Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas le cri mais le vol d’un canard sauvage qui dirige le troupeau pour voler et suivre.» Proverbe chinois

Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 26 mai 2021 à 23h30min
Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

Quelles conséquences risquent les sociétés qui négligent l’enseignement des risques aux enfants ? Ainsi interroge Oumarou KOTE, l’auteur de cette tribune. A travers les lignes qui suivent, ce conseiller en développement scolaire, académique et en reconversion professionnelle édifie son auditoire sur cette notion du risque.

Le risque peut être défini de façon simple comme étant le fait de s’aventurer dans un environnement qui nous est peu connu ou pas du tout afin de réaliser un objectif qui serait jugé par le commun des mortels comme irréalisable.

De par cette définition nous voyons clairement que le risque est associé à l’inconnu. L’inconnu est considéré comme un danger vu que cela n’est pas commun à notre réalité consciente. L’inconnu est alors le moteur de la peur qui une fois installé joue à l’encontre de toute prise de risque freinant ainsi toute initiative.

C’est d’ailleurs ce qui explique cette négativité qui est associé au risque et qui a comme conséquence de freiner l’élan de bien des gens même si au départ leurs idées sont bonnes et pleines de perspectives.

A la question de savoir si le risque est un bien ou un mal en soi, la réponse est claire. Malheureusement notre conception noircie du risque héritée de notre éducation familiale et scolaire nous empêche de nous en rendre compte et de le démystifier.

Avant d’aller plus loin précisons un point essentiel quand on parle de risque. Il s’agit de la notion du risque calculé.

Il faut retenir que toute prise de risque doit avoir comme objectif l’apport d’une solution innovatrice qui changera soit la vie du responsable ou de la communauté toute entière. Il est alors important de noter que si au 21è siècle les humains vivent dans une situation aussi confortable c’est tout simplement parce que depuis l’avènement de l’homme sur terre, la prise de risque a fait partie de son train de vie. Etant toujours à la recherche de nouvelle manière de vivre la vie avec plus de confort, les hommes n’hésitent pas à prendre des risques pour améliorer leurs existences terrestres.

Du silex des temps anciens au gaz utilisé aujourd’hui jusqu’à la découverte de l’avion tout cela ne s’est pas réalisé sans risque. Ainsi cela a conduit aux résultats que nous avons aujourd’hui avec tout ce développement technologique dans tous les secteurs de la vie.

Sans le sacrifice des milliers d’individus qui ont risqués leur vie dans les recherches et la mise au point de l’avion, Clément ADER n’aurait jamais réussi à le perfectionner et ainsi rendre plus rapide nos voyages.

Toutes les réalisations importantes dans le domaine de la santé, de la technologie, de l’éducation et autres n’ont été possible que grâce au risques pris par des hommes et des femmes éclairés refusant de se fondre dans la masse par les normes établies.

En réalité ils avaient compris que pour réussir des exploits exceptionnels et impacter radicalement leurs communautés, il fallait aller au-delà de ces normes et ainsi briser les mythes autour du risque.

Conséquences, nombres impressionnants d’hommes éclairés vont perdre la vie en tentant de donner une version autre que la conception idéologique de leur époque.
On ne peut pas améliorer nos conditions de vie et celles de notre communauté sans prendre de risque, alors pourquoi est-il si compliqué pour la majorité des hommes de s’y essayer ?

La peur d’échouer, des critiques et la peur de quitter sa zone de confort fait en sorte que prendre la décision qui font intervenir le risquer devient le pire cauchemar même à l’idée d’y penser.

Faisons une petite remarque en ce sens que la majeure partie des personnes pour qui le risque est à bannir est forcément passé par un très mauvais système éducatif avec pour formateur des individus qui manifestent une peur bleue face au risque préférant même critiquer les autres (autorités) pour les situations désagréables et les conditions de vie dans laquelle ils travaillent et évoluent.

Ces formateurs par leurs actes ont d’ores et déjà détruit leur existence en les confiant à d’autres individus appelés Etat. Malheureusement ils le transmettront aux apprenants qui eux à leur tour perpétuerons sans doute la même erreur.

Pour vivre la vie de nos rêves, il est obligé de prendre des risques afin de changer notre réalité. Le risque étant un inconnu, nombreux préfèrent rester dans leurs situations actuelles. Même s’ils en souffrent ils le préfèrent parce qu’au moins ils peuvent le prédire et savoir ce qui se passera contrairement à l’inconnu dont ils n’ont aucune information. Pour prendre des risques et changer nos résultats, il nous faut être plus grand que l’environnement dans lequel on évolue.

C’est ainsi que notre perception du risque change et tout change lorsque nous réussissons à dompter notre peur de changement et d’affronter l’inconnu.

C’est à partir de l’inconnu que l’on peut changer notre vie et apporter des réponses extraordinaires. L’inconnu doit être la base de la créativité et c’est de la que l’on créer et on apporte des changements considérables. Les hommes qui l’ont compris gravent leur nom dans les livres du monde.

Il est donc plus qu’important d’amener nos enfants à affronter leur peur afin de changer leur réalité.

Quelles leçons pour les parents ?

L’éducation d’une jeunesse passe nécessairement par le comportement de ses éducateurs. En gros avant de confier la formation de votre jeunesse à une entité, il est judicieux de voir le comportement de cette dernière.

Le comportement des enseignants est toujours le premier à être transmis aux apprenants d’une façon consciente ou pas.

La vision de la réussite des formateurs et de la société reposant sur le fait que la réussite c’est seulement le fait d’amasser des diplômes, de trouver un travail bien rémunéré et vivre la sécurité de l’emploi.

Un apprenant issu d’une telle vision et évoluant dans un tel environnement présentera forcément une aversion face la prise de risque. Il est alors évident qu’une fois adulte, ce dernier bannira la prise de risque et la considèrera comme une erreur fatale à ne jamais commettre. Conséquence, il lui sera difficile, voire impossible de changer une situation indésirable et sera cantonné à accepter les évènements qui lui arrive sans chercher à prendre le contrôle ni à apporter des changements considérables.

Plusieurs personnes vivent des calvaires que ce soit dans leur vie sociale ou professionnel mais l’accepte consciemment car ils n’ont pas appris à prendre leur destinée en main mais plus tôt à le confier à des individus qui ne sont finalement pas si différents d’eux.

Par contre ceux qui ont appris de façon informelle car n’ayant pas eu à fréquenter les bancs de l’école, il leur est plus facile d’entreprendre et ainsi prendre des risques afin d’apporter des changements dans leurs environnements. C’est d’ailleurs ce qui les amène à réussir plus dans les domaines ou les soi-disant intellectuels ont peur d’y atterrir.

La preuve, les commerçants illettrés tiennent plus de commerces et d’affaires que la grande majorité des diplômés d’écoles de commerce et autres.

Et pourquoi ???

Les diplômés ont été formatés à toujours calculer les risques et à s’en méfier. Ainsi ils ont appris à se contenter du peu qu’ils obtiennent pour ne pas risquer de tout perdre. Conséquences ces diplômés travaillent pour le compte de personnes n’ayant pas beaucoup d’année de scolarité.

Pire, les diplômés au chômage préfèrent toujours jeter la responsabilité sur le gouvernement en place sans jamais décider de prendre les choses en mains.
La cause, ils n’ont pas été éduquer et former à prendre des risques calculés pour un changement mais plus tôt à toujours compter sur les autres.

Ce qu’ils oublient c’est que les autorités sont eux aussi issu de la même formation qui dépeint en noir la prise de risque. Par conséquent, eux aussi n’ont pas étudié le risque calculé afin de leur offrir le travail adéquat avec toutes les meilleures conditions de vie et de travail qui vont avec.

S’il y a une chose qu’on peut facilement remarquer c’est que dans nos pays nous avons des experts qui savent tout.

Ils connaissent le problème du développement, connaissent les voies pour y remédier, malheureusement on est toujours au stade des débats et personnes ne veut rien faire de concret.

Et pourquoi ?

Tout simplement parce qu’ils ont été formés et formatés à se contenter du peu sans jamais risquer quoi que ce soit pour l’améliorer au profit de leur communauté.

Apprendre à un jeune esprit à risquer avec intelligence et méthode c’est avant tout mettre entre ses mains un précieux cadeau de développement personnel. On ne peut rien réaliser de gigantesque sans au préalable quitté un confort illusoire pour se lancer dans le vaste champ des possibles. D’ailleurs on ne crée pas du connu mais plus tôt de l’inconnu.

Le proverbe qui consiste à dire aux enfants de se contenter de ce qu’ils ont est en réalité une façon de limiter leur potentiel et les empêcher de voir grand et de réaliser des œuvres titanesques.

La vie en elle-même est un risque et décider de ne rien faire est plus risqué que de s’y aventurer pour au final réaliser des merveilles.

Oumarou KOTE
Entrepreneur, Conseiller en développement scolaire, académique et en reconversion professionnelle
Tel : 52831964

Vos commentaires

  • Le 26 mai à 16:22, par La Sentinelle du Septentrion En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

    J’ai fait une très bonne lecture à travers cet écrit. Il a touché du doigt tous les maux de nos pays. L’insuffisance de la création de la richesse est l’une des causes principales de notre pauvreté. Pour créer de la richesse, il faut entreprendre. Malheureusement la grande majorité (ceux qui ont plus de faculté intellectuelles) comprennent le fait d’entreprendre comme un grand risque dont il faut se méfier.
    Comment comprendre qu’un pays comme le Burkina où les opportunités sont si grandes et paradoxalement que les gens soient si pauvres. Notre pays manque de tout. Cela devrait être l’occasion pour créer, produire, transformer...afin de répondre à cette demande si immense de la population et partant créer de la richesse.
    Il y a effectivement lieu de s’interroger sur la qualité des formations qui est servie à la jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai à 17:33, par jeunedame seret En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

    Merci d’avoir pris le risque de briser un tabou. Je suis séduite par vos idées. Et j’aimerais que vos actions nous aident tous à récupérer ce courage de lutte. Pour cela, vous pouvez toujours nous démystifier le mot risque avec davantage de commentaires et autres incitations à l’action. Moi aussi je force un engagement à cela. Car le mot risque mérite autres définitions plus exaltantes que celles du dictionnaire. Il faut d’abord les créer pour insuffler le bon goût du risque. Et je crois que l’éducation à la prise du risque ne doit pas seulement aux milieux scolaire et familial. Mais même dehors dans la vie, les bons exemples, les bonnes phrases, les mentalités constructives et autres instructions comme les vôtres doivent être chantés, appréciés et publiés dans un style de langage formateur. Nos proverbes, chants et humours peuvent définir et créer autres synonymes du mot risque qui, au lieu de borner et fainéanter, nous dépêcheraient un ressaisissement de soi, une récupération mentale favorable à l’évolution. En attendant Mr KOTE, ne lâcher pas prise. Trouvez les voies de communication qui propageraient toujours ces bonnes idées avec une répétition inspiratrice ; surtout au côté de nos jeunes et autres acteurs de développement. Car, qui ne risque rien n’a rien. Et ne rien risquer est un risque encore plus grand. Merci pour ce message déjà stimulant à bien des égards. À la prochaine !!

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 02:41, par Zimm En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

    Mr. Oumarou Koté,
    Tout d’abord merci d’avoir pris le risque de ``définir`` votre sens du risque, ça l’avantage d’ouvrir peut-être un échange qui peut être enrichissant.
    Pour votre information on ne peut pas définir le risque de manière ``simple`` comme vous le faites dès la première ligne de votre opinion car le risque est intrinsèquement et fondamentalement Ambigu donc demande automatiquement une analyse approfondie Multi-Dimensionnelle qui vue sous une forme quantitative fait intervenir la théorie mathématique de la probabilité (La théorie du risque) qui a des applications en Économie, Ingénierie, Finances, etc...
    Peut-être dans un premier temps je vous suggère de continuer à approfondir votre sujet que je trouve intéressant par ailleurs via une analyse plus Globalisante Quantitative et Qualitative avant de prendre ``le risque `` donner des conseils (incomplets) sur le ``risque `` aux enfants et aux adultes aussi...

    Répondre à ce message

    • Le 27 mai à 14:34, par Verous En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

      Zimm, relisez vous ! "le risque est intrinsèquement et fondamentalement Ambigu donc demande automatiquement une analyse approfondie Multi-Dimensionnelle qui vue sous une forme quantitative fait intervenir la théorie mathématique de la probabilité (La théorie du risque) qui a des applications en Économie, Ingénierie, Finances, etc... Rien que du verbiage !
      L’auteur a été assez clair et son exposé sur le nécessaire enseignement de la prise du risque calculé aux enfants est très pertinent. Chapeau à lui pour son analyse !

      Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 04:24, par Jean MOULIN En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

    Bel article osé pour briser le paradigme et les dogmes de l’asservissement.

    Cet article doit être porté à la connaissance de tous pour tous les moyens de communication.

    Merci M. KOTE.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai à 21:57, par Zimm En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

    Internaute Verous :
    ``le nécessaire enseignement de la prise du risque calculé aux enfants`` ne veut rien dire malgré la beauté de cette fausse formule !
    Alors, juste me donner de manière Concrète, Détaillée, Pratique ( et venant de vous ) du contenu d’un programme d’enseignement de `` du risque calculé aux enfants``. Je n’ai aucun doute que vous allez me relever intellectuellement ce défi que je vous lance pour l’avancement de la discussion, Okay Verous ?

    Répondre à ce message

    • Le 31 mai à 07:52, par @Zimm En réponse à : Tribune : Le risque est-il un bien ou un mal ?

      ""le risque est intrinsèquement et fondamentalement Ambigu donc demande automatiquement une analyse approfondie Multi-Dimensionnelle qui vue sous une forme quantitative fait intervenir la théorie mathématique de la probabilité (La théorie du risque) qui a des applications en Économie, Ingénierie, Finances, etc... Rien que du verbiage !"

      Pardon, Zimm, vous etes intelligent, trop intelligent mieme , mais que de verbiage dans ce court passage !

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Armée burkinabè en 2031 : Je fais un rêve…
Chômage au Burkina : Un citoyen plaide pour le recrutement d’assistants de justice au profit des juridictions
L’opposition politique au Burkina Faso : L’analyse de Do PAscal Sessouma, ancien candidat à la présidentielle
SAMU : Le projet est-il abandonné ou bloqué ? Une analyse du sujet s’avère indispensable
La santé malade ou la fonction publique en crise ....?!
La longue soumission de l’agneau est un appel au boucher
Sayouba Traoré aux présidents du Faso et de l’Assemblée nationale : « Il faut réparer la brousse »
Réconciliation nationale : La longue, coûteuse et incertaine démarche de Zéph
Burkina Faso : Œuvrons à gagner la paix en minimisant la menace en zones rurales par la prise de mesures fortes
Vie de couple : La présence des enfants dans le foyer justifie-t-elle de rester dans un mariage où règne la violence ?
Le terrorisme au Burkina, seule opposition sérieuse au régime Kaboré
Remaniement ministériel au Burkina : Un triumvirat à la défense et à la sécurité
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés