Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les nations sont nées dans le cœur des poètes, elles prospèrent et meurent dans les mains des politiciens.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mardi 1er juin 2021 à 22h45min
Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

En début mai 2021, le ministre d’État, ministre auprès de la présidence du Faso, chargé de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, Zéphirin Diabré, a rencontré à Abidjan l’ancien président Blaise Compaoré.

Ce déplacement avait alimenté l’actualité nationale et internationale par des commentaires controversés sur la démarche du ministre Diabré.

Au cours de la conférence de presse qu’il a animée ce mardi 1er juin 2021 à Ouagadougou, le ministre d’État Zéphirin Diabré a, "enfin", dévoilé le contenu de ce voyage à Abidjan.

Il explique, à cet effet, qu’en se déplaçant dans la capitale économique ivoirienne, il était porteur d’un message du président Roch Kaboré à son homologue ivoirien sur la réconciliation nationale.

A l’en croire, l’objectif du voyage n’était donc pas de rencontrer l’ancien président Blaise Compaoré. C’est le président ivoirien qui a estimé qu’au regard du sujet abordé, il était important que le message soit directement porté à l’intéressé (Blaise Compaoré). D’où la décision du président Alassane Ouattara d’organiser une rencontre entre lui et Blaise Compaoré.

Zéphirin Diabré lance un appel à tous les exilés politiques (ou à tous ceux qui se considèrent comme tels) de rentrer au Burkina. "Celui qui n’a pas de dossier en justice vaque librement à ses occupations. Le gouvernement se propose d’organiser, dans ce cas, sa sécurité, si des individus venaient à vouloir porter atteinte à sa liberté", peut-on retenir de ses propos.

Selon Zéphirin Diabré, il n’est donc pas question pour le gouvernement d’interférer dans les dossiers de justice ; l’exilé qui a un dossier en justice devra y répondre.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er juin à 12:30, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    Très bien dit Zeph, tu es un patriote vrai. Blaise se doit de se mettre à la disposition de la justice de son pays. Rien à faire. Même pas les jérémiades de ses partisans. C’est clair et net. Merci Zeph pour cette mise au point.

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 12:53, par Yelkaye En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    Pas facile. La gars parle comme si ce gouvernement peut assurer la sécurité de quelqu’un au Burkina. Surtout a voir comment les terroristes massacrent nos parents dans les villages. Courage quand même, il faut justifier son salaire

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:40, par Lom-Lom En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    Des exilés sont déjà rentrés et vivent au Faso avec nous ! certains étaient retranchés dans leurs villages mais sont revenus dans les grandes villes et ont même été élus députés. Que ceux qui ne se reprochent rien reviennent car le FASO demeure leur pays. Si certains ont peur de revenir, c’est qu’ils peur des hommes qu’ils avaient utilisés en son temps pour nuire à d’autres citoyens sans raison. Alors, il n’est pas exclu que certains veuillent se venger car l’insurrection fulgurante a détruit leur vie et celle de leurs familles et a fait d’eux des boucs émissaires. Alors ; Mrs les puissants d’une autre époque, acceptez de prendre le risque de subir les rigueurs de la justice et du regard de vos concitoyens et apprenez définitivement la leçon que dans la vie, il n’ y a rien de définitivement acquis !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 13:48, par lewang En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    Belle clarification. Zeph a compris que les gars du CDP ont voulu faire leur enfant sur son dos, donc il dit tout maintenant. J’espères qu’ila parlé aussi de sa visite au Mogho naba avec KKB ? pas de compromission qui tienne dans cette réconcialiation. celui qui a des dossiers en justice assume. C’est ça aussi la réconcialition !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin à 16:13, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    Rien de nouveau après le passage de Roch Kaboré sur RFI avant les élections de 2020. Et après cette sortie de Zépherin Diabré, nous pouvons confirmer que ce qui est dit, est dit. Car, voilà ce que Roch Kaboré disait sur RFI du terrorisme et de Blaise Compaoré : « On n’a pas tout fait. Ce serait une prétention de dire qu’on a tout fait ».

    On a été freiné dans nos ambitions qui étaient grandes pour le Burkina Faso par trois facteurs. Premièrement, le terrorisme, deuxièmement la fronde sociale, et enfin troisièmement la Covid-19 ».
    Mais, il pense que le meilleur sera à venir durant les cinq années à venir, avec le combat actuel qu’il mène contre le terrorisme. « On n’a pas tout fait. Ce serait une prétention de dire qu’on a tout fait ».

    Sur le front sécuritaire où il est le plus indexé, Roch Kaboré s’insurge contre les options préconisées par certains de ses adversaires. Notamment ceux qui proposent des « négociations diplomatiques ». « Nous avons dit et répété que quand on engage des négociations diplomatiques, c’est une reconnaissance de fait, une légitimation du terrorisme dans notre pays.
    Ça, ce n’est pas traitable. Cette position n’est pas burkinabè », tranche-t-il tout net sur la question.

    Interrogé sur la réconciliation nationale, en particulier sur le retour au pays de l’ex-président déchu et en exil en Côte d’Ivoire, Blaise Compaoré, Roch Kaboré se montre très circonspect. « Tous ceux qui sont à l’extérieur peuvent rentrer. Ceux qui ont des procès à la justice passeront devant la justice et sacrifieront de leur mission de montrer qu’ils sont innocents ».

    Pour le président-candidat du Faso, la question de la présence de Blaise Compaoré au niveau de la réconciliation nationale n’est pas une nécessité absolue. Puisque, avance-t-il, « il y a un mandat d’arrêt qui a été lancé. »

    Alors Mr. Zépherin Diabré, ce qui est dit est dit : Et Roch Kaboré est un homme de parole quand il affirmait dès son premier mandat que : "Nous devons tout faire pour que la justice soit rendue dans toutes (les) affaires sensibles pour aider notre peuple à se réconcilier avec son histoire, pour ramener la paix des cœurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l’œuvre de construction nationale", a déclaré M. Kaboré dans un discours radiotélévisé." La réconciliation nationale reste un enjeu majeur que nous devons réussir, dans l’intérêt supérieur de la nation", a-t-il dit.

    La justice militaire, une juridiction d’exception, doit solder une longue série de dossiers, dont principalement ceux du putsch manqué de septembre 2015 et de l’assassinat du "père de la révolution" burkinabè, le capitaine Thomas Sankara, tué lors du coup d’Etat qui porta l’ex-président Blaise Compaoré au pouvoir en 1987.

    Également en instance, le dossier du journaliste d’investigation Norbert Zongo, tué en 1998 avec trois compagnons, a connu une évolution avec la mise sous contrôle judiciaire de François Compaoré, frère du président déchu Blaise Compaoré, poursuivi pour "incitation à assassinats".

    M. Kaboré a dit "saluer l’avancée des dossiers pendants devant la justice", tout en rappelant aux acteurs chargés de les vider que "la soif légitime de justice des Burkinabè reste intacte."

    Alors personne ne peut prendre son avion allé chercher une personne qui est poursuivie par la justice comme tous les Burkinabé, et rouler un tapis pour lui sans passé par la justice. Que toutes et tous qui ont des poursuites judiciaires derrières les fesses sachent qu’a leur retour les portes de la MACO et la MACA seront ouvertes pour elles ou pour eux. Pour la réconciliation, ce sont les politiciens aux petits pieds qui se sont divisé pour le pouvoir, qui doivent se reconcilier entre eux. Le peuple Burkinabé attend seulement que la justice soit dite sur les crimes impunis.

    Répondre à ce message

    • Le 2 juin à 02:14, par Un Burkinabê En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

      Bien dit grand frère Ka. Je pense que la Réconciliation devrait être liée à la fin de tous les procès. Qu’on ne force pas ceux qui veulent résoudre leurs différends par la Justice classique au silence.

      Répondre à ce message

      • Le 2 juin à 10:00, par Ka En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

        Merci mon jeune internaute ’’’’Un Burkinabé :’’’’’ Ce que ton vieux Ka ne comprend pas, c’est pourquoi tous ces charabias pour un problème dont les décideurs ont la solution ? Et pire, ont dit que pour réconcilier le peuple, "Nous devons tout faire pour que la justice soit rendue dans toutes (les) affaires sensibles pour aider notre peuple à se réconcilier avec son histoire, pour ramener la paix des cœurs et créer les conditions propices à la contribution de tous les Burkinabè à l’œuvre de construction nationale", a déclaré M. Roch Kaboré dans un discours radiotélévisé a son premier mandat.’’

        Et avec la création de ce machin budgétivore sans réflexion, comme ce qui s’est passé en 2001 avec une stratégie rusée de Blaise Compaoré quand il a reçu le rapport de la CEI, et surtout le collectif qui exige la lumière sur la mort de David Ouédraogo, de Norbert Zongo et ses compagnons, de Dabo B., il annonce la création d’un collège des sages comme ce que Zépherin veut berner le peuple avec son machin couteux. Mais comme je ne cesse de le dire dans ce Forum, ’’c’est l’ignorance, et non la connaissance qui dresse les hommes les uns contre les autres.’’

        Si le vieux Ka volait une seule patate au marché de Laye, la justice ne le ratera pas. Alors que d’autres tuaient qui ils veulent, là où ils veulent et on veut les traité autrement sur un tapis rouge : Surtout qu’aujourd’hui des politiciens aux petits pieds qui sont au chômage sans emploi, pour exister, essaient de berner le peuple, pire dégraisser la caisse de l’état pour un monde qui ne pourra pas réconcilier deux mouches qui se battent pour une petite goutte d’eau. Simplement pour se couvrir de leurs complicités dans les dossiers des crimes impunis, surtout sauver de la potence des criminels en puissance.

        Dire que ceux qui doivent a la justice devront payer les actes, et créer ce machin pour mettre les bâtons dans les roues de la justice avec des contradictions qui vont suivre, car, les instruments d’orientation, de supervision et de conseil prévus dans la feuille de route du (CNOS,) certains peuvent barrer le fonctionnement de l’indépendance de la justice. ET il faut être un idiot pour ne pas comprendre que ces instruments ne semblent pas répondre a l’exigence d’une véritable indépendance de la justice, car parmi les personnes dans de (CNOS) sont majoritairement du coté des supposés accusés ou mêmes des vrais complices.

        Conclusion : Je me demande si souvent il est productif de laisser les décideurs impunément créer de N’IMPORTE QUOI pour se couvrir ?
        Il y a au minimum du respect de tous en chacun dans le pays des hommes intègres : Si ce respecte n’est pas assortie de mesures réellement contraignantes et appliquées, où va-t-on ?

        C’est la même chose en matière de dictature dont souvent la seule solution reste un soulèvement populaire pour dire que ce qui ne se fait pas, ça ne se fait pas au Burkina a l’exemple du 31 Octobre 2014.

        Et tout dont je demande au président Roch Kaboré, un homme de vision à long terme, c’est qu’il met dans sa tête qu’il est le président de tous les Burkinabé, et doit faire ce qui est bien pour le pays sans tenir compte des états d’âme des uns et des autres. Surtout oublié que Blaise Compaoré est son beau, seules comptent, la paix et la stabilité pour aller vers le progrès et le développement du pays, afin que le peuple primaire puisse vivre et manger à sa faim.
        Je profite dire simplement à toutes et tous qui pensent être complices des atrocités de Blaise Compaoré, ’’’ soyez réalistes, et cesser de vouloir le blanchir, car il est comptable de ses actes, lui qui a su tromper certains révolutionnaires en les faisant croire que Thomas Sankara qui voulait élargir le CNR aux organisations de masse faisait une déviation droitière.

        Pourtant c’est cette idée qui a donné naissance au Front populaire. Par la suite il a tué Henri ZONGO et LINGANI pour se lancer dans l’aventure tout seul, surtout au LIBERIA pour faire fortune. Et la confirmation tout dernièrement du Prince Johnson du Libéria disant que ce sont ceux qui ont participé à l’assassinat de Thomas Sankara avec Blaise Compaoré, et aider ensuite Charles TAILOR a tuer Samuel DO au Liberia qui sont les nouveaux milliardaires du continent, mais les plus malheureux aussi du continent.

        Ces personnes passeront un jour, mais le Burkina comme le Liberia resteront. La seule solution de réconcilier le peuple Burkinabé est arrêter les charabias de ce ministère et compter seulement sur notre justice qui veut prouver à son peuple sa crédibilité. Encore une fois, merci de me lire internaute ’’Un Burkinabé.’’

        Répondre à ce message

  • Le 3 juin à 16:46, par SOME En réponse à : Réconciliation nationale : Ce qu’il faut comprendre du voyage de Zéphirin Diabré à Abidjan

    A l’en croire, l’objectif du voyage n’était donc pas de rencontrer l’ancien président Blaise Compaoré. C’est le président ivoirien qui a estimé qu’au regard du sujet abordé, il était important que le message soit directement porté à l’intéressé (Blaise Compaoré). D’où la décision du président Alassane Ouattara d’organiser une rencontre entre lui et Blaise Compaoré.

    Bien dit dit me le journaliste : à l’en croire ! Mais moi je ne le crois pas. De plus comment un président étranger (ouattara, président de Côte d’Ivoire) peut il changer ton ordre de mission à toi attribué par ton président ? As tu consulté ton président qui t’a envoyé pour changer ta mission ? De plus les implications et enjeux de cette nouvelle mission sont considérables. Alors est ce ainsi que fonctionne la diplomatie burkinabé. Chacun change sa mission ou l’exécute selon les exigences du destinataire ? Ouattara président étranger comprend il ce sujet et nos besoins plus que Roch notre président ? Alors il y a mensonge quelque part : chez Diabre. Et alors pourquoi ?
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Réconciliation nationale : Le ministère renforce les capacités des acteurs à Koudougou
Nécrologie : Dr Assimi Kouanda inhumé après les hommages de la classe politique et de la communauté universitaire
Vie politique : Le MPP en Congrès extraordinaire du 24 au 26 septembre 2021
Demandes de financement pour des activités culturelles et artistiques : « Le Ministère en charge de la réconciliation nationale n’a pas de ligne budgétaire »
Nécrologie : Assimi Kouanda sera inhumé ce vendredi 11 juin 2021 à Ouagadougou
Mouvement SENS : Assemblée générale souveraine ce samedi 12 juin 2021
Processus électoral au Burkina : Les acteurs en réflexion sur le fichier et le dispositif de transmission électronique des résultats électoraux
Réconciliation nationale : A Kaya, le PNUD et le ministère renforcent les capacités des acteurs
Dr Adama Coulibaly de l’APP/Burkindi : « La réconciliation nationale est indispensable, sinon vitale pour notre pays »
Élections locales au suffrage universel direct : La CENI et le MATD en concertation
Vie constitutionnelle au Burkina : « Que faire aujourd’hui si le Mogho Naaba, le Dima de Boussouma ou..., décidait d’être candidat à la présidentielle ? », pose Pr Albert Ouédraogo
Nouveau temps pour la démocratie : Le groupe parlementaire rend compte de sa contribution à la première session de l’Assemblée nationale
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés