Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Burkina : Go PAGA veut scolariser 100 pupilles de la Nation

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • samedi 5 juin 2021 à 14h00min
Burkina : Go PAGA veut scolariser 100 pupilles de la Nation

Cent enfants de militaires tombés au front pour la défense de la patrie seront scolarisés à la rentrée prochaine. C’est l’ambition du projet Go PAGA qui s’est donné pour mission d’accompagner les veuves et pupilles de la Nation. Ce projet de scolarisation fait partie du passage à l’échelle nationale de Go PAGA dont les résultats de la phase pilote ont été présentés, ce vendredi 4 juin 2021. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le Colonel-major, Oumarou Sawadogo, commandant du Groupement central des Armées, représentant le chef d’état-major général des armées.

Au front, les soldats burkinabè se sentiront désormais rassurés de savoir leur famille à l’abri du besoin, au cas où la grande faucheuse viendrait frapper à leur porte. Grâce au projet Go PAGA (Go qui signifie « aller » en anglais et PAGA qui veut dire « femme » en mooré) initié par Fadima Kambou, les veuves et pupilles de la Nation peuvent espérer en de lendemains meilleurs.

Rosine l’enseignante

Sorgho Rosine en est la preuve vivante. Après avoir perdu son époux, le Maréchal des logis/Chef Sanou Lassina Cyrille, le 12 septembre 2020, elle ne savait plus à quel saint se vouer. N’ayant pas réussi au concours d’intégration des enseignants du primaire, elle trouve un boulot dans une imprimerie... Aujourd’hui grâce à Go PAGA, la jeune Rosine enseigne dans une école privée, au cours préparatoire première année. « En étant dans cette école privée, j’ai la chance de me former davantage. Je pourrais réaliser mes rêves et m’occuper de ma fille. Elle n’a que moi. Et l’enseignement est comme une garantie pour ma fille, pour qu’elle soit épanouie demain », a témoigné Sorgho Rosine dans un mini documentaire projetté, ce vendredi soir, au mess des Officiers.

Le Colonel-major Oumarou Sawadogo procédant au lancement de l’extension de Go PAGA

De la terre à la terre contre le terrorisme

C’est là que Fadima Kambou et son équipe ont choisi de montrer les acquis engrangés, quatre mois après le lancement de Go PAGA, le 13 février 2021.
Le projet s’était donné pour objectif d’accompagner sept veuves et une orpheline d’un membre de l’unité spéciale d’intervention de la gendarmerie nationale, pour qu’elles puissent trouver un emploi décent, se former pour exercer un métier ou lancer leur projet entrepreneurial. Une manière pour ces initiateurs de lutter contre le terrorisme au Burkina, en apprenant aux femmes des militaires tombés pour la Patrie, à pêcher plutôt que de leur donner du poisson.

Activités réalisées

A en croire Fadima Kambou, plusieurs activités ont été menées durant les quatre mois. Il y a eu la constitution d’une base de données des bénéficiaires, des visites aux domiciles et aux lieux d’activités, la définition des actions d’accompagnement, l’organisation d’ateliers de formation, l’acquisition de matériels, l’octroi d’une assurance santé aux bénéficiaires et à leurs enfants.

Une vue des invités présents au lancement

Une prise en charge de l’assurance maladie à 80%

Fadima Kambou et son équipe rêvaient grand : étendre ce projet à l’ensemble des ayants-droits des martyrs de l’armée. C’est désormais acté. Go PAGA sera étendu sur le territoire national et l’initiatrice a annoncé que 100 enfants de militaires tombés au front seront scolarisés à la rentrée prochaine. Le projet souhaite également offrir, à partir du 1er septembre 2021, une assurance maladie, avec une prise en charge à hauteur de 80%, à tous les ayants-droits des militaires tombés au front.

Pour la réalisation de tous ces projets, Go PAGA compte sur la solidarité agissante des Burkinabè, des entreprises, des bailleurs de fonds. Fadima Kambou les a invités à apporter un soutien financier, logistique et aussi moral pour ce qui est des autorités.

« Un projet qui nous grandit »

« Nous sommes avec vous et vos enfants, au-delà du deuil qui reste un chemin intime et personnel », a lancé la marraine de l’événement, Aïssata Minoungou. S’adressant aux initiateurs du projet, elle dira que « Go PAGA est à la fois un projet social, économique, d’éducation et sanitaire, un projet éthique, solidaire et patriotique qui nous élève et nous grandit ».

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : L’UNAPOL fait le point sur sa rencontre avec le gouvernement
Éducation au Burkina : Des enseignants des lycées scientifiques renforcent leurs capacités
Enseignement supérieur au Burkina : Les présidents d’universités se concertent pour une meilleure qualité de l’enseignement
Burkina Faso : 100 nouveaux volontaires de l’Assemblée nationale en formation
Archives publiques au Burkina : Les étudiants de l’ENAM pour la conservation de « la mémoire collective »
Conflits communautaires au Burkina : L’OIM outille les populations de l’Est sur la cohabitation pacifique
Production maraîchère : L’association Béoog-Neere du Ganzourgou soulage les producteurs locaux
Région du Centre : L’ONG AIME offre des sacs, des vélos et des vivres à des veuves et orphelins de Tanghin-Dassouri
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés