Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’autonomie et l’indépendance peuvent se transformer en égoïsme et en licence, l’ambition en cupidité, un désir effréné de réussir à tout prix.» Barack Obama

Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • vendredi 11 juin 2021 à 22h55min
Contrôle des surcharges des véhicules : La presse s’imprègne du processus de pesage

L’office national de la sécurité routière (ONASER) a organisé une visite presse de la station de pesage de Tanghin Dassouri, le jeudi 10 juin 2021. L’objectif était de permettre aux journalistes de s’imprégner des modalités de fonctionnement de ladite station et ses innovations en vue de mieux informer l’opinion publique.

Lancée depuis le 21 mai 2021, la station de pesage de Tanghin Dassouri fait partie des cinq stations de pesage dont l’office national de la sécurité routière a décidé de confier la gestion à son partenaire, le Groupe Afrique pesage Burkina SA, dans le cadre d’un projet pilote. Selon le directeur général de l’ONSER, Adama Kouraogo, ce projet est né de la volonté du Conseil d’administration de l’ONASER et des autorités gouvernementales de combler les insuffisances observées dans la gestion des stations de pesage et dans le souci de s’inscrire durablement dans les innovations.

Le directeur général de l’ONSER, Adama Kouraogo

Le projet a une durée de trois ans au cours de laquelle, un Comité de suivi permanent fera un contrôle régulier pour suivre l’évolution. C’est pour permettre aux hommes de médias de comprendre la mode de fonctionnement de cette station de pesage qu’une visite a été organisée en leur faveur, afin de leur permettre de mieux informer l’opinion publique.

En plus de la station de pesage de Tanghin Dassouri, le Groupe Afrique pesage Burkina SA a sous sa responsabilité les stations de pesage de Bobo-Dioulasso, de Banfora, de Dakola, de Niangoloko. Son système de pesage est basé sur le pesage à essieu.

Du processus de pesage d’un véhicule

Selon le responsable des opérations Afrique pesage Burkina SA, Essui Kouadio, le processus de pesage d’un véhicule se passe comme suit : depuis l’entrée, il y a un vérificateur qui fait rentrer le camion sur le site. A l’arrivée, il y a un autre vérificateur qui intercepte le camion et récupère toutes les pièces qu’il faut (la carte grise, l’assurance, etc.) et remet à l’opérateur qui se trouve à l’intérieur.

Le responsable des opérations Afrique pesage Burkina SA, Essui Kouadio

Ce dernier renseigne les informations dans le logiciel et donne l’ordre pour que le camion puisse passer. Au moment où le camion passe, l’opérateur continue la saisie des données sur la carte grise. A la fin du passage du camion, l’opérateur valide une première vérification pour savoir si le type du camion correspond à ce qui vient de passer, valide le poids et fait sortir la facture.

Cette facture fournit les informations liées au nom du propriétaire du camion et sa destination. S’il y a une surcharge, l’opérateur transmet l’amende à payer à la caisse en fonction de la quantité de surcharge, soit 20 000 FCFA/tonne pour les transports nationaux et 60 000 FCFA/tonne pour les transports internationaux, avant de remettre les documents du véhicule. Au cas échéant, ils sont gardés jusqu’à ce que l’amende soit payée. A écouter Essui Kouadio, aucun frais n’est déboursé pour le pesage sauf en cas de surcharge de poids, comme l’indiquent certaines rumeurs des transporteurs.

Des camions en partance pour Bobo-Dioulasso s’arrêtent pour le pesage à essieu

Les avantages de la réforme du système

Selon Adama Kouraogo, cette réforme du système de contrôle des véhicules de transport présente plusieurs avantages. On peut retenir la modernisation et le meilleur suivi des équipements des opérations de peser ; la création d’emplois directs pour les jeunes, soit plus de 150 emplois ; l’innovation qui est un facteur important à travers le développement d’un savoir-faire et le transfert de nouvelle technologie.

L’autre aspect mentionné par le directeur général de l’ONASER est la lutte contre la surcharge qui pourra mieux se mener à travers le contrôle régulier des véhicules de transport de marchandises, ainsi que la bonne gestion des recettes. « On observait aussi une baisse drastique des recettes, pendant que le parc automobile de véhicules lourds de transport de marchandises croît chaque année. Cela ne peut s’expliquer que par la déperdition de nos recettes. Raison pour laquelle nous avons décidé d’externaliser cette gestion que nous suivons régulièrement, parce que nous sommes soucieux de l’intérêt de la nation », a-t-il déclaré.

La facture d’un camion qui a un chargement normal.

Aux transporteurs qui rejettent ces réformes, il a indiqué qu’il n’y a aucun changement dans ce nouveau processus, c’est juste que la gestion est confiée à une structure spécialisée, Afrique pesage. Toutefois, il est nécessaire que cette nouvelle méthode (pesage à essieu) soit uniformisée à tous les niveaux de contrôle des véhicules pour éviter les incompréhensions entre les contrôleurs et les transporteurs.

Judith SANOU
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Loi portant délit d’apparence au Burkina : Le CERCOFI fait l’état des lieux de la répression, un seul dossier sur cinq prêt pour jugement
Gouvernance mutualiste : La fédération des mutuelles professionnelles et caisses de solidarité du Burkina renforce les capacités de ses acteurs
Université Nazi Boni : Les étudiants en quête d’un retour aux sources culturelles
Développement du genre : 17 cadres nationaux et internationaux formés en genre par l’Institut supérieur en science de la population (ISSP)
Remboursement des frais du Hadj 2021 : « C’est une question qui se règle entre l’agence et le pèlerin », selon le ministre Clément Sawadogo
Ouagadougou : La Police municipale s’engage dans la lutte contre la vente des boissons frelatées
Développement territorial intégré : Les maires des communes à fort défis sécuritaires du Centre-Nord se concertent
Journées promotionnelles des semences améliorées : La sécurité alimentaire au Burkina Faso, l’enjeu de la 2e édition
Donnons la parole aux enfants : Ils feront notre fierté à l’âge adulte
Burkina Faso : Plus de trois millions d’enfants recevront une supplémentation en vitamine A
Ministère de l’Eau et de l’Assainissement : Le nouveau directeur général de l’AGETEER, Ibrahim Yanogo, a pris fonction
Promotion de la cohésion sociale au Burkina : Le film « recoudre la calebasse » s’y colle à merveille
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés