien d’enfants sont recrutés de façon clandestine avec la bénédiction ou non de leurs parents ?

Tant que les acteurs de l’éducation ne viendront pas leur secours, disent-ils, pour trouver des solutions durables, l’avenir de la commune d’Andemtenga sera sombre. Comme l’a dit Nelson Mandela, l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde.
Gérard BEOGO

Vos commentaires

  • Le 10 juin à 18:06, par Idap En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    C’est vraiment triste. Malheureusement que le phénomène prend de l’ampleur et procegresse vers d’autres régions.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 21:21, par KONKOBO Antoine En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Cet état de fait est la preuve que le gouvernement et ses partenaires au développement doivent doubler d’effort pour la création des emplois au profit des jeunes.
    Les jeunes élèves observent que éventuellement leurs grands frères qui ont fini les études ne sortent pas. Du coup, la confiance des parents vis à vis de l’école s’amenuise. Ils sont donc peu regardant sur le suivi des études de leurs enfants. Il faut soutenir franchement les jeunes qui ont fini leurs études à trouver du travail ou à créer des micro entreprises. Cela peut inspirer les jeunes élèves.
    Aussi, renforcer le contrôle sur le travail des enfants dans les mines est une urgence avec à l’appui des sanctions à l’endroit des recruteurs.

    Répondre à ce message

  • Le 10 juin à 21:24, par Kouda En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Très triste pour mon pays. Vraiment désolant comme phénomène.
    Les seuls responsables de cette situation sont les parents (adultes) et le système scolaire inadapté et désuet.
    Comment des enfants de 10 ans ou 11 ans ou 15 ans qui n’ont pas encore fini de jouer peuvent n’avoir que l’obsession de "l’argent tout de suite" ?
    C’est là que devraient intervenir les personnes ressources de la province et des communes concernées.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 07:15, par Pathe Diallo En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Vraiment triste et très inquiétant pour l’avenir du Faso. C’est aussi une preuve que le système éducatif actuel doit être réformé urgemment pour changer la perception que l’école n’est plus un moyen de succès pour les enfants. Le gouvernement doit aller de l’avant avec les réformes mais s’assurer que ce sont des réformes acceptées par tous les acteurs et utiles pour tous.

    Qu’Allah le tout puissant nous vienne en aide.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 10:23, par tao-tao En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Cette situation est bien triste. Mais tout le temps demander au gouvernement de faire ci ou ça vraiment c’est un abandon de responsabilité.
    les parents, soyez maitre de vos familles, moi je n’ai jamais pu dire non à l’école jusqu’à l’âge de 21 ans c’est à dire après le BAC car le seul regard de mon père suffisait pour me convaincre de prendre son sac et de foncer à l’école et surtout de revenir avec des notes digne de lui son rang.
    les maires et les directeurs d’écoles : prenez vos responsabilités et créer des activités autour de l’école : formation coiffure, couture, tisserand, jardin, champs de céréales et légumes, que chaque élève soit chef d’une activité au sein de son école, il se sentira responsable et il restera fier de pouvoir tous les jour changer quelque chose. vendez vos produits (je se serai content de voir que vous demander à l’État d’acheter vos légumes pour sa cantine ailleurs), et construisez des centres pour vos enfants. si vos enfants sont productifs, des entreprises privées viendront s’installer chez vous, des écoles supérieurs viendront ouvrir leur portes dans vos régions. je ne comprends pas que nous soyons tout le temps d’attendre des ordres venant de quelqu’un d’autre ; Que faisons nous de la créativité ? de la proactivité ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 12:18, par oubzanga En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    C’est très grave. il « démanteler » tous les réseaux de trafic d’enfants vers l’extérieur ? il faut durcir la politique en la matière.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 16:50, par Le studieux En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Ne pensez vous pas qu’il nous faut aussi voir le cas de certains coachs qui soutiennent que l’école s’arrête au CM2 ? Ces paroles peuvent jouer dans les consciences des enfants.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 20:20, par KingBaabu En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    Seuls les parents sont à blâmer. Si à un âge si jeune les enfants cherchent déjà à ’’s’enrichir tout de suite’’, c’est qu’on leur a inculqué une éducation toxique. La société Burkinabè d’aujourd’hui est tellement corrompue de l’intérieur que je ne sais même pas pourquoi l’existence de tels phénomènes devraient nous étonner. Nos enfants sont ce que nous sommes nous-mêmes : guidés par la vénalité et avides de gains faciles tout de suite.

    Répondre à ce message

  • Le 11 juin à 23:53, par jeunedame seret En réponse à : Andemtenga (province du Kouritenga) : Plus de 1100 élèves abandonnent l’école au profit de l’or

    L’esprit du gain facile. Pauvreté, oui ; mais mauvaise mentalité certes. Car, les parents déjà bornés utilisent très tôt ces enfants. Et il faut une réforme de l’éducation pour faire comprendre que l’école n’est pas pour le bulletin de salaire surtout. Mais une force d’épanouissement et de création d’entreprise. Et ceux qui gèrent nos sites d’orpaillage ; peuvent-ils intervenir pour limiter ce flot de bambins vers ces trous dangereux ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Balolé (Tanghin Dassouri) : Incertitude sur l’arrêt des activités de l’abattoir des ânes
Droits humains et stabilité au Burkina : Le projet de renforcement des capacités de la société civile fait son bilan
Projet « confiance » : Le bilan jugé satisfaisant après 27 mois de mise en œuvre
Burkina Faso : SOS Villages d’enfants et ses partenaires réfléchissent sur le référentiel de prise en charge des jeunes
Province du Bam : Catholic Relief Services offre des infrastructures éducatives dans les communes de Bourzanga et de Kongoussi
Education : Le président du Faso veut mettre fin à la faim à l’école
Insécurité dans la région de l’Est : Les populations de la commune de Madjoari veulent des armes pour se défendre
Situation sécuritaire : « Le plus gros mensonge qui est développé au sommet de l’État va bouffer tout le monde », avertit une coalition d’organisations de la société civile
Journée de l’enfant africain 2021 : Un panel intergénérationnel pour discuter de l’avenir des enfants
Burkina Faso : Une nouvelle enquête STEPS pour évaluer la prévalence des facteurs de risque communs aux maladies transmissibles
Promotion de l’entrepreneuriat féminin : L’association African Women Leaders a cinq ans
Santé sexuelle et reproductive : Vers l’élaboration d’une plateforme de transfert de connaissances
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés