Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’histoire de l’Afrique a été écrite par d’autres ; Nous devons posséder nos problèmes et nos solutions et écrire notre histoire.» Paul Kagamé

Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

Accueil > Actualités > Politique • Déclaration • jeudi 3 juin 2021 à 11h28min
Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

Ceci est un écrit du Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré relatif au décès d’Assimi Kouanda. Le Mouvement pleure la perte d’un « vrai bosseur » et déplore également le fait « qu’il n’y a aucune déclaration et ou présentation de condoléances officielle pour ce grand monsieur de la part du président du Faso, Excellence Roch Kaboré et son gouvernement… »

C’est avec une grande consternation que nous avons appris le décès de Assimi Kouanda en terre ivoirienne où il s’était exilé depuis 2014. Monsieur Assimi Kouanda était un bosseur au sens vrai. Il a contribué à l’édification du Burkina Faso. Il fut Ministres d’Etat, Directeur de Cabinet du Président Blaise Compaoré, Secrétaire Exécutif National et Président du Bureau Politique National du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Chercheur de son état, islamologue et enseignant dans des Universités, il a vécu utile aussi bien pour les Burkinabè que pour le reste du monde.

C’est vraiment dommage, cruel et inhumain de constater jusqu’à ce jour qu’il n’y a aucune déclaration et ou présentation de condoléances officielle pour ce grand monsieur de la part du président du Faso Excellente Roch Kaboré et son gouvernement qui étaient des meilleurs copains et camarades politiques de plus de 30 années.

Il faut noter que nous avons enregistré monsieur Assimi Kouanda parmi les exilés politiques qui vivaient aux côtés du Président Blaise Compaoré.

Par ces mots, je viens au nom de notre association le MPRBC et au mien propre, présenter nos condoléances les plus attristées à ses familles biologique, politique au Président Blaise Compaoré et au peuple Burkinabè. Puisse son âme reposer en paix.

Justice - Equité - Paix

Ouagadougou, le 02 juin 2021

Le Coordonnateur National
Mamadou Abdel Kader TRAORÉ

Vos commentaires

  • Le 3 juin à 13:38, par mouss En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Si le prisident na pas fait de declaration ni presenter ses condoleance a la famille de Assami tu peux le faire et personne ne t’empeche de le faire.Je pense que si le president vas prendre son temps a faire des declaration des mort de tout les burkinabe qui vive en etranger il n’aura pas assez du temps pour travaillez.Oubien c’est parce qu’il a fuite le pays qu’il es devenue un hero ? Si tu veux tu peux prendre ton microphone aller dans sons village et faire Allo Allo pour dire a tous le monde que ASSAMI KOUANDA est mort .SVP laisser nos oreilles tranquille avec votre mort de ASSAMI KOUANDA. D’allieur il a fait quoi le burkina pour etre exilé labas ? paix a son ame c’est tout ce qu’on peux lui souhaitez

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 14:53, par nabayouga En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Cher coordonnateur national, monsieur kouanda n’était pas un exilé politique, il était tout simplement un suiveur de kouassi blaise compaoré au point de faire un avec ce dernier qui par ailleurs a assassiné des burkinabé 27 années durant. Blaise compaoré ne reviendra pas au burkina sans passer par la justice. Le tryptique, vérité , justice et réconciliation est incontournable. Aussi votre slogan pour le retour du tueur de Sankara et de tous les autres est un non évènements. La justice est nécessaire si on ne veut pas retomber dans les même crimes politiques. Et puis kouassi blaise compaoré est devenu Ivoirien, chez lui , c’est la Cote d’ivoire, alors comment parler d’un retour lorsqu’il s’agit d’un pays qui n’est plus le sien.
    Assimi kouanda est un burkinabè , comme d’autres burkinabè qui décèdent hors du pays . Le président Roch n’ a pas à prendre la parole . D’ailleurs que peut-il dire ? Le président a autre chose plus importante, la lutte contre le terrorisme.

    Répondre à ce message

    • Le 3 juin à 23:20, par Nabiiga En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

      @ Nabayouga

      En français facile, lorsqu’on parle de prendre la parole, par cela on entend, tout simplement, dire quelque chose publiquement devant d’autres humains dans une situation où les gens s’expriment les uns après les autres sous toutes sortes de formes. On somme Rock de prendre la parole devant qui, avant qui et après qui et pour dire quoi à qui exactement ? On ne prend pas la parole pour le plaisir de la prendre, sinon on risque de dire des charabias or, Rock n’est ce type de gens qui disent de n’importe quoi. On le sait mesuré et sage dans ses dires. Ayant bataillé avec le défunt lorsque le CDP fut un parti politique avant de devenir un organisme monarchique dont familial, l’humanisme voudra que Rock envoie un mot de sympathie à la famille en son nom personnel et en privé. Lorsque le Chef de l’État prend la parole c’est pour parler au peuple ou au nom du peuple. D’emblée, la question est bien posée. Rock doit prendre la parole pour qui et au nom de qui ? Qui est le défunt pour la nation au point que Rock, qui représente la nation, doit prendre la parole ? Nous sympathisons tous avec la famille du défunt mais de là à exiger au Président de parler en notre nom comme peuple, c’est de demander la lune.

      Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 14:55, par Ka En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Aucune mort n’est acceptable encore moins belle, surtout d’un être très cher, fusse-t-elle brutale ou attendue lors d’une maladie, et c’est le cas pour la famille d’A. Kouanda qui a le droit de pleurer pour leur parent.
    Mais du non-sens qui prouve un manque de maturité de cette association minable d’esprit. ’’’’Pour eux, les autres Burkinabé morts hors du pays ont droit à l’humiliation sauf A. Kouanda ?’’’’

    Que pouvait faire l’état Burkinabé que de considéré tous les Burkinabé égaux ? Y-a-t-il égalité dans notre pays ou pas ?
    Voici quelqu’un qui a perdu son temps à se dire un vrais musulman, et à la fin, il fait le contraire de ce que devait faire un vrai croyant , en soutenant le tripatouillage d’un article de loi qui interdit un criminel de briguer un troisième mandat, uniquement que pour le gosier.

    Et comme je ne cesse de l’écrire dans ce forum de Lefaso.net, ’’’notre problème en Afrique est la conception que nos dirigeants bornés ont du pouvoir politique, on veut garder le pouvoir aussi longtemps que possible et même à vie : Aussi l’EXECUTIF en place comme c’était l’entourage de Blaise Compaoré avec le feu A. Kouanda, va utiliser tous les moyens légaux et illégaux pour contrôler tous les autres acteurs de la vie politique et sociale. Et tant que nos dirigeants politiques instrumentaliseront de cette façon son peuple, à chaque fois que Dieu en appelle un, il ne mérite aucun honneur aux larmes de crocodile. Comme fut l’état Burkinabé diriger par A. Kouanda et Blaise Compaoré qui n’a rien dit à la mort de Nebié et autres, celui d’aujourd’hui dirigé par d’autres ont leur droit de se taire pour l’égalité de tous les Burkinabé.

    Qu’a fait A. Kouanda quand on n’a assassiné un vrai magistrat nommé Nebié en tant que ministre d’Etat, directeur de cabinet ? Quand tu manges la main du singe, tu dois te rappeler de tes propres mains qui pourraient être dévorées par d’autres. Ou encore, qui sème le vent récolte la tempête. Car, la fin d’un pouvoir vaut mieux que son commencement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 17:33, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Paix à l’âme du défunt...

    "C’est vraiment dommage, cruel et inhumain" de voir comment des gens, délaissant tous scrupules, dignité et respect dû aux morts, veulent faire une récupération politique de ce décès...

    Par ailleurs, quand on veut faire une déclaration de portée nationale, il convient, d’une part par respect pour ceux qui vont vous lire, et d’autre part pour éviter de "verser sa figure par terre", de se relire ou de se faire relire son texte pour en extraire les coquilles...

    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 17:40, par Nabiiga En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Ahh bon, j’ignorais qu’il y avait tout un mouvement dédié pour le retour de Blaise au Burkina. Ahh bon ? Cette idée de se doter d’un tel mouvement résume tout ce qui ne va pas avec dans notre société burkinabè.

    Est mouvement pour acquérir quelque chose lorsqu’’il y a des barrières contre l’obtention de la chose et on crée un mouvement pour y parvenir ; une organisation de lutte en quelque sorte. Du coup, l’on fait face à d’innombrables difficultés infranchissables pour arriver au but ciblé d’où la nécessité d’en créer un. Depuis quand y-a-ti-il eu au Burkina des barrières posés par quiconque contre le retour au Burkina de Blaise ? De grâce, qui est ce qui bien pu poser ces barrières pour barrer la route à Blaise de rentrer à Ziniaré et à quelle fin ?

    De même, s’il faut créer un mouvement pour ’forcer’ la rentrer de Blaise car, vraissemblement, il y a une autre force mythique qui milite dans le sens opposé, il faut bien qu’il y ait ces difficultés contre l’obtention de votre objectif. Pour rappel, Blaise a été chassé du pouvoir non pas parce qu’on l’aimait pas, mais bien à cause des dérives de son navire de gouvernance. Vous, membres de ce mouvement, où étiez-vous lorsqu’il dérivait ? Ne vous fallait-il pas créer un mouvement pour le mettre sur le bon chemin pour éviter qu’il soit chassé par la population car, au rythme que la situation se développait, vous saviez pertinemment que les crises allaient finir mal pour votre champion ? Si vous aviez créé un mouvement avec un tel objectif, ce mouvement ne lui aurait-il pas fait beaucoup de bien ? N’est-ce pas un cas classique de mettre le chario devant le cheval ?

    Personne n’est contre la création de mouvement mais de grâce, s’il vous faut en créer un, il y a bien de causes louables d’intérêt public au Burkina dans lesquelles vous pouvez vous lancer. Mouvement par exemple pour aider les déplacés du terrorisme, mouvement pour combattre la faim ou encore, mouvement pour s’assurer que le CDP ne se noie pas, parmi tant d’autres. Blaise vous en serait très reconnaissant, mais créer un mouvement pour la rentrée de Blaise alors que personne ne lui barre la route et, d’autant plus que c’est lui-même qui s’est exilé à l’étranger, me paraît insensé et l’œuvre des desœuvrés en quête de nom et de se faire voir. Pour votre gouverne, Blaise a été chassé du pouvoir et non pas chassé du pays. Il y a une grande différence entre les deux. S’il n’avait pas choisi la route d’exile, il aurait été chez lui à Ziniaré, à la MACA, à la MACO ou encore aux deux localités pénitentiaires. Certains crimes lui aurait valu la MACA tandis d’autres lui aurait valu la MACO. Il ferait la navette entre les deux joyeusement et en toute quiétude.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 11:34, par David En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Rip à Assimi Kouanda.
    Monsieur Mamadou Traoré, pourquoi vous rabaissez tant le défunt.
    Il n’ a plus besoin de la compassion de tous. Laissez Dieu faire le reste. Ne savez vous pas que dans le Burkina Faso d’ après linsurrection même les cadavres ont des partis politiques ?
    Il semble qu’ un opérateur économique de la place s’ est caché dans un Aéroport quand il a vu un ancien ministre CDP. Son accompagnateur chercha la cause. Voici sa réponse : si je le salue et qu’ on me voit je vais perdre mon marché...
    Reposez en paix homme de foi. Vous m’ avez fait aimer l’ islam avec vos cours limpides et simples à comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 juin à 13:50, par Alexio En réponse à : Décès d’Assimi Kouanda : Le Mouvement pour le retour de Blaise Compaoré pleure la disparition d’un « vrai bosseur »

    Islam n a pas sa place dans la politique,

    Mais sa place dans la republique du Burkina Faso, comme toute autres religions.

    L instrumentaliser en cheval de trois pour s accaparer du pouvoir est un viol a nos institutions democratiques. Et nous vouøons pas une guerre des religions au Faso.

    Et encore son influence dans la vie politique, Car toutes religions est incompatible au politique et a sin fonctionnement regalien. La place du spirituel est dans le secteur privee de notre vie singulier d une appartenance a cette religion ou pas. La s arrete son influence.

    Comme les appartenants aux autres religions. Ici separons le mil du sorgho.

    La constitution du Burkina Faso n a pas le cadre juridico.politico culturelle que celle des pays du golfe. Plus precisement l Arabie Saoudite. Le retour de Blaise Compaore ne depends de personne. Maide lui-meme. En Tant que ancien president, il connait les voies a suivre. Et ilnyaura pas de justice sans qu il vienne se repantir aupeuple burkinabe de ses derives politico-criminels qui ont coutes unitulement la vie a nos vaillants fils du pays.

    La plus flagrante avant son declin fut l assassinat du juge Nebie. Paix ason ame qui venait alourdir le bilan de cette terreur que les Ivoiriens sont entrain de d experimenter en Cote DIvoire sous leregime le president Alassane Ouattara dit ADO. Quelle cincidence ?

    Dans une societe de droit commun tous citoyens ont le memes droits et devoirs independamment de ton titre ou position sosiale. C est cela republique. Et devant la loi, on est tous egaux. Ni discrimination, ni favoritisme.

    La justice est aveugle selons ces princippes.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un retour à une croissance économique appréciable
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de communication électorale
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à Bobo-Dioulasso, du 30 juin au 4 juillet 2021
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina n’ont jamais eu de solutions par les institutions de la République », fait observer Luc Marius Ibriga
Burkina : L’opposition maintient sa demande de démission du Premier ministre et du ministre de la défense
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est plus
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un contexte sécuritaire très difficile
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats burkinabè sont morts ce jour-là pour la France
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme politique ?
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la réconciliation", une marche à Ziniaré pour la paix, le 26 juin 2021
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une mission de l’ONU sur la révision des listes électorales
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau neuve
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés